La Fiat Multipla n’est pas moche, elle n’a pas un physique facile !

Dimanche 1 novembre 2015
Retour

Se moquer du Fiat Multipla est devenu un loisir chez les bien-pensants de l’automobile, ceux qui croient tout savoir, tout comprendre, et qui refusent de passer outre un physique différent et qui mesurent les qualités d’une voiture à l’aune de son sex-appeal. Il est vrai qu’en un peu plus de 15 ans, l’automobile est devenue consensuelle, et tout particulièrement la Fiat qui recycle à l’infini le dessin néo-rétro de sa petite 500. Pourtant, la Multipla « n’est pas moche, elle n’a pas un physique facile, c’est différent » !

Multipla 03

Fiat est venue un peu sur le tard à la mode des monospaces avec l’Ulysse en 1994 (et sa version Lancia Zeta), en collaboration avec le groupe PSA. Il aura fallu 10 années aux deux alliés franco-italiens pour réagir au succès phénoménal du Renault Espace. C’est encore Renault qui dégaine le premier dans la catégorie des monospaces compacts avec le Scenic, lancé en 1996. Un peu rageant quand on sait que Fiat avait été l’instigateur du monospace en quelques sortes, avec la Fiat 600 Multipla, produite entre 1956 et 1965.

Multipla 07

Dérivée de la Fiat 600, la Multipla originelle inaugurait la carrosserie mono-volume, et offrait 6 places assises, sur 3 rangées de sièges dans une voiture minuscule. En lançant le projet 186 pour la réalisation d’un monospace compact, Fiat prend le contre pieds de son grand monospace Ulysse pour s’inspirer de l’originale Multipla, bien décidée à innover sur ce segment encore à défricher ! En 1996, Fiat présente son Multipla Concept qui dispose déjà de tous les traits caractéristiques du futur Multipla : un nez plas, un habitacle haut et bulbeux, des bourrelets sous le pare-brise incluant des phares, une compacité incroyable (plus court qu’un Renault Scenic, mais bien plus large), une planche de bord boursouflée digne de la Japanim’ des années 80, et surtout 6 places (comme son ancêtre) mais sur deux rangées seulement, à la façon de Matra sur ses coupés des années 70/80 (Bagheera et Murena, lire aussi : Matra Murena).

Multipla 10

En 1997, au Salon de Francfort, Fiat présente la version définitive, qui ressemble comme deux gouttes d’eau au Concept de l’année précédente. La messe était dite : Fiat la jouerait « disruptif » ! Plutôt que de se moquer, certains feraient mieux de saluer, d’applaudir des deux mains : ils sont peu nombreux les constructeurs ayant tenter quelque chose de différent ! A son lancement en 1998, deux motorisations sont proposées : un 1,6 litre 16v essence de 92 ch et un 1,9 litres JTD diesel de 105 ch, largement suffisants pour cette bestiole disposant en outre d’une tenue de route exemplaire pour un monospace (les moteurs évolueront au fil des ans) !

Multipla 06

Si les moqueurs étaient déjà montés dans un Multipla, peut-être auraient-ils moins rigolé ! Monter dedans, c’est inévitablement changer d’avis. De l’intérieur, on ne voit plus ce drôle de design (auquel on s’habitue d’ailleurs très vite pour finir par le trouver presque beau), mais on ressent cette impression d’espace, et on prend du plaisir à conduire un monospace collé à la route, sans doute à cause de sa compacité et de sa grande largeur (1,87m pour 4m de long seulement).

Multipla 11

N’en déplaise donc aux ayatollahs du bon goût, la Fiat Multipla est pétrie de qualité (même si elle conserve une finition toute italienne). En France, on est plutôt chauvin, et le Renault Scenic, lancé deux ans plus tôt et au physique plus avenant, conserve largement sa place de n°1, mais le Multipla fait mieux que se défendre, et Fiat explose ses objectifs de vente (qui passeront de 7500 à 10 000 par an). En Italie, le Multipla s’empare de la tête de son segment en 2002, preuve s’il en était besoin, que ce drôle de monospace n’est pas le loser que l’on dit. Au total, 328 862 exemplaires seront produits entre 1998 et 2010 (hors licence chinoise).

