La Peugeot 405 SR de mon père !

Mardi 28 avril 2015
Retour

Les vacances dans une maison familiale au bord de la mer sont toujours propices à la nostalgie. Aussi mercredi dernier, lorsque j’ai vu devant la maison une Peugeot 405 Bordeaux, j’ai cru un instant être revenu en cet été 88, premier été passé à La Baule avec notre nouvelle 405 SR dotée de la même couleur bordeaux, des même enjoliveurs «turbines », à la seule différence que la nôtre était dotée du 1,9 litres à carburateur de 110 ch, et non d’un diesel comme sur cette SRDT présente sur ces photos.

IMG_6293

Mon père « était Peugeot à mort », où du moins l’était devenu puisque son père à lui, mon grand-père, ne jurait que par des américaines (des Ford en particulier, Vedette, puis Taunus). Jeune professionnel, mon père roulait en VW Cox, mais le mariage l’avait fait rejoindre le clan Peugeot ! 304 SL d’abord (acheté neuve à la concession Peugeot d’Alésia à Paris), puis 305 SR achetée d’occasion je ne sais où (lire aussi : Peugeot 305) et pendant quelques temps, une 104 ZS rachetée à mon grand oncle (lire aussi : Peugeot 104 ZS) comme « voiture de campagne ». Fin 87, la 305 commençait à être rincée, et il s’était résolu à changer de véhicule. J’étais tout excité surtout que désormais, du haut de mes 12 ans, je me sentais déjà fin connaisseur du monde automobile.

405 01

La sortie de la Peugeot 405 en juin 1987 avait été pour moi une révélation : enfin une jolie berline dans ce segment de la familiale. La BX était trop excentrique pour moi, tandis que la récente Renault 21 semblait trop carrée à mes yeux. En outre, j’avais été subjugué par le lancement de la 205, ses versions performantes (Gti) et ses victoires en rallye. Pour moi, la 405 était tout à fait dans le prolongement du renouveau de Peugeot, inaugurant un style altier (merci Pininfarina), aérodynamique et pour tout dire très séduisant. Adieu donc les très carrées 305, 505 ou 604, place au nouveau dynamisme d’une gamme moderne, 205, 405 puis 605 en 1989 (le summum du « design » Peugeot des années 80, lire aussi : Peugeot 605).

405 03

Lorsque nous achetions la 305 SR en 1982, j’étais loin de me douter que chez Peugeot, on travaillait déjà au projet D60, la future voiture de mon père. Il faudra 5 ans pour lancer la nouvelle voiture venant concrétiser le succès de la 205 sur un marché encore stratégique à l’époque : celui des berlines familiales. Car c’est bien le duo 205/405 qui fit le succès de Peugeot dans cette deuxième moitié des années 80 ! Cette fois-ci, mon père acheta une « voiture de direction », en gros un véhicule de collaborateur. Soucieux de sa vignette, c’est une « boîte longue » qu’il choisit, mais en conséquence n’eut pas le choix de la couleur : un bordeaux courant sur ce modèle, mais tout de même assez curieux. Aucun constructeur ne s’y risquerait plus je pense ! On parlait toujours en chevaux fiscaux, et mon père achetait une 7CV, point ! Pas la peine de lui parler du nombres de bourrins sous le capot. Le 1,9 à carbu de 110 ch était en effet proposé en deux versions de boîte : courte (plus sportive, mais chiffrant 9CV fiscaux) et longue (7CV, plus économique en consommation, mais moins « nerveuse »).

405 02

A l’époque, je n’avais pas vraiment conscience des ces subtilités. Je ne savais pas qu’on faisait un bond de 36 chevaux entre la 305 et la 405, mais j’en ressentais les effets même si la 405 était un peu plus lourde (oh pas de beaucoup hein!). Et puis quel luxe sur cette finition haut de gamme (avant que n’apparaisse la ST, et hormis la sportive Mi16 dont je reparlerai plus en détail dans un autre post) : sièges velours gris, vitres électriques à l’avant, ouverture centralisée des portes, appuies-têtes, et surtout, ce vide poche remplissant l’espace entre les sièges avant, signe extérieur de richesse par rapport aux modèles inférieurs GL et GR ! Pour le reste : rien, nada, même pas la direction assistée. Y’avait bien la « préinstallation audio », mais allez savoir pourquoi, mon père ne mit jamais d’autoradio dans sa 405 !

