Saab 900 : passionnante et intriguante

Lundi 24 mars 2014
Retour

Aujourd’hui on l’appelle « classic » mais en 1990, elle ne l’était assurément pas. La Saab 900 1ère génération est celle qui m’a donné le virus Saab. En 1990 j’ai 15 ans, et mon père roule, comme des millions d’autres français, en Peugeot 405 (lire aussi: La 405 de mon père). J’ai soif de distinction mais j’ai des rêves accessibles, et je jette alors mon dévolu sur la 900. Elle a, selon moi, tout pour elle : une ligne atypique, des déclinaisons sportives (les Turbo 16 boîtier noir de 175ch et boîtier rouge de 185ch), en 3, 4, 5 portes ou cabriolet et l’intérieur est luxueux sans être ostentatoire.

C’est sans doute à cette période là que j’ai commencé à aimer la production automobile « atypique ». A la même époque, je découvre Venturi, que je préfère immédiatement à Alpine, par principe (car Alpine appartient à Renault). J’aime les petits face aux grands, les moteurs de feu cachés sous des robes anodines, les dessins à forte personnalité. Saab réunit tout cela, bien plus que son compatriote Volvo.

Malgré son rachat par General Motors en 1990, Saab gardera pour moi ce charme fou des petits constructeurs voués à l’échec mais dont l’originalité est salué par tous. Rouler en Saab, c’est un pied de nez au système. La 900, malgré un CX de fer à repasser, est une vraie petite sportive, et malgré son physique que certains trouvent ingrat, elle est une vraie « premium ». Enfin, elle cultive son attachement à l’aéronautique, avec une ergonomie d’avion de chasse, et la clé de contact à côté du frein à main.

Venue de Suède, la 900 c’est du costaud. Conçue pour démarrer par grand froid, dotée le plus souvent d’essuie-phares, son physique  est aussi « utilitaire » puisque la carrosserie a été étudiée pour faciliter le déneigement de la bête. Toutes les commandes doivent pouvoir être utilisées avec des gants. Enfin, côté sécurité, la suédoise est à l’époque à la pointe : structure déformable à l’avant, colonne de direction téléscopique, et bien sûr habitacle renforcé. Côté moteur, c’est du solide aussi, et les « classics » se vendent encore aujourd’hui cher malgré des kilométrages élevés.

 gamme. En fait, cette idée est venue de l’importateur américain qui pressentait la nécessité d’un tel modèle pour s’installer durablement aux Etats-Unis. Il fera réaliser un prototype qui séduira la direction de la marque. La 900 Cabriolet deviendra un must (lire aussi: Saab 900 Cabriolet). Fabriquée en Finlande, chez Valmet (voir : Valmet), elle est aujourd’hui la plus recherchée des Saab 900. Enfin, relisez le premier paragraphe de cet article, et vous comprendrez mieux le nom de ce blog.

Pour en savoir plus sur Saab, lire aussi:  Saab 900 Convertible Lynx et Saab 900 GT Aero !

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

3 commentaires

Denis the Pest

Le 24/01/2016 à 21:30

La Saab 900 n’est que l’évolution de la Saab 99 dont l’étude de la carrosserie rejoignait celle de la Renault 12 (cf traitement de la ligne arrière) tout comme celle de la Ford brésilienne Corcel elle même dérivant d’une étude Renault Willys do Brazil, comme quoi, la soi disant originalité « premium »….

Matthieu

Le 29/03/2018 à 17:18

J’arrive sur cette article (qui me semble tout de même très important pour ce blog 🙂 ) et je me retrouve… Avec un gros trou. Un morceau d’article semble avoir disparu après la dernière photo?

Gérard GUINOUNET

Le 17/07/2018 à 16:45

Je me separe de ma 1ére folie de jeunesse Saab 900 turbo 1985, 125000 kms et je recherche des connaisseurs intéressés ….

Laisser un commentaire