Iveco Massif / Campagnola : toute l’Europe dans un 4×4

Publié le samedi 17 février 2018.
Mis à jour le mardi 4 décembre 2018.
Retour

Le précédent Fiat Campagnola s’était éteint en 1987, faute de marché suffisant, mais les dirigeants de la firme italiennes, et particulièrement ceux de la filiale utilitaires Iveco, n’avait jamais vraiment oublié ce créneau. Les années 90 et le début de années 2000 mirent en avant l’émergence d’un marché du tout-terrain rustique et fonctionnel dont on pouvait dériver des versions civiles pour des amateurs baroudeurs (ou des gentleman famers) : en bref, le mythique Land Rover Defender ne s’était jamais aussi bien porté, tandis que le Mercedes Classe G faisait de la résistance, et que les japonais se cramponnaient, tels les Toyota Land Cruiser, Nissan Patrol ou Pajero. Sans compter l’émergence d’un marché du pick-up jusque là très confidentiel. Fort de ce constat, on prit le parti, chez Iveco, de prendre rapidement 20 % du marché européen (tel était l’objectif) en lançant les Iveco Massif (version utilitaire) et Campagnola (version civile).

Malgré l’arrêt du partenariat avec Land Rover en 1983, Santana continuait à produire des Land sous licence, ici un 109 Super

Outre les qualités intrinsèques de ces deux modèles (dont nous allons évidemment parler), ils ont aussi l’immense intérêt à mes yeux de représenter la complexité industrielle, capitalistique ou juridique de la production automobile européenne des 50 dernières années. Car cet Iveco aux accents italien est un pur produit des divers partenariats instaurés aux gré des alliances : à ceux qui pensaient acheter rital, accrochez-vous à votre siège puisque le Massif/Campagnola s’avère italien par la marque, le nom, le moteur et la transmission, espagnole par son lieu de fabrication, sa boîte de transfert et sa base initiale, et finalement anglais puisque la base espagnole dérive, elle, du fameux Land Rover Defender anglais. Plutôt que Massif ou Campagnola, il aurait du s’appeler Patchwork !

De son côté, Fat avait cessé la production de son dernier 4×4 « rustique », le Campagnola, en 1987

Parlons d’ailleurs de son nom. Pour la version utilitaire, Massif est assez bien trouvé puisque son design, bien qu’issu d’une collaboration entre le centre de style Iveco et Giorgetto Giugiaro, semble taillé à coup de serpes. Il faut dire que la base initiale du projet, le Santana PS10, l’était tout autant, lui même dérivant du fameux Land Rover au profil plus que carré. Difficile de transformer un Sumo en petit rat d’opéra. Tiens à propos de petit rat, parlons donc du nom Campagnola : oui je joue sur les mots, car Campagnola en italien ne veut pas dire campagnole (petit rat des champs) en français, mais « rustique ». Bref, Campagnola est un nom typique des 4×4 produits par la Fiat entre 1959 (présentation de la 1ère série) et 1987 (fin de production de la 2ème série, j’y reviendrai bientôt). On peut d’ailleurs se poser la question suivante : pourquoi ne pas avoir poser le logo Fiat plutôt qu’Iveco sur la version civile Campagnola, et ne pas l’avoir distribué dans le réseau « automobile » ? Bonne question !

Le Santana PS10 Anibal, équipé d’un moteur 2.8 Diesel Iveco, donna des idées aux deux partenaires

Mais revenons en 2003 pour comprendre la genèse du projet. Cette année-là était lancé le Santana Anibal, appelé PS10 sur les marchés d’exportation. Il s’agissait d’une version modernisée du Santana 2500, lui-même dérivé du Defender des années 70 produit sous licence Land Rover par la petite firme espagnole. Pour accompagner ce renouveau, Santana décidait alors de doter son nouveau 4×4 d’une motorisation plus moderne que les antiques mécaniques équipant depuis toujours ses propres Land hispanisés. Ce fut avec Iveco, filiale utilitaire et industrielle de Fiat, que Santana fit affaire : le Hannibal s’équipait d’un moderne 4 cylindres diesel à injection directe « common rail » de 2.8 litres et 125 chevaux. Enfin, la version espagnole du Land disposait d’un peu plus de watts !