IMG_6295

La voiture ayant été livrée en juillet 1988, j’allais pouvoir jouer les kékés des bacs à sable, du haut de mes 12 ans, installé confortablement sur l’accoudoir de la place du milieu (côté sécurité, c’était pas vraiment ça) à La Baule, pays des belles voitures. Mon père s’étant cassé la jambe, c’est donc ma mère qui l’étrenna ! Mon bonheur fut de courte durée, car à Saint Nazaire, tranquillement arrêtés à un feu, nous avons été percutés par une dame conduisant en chaussette ! Pendant tout l’été, j’ai marmonné : moi qui rêvais de flamber, nous avons circulé avec une 405 SR neuve ou presque, mais défoncée à l’arrière ! Croyez-bien que j’ai été frustré cet été là !

Aujourd’hui, ni notre 405 SR bordeaux, ni mon père ne sont encore là. Mais je me souvient encore de l’immatriculation : 163 GVP 75 ! Et je vous garantie qu’en voyant la même garée devant la maison, j’ai eu douze ans l’espace d’un instant. Voilà pourquoi j’aime l’automobile !

En savoir plus sur la Peugeot 405: http://peugeot405.e-monsite.com/

Et lire aussi: Les 405 propulsion iraniennes , Les 405 américaines et Les 405 T16 sur Boîtier Rouge !

Photo de couv, 1, 2 et 5: Paul Clément-Collin

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

14 commentaires

Freditane

Le 10/06/2015 à 11:56

Merci d’avoir partagé ces souvenirs ! Mon père a eu une 405 aussi, mais vers la fin de la production, une version dont j’ai oublié le nom qui était blindée d’option, clim, cuir, etc… Avant ça il avait été plutôt éclectique, passant d’une mazda 323 (la première, toute ronde…) à une fiat 131 vert pomme (la honte pour moi, même à l’époque), pour passer à une 131 abarth, puis il a mis un pied dans la marque peugeot avec une 309 gl profil, suivie par la 405. C’est bon de se replonger dans tous ces souvenirs ! Haaa les départs vers l’Espagne, malade sur la banquette arrière de la 131, à devoir faire le trajet en deux fois en dormant sur les aires d’autoroute… Merci de m’avoir fait replonger dans mon propre passé 😉

Paul

Le 06/09/2015 à 00:04

Merci de partager ces souvenirs avec moi… ca fait du bien de savoir qu’on n’est pas le seul con à penser l’automobile autrement… Souvent, il ne s’agit pas de cylindrée, de puissance ou de taille du coffre, mais tout simplement de SOUVENIRS justement 😉

Hendrickx

Le 24/02/2018 à 11:24

Merci pour le chouette retour en arrière ! J’en possédais une ! Une 405 SRD Turbo avec la plaque belge FET029. Elle était de couleur vert Sorrente. Quelle voiture, hormis la faiblesse du train arrière j’ai parcourus 325000 kms avec. Transport de matériel de plongée/marine, de matériaux de construction, remorque avec le bateau, CONFORT, Je la regrette toujours.
RIP my dear 405, i will never forget you !

Nono 57

Le 08/09/2017 à 07:57

Je me hasarderais, pour le nom de la 405 de ton Père : « Signature » ? mais le cuir lui etait optionnel je crois.

Cela a été aussi la caisse de mon fin d’enfance / début adolescence, deux neuves : une GRDT phase 1 et un break SRDT phase 2… Un très bon souvenir, bonnes voitures sauf au niveau équipement de série (la Mi16 avait, il me semble, le rétro droit en option a sa sortie… et notre GRDT a plus de 120.000 francs avait vitres a manivelles au carré de mémoire)

rubinho

Le 18/01/2016 à 10:11

que de bons souvenirs cet article : une AM 88, une des toutes premières. La notre etait aussi une SR en AM 89 mais en boite courte, blanche et AVEC l’option DA et une radio Philips en accessoire. Immat : 787 HAC 75.

