Jaguar XJC : l’étoile filante de la gamme XJ

Mardi 16 décembre 2014
Retour

Depuis la disparition de la XJC fin 1977 (année modèle 1978), Jaguar n’a plus jamais lancé de dérivé coupé de sa berline XJ, et c’est bien dommage. En effet, l’idée d’un grand coupé bourgeois mais sportif, dérivé d’une berline de luxe, collait tout à fait avec l’image de Jaguar. Sans doute l’échec de ce premier modèle a-t-il rendu prudente la marque anglaise, qui depuis préfère proposer des coupés différents (l’XJS, lire aussi : Jaguar XJ-S), la XK ou aujourd’hui la F-Type (lire aussi: Jaguar F-Type).

Pourtant, l’idée d’un dérivé coupé de la Jaguar XJ semble une évidence dans les années 60, et dès 1969, sir William Towns, le designer, fait réaliser sur un châssis raccourci de berline un prototype toujours roulant aujourd’hui (il coule une glorieuse retraite en Australie). La belle convient parfaitement à la direction, mais il faudra attendre 1973 pour voir la XJC dans les rues de Londres.

Il fallut en effet attendre la sortie de la XJ MkII à l’automne 1973 (la XJC en reprenait les évolutions stylistiques, lire aussi: Jaguar XJ), mais aussi résoudre quelques soucis d’isolation phonique notamment, et de rigidité. Mais l’attente valait le coup, puisque le résultat est superbe : la XJC respire l’élégance, et ne trahit pas sa filiation avec la XJ.

Pourtant, la XJC prendra son temps pour vraiment sortir du lot, et ne sera produite pour l’année modèle 1974 qu’à 13 exemplaires. Elle est proposée en plusieurs versions : Jaguar XJ 4,2C doté du six cylindres en ligne, XJ 5,3C avec le fameux V12, et leurs dérivés Daimler Sovereign (L6) et Double Six (V12). Les versions Daimler sont les plus rares, surtout en version Double Six (seulement 407 exemplaires).

Il faut dire que le blason Daimler ne sera pas proposé aux USA, principal marché de la XJ C en dehors de la Grande Bretagne. De toute façon, ce grand coupé tombe plutôt mal. La cris pétrolière de 1973 a coupé les ailes des gros moteurs, et si la berline XJ peut s’en sortir malgré tout, sa version coupé apparaît tout à coup superflue. Malgré une année 1975 encourageante avec 4293 exemplaires vendus, le soufflet retombe vite, pour atteindre 2977 en 1977, et seulement 96 exemplaires pour 1978 (en fait la fin d’année 1977).

Il faut dire que Jaguar lançait en 1975 un autre coupé, autrement plus désirable malgré un look qui mettra du temps à s’imposer : la XJ-S. Entre une concurrence interne, un marché réduit, une crise pétrolière qui passait par là, des grèves dans l’usine de production à son lancement, sans compter des problèmes de fiabilités à la sauce Jag’ des années 70, on peut dire que la XJ C aura fait la totale !

Malgré tout, sa présence dans la gamme aura permis au carrossier Avon-Stevens de proposer une version cabriolet des plus rares (lire aussi : Avon-Stevens XJ Convertible). La production s’arrêtera en 1977, et les derniers modèles s’écouleront en 1978, laissant le champs libre à sa sœur ennemie, la XJ-S. Au total, seuls 10 426 exemplaires seront fabriqués, dont 2 262 modèles V12 (1855 Jaguar et 407 Daimler).

Aujourd’hui, on en trouve pour des bouchées de pains étant donné leur rareté. Surtout, quel charme avec leurs toits en vinyle (so 70’s), leur intérieur feutré et douillet (so british) et leur ligne si élégante. D’autant que leur rareté les ferait presque passer pour des œuvres de petits carrossiers anglais. Aussi, si vous en voyez passer une, posez-vous la question (et évitez peut-être le glouton V12 malgré son charme).

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

8 commentaires

Jean

Le 27/04/2016 à 15:10

En toute objectivité la plus belle voiture du monde.
Un jour elle sera mienne… Oh oui… Un jour elle sera mienne
A voir ce mois ci dans auto rétro

Jacques Andlauer

Le 27/04/2016 à 18:12

La plus chic des Jags… Il y en a eu quelques unes en Suisse, on les aperçoit parfois au Swiss British Classic Cars Meeting de Morges. Très beau rassemblement de classiques anglaises dans un parc au bord du Léman, samedi 1er octobre 2016, si ça vous dit. Venez au volant de votre vénérable véhicule britannique, vous pouvez l’exposer gratuitement (et le vendre, qui sait ?). Entrée gratuite pour les visiteurs.

Paul

Le 27/04/2016 à 18:15

je suis d’accord… quoi de plus « chic » qu’une XJC en plus méconnue du grand public !

philippe

Le 04/03/2017 à 17:14

Il semble que la bouchée de pain soit devenue miche de pain, les prix commencent à monter. Cela-dit même en état correct elles demandent souvent beaucoup de travail, que ce soit en carrosserie ou en électricité etc … Malgré à l’époque un tarif confortable elles étaient construites à l’économie.

Paul

Le 04/03/2017 à 18:33

Tu as raison, l’article date un peu et les prix commencent à s’envoler… tant mieux ou tant pis ? je ne sais pas !

philippe

Le 04/03/2017 à 19:17

D’une manière générale on ne peut que regretter des prix qui montent et ds auto qui deviennent inabordables pour un amateur.
Cela-dit je n’ai pas payé cher mon XJC mais par-contre vu tout ce qu’elle m’a coûté et me coûtera encore il vaut mieux ne pas y pensr et heureusement que j’ai des copains plus manuels que moi pour ne pas payer trop de main d’oeuvre… Au début je l’ai confiée à des pros qui travaillaient mal et cher !

Choco

Le 01/06/2017 à 10:28

Quelle élégance cette Jag’ !

philippe

Le 01/06/2017 à 15:01

Oui mais quelle bête à chagrin 🙂

Laisser un commentaire