Multipla 04

Etrangement, c’est quand il rentrera dans le rang que le Multipla deviendra « has been ». En 2004, Fiat décide de relancer son monospace qui commence à dater et lui offrant un « facelift ». Or le constructeur italien a un peu trop écouté ses détracteurs, et décide de « banaliser » le Multipla. Adieu rondeurs et phares globuleux, place à une calandre classique, à des phares classiques, et à un capot moteur classique. En donnant raison aux « bien-pensants » du design, Fiat tuera à petit feu son original monospace. Dès lors, les ventes deviendront confidentielles, le Multipla se vendant au compte goutte jusqu’en 2010. La nouvelle stratégie de Fiat (décliner la 500 à l’infini) tuera dans l’oeuf le projet d’un remplaçant.

Le Multipla bénéficie d'une tenue de route exemplaire pour un monospace !
Le Multipla bénéficie d’une tenue de route exemplaire pour un monospace !

Depuis, la Multipla a rejoint la Citroën BX (lire aussi : Citroën BX), la Lancia Thésis (lire aussi : Lancia Thesis), la Renault Avantime (lire aussi : Renault Avantime) ou la Renault Fuego (lire aussi : Renault Fuego) dans les rangs des « oeuvres » incomprises et qu’on aime moquer, à tort (comme souvent).

Le Multipla restylé perd tout son intérêt et sa saveur au profit d'une calandre d'une banalité affligeante !
Le Multipla restylé perd tout son intérêt et sa saveur au profit d’une calandre d’une banalité affligeante !

Si vous voulez vous offrir un bout d’histoire du design automobile, si vous n’avez pas peur des quolibets et des dicteurs de bon goût, si vous adorez vous démarquer, tout en préservant votre porte monnaie, c’est le moment de vous offrir un Multipla qui, inévitablement, deviendra collector dans dix ou vingt ans, le temps que chacun s’aperçoive qu’il ne s’agissait pas d’une mauvaise voiture !

 

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

26 commentaires

poum

Le 01/11/2015 à 12:56

j’en ai eu un pendant quelques mois et je confirme que hormis la finition dégueu c’est le monospace compact le plus agréable, voire fun avec une tenue de route de kart.

Outre les trois places, il y a un vrai coffre et les vitres descendent bien bas (je déteste cette mode actuelle des vitrages au niveau des oreilles)

Mais il y a aussi le tableau de bord sapin de noël, les plastiques collants, le JTD 105 un peu mou…

A mon sens, le problème de design du multipla n’est pas son capot mais son habitacle qui fait trop globuleux.

Lucas

Le 01/11/2015 à 14:36

Malgré tout l’amour que je porte au Multipla, il a bel est bien été un bide commercial.

Lors des premières années de sa carrière, il s’en vendait en Europe 6x fois moins que de Renault Scénic et 4x moins que de Citroën Xsara Picasso.

Le design initial du Multipla était vraiment dingue, provocateur, il cassait tous les codes. On ne peut même pas le classer dans la catégories des belles ou des vilaines voitures, tellement ce style est incomparable. Je réponds souvent à ses détracteurs que c’est l’un des rares véhicules à avoir été exposé au MoMa de New York.

Par rapport à son restylage, il a été une véritable trahison, un aveu d’échec: on ne peut pas revenir sur un produit à l’identité aussi marquée et assumée.

J2M

Le 01/11/2015 à 18:55

En design automobile, Fiat et Lancia ont souvent marché sur la crête qui sépare le dernier chic italien du mauvais goût absolu, avec des combinaisons de couleurs, des textures et des formes osées qui laissent le français cartésien pensif.
Dans ce cas précis, l’alpiniste Fiat a dévissé sur la paroi côté nord, mais sa puissance logistique lui a permis de terminer le parcours à genoux, mais de le terminer.

