Karenjy Mazana 2 : un 4×4 malgache à transmission Dangel !

Publié le dimanche 17 juillet 2016.
Mis à jour le jeudi 11 juillet 2019.
Retour

L’automobile africaine n’existe quasiment pas. Oh bien sûr le continent a abrité ou abrite encore des usines d’assemblage de grandes marques mondiales, voire des marques « locales » assemblant des modèles chinois (comme Matchedje Motors au Mozambique par exemple), mais il y a peu de « vrais » constructeurs indépendants proposant des véhicules originaux. Je vous avais déjà parlé de Mobius Motors au Kenya (lire aussi : Mobius Motors), voici aujourd’hui une autre marque indépendante, Karenjy Automobiles, à Madagascar.

Karenjy 01

La seule présence d’un constructeur à Madagascar est déjà en soi une gageure : avec un marché automobile réduit à peau de chagrin (environ 10 000 véhicules neufs vendus par an), aucune marque automobile ne s’y risquerait, pas rentable. C’est d’ailleurs pour cette raison que la petite marque malgache est réapparue en 2009, avec une idée simple : l’important n’est pas de gagner de l’argent, mais de faire une œuvre sociale (offrir de l’emploi, réinsérer) tout en offrant à la population un véhicule rustique, tout terrain, et surtout… très bon marché (aux alentours de 6500 euros).

Karenjy 07

Karenjy (qui siginifie balade, ou vadrouille en malgache), n’est pas une entreprise ordinaire. Sa maison mère est une association franco-malgache, Le Relais (http://www.lerelais.mg/), dont la vocation est claire : favoriser le développement économique, l’insertion professionnelle et la responsabilisation. L’aventure commence en 2009 par la création de l’atelier de mécanique Soatao, qui reprend les anciennes usines de la marque automobile Karenjy.

Karenjy 04 Papamobile 1989
Karenjy avait en effet été créée en 1985 dans une toute autre logique : soutenue par le président Ratsiraka, l’idée était de développer une marque nationale accompagnant le développement économique de la grande île : un développement qui ne sera jamais à la hauteur des expériences. Deux modèles seront vendus pendant 5 ans : la Mazana (un 4×4 sur base Renault 18) et la Faoka (un pick-up sur base Renault 5), pour un total d’une centaine d’exemplaires seulement. L’heure de gloire de la jeune marque malgache sera la réalisation d’une papamobile en 1989 pour la visite du Pape Jean-Paul II sur la grande île ! Mais faute de liquidités, l’usine sera mise en faillite en 1993.

Karenjy 03

Il faudra attendre 2009 pour voir l’usine renaître de ses cendres sous l’impulsion du Relais, et du français Luc Ronssin. Dans un premier temps, la marque a lancé la Lanja, en version limitée (une cinquantaine d’exemplaires) : il s’agit d’une Faoka à peine changée, dotée d’un moteur de Renault Express 1108 cm3 de 47 ch. Une occasion de se faire la main, de former les ouvriers, de tester le marché, mais aussi pour se laisser le temps de préparer le grand lancement de l’année 2016 : la Mazana 2.

Karenjy 06

Si la Lanja (ex-Faoka) peut paraître rustique et hors d’âge, la Mazana 2, malgré un design disons « particulier » est tout sauf une voiture au rabais. Le moteur est le bien connu PSA 1.6 HDI de 112 ch, tandis que la transmission intégral a été mise au point par Dangel (lire aussi : Peugeot 505 4×4 Dangel). Les premiers exemplaires de pré-série ont été envoyés en France chez PSA pour validation en juillet 2015. Désormais, la série limitée Lanja est terminée, et la Mazana 2 s’apprête à conquérir Madagascar avec modestie : 20 exemplaires sont prévus pour cette année, tandis que l’objectif pour 2017 se monte à 100 véhicules. Désormais, seuls le moteur et le système de transmission sont importés de France.

Karenjy 05

La cible ? Des malgaches désireux d’un véhicule passe-partout, peu onéreux à l’achat, et qui sont flattés par l’idée de rouler « national » tout en aidant au développement et à la réinsertion. Un petit marché qui explique les ambitions mesurées de la petite entreprise. On pourra toujours se gausser d’un design très utilitaire (rappelant par sa simplicité les Cournil, lire aussi : Tracteur Cournil, ou les UMM, lire aussi : UMM Alter).

