La vérité sur le Chevrolet Niva

Jeudi 18 août 2016
Retour

Comme on lit ou entend souvent des bêtises sur la Chevrolet Niva, il me semblait important de faire un point sur cette voiture portant un nom de famille américain (Chevy), un prénom russe (Niva), et continuant à lutter face à celle qu’elle devait remplacer, la Niva originelle devenue 4×4 Urban pour ne pas lui faire de l’ombre.

La VAZ 2123, produite par OPP-AvtoVAZ de 1998 à 2002
La VAZ 2123, produite par OPP-AvtoVAZ de 1998 à 2002

Pour comprendre cette drôle de situation, voici donc un petit topo ! Au début des années 90, et malgré la relative bonne forme de la fameuse Niva (lire aussi : Lada Niva), AvtoVAZ décide d’étudier un éventuel remplaçant, plus moderne, plus logeable, et plus séduisant. C’est ainsi qu’est lancé le projet VAZ 2123 : sur la base d’une Niva, on va proposer une version 5 portes, à la carrosserie « occidentalisée », mieux équipée, avec un intérieur lui aussi revisité (pour tout dire, on change de monde).

La VAZ 2123 portait à ses débuts le logo Lada, et ne s'appelait pas Niva
La VAZ 2123 portait à ses débuts le logo Lada, et ne s’appelait pas Niva

2123 03 Proto 98

Ce modèle est présenté en 1998, et la décision de le produire en petite série est prise dans la foulée, pour « tester » le marché. Pour cela, AvtoVAZ dispose d’une filiale, OPP, qui va donc gérer la production de ce nouveau modèle. OPP a été créée en 1986 avec pour mission de gérer et caler la production industrielle des produits Lada/AvtoVAZ : une sorte d’outil pour la pré-production permettant le passage à la véritable industrialisation. Mais peu à peu, OPP est devenu une sorte de « producteur en petite série » pour le compte de sa maison mère, permettant autant de tester les outils industriels que de sonder le marché ! Bref, entre 1998 et 2002, la VAZ 2123 va être produite par OPP !

La VAZ 2123 devient Chevrolet Niva en 2002, produite par GM-AvtoVAZ
La VAZ 2123 devient Chevrolet Niva en 2002, produite par GM-AvtoVAZ

Là où cela devient drôle, c’est que dans le même temps, AvtoVAZ a entamé des discussion avec la filiale allemande de GM, Opel, pour créer une joint-venture afin de produire l’Opel Astra en Russie. La lettre d’intention est signée en mars 1999, mais le projet va finalement prendre une autre tournure. A l’origine, la production de la Chevrolet Viva (version russe de l’Astra) devait atteintre 1000 exemplaires par mois en 2002, pour monter rapidement à 35 000 (voire 85 000 si le contexte semblait favorable) véhicules annuels. Mais les deux partenaires vont vite se rendre compte que ce projet est un peu trop ambitieux.

Niva 04

Le PDG d’AvtoVAZ, Nikolaï Lyachenko, va alors proposer un autre deal à General Motors : pourquoi ne pas réduire un peu les ambitions sur la Viva, mais compléter l’offre par un nouveau produit, actuellement bien perçu sur les marchés, la VAZ 2123, qui serait rebaptisée pour l’occasion Chevrolet Niva, et présentée comme le successeur de l’antique Lada Niva ? Les pontes de chez GM y voit une bonne occasion de pénétrer rapidement le marché russe grâce à la force du nom Niva. Aussitôt l’accord est modifié, avec des objectifs plus raisonnables pour la Viva (20 000 ex/an) et des objectifs ambitieux pour la Niva (100 000 ex/an). Banco.

La Chevrolet Viva, restylée en 2004, sera stoppée en 2008 faute de ventes !
La Chevrolet Viva, restylée en 2004, sera stoppée en 2008 faute de ventes !

Viva 02

Le 27 juin 2001, le partenariat est officiellement signé, et la société GM-Avtovaz créée. Les deux associés en possède 46,1 % chacun, tandis que la BERD (Banque Européenne pour la Reconstruction et le développement) en possède le solde. GM apporte du cash et des équipements, Avtovaz va construire l’usine et apporter au capital les droits de production de la VAZ 2123, tandis que la BERD apporte du cash et une ligne de crédit de 100 millions de $. Et voilà comment la VAZ 2123, produit 100 % russe, va désormais s’appeler Chevrolet Niva.

Niva 03

Niva 11

Si la Niva est bel est bien une 2123, elle va pourtant recevoir toutes les attentions des ingénieurs de GM, et la voiture va être modifiée sur de nombreux points. Ses moteurs 1.7 issus de l’ex-Niva vont être fabriqués sur une ligne différente des autres, vérifiée par les allemands d’Opel. Pendant ce temps, l’usine GM-AvtoVAZ va être construite en un temps record à côté des usines AvtoVAZ à Togliatti (lire aussi : l’usine de Togliatti), pour être opérationnelle fin 2002. L’aventure russo-germano-américaine peut enfin commencer.

