Jensen Range Rover Chieftain : une certaine idée du luxe

Dimanche 12 août 2018
Retour

Il y a Land Rover qui propose 10 exemplaires (et pas un de plus) du Range Rover dans sa version 1978 (pour la modique somme de 135 000 £). Il faut désormais compter aussi sur Jensen International Automotive qui offre son Chieftain pour seulement 250 000 £ ! Mais contrairement à Land Rover qui met un point d’honneur à respecter point par point le modèle originel, Jensen a décidé de proposer une réinterprétation moderne du Range, avec rien de moins que 556 chevaux sous le capot.

Le Chieftain est un mélange d’une carrosserie et d’un intérieur de Range Classic de 1993 (en haut) sur un châssis raccourci de Discovery 3 de 2004 (en bas) et doté d’un V8 GM LSA de 6.2 litres et 556 chevaux

Jensen International Automotive a été créée en 2010 grâce au financement d’un millionnaire britannique, Charles Dunston (fondateur de Carphone Warehouse) avec pour objectif de restaurer et moderniser les fameuses Interceptor et FF d’antan (lire aussi : Jensen Interceptor et FF), suivant la nouvelle mode anglaise du « restomod » à l’instar de Ian Callum avec la Jaguar Mk2 (lire aussi : la Jaguar Mk2 de Ian Callum) ou même de Jaguar tout court (lire aussi : la Jaguar XJ6 d’Iron Maiden). Reprenant un précédent projet, celui de V Eight Ltd lancé par un spécialiste de Jensen en 2007 inabouti, JIA avait donc récupéré 50 Interceptor ou FF à restaurer.

Le Chieftain a de la gueule, comme son ancêtre Range Rover

28 exemplaires plus tard, Jensen International se lance donc dans une nouvelle aventure, celle du Chieftain. Il s’agit en apparence d’une restauration d’un Range Rover de 1993. Mais en apparence seulement, car plus qu’une restauration, il s’agit surtout ici d’une transformation en profondeur. Visuellement, le Chieftain ressemble comme deux gouttes d’eau à son homologue vendu au début des années 90 (et jusqu’en 96, avant que le P38 ne le remplace lire aussi : Range Rover P38A). Pourtant, seule la carrosserie est identique.

le Chieftain cache sous son capot le V8 GM LSA de 6.2 litres et 556 chevaux

En réalité, les soubassements du Chieftain sont beaucoup plus modernes : il reprend le châssis du Discovery « mk3 » apparu en 2004, et raccourci de 345 mm auquel l’ancienne carrosserie du Range a été greffée. Sous le capot, il fallait inévitablement un V8. Comme celui du Range Classic n’était qu’une évolution d’un V8 américain (Buick en l’occurrence), Jensen est allé pioché chez GM un V8 moderne, un LSA 6.2 litres « supercharged » de 556 chevaux.

L’intérieur, lui, provient bien d’un Range Classic, mais il a été retravaillé et bien entendu rendu bien plus luxueux qu’à l’origine, avec cuir et alcantara à profusion. Il se dit qu’un designer de yacht se serait penché sur son cas. Contrairement à son glorieux ancêtre, ce Range se veut connecté, et dispose d’un écran Alpine compatible Apple CarPlay.

Bien entendu, ce Range à la sauce Jensen garde ses capacités de franchissement, bien que le différentiel central ne se verrouille plus comme sur le Freelander, mais son terrain de prédilection, avec ses canassons en nombre, reste la route. Il ne s’agit pourtant pas d’une sportive, la bestiole prenant sacrément du roulis et conservant un embonpoint certain (avec 2386 kg sur la balance), mais le V8 LSA lui offre un coffre particulièrement appréciable (surtout à ce prix là).

Car il faut bien l’avouer, 250 000 £ pour un 4×4 « youngtimer » lourdement rafraîchi, c’est une addition salée. Il faudra avoir un sacré compte en banque, et avoir épuisé tous les joujous déjà disponibles pour s’offrir un tel engin qui ne sera reconnaissable extérieurement que par son logo vert « Chieftain » (et que seuls quelques connaisseurs sauront apprécier à sa juste valeur). N’est-ce pas cela, d’ailleurs, le summum du luxe ?