A partir de 2007, les Santana PS10, les Iveco Massif et Campagnola seront produits sur les mêmes chaînes andalouses de Linares

Cette première collaboration donna un peu plus tard des idées aux deux partenaires. Pour Santana, la fin du partenariat officiel avec Suzuki, prévu contractuellement en 2006, l’obligeait à se chercher un nouveau réseau de commercialisation, mais aussi de nouvelles productions pour remplacer les Santana S300 et S350 (des Vitara rebadgés, qui resteront produits jusqu’en 2009). Du côté de chez Fiat-Iveco, on se disait que la base Anibal/PS10 est bonne, remplissant le cahier des charges de ce marché (robustesse, simplicité, rusticité, capacités de franchissement), et qu’on tenait peut-être là l’occasion de remettre un pieds sur le terrain laissé en friche depuis l’arrêt du Campagnola en 1987.

Le Massif dans sa version 5 portes

En 2006, un accord est signé : le Santana PS10 serait remis au goût du jour, équipé de nouveaux moteurs Iveco plus puissants, et donnerait naissance à un frère jumeau siglé Iveco dénommé Massif en utilitaire et Campagnola en version civile. Pour Santana (détenu par la région autonome d’Andalousie), c’était l’occasion de faire coup double : un nouveau puissant partenaire après le retrait définitif de Suzuki, et l’assurance de faire tourner l’usine de Linares, dont la production avait bien baissé depuis les années 2000 (33 000 ex en 2000, un peu plus de 22 000 en 2001, contre moins de 15 000 en 2006.

Le Campagnola, uniquement disponible en version 3 portes châssis court et en 3 litres TD de 176 chevaux

Ce partenariat tombait à pic d’autant que Fiat et Iveco s’avouaient ambitieux : l’objectif premier était d’obtenir 20 % du marché des 4×4 de ce type, pour une production de 10 000 Massif / Campagnola / PS10, mais de viser pourquoi pas les 50 % (soit plus de 20 000 exemplaires par an). Dans l’accord signé entre les deux partenaires, Iveco s’offrait une option de rachat de Santana et de son usine de Linares courant jusqu’en 2010, le temps de voir si le jeu en valait la chandelle et si les Massif et Campagnola cassaient la baraque.

la version espagnole, le Santana PS10 « restylé » lancé en même temps que le Massif. On reconnaît bien les lignes du Land Rover Defender

Le nouveau duo d’Iveco sera présenté fin 2007, pour un lancement commercial en mars 2008. Au menu, des versions 3 portes (seul choix possible pour le Campagnola), 5 portes ou pick-up, et deux motorisations Iveco: 3 litres diesel de 146 chevaux (HPI), et 3 litres turbo diesel de 176 chevaux (HPT, seul choix possible sur le Campagnola). La boîte manuelle 6 vitesses est d’origine Iveco elle aussi, mais la boîte de transfert est espagnole. Il s’agit d’un 4×4 à l’ancienne : la transmission intégrale n’est pas permanente.

Tout semblait bien commencer, mais rapidement, les partenaires déchantèrent : le PS10 ne se vendait plus par manque de réseau commercial (n’ayant plus le réseau Suzuki à disposition), tandis que le Massif faisait de la figuration sur le marché, et que le Campagnola était produit au compte goutte. Même en Italie, ce fut un échec : mal vendu par un réseau plus habitué aux gros utilitaires, au poids-lourds ou aux bus, absent du réseau Fiat qui aurait sans doute pu mieux le mettre en avant, il était impensable qu’il puisse percer.

L’affaire aurait pu continuer un peu plus longtemps, mais en 2010, Iveco annonçait ne pas lever l’option de rachat de Santana. Avec plus de 1350 salariés à faire vivre et une production tombée en dessous du millier d’unités par an, la firme espagnole ne pouvait plus espérer grand chose. Fin 2010, elle cessa la production des Iveco comme des Santana, après moins de 10 000 exemplaires sortis des chaînes de Linares durant ces 4 années. La région d’Andalousie mit alors Santana Motor en cessation de paiement, mais avec l’espoir de relancer la production avec un nouveau partenaire. Las, ce partenaire ne vint jamais, et les derniers actifs de la société (usines, machines, et surtout terrains) furent vendus aux enchères au plus offrant en 2014. Les derniers 4×4 espagnols furent italiens (et vice-versa) !