Le Niva récupère les mêmes qualités tout terrain que son ancêtre
Le Niva récupère les mêmes qualités tout terrain que son ancêtre

La première voiture produite par GM-AvtoVAZ va sortir des chaînes le 23 septembre 2002, et il s’agit bien d’un Chevrolet Niva. 456 exemplaires seront fabriqués en cette fin d’année, histoire de roder l’outil industriel. La production de la filiale commune passe à 25 235 exemplaires en 2003, loin des objectifs initiaux, puis à 55 150 exemplaires en 2004. Surtout, l’essentiel de la production concerne le Niva, tandis que la Viva vivote (et sera arrêtée en 2008, faute de ventes) ! De son côté, AvtoVAZ a débaptisé son Niva d’origine, lui offrant le nom de 4×4 (tout simplement), tout en en continuant la fabrication : le premier concurrent du Niva sera donc le 4×4, disponible lui aussi en version 5 portes (lire aussi : VAZ 2131, Niva version longue). A dire vrai, les deux modèles vont faire jeu égal durant près de 15 ans ! En 2015, le Lada 4×4 s’est vendu à 35 512 exemplaires en Russie, dépassant son rival Chevrolet Niva (31 367 ex). Mamie fait de la résistance ! Au total, plus de 500 000 Chevy Niva ont été fabriqués depuis son lancement en 2002 !

Le Niva dans sa version restylée en 2009 par Bertone
Le Niva dans sa version restylée en 2009 par Bertone

Niva 15 restylé

Pourtant, le Niva avait reçu un petit restylage en 2009, signé Bertone, sans véritable influence sur les ventes. En 2012, la BERD se retire et les deux partenaires se retrouvent à 50/50 dans la filiale GM-Avtovaz. En 2014, un projet de nouveau Niva est présenté au public, mais la mise en production n’a pour l’instant pas été décidée. L’avenir de la joint-venture est, il faut l’avouer, incertain depuis la prise de contrôle d’AvtoVAZ par notre constructeur national (officiellement majoritaire depuis 2014, lire aussi : Renault majoritaire chez Lada). D’autant que GM a cessé de distribuer des Chevrolet en Russie !

Niva 18 restylé

Enfin, ce qui est sûr c’est que le nom « Niva » n’appartient pas à GM, et que le « nouveau » Niva est un pur produit Russe fabriqué aux standards allemands (ou presque) à Togliatti. Et si l’aventure GM-AvtoVAZ tournait court, il est fort possible de voir à nouveau le nom Niva inscrit sur une Lada. Il était temps en tout cas de raconter l’histoire du VAZ 2123 devenu Chevrolet Niva, histoire de pouvoir briller dans les dîners en ville !

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

9 commentaires

Marc Limacher

Le 18/08/2016 à 14:11

Dans la corbeille GM/Lada, il n’y avait pas un dérivé de la Corsa (qui est devenu Kalina depuis) et une usine à Saint-Petersbourg au départ ?
J’ai peut être la mémoire qui flanche sous la chaleur 🙂

Paul

Le 18/08/2016 à 14:33

Non… AvtoVAZ produit ses modèles dans son usine géante de Togliatti, et la Kalina est un pur produit maison… GM a fermé toutes ses usines en Russie, dont celle de Saint petersbourg !

Michel

Le 18/08/2016 à 16:30

Hormis les passages de roues, les 2 modèles sont très similaires

Nabuchodonosor

Le 18/08/2016 à 17:15

Un profil de RAV4 5P première génération, un arrière de Terrano II et/ou Ford Maverick, la pompe fonctionne à merveille même chez Bertone…
Bon, pour l’avant, je donne ma langue au chat !

philippeimac

Le 27/06/2018 à 18:28

Bonjour,

Le dessin de la 2123 n’est pompé sur personne ou plutôt très indirectement de l’Audi 80 B3 de 1986 tout simplement parce la Lada 2110 était « benchmarkée » dessus d’ou d’ailleurs la ligne lisse de cette dernière.
Le rapport avec la 2123 c’est qu’elle devait avoir un net air de famille, pour une raison simple de réutilisation de pièces de la 2110 comme toute sa calandre par exemple.
Vous pouvez vois ici par exemple des photos des nombreux prototypes: https://www.drive2.com/c/2872038/

Il faut aussi se souvenir que la fin des années 90 c’est le bio design triomphant et c’est pour ça que la Kalina et la 2123 ont ces lignes lisses et molles. Rappelez vous de certaines coréennes et japonaises de la même période.
La différence avec ces dernières c’est qu’en Russie Lada n’a pendant longtemps pas du tout eu les moyens financiers d’industrialiser de nouveau modèles et c’et pour ça que la Kalina dont la sortie a pris plusieurs années a été restylée dés le lancement, la mode bio design étant alors passée et datée.

Lionel

Le 22/08/2016 à 01:28

J’aimerai bien qu’on m’explique pourquoi les voitures pour les russes sont si étranges en terme de dessin? Faut absolument être sous très fortes doses de vodka pour faire des voitures???

Laisser un commentaire