Produit au compte goutte (il faut un an à Jensen International Automotive pour fabriquer un exemplaire du Chieftain), il comblera en tout cas les amateurs d’exclusivité : il se murmure qu’une dizaine d’exemplaires seulement sortiront des ateliers de JIA. De toute façon, la clientèle pour un tel engin, aussi cher qu’une Rolls Royce Cullinan (lire aussi : Rolls Royce Cullinan), risque d’être rare elle aussi ! Il n’empêche, ce Chieftain est hautement désirable.

 

Articles associés

12 commentaires

Franck

Le 12/08/2018 à 16:18

Jolie découverte, je ne connaissais pas.
Après l’Eagle Speedster revisitant le type E, David Brown, la DB5, les uppgrades de Vicarage sur les anciennes jaguar, les anglaises classiques ont le vent en poupe !

A 250000 € qu’est-ce qu’il y a comme sécurité passive ? Des airbags ? On dirait que non. La structure du Range a été modifiée ? Rappelons la rigidité déplorable de la caisse de Range série 1 et des montants qui pliaient comme des cintres lors des retournements. Avec 550 bourrins, j’espère qu’ils ont sérieusement étudié leur coup.

zeboss

Le 13/08/2018 à 12:05

heu, sans connaitre l’engin, je parierais qu’aucun renfort n’est passé par là !
faudrait quand même pas demander l’impossible, une gaufrette reste une gaufrette !
et oser se crasher avec une joujou à 250 000 £ ça fait too much, non ?

Franck

Le 13/08/2018 à 17:11

C’est surtout que ça s’adresse à une clientèle peu habituée à conduire autre chose qu’un véhicule moderne suraseptisé et truffé d’assistance. Donc la surprise risque d’être de taille quand ils vont se retrouver projetés 40 ans en arrière.

Franck Boizard

Le 12/08/2018 à 18:05

Cette « retromod » me laisse dubitatif. Je n’y vois rien de bon :

1) N’est-ce pas le symptôme d’un manque de créativité des designers contemporains ?

1) Ou le symptôme que les propriétaires nouveaux riches parvenus m’as-tu-vu ne veulent pas s’embarrasser des problèmes des anciennes, ce qui manque autant de classe que de péter en présence de la Reine d’Angleterre ?

3) Ou les deux à la fois.

4aplat

Le 12/08/2018 à 18:31

Geniale cette caisse, par contre, j’aurais plutôt mis un V8 europeeen .

Franck

Le 13/08/2018 à 17:14

Le V8 Rover tire ses origines d’un bloc GM pour Buick. Donc aucune anomalie à voir un V8 US équiper cet engin.

Salva

Le 12/08/2018 à 23:45

Ils ne pourraient pas produire l’ Interceptor, auto culte, superbe GT indémodable, plutôt que cette réplique faite de bric et de broc ? Quelle misère…

zeboss

Le 13/08/2018 à 12:02

A 250000 boules, la misère c’est quand même autre chose, hein !

Choco

Le 13/08/2018 à 11:02

Mouais … Autant certaines restaurations de ce type me font saliver autant celle-ci me laisse indifférent. Cela ressemble beaucoup aux bagnoles refaites dans quelques magazines diffusés sur RMC Découverte. Et puis 550 bourrins dans un Discovery de 2.3 t, ce doit être assez rigolo (enfin je me comprends) pour prendre des virages et s’arrêter.

Eddy123

Le 13/08/2018 à 14:06

Je suis pas fan des grosses roues qui, je trouve, ne s’intègre pas bien à l’auto…

Wolfgang

Le 14/08/2018 à 00:23

C’est une auto typiquement british : traditionnelle et moderne à la fois.
J’aime beaucoup ça. Updater plutôt que jeter, ça me va parfaitement. Y a que les anglais pour faire ça.

Laisser un commentaire