Bon, je reconnais avoir fauté il y a bien longtemps, avec un Espace 2.2 DCI dont le tissu des sièges avait le toucher, la couleur et l’aspect des bas de contention de ma grand-mère ! Au secouuuuu….

mOX

Le 01/11/2015 à 21:04

Je crois quand même qu’on peut le considérer comme moche ce monospace. De toute façon, les familles qui l’ont l’adore car il est avant tout terriblement pratique. Le Multipla est aux monospaces ce que la première Twingo fut aux citadines : un cas à part. Les deux insectes n’ont pas eu le même succès malheureusement. Il faut bien reconnaître que le Honda FRV était bien plus séduisant et certainement plus dynamique que son homologue italien. Mais c’est bien d’oser créer des voitures moches dans un univers automobile aussi consensuel. D’ailleurs FIAT ne s’y est pas trompée avec la version longue de la 500. Franchement, qu’est-ce qu’elle est moche 🙂

Greg

Le 02/11/2015 à 13:35

En matière de design automobile, il y a toujours eu des connexions entre designers et architectes.
De temps en temps, les uns se prennent pour les autres, et réciproquement…
Si je me souviens bien de mes cours d’histoire de l’art, Citroën avait été pressenti pour fabriquer des éléments de maison, sur une idée de Le Corbusier…
Bref, quand les architectes s’intéressent à l’automobile, ou bien quand les designers prétendent reconsidérer l’architecture d’une voiture, ça donne des résultats toujours à contre courant.
On retrouve toujours cette obsession d’optimiser le ratio longueur totale/longueur utile, soit l’empreinte au sol/la place dévolue aux passagers.
En architecture, on construit verticalement en empilant les étages.
En automobile, on prétend donc faire… la même chose!
Pour le Multipla, sans remonter jusqu’à la Fiat 800 Multipla à moteur arrière, un retour en 1982 nous montre quelle a été l’influence: l’Alfa Romeo Capsula, concept car de Giugiaro pour Ital Design.
La base est la plate forme de la toute nouvelle Alfa 33 qui est sur le point de sortir.
Au rez de chaussée, on trouve donc les dépendances techniques: le moteur 4 cylindres à plat et sa transmission, les trains roulants, le réservoir, l’échappement…
Au 1er étage on trouve l’habitacle.
La Fiat Multipla affiche cette rupture visuelle entre 2 niveaux prétendus différents, bien qu’en réalité sa construction demeure très conventionnelle.
Seule la Mercedes Classe A a réellement appliqué cette construction, mais les allemands semblant plus portés sur la bouffe que sur l’architecture, Mercedes nous a parlé de construction « sandwich ».
On retrouve bien la technique, le sale, le bruyant, relégué en bas étage et l’habitacle spacieux, lumineux, en R+1.
Le moteur incliné, inséré sous le plancher de l’habitacle, conférait à la Classe A 1ère du nom l’habitabilité d’une Mégane dans le format d’une Clio.
La Multipla promettait, mais ne tenait pas vraiment.
La Classe A faisait « pour de vrai » sans le montrer outre mesure.
Reste l’idée des 6 places sur 2 rangs, solution seulement reprise sur la Honda FRV.
Solution bien plus honnête que les 5+2 que l’on voit partout ailleurs: les +2 sont le plus souvent exigües, difficiles d’accès, elles obèrent la capacité du coffre même fermées et le réduisent à néant une fois ouvertes…
Cette disposition 6 places sur 2 rangs vaut à la Multipla des voies très larges qui expliquent sa tenue de route: insensibilité naturelle au roulis+raideurs de suspensions calculées en conséquence = jackpot.
Ça n’a pas été suffisant pour convaincre les acheteurs de voter Multipla plutôt que Scenic.
Le Scenic avait de gros défauts à sa sortie: très étroitement dérivé de la Mégane, le choix de reprendre la planche de bord et la colonne de direction de la berline pour un poste de conduite surélevé, avait conduit à remonter le tout, donnant au final une position de conduite de camionnette, volant à plat, avec un pédalier très inconfortable.
La tenue de route du best-seller Renault était assez olé olé, sur autoroute fallait pas avoir besoin de faire une manœuvre d’évitement…
La place centrale arrière était bien plus étroite que les 2 autres, on pouvait certes monter à 5 adultes dedans mais on était bien serrés!
Mais bon, le Scénic plaisait, lui…