Karenjy 08

Moi en tout cas je soutiens ce genre d’initiatives, pour une fois sans mégalomanie, sans ego mal placé, et avec un vrai projet social et économique. Quelque chose de sensé, quelque chose de mesuré, voilà qui rafraîchit un peu dans ce monde automobile ! N’hésitez pas à soutenir cette aventure en vous baladant (Karenjy) sur le site de la marque :

http://www.karenjy.mg/

 

12 commentaires

esteban

Le 17/07/2016 à 11:39

mais quel est l’intérêt de mettre un diesel là dedans ?? Source d’emmer## plus qu’autre chose… 🙁

Paul

Le 17/07/2016 à 11:41

moteur éprouvé, amorti par PSA, et donc moins cher… et vue la circulation automobile intense à Madagascar,pourquoi pas ? 😉

denis

Le 17/07/2016 à 11:48

si vous pouviez détailler le fond de votre pensée plutôt que de lâcher une brève sans raisonnement ?
Steyr en Autriche avait sorti un engin assez similaire le Pinzgauer avec un moteur 2.0 l essence et un 2.5 l diesel refroidi par air il y a un bon quart de siècle, seuls les diesels ont survécus…

esteban

Le 17/07/2016 à 11:55

keep cool….
Ce n’est pas une attaque contre psa/un moteur français ou que sais-je encore…. Juste que les diesels modernes sont quand même une source d’emmerdes avec les débimètres et autres joyeusetés électroniques.
A Madagascar ils doivent échapper au FAP, c’est toujours ca et j’avoue oui ne pas connaitre précisément leur utilisation de la voiture sur cette jolie île.

Gaëtan

Le 17/07/2016 à 12:17

Esteban pense peut-être au choix de la technique de l’injection directe, qui est réputée être plus fragile que les « bon vieux diesels Indenor » d’il y a 25 ans.
Sur le site de Karenjy, il est évoqué un carburant de qualité moyenne d’une part et un moteur renforcé d’autre part.
Les ingénieurs PSA ont sans doute planché sur une version plus robuste. Comme le dit Paul, c’est un moteur éprouvé dont les faiblesses sont connues et sans doute corrigées.
En tout cas, un beau projet auquel on souhaite le meilleur.

LittleCow

Le 18/07/2016 à 05:45

J’ai eu la même réaction sur le HDI surtout qu’il s’agit d’une des dernières évolutions (270Nm max).

Mais ils ont l’aide de PSA et ce qui tue les moteur Diesel à injection ce n’est pas la qualité du carburant mais l’utilisation en ville en sous-régime.
Ces moteurs sont fait pour bouffer des bornes et à mon avis, ces Mazana 2 vont rouler.

Un design qui rappelle les réalisation de l’Agence Tout Risque, mais adapté aux conditions d’utilisation.
Une Belle initiative.

Utopiaboy

Le 17/07/2016 à 11:56

Génial ! La première voiture « Commerce équitable » !!! Des années que mes parents font oeuvre charitable en achetant du café malgache estampillé de la sorte, là j’ai trouvé LA remplaçante à la voiture de papa, héhé…

Vu le morceau de bravoure en tôlerie, on pourrait croire à un véhicule blindé !
Merci de nous avoir fait découvrir cet engin

Eddy123

Le 17/07/2016 à 19:20

Très très sympathique. ..
Elle est pas moche… seulement simple esprit 4l en somme…
Vivement les prochaines nouvelle…

Luc RONSSIN

Le 14/10/2016 à 11:19

Merci pour votre article que nous découvrons sur internet.
Ces une grande aventure humaine et industrielle !
A suivre sur : https://www.facebook.com/mazanaII
Bien à vous.
Luc (LE RELAIS)

RAKOTO Yves

Le 24/10/2017 à 11:37

du moment que c’est  » vita gasy  » cela me plaît , et j’encourage les recherches pour encore mieux .Il faut bien un début , quand je connais l’esprit ingénieux des compatriotes , je ne suis pas surpris de ces bonnes initiatives …. à quand le moteur et transmission  » vita gasy  » nous en sommes capable j’en suis sûr , il suffit de donner les moyens ….

Michael

Le 26/10/2017 à 23:00

Bonsoir
Pour information, les matières premières pour réaliser la coque polyester sont fabriquées en France à côté de bordeaux, par la société POLYPROCESS, la même qui livre les gelcoat chez PGO …..
seul point commun entre les deux marques, même ci PGO aimerait avoir la réussite de Karendjy!

Badi

Le 09/09/2019 à 00:09

Voir l’expérience édifiante en Tunisie de : Wallyscar

Laisser un commentaire