La Girarderie et « Le Phaeton »: l’Auto-Journal et le Grand Palais du Berry

Publié le dimanche 6 novembre 2016.
Mis à jour le vendredi 28 septembre 2018.
Retour

« Jeune homme beau garçon, sauf au point de vue physique, cherche jeune fille charmante possédant les mêmes qualités pour le suivre au bout du monde »…

Voilà les annonces que l’on pouvait trouver dans « Le Phaeton », journal d’intérêt familial quotidienhebdomadairemensuel paru de 1936 à 1940 dans ma famille sous la houlette de mon grand oncle Pierre (« vas-donc ramasser les pommes de pins gamin »), rédacteur en chef et souvent bouc émissaire : ne l’avait-on pas accusé d’être parti avec la caisse dudit journal ? C’était l’époque heureuse où l’on ne croyait pas encore à la guerre… bien que les derniers numéros laissaient croire à un avenir bien sombre. L’Onc’ Pierre n’était encore qu’un adolescent, loin de sa guerre avec la 1ère armée en 44 et 45. L’on’c Marcel, ce héros des FAFL n’avait pas encore épousé tante Babet’ (toujours de ce monde), et l’on pavanait encore à la Girarderie… au volant de belles automobiles.

"La Belle Epinard", la terreur d'Henrichont, tel était son nom !
« La Belle Epinard », la terreur d’Henrichont, tel était son nom !

Un journal, une maison, des automobiles.. Voilà ce qu’était la Girarderie avant guerre…. Dans le « Phaeton » (un nom prédestiné pour un bagnolard comme moi), mes oncles, cousins, tantes etc décrivaient une vie que je n’ai pas connu, dans une maison qui a bercé mon enfance…Savoir que tout cela s’est passé au même endroit m’enchante…

Et de bagnoles, il était question…

« Tourisme » (le Phaeton, décembre 1936) :

« Monsieur Pierre Bailly vicomte de la Greugne, a ucours de la mise au point d’une nouvelle voiture modèle 1903, désespérant de la faire marcher à la cravache, essaya de la faire marcher au balai de bouleau. Le résultat n’étant pas meilleur, il se résigna à faire un 1000 mètres jusqu’au village (Henrichemont, ndlr) pour y quérir un litre d’essence. O merveille, la voiture retrouva sa vigueur. A la suite de cet essai, monsieur le vicomte de la Greugne jura de ne plus se servir que d’essence ».

O sent que la guerre approche: essai de masques à gaz dans la cour de la Girarderie !
On sent que la guerre approche: essai de masques à gaz dans la cour de la Girarderie !

« A vendre » (le Phaeton, juillet 1937) :

Automobile 8CV, couleur grise, 4 roues, quatre porte ne s’ouvrant plus, il est vrai. Moteur impeccable tournant même sans huile, sans eau, sans essence (ceci garanti seulement en descente), ce moteur est du reste un « Lion ». Il entraîne d’ailleurs la voiture freins serrés pendant plusieurs kilomètres…Ce qui a pour effet de faire chauffer les 4 roues, d’où moyen de faire du feu. Du reste, deux fils qui se touchent derrière le tableau de bord permettent plus facilement au pilote d’allumer sa cigarette sans lâcher les mains du volants (procédé essayé avec succès par le propriétaire à Orval le 21 juillet 1937. Jamais de pannes, seulement quelques arrêts forcés).

La jeune génération...
La jeune génération…

xc90-06

« A vendre » (Le Phaeton, octobre 1938)

A vendre, Licorne, 11 chevaux, sept places, état neuf, moteur parfait. Nouveau mode de freinage par la marche arrière/ Gens pas forts s’abstenir, à cause mise en marche et volant pas graissés. Craindre perdre en route partie arrière de la carrosserie, mais ficelles encore solides. Amortisseurs disparus. Les freins servent à monter le volley ball (ndlr : les parties allaient bon train à la Girarderie en cette fin des années 30).

80 ans plus tard !
80 ans plus tard !

Dans le Phaeton, il y avait biensûr le courrier des lecteurs, tenu par QQ la Praline, et puis les aventures de « La Belle Epinard », un Traction 7 Légère vert pâle qui fit tourner en bourrique la maréchaussée d’Henrichemont, ce petit village pourtant si paisible du Berry… Efin Le Phaeton disparaîtra avec la guerre… La Girarderie, elle, restera, et verra passer de belles autos : celles de l’Onc’ Pierre justement, amateur de bagnoles qui possédera une Panhard 24 CT (lire aussi : Panhard 24) et une 104 ZS (que ma mère récupérera, lire aussi : Peugeot 104 ZS et ZS2), les DS (et la Panhard) de mon grand-père, les DS, CX et GS de l’Ontatoie, et pour finir, ma Saab et quelques bagnoles que l’on m’avait prêté. La Girarderie ? Le salon de l’Auto du Berry.

Articles associés

5 commentaires

wolfgang

Le 07/11/2016 à 18:07

Elle a l’air d’avoir besoin de travaux cette demeure.
La couverture a pas l’air jeune.
Espérons qu’un enduit béton n’ait pas éé mis sur la pierre.
Bon et la Jag, elle devient quoi ? Je veux bien débarasser si elle encombre la grange.

Lorenzo

Le 08/11/2016 à 06:29

Alors ça c’est rigolo. Car quand j’étais petit mon grand père insultait tout le monde au volant de « Qq la praline ». Et puis surtout que jeudi je vais chercher ma nouvelle auto après 18 mois de recherches intense : une VW PHAETON. Sachant qu’on m’appelle Ben Hur, la boucle est bouclée au volant de mon nouveau char.

wolfgang

Le 08/11/2016 à 09:39

C’était la bagnole de Jorg Haider ça. On peut en effet qualifier ça de Panzer !!

LeLillois

Le 09/11/2016 à 18:14

Mon voisin en a une, elle est chouette . Où allez Vous la chercher (approximativement) sans indiscrétion ? en tous cas la sienne est très bien entretenue, si c’est celle là, Bonne affaire en perspective …

Lorenzo

Le 10/11/2016 à 06:19

Je me la suis trouvée chez un marchand haut de gamme en France. Une voiture qui appartenait à un patron de holding. 5500€ de TVS annuelle. Un jusqu’au boutiste assurément.

Laisser un commentaire