Paul

Le 02/11/2015 à 14:04

Whoua, excellente analyse… !!!

mOX

Le 03/11/2015 à 00:12

On peut opposer Multipla et Scenic du point de vue de l’architecture ; pour autant ça serait dommage de jeter la pierre au monospace français. Un véhicule certe, loin d’être parfait à sa sortie mais qui s’est rudement bonifié avec les années. S’il y a bien un véhicule qui incarnait « des voitures à vivre » c’était lui (la voiture des lapins crétins aussi).

Greg

Le 03/11/2015 à 09:05

J’ai beaucoup aimé le Scénic quand il est sorti, j’ai été emballé par l’intérieur cosy et lumineux, mais j’en ai conduit plusieurs (location, grands trajets) et à chaque fois, j’ai été déçu.
Voiture à vivre, indiscutablement, mais pas voiture à conduire 🙁

mOX

Le 04/11/2015 à 00:13

Évidemment, le scénic n’a jamais été une sportive 🙂 J’ai conduit la première génération sur un long trajet et je n’en garde pas de souvenir particulier car j’étais encore trop novice manifestement. À contrario, j’ai possédé deux exemplaires de la dernière génération dont un formidable Initiale Paris (et oui !) à qui j’ai fait faire autant des longs trajets que de la montagne en hiver etc. Et je n’ai jamais été déçu. Comme quoi 🙂

Stéphane

Le 16/01/2017 à 08:25

Faut arrêter de se pignoler sur la Classe A, vraie déception en matière d’habitabilité ! C’est étroit, on est mal installé à bord avec les genoux qui remontent, sans parler de l’inconfort.
Dire que le Multipla est conventionnel est là aussi une erreur. Il dispose d’une structure spaceframe, à peu près unique chez les monospaces. De plus, c’est lui la vraie réussite côté habitabilité puisqu’en 3,99 m, il en offre autant qu’un Espace…

Lorenzo

Le 03/11/2015 à 14:05

Il est mocheeeeeeeeeeeeeee!
Horriblement moche
Ce véhicule oublie que le premier critère d’achat d’un véhicule c’est le design
et puis cet intérieur…
On dirait que le design alcoolique a vomi de l’acide sur la maquette originelle de l’intérieur qui aurait fondu
quelle horreur!
défendre cette voiture c’est défendre un anticonformisme qui n’a aucun sens

Paul

Le 03/11/2015 à 14:07

c’est ton point de vue, pas le mien. Que le design soit un critère d’achat, soit, mais qu’il soit le critère global « a posteriori » non !

Manu

Le 08/01/2016 à 18:56

La force du Multipla, c’est sa beauté intérieure !!! De toute façon, les bien-pensants de l’automobile roulent en BMW X6, en Renault Espace dernier modèle, en 911 Targa dernier modèle, en Audi Q7, en Ferrari machin ou encore je sais plus quoi… qui sont toutes infiniment plus moche que le Multipla 1ière version, le dérapage a eu lieu pour la deuxième version.