Articles associés

12 commentaires

Max

Le 17/02/2018 à 17:30

Le Massif a été distribué en France, si j’en crois les très rares exemplaires qui circulent dans mon département. Mais quid du Campagnola ?

Kara

Le 17/02/2018 à 17:56

J’ai vu le Massif lors d’un salon de l’auto dans le Gers, mais n’ai pas souvenir du Campagnola.

Je suis tombé sur un PS10 appartenant à un anglais il y a peu. (j’ignorais que Santana exportaient au Royaume-Uni !) À mon avis la tentative de modernisation du look enlève tout le charme du Land Rover : face avant, pare-brise agrandi, et elargisseurs d’ailes / bas de caisse. A la limite les feux arrière sont le moins moche.
Quant au châssis, il est dérivé des vieux Land « Series » à ressorts à lame et non des Defender modernisés…

Germain

Le 17/02/2018 à 18:07

Il y a un Massif argent métallisé qui traîne en ce moment vers Porte de Pantin dans le 19e, je ne connaissais pas, j’ai pris des photos et demandé à mon frère qui bossait chez Iveco s’il en avait déjà vu ou réparé, il m’a dit que c’est engin était un mythe, qu’aucun garage de la marque en France n’en avait jamais eu entre les mains. Cet engin est une quasi chimère, certains chefs d’atelier du réseau doutent de son existence

molodoï

Le 17/02/2018 à 18:35

C’était MAM STRAGER à Trappes qui les importait et les distribuait. Cet importateur avait distribué avant :
– les ARO,
– Les TATRA
– Les AVIA (copies tchèques des Saviem SG2),
– Des BREMACH (4×4 italiens cantonnés au marché des travaux de voiries des communes)
– MULTICAR (des petits véhicules de voirie) est-allemands.

IVECO aurait pu distribuer ce véhicule aux States, où le marché des 4×4 est florissant, sur le continent sud-américain, où il a un réseau de distribution important. En faire la promo dans des rallyes genre le Dakar aurait dû lui donner de la visibilité.

Eddy123

Le 17/02/2018 à 20:50

Il y en avait quelques un sur bordeaux…
Effectivement c’est doublement étonnant que le campagnolar n’ai pas eu le blason FIAT et qu’il n’ai eu que le châssis cour.

La face avant du massif etait pas terrible a mon avis.

Le maque de pub a du jouer aussi.

Eddy123

Le 17/02/2018 à 21:07

J’oubliai les feux arrieres de semi remorque….

MrJeans

Le 17/02/2018 à 21:34

Il y a un Massif peu kilométré à vendre à côté de Grenoble.
Pour passer tout les jours devant le garage, il est à vendre depuis facilement deux ans.

Olivier S

Le 18/02/2018 à 00:55

Il y en a plusieurs dans ma région du sud-ouest de l’Allemagne, j’en croise rarement mais très régulièrement.
.
Il y a quelques années l’Iveco Massif, c’était une formidable affaire pour les voyageurs des déserts, aventuriers (et frimeurs bobos des villes). Surtout en en comparaison avec la LR Defender 110 au nouveau moteur Ford Transit 4 cyl. 2.2l nul, et Mercedes-Benz G (beaucoup trop chère, ca vaut 2x a 4 fois plus cher que le Massif!) ou la gamme 4×4 de l’Indien Tata sans grand réseau de service Européen en-dehors de l’Italie.
.
Iveco avait quan-me fait un petite campagne de pub en passant par les magazines 4×4 et quelques émissions auto a la téĺé, souvent en guise de comparaison avec le LR Defender et la classe G. Ce sont donc plutôt des passionnés 4×4 Allemand qui l’ont acheté, et non pas la clientèle cible d’Iveco…
.
J’ai vu quelques PS10 et Massif pickup purement utilitaires, mais la plupart des versions que je croise sont des Massif LWB équipés avec des accessoires inutiles type frimeur offroad genre Camel Trophy, et qui circulent les villes comme Francfort, Mannheim ou Stuttgart. Pas facile de garder le cap avec lames a ressort sur pont rigide aussi a l’avant en combinaison avec des pneus Mudgrabber bien trop larges! 🙂
.
Par contre, la version Campagnolo n’a jamais été distribuée en Allemagne. Elle est superbe!
.
Par contre, la qualité de l’assemblage Santana Andalouse ne vaut pas une Land-Rover de Solihull, et ca, ca veut vraiment dire quelque chose… J’ai roulé en Defender 110 TDI dans la region Toulousaine et les Pyrénées pendant 1 an il y a >20 ans… Même la Defender, c’était très, très loin de la fiabilité d’une Toyota LC ou Mercedes Classe G…
.
Dommage, car la Massif était la dernière « vraie » 4×4 simplifié type robustesse tiers monde en vente en UE…
.
Et même en dehors l’UE, il ne reste plus que la bonne vieille Toyota Land Cruiser HZJ78/79, en vente seulement en Afrique, Moyen-Orient et Australie / NZ (avec une V8 biturbo-Common rail bien trop moderne dans ces dernier pays, les version tiers monde beneficient du fameux Toyota 6cyl 4.2l Diesel 130cv aspiré sans turbo, ca tient bon pour >600.000km en brousse!)