Nicolas H

Le 17/03/2016 à 11:05

C’est mon premier commentaire… et Je vous remercie Paul pour cet article plein de nostalgie…
Il me rappelle également la 405 SR de mon père… une 1.9 à carburateur de 110 ch, boite longue (7 cv fiscaux donc) et sans direction assistée.
Là-même que la vôtre (ou presque), celle de mon père était bleue marine… et elle avait un auto-radio K7 ;o)
Pleins de jolis souvenirs me reviennent (départ en vacances, WE sur les départementales, etc.)
Petit clin d’oeil, mon père (comme le vôtre) adorait Peugeot (204, 205 GTI, 405 SR, etc.).
Je dois avouer que j’ai pensé à lui lorsque j’ai acheté ma première voiture neuve… la nouvelle 308 1.2 THP 130… qui elle aussi a 7 cv fiscaux !
Bonne continuation à BR, l’un des sites que je préfère.

Greg

Le 17/10/2016 à 14:46

J’adore ce genre de reportage empreint de nostalgie, moi c’est la CX 22 TRS couleur bordeaux corail qui me fait redevenir un gosse, mon père en avait une dans le millieu des années 80 immat belge GXV-690
Ensuite il la remplaca par une R19 GTD toute neuve, rouge, j’en etait très fier, il l’a gardé 5ans, avant d’acheter une Mercedes 200D couleur ivoire, intérieur cuir vert (j’ai encore l’odeur de l’habitable qui me revient en memoire…) 5 ans plus tard il eut un coup de coeur… une Ford Cougar, noire qui marqua le renouveau de Ford en même temps que la Focus Mk1 et la Puma, quand je pense d’ailleurs qu’il hesitait avec une Xantia Activa…

Choco

Le 17/03/2017 à 19:51

Merci pour ce joli témoignage.
Mon père aussi a eu une 405, série 2, année 93 SRDT. Le jour et la nuit avec la 505 qu’elle remplaçait. J’ai le souvenir de la (relative) gouache du 1.9 turbo diesel et de son appétit d’oiseau dû à un poids contenu.

Tibo

Le 07/06/2017 à 21:29

Super article Paul.
Ça me remémore la 405 GR 1,9L boîte courte noire Du paternel.
AM 91, noire, pas de vitre électrique, pas de verrouillage central, mais options direction assistée et surtout toit ouvrant électrique.
Il souhaitait une 405 SI (assez rare, c’était une finition proche de la GL avec Le moteur de la SRI), mais elle ne se faisait plus.
Dans mes souvenirs, Le 1,9 L 110 ch en boite courte ç’etait sportif 🙂
On partait en vacances, en traversant la France, Les 4 enfants sur la banquette arrière, Les valises sur la gallerie sur le toit. Quels souvenirs!
La remplaçante fût une 306 XS en 95, puis un cabriolet 306 en 2001 🙂

Docteur Oliv

Le 02/10/2017 à 13:40

Salut Paul, aujourd’hui un peu de temps donc je te rassures (si besoin était ), pour ma voiture d’aujourd’hui c’est sûr que les Perfs c’est important mais pour celles d’il y a 20 ou 30 ans c’est tout ce qu’on y associe.
La 1ère 405 que j’ai vu, j’ai pensé il m’en faut une ! Trop belle comme disait ma fille il y a 1O ans.
La 1ère fois : une 1,9 GR boite longue pour aller au GP Moto à HOCKHENHEIM. Super mais la Boite 7 CV …
Une SRD Turbo (Phase 1 donc puisqu’après se sera SRDT…) 88 AGW 91 ROUGE. Pas le Bordeaux distingué !
puis une Mi 16 Blanche repeinte 3 fois (Appelle-moi quand tu feras l’article) 405 ASS 95. ne riez pas j’ai encore la plaque AV
En tous cas une super Auto la seule chose, la durabilité des roulements de bras du Train AR

Kevin

Le 03/10/2017 à 12:51

Drôle de lire ça.

La 405 GR 1.9 110ch boîte courte de mon père est toujours en notre possession !
Première main avec toit ouvrant, vitres électriques, … Et toujours en plaque 000 XXX 00 noir et phares jaunes d’époques !

Ça nous arrive même de partir encore en vacances aux sports d’hivers avec !

Docteur Oliv

Le 03/10/2017 à 13:05

Si tu veux un peu mieux voir sans renier l’origine tu peux mettre des projecteurs de SRi ou Mi16 avec double Réflecteurs.
Tu mets des Gold de Phillips pour les H4 et après dépose de la Glace tu ôtes le globe Jaune et donc LP Blancs

SchiacciaGhiaccio

Le 27/02/2018 à 10:00

J’aime beaucoup votre style, très évocateur quand vous parlez de ce qui nous relie intimement à l’automobile.

Laisser un commentaire