Stéphane Barbat

Le 09/01/2016 à 14:37

En général, je suis en phase avec tes articles, et j’apprécie beaucoup ton blog! Mais là… Si je résume ton post, ceux qui critiquent le Multipla sont des « bien-pensants » et des « ayatollahs du bon goût ». Exit messieurs les moqueurs, vous n’avez rien compris, le Multipla est « disruptif ». OK, on est d’accord sur ce point. Mais la disruption n’excuse pas tout, et je suis d’accord avec le commentaire de Greg : les Mercedes Classe A de 1ère et surtout 2ème génération savaient créer de l’espace pour les passagers et leurs bagages dans +/- 3,80m… Et la ligne de la Classe A « 2 » est d’après moi toujours nickel 10 ans après son lancement. Bref, si je suis passionné d’automobile et de design, je sais que je n’ai pas le monopole du bon goût, mais j’aimerais ne pas être taxé de « bien-pensant » ou « ayatollah » pour autant. 🙂
Sur mon blog, j’ai écrit un article « TOP 20 des voitures laides », c’est évidemment très subjectif et vous avez le droit de ne pas être d’accord ! c’est ici : http://buylesschoosewell.com/le-top-20-des-voitures-laides/
Sinon, encore bravo pour ton blog 🙂

Denis the Pest

Le 01/03/2016 à 11:18

Je suis d’accord avec Manu, les ayatollahs de la bien pensance roule en allemandes bien aseptisées, les tentatives de sortir de l’ordinaire sont une spécialité latine, française et italienne.
Le mauvais goût s’applique aux corbillards allemands, surtout chez Mercedes, certainement pas l’originalité; quant au classement des voitures moches, on peut y classer la Mercedes type A en bonne place!

McCloud

Le 22/10/2016 à 13:19

Cette voiture avait tout d’un taxi, et rien que d’un taxi. C’est mon opinion et je la respecte. Que son tableau de bord ait été conçu sous l’influence d’opiacées ne laisse pas de doute. Cela dit, et on le voit avec le Top 20 dressé par notre ami Stéphane, les stups ont fait des ravages depuis vingt ans dans les bureaux d’étude et chez les designers. On ne compte plus les crapauds roulants et les remakes cauchemardesques de crapauds antérieurs (Mini, Fiat 500, jusqu’à la Phantom VII qui évoque un camion américain… on croise les doigts pour ne pas voir surgir un remake d’Ami 6… tandis qu’aux States, aussi en panne d’inspiration, on revisitait ces dernières années les Camaro, TBird, Dodge Challenger et Mustang avec plus ou moins de bonheur). Tous les goûts sont dans la nature, cela va de soi, on peut aimer le côté excessif d’un Exner et en face, trouver moche une Edsel, accorder le bénéfice du doute à la Thesis pour son côté Bentley et regretter les « vraies » Jaguar aux lignes félines, trouver que la Scenic contemporaine à cette Multipla ressemblait à une Megane que l’on aurait gonflée comme un matelas pneumatique en lui soufflant dans le pot d’échappement, et trouver des qualités au Nissan Juke ou lui préférer la voiture de Batman. Bien malin qui peut distinguer au jour d’aujourd’hui le bon goût d mauvais. En la matière, les cartes sont à ce point brouillées que passé un certain âge, on se repliera prudemment sur ce qui le caractérisait il y a un bon demi-siècle. Et là, le choix est vaste.