Rodrigo

Le 18/02/2018 à 19:31

Ah, la « qualité » Santana! Bon, il faut pas être trop méchants, il faut savoir que quand la Massif a été construite, ça faisait déjà une décennie que Santana était sur perfusion, et le moral du personnel tout-à-fait inexistant. Les LR-Santana d’avant la rupture avec Solihull avaient une réputation de robustesse, même si la finition pouvait aussi être désinvolte. Mais dans les années 2000, c’était fini: même l’armée espagnole, après avoir acheté un lot de PS-10, s’en a vite débarrassée, en faisant savoir son (grand) mécontentement au sujet de leur fiabilité.

Franck KEGELART

Le 18/02/2018 à 01:52

Magnifique article sur des modèles dont je n’ignorais pas l’existence mais sur lesquels mes connaissances étaient fort lacunaires…

Au fait, BR pourrait-il nous tenir régulièrement informés de l’avancement du projet Papier ? J’ai été un des premiers souscripteurs et l’attente devient longue… Au besoin, on peut m’envoyer un message sur ma boîte mail perso !

Rodrigo

Le 18/02/2018 à 21:17

Ce qu’il faut comprendre, concernant Santana, c’est que, jusqu’au milieu des années 80, en Espagne régnait un duopole dans le domaine des tout-terrains, avec d’une part les Land Rover produites sous licence par Santana, et d’autre part des Jeep encore plus rustiques produites par Ebro (Motor Ibérica). Puis, à l’aube de l’entrée de l’Espagne dans la CEE, cet équilibre s’est vu bousculé par le partenariat de Motor Ibérica pour produire des Nissan Patrol et des véhicules commerciaux Nissan en Espagne. Bien que le Nissan Patrol était un TT assez médiocre, le saut technologique par rapport aux Jeep précédentes était très sensible, surtout en termes de comfort, et Santana s’est vue obligée de répliquer. Or, le groupe Austin Rover n’était pas à l’époque en très bonne forme, et Santana a donc suivi l’exemple de Motor Ibérica et est donc allée chercher du côté du Japon, pour finalement s’allier à Suzuki. Or, cette alliance était beaucoup moins harmonieuse que celle entre Motor Ibérica et Nissan: contrairement à Nissan, Suzuki à toujours été très orientée »petites voitures » et si ses Samurai et Vitara se sont très bien vendues dans le marché loisirs, elles ont été évidemment boudées par le marché professionnel (agriculteurs, BTP, militaires) que Santana avait jusqu’à alors cultivé. Pour ce marché, Santana a donc maintenu la production de dérivés LR de plus en plus obsolètes. En outre, le choc culturel entre les andalous de Santana et les nippons de Suzuki a été notoire: la légende veut qu’on ait presque eu une émeute à Linares quand les managers japonais ont voulu imposer le chant d’un hymne d’entreprise au début de la journée. C’est probablement apocryphe mais ça reflète parfaitement les tensions qui ont régné entre Suzuki et Santana jusqu’à leur divorce…

Vincent

Le 18/02/2018 à 23:21

J’ai le souvenir d’un Massif raide de neuf mis bien en évidence sur le parking de la concession Iveco lavalloise. Avec il me semble une présentation faite aux bons clients pros de fourgons.
Comparé au Défender il faisait quand même sacrément cheap, un peu façon Bajaj ou autre du tiers monde…

Laisser un commentaire