Philippe

Le 15/12/2016 à 07:50

Cette chose à l’allure bizarre a tout naturellement sa place dans la maison de Paul tellement elle ne laisse personne indifférent. Et l’analyse qui en est faite est très juste comme celles dans les commentaires. Dans ma période père de famille, sous la pression infinie de mon entourage proche, me voilà enfin décidé à aller jeter un coup du côté de ces sacs à dos à roulettes (avec un vrai moteur de voiture, pas de diesel camionesque). Direction Opel pour une Zafira. Accueil glacial quand je demande à essayer une version non mazoutée où l’on tente de me dire que seul le couple d’un tel moteur serait mieux amène à mouvoir cet engin tout gris et triste. C’est sérieux certes mais chiant comme un jour d’hiver parisien. Je finis par faire mon tour au super 95 et rend mon verdict avec un début de sciatique tellement c’est raide là-dedans côté confort et trop mou côté moteur, ça colle pas. Côté famille les enfants sont déjà emballé par la perspective des sièges qui bougent et autres gadgets. Me voilà donc chez Renault, pareil, pas de version essence à l’essai mais promettent de me rappeler dès que possible. Ce qui est rapidement fait avec un Scenic vert pomme métallisé tout juste restylé avec ses grands phares étonnés. La couleur me plait. Par contre à l’intérieur déception : la moquette et les contre portes couleur vomis ça va pas le faire. Sur le route le 1.6 fait ce qu’il peut et ne donne pas franchement la banane contrairement à sa voix. Et cette position de conduite… Next. Me voici chez Fiat du temps où la firme italienne possédait un immense garage avant l’arrivée de Microsoft à Issy-les-Moulineaux (92) : le quartier (en ce temps là) est pourri mais l’accueil au top et je peux y essayer tous les véhicules que je veux quand je veux. Le rêve. Les enfants jubilent à bord du Mutipla, moi beaucoup moins à cause de mon ego qui projette un avis négatif dans le reflet de mon moi. Franchement de quoi j’ai l’air dans cette voiture de clown ? Et pourtant je suis convaincu que cet utilitaire rigolo fera l’affaire et même que je le prendrai en diesel car ce moteur m’a lui aussi plus convaincu que l’essence. Ce qui veux dire que ce véhicule à l’allure ridiculement gauche a réussi à me retourner le cerveau à 180° à défaut de faire tourner les têtes d’admiration. Je suis prêt à signer quand un coup de fil de Renault m’invite une dernière fois à essayer le Scenic mais avec le moteur essence 140cv. Satanés premiers téléphones mobiles, sans eux j’aurais été peut-être l’heureux propriétaire d’une Multipla rouge au lieu de ce bête Scenic certes haut de gamme et au moteur convainquant mais dont je me débarrasserai assez vite, ne supportant plus ses caprices excessifs et son volant de camionnette. Que vive la multipla !

Starluc

Le 22/02/2017 à 15:13

Je me souviens d’un site britannique qui la comparaît à un caniche mort…

Perso, je trouve cette voiture aussi laide qu’ingénieuse…Mais pour l’esthétique, fallait oser!

M’enfin, est-ce que l’AMI 6 Citroën ou la Mégane 2 sont plus belles? Bof…

Paul

Le 22/02/2017 à 15:14

je suis d’accord avec toi.. On encense l’Ami 6 qui est, avouons le, assez moche… comme quoi le physique ne fait pas tout 😉

Maxence006

Le 11/08/2017 à 22:57

Ce Multipla avait certes un design original (ou particulier), mais force est de constater que niveau habitabilité elle faisait clairement bien plus le job que ses concurrentes de l’époque… Sans compter qu’il offrait 6 places dans moins de 4m de long. En y regardant de plus près il répondait parfaitement à la commande : compacité et volume habitable. Qui plus est, il y rajoutait un très bon comportement routier.
Pour revenir sur son design, un Scenic était certes plus élégant et sérieux, mais il n’avait pas ce côté « sympa » et « amical » (en référence à sa tête de dauphin et ses feux en forme de coeur). Puis si l’on regarde ce qui se faisait à l’époque, il y avait à mon sens bien pire niveau design comme le très fade Zafira et le globuleux et inelegant Picasso (la référence au parapluie ouvert est clairement moins sympathique que celles liées au Multipla…).
Quoi qu’on pense de cette auto, je ne peux que saluer l’audace et l’intelligence de la proposition de Fiat, et regretter qu’aujourd’hui toutes les marques se soient calees sur le modèle allemand…

Teddy

Le 23/03/2018 à 21:25

Je n’irai pas par 4 chemins : cette voiture était moche ! Les designers ont voulu casser les codes sans prendre en compte l’art du design… Et comme dans tout art, il y a un cheminement nécessaire avant de vouloir sortir des sentiers battus : d’abord, on apprend les codes, ensuite on maîtrise les codes, et ensuite on s’affranchit des codes. Le Fiat Multipla est un exemple typique d’avoir court-circuité tout ce cheminement, et de s’être directement affranchi des codes classiques de design automobile. Le résultat parle de lui-même.
Enfin, en 2010, ce n’est pas le nouveau design de Fiat qui a fait que le monospace se vendait moins à la fin, c’est tout simplement qu’aujourd’hui, les monospaces n’ont plus la cote, et ce au profit des crossovers et des SUV, plus polyvalents.

Bruno

Le 22/09/2018 à 18:10

j ai eu un multipla 105 jtd, et je le regrette encore, habitabilité surprenante, tenue de route énorme, mais finition limite, et moteur un peu juste… En même temps, j’avais aussi un Xsara Picasso HDI 90, et certes le picasso était plus homogène, avec plus de Ouach, malgré 15 ch de moins, mais avec une tenue de route moindre, et des finitions à peine meilleurs. Mon coeur sera toujours pour le Multipla

David

Le 07/10/2018 à 13:09

Ben je suis en pleine hesitation, entre un multipla jtd 115 elx (phase 1 évidemment) et un grand espace IV 2.2 dci empreinte et etant grand amateur de Renault mon coeur va plus vers le … MULTIPLA !!!!! deja il est bleu metal, couleur qui lui va trop bien je trouve, et des que je suis monté dedans j’ai resenti comme une sensation de bien être, c’est hyper large, bleu de partout, meme les vitres sont teintés bleu (d’origine) et surtout c’est une voiture hors du commun et j’aime defendre l’indefendable, je la trouve amusante. Je doit faire mon choix lundi ….

Carl

Le 27/11/2018 à 12:50

Si tu ne le prends pas voudrais tu me donner le numéro du vendeur ? Mon Multipla JTD 110 de 2002 approche les 350 000 km et j’aimerais continuer à rouler dans cette merveille automobile (oui sauf le tableau de bord à la con et les plastiques qui se décomposent) le plus longtemps possible.

Guigui59

Le 16/01/2019 à 10:17

Bonjour,
Multipla essence 2003 donc 1ère version, 155 000 km à ce jour. Bleu marine métallisé. Scrupuleusement entretenu. Je l’apprécie énormément et n’ai pas du tout envie d’en changer, car on ne trouve pas d’équivalent aux niveaux confort de conduite et volume. Et Et puis, j’aime justement son côté très original, je n’aime pas du tout la 2ème version (-: !

Paul-Flaminia

Le 09/07/2019 à 09:29

Que dire d’un véhicule aussi contrasté que le sont les avis ? Simplement poser la question à…des utilisateurs objectifs. Je vais essayer de l’être. Nous avons deux Multipla dont un qui totalise 440 000 km moteur et boite d’origine avec aucun problèmes moteur. Nous faisons plus de 30000 km par an et jusqu’à présent jamais restés sur le bord e la route. Oui ce n’est pas un véhicule parfait, ma femme le trouvait …dérangeant avant mais aujourd’hui est ravie, une de nos fille le trouve….horrible. oui il y a des points faibles et est inabouti sur des points mais en contrepartie extra en qualités dynamique, confort et modularité. Aujourd’hui nous nous faisons régulièrement remarquer par des jeunes qui rient en le voyant. C’est plutôt sympa dans une période de sinistrose aigue. On peut à juste titre critiquer ses plastiques de qualité médiocre mais aujourd’hui n’est-on pas dans un monde qui privilégie le statut social, les apparences et le conformisme intellectuel. Au vu de ce qui se vend dans le domaine, on peut légitimement le penser. Si certains veulent acheter des véhicules dits prémium, c’est leur entière liberté et je les critique pas. Il m’amuse de discerner le mépris voire une certaine condescendance de certains. J’ai été longtemps fanas de bagnoles mais aujourd’hui globalement quelle escroquerie ! Acheter un truc qui va perdre 20 % la première année, bardé de gadgets dont on n’a rien à faire et vite irréparable économiquement. Quoi d’autre ? Ah oui je viens d’en racheter un pour 500 €, il me fera bien encore 150 000 km, qui dit mieux ! Après je trouverai autre chose tiens pourquoi pas le vélo ou mes pieds.

Laisser un commentaire