Lada 1500S (2103) : Amérique, nous voilà !

Publié le dimanche 20 août 2017.
Mis à jour le vendredi 12 octobre 2018.
Retour

New York International Motor Show, 1973

Les filles sont chaudes, mais présentent une voiture qui vient du froid. Après avoir séduit les russes en Union Soviétique, la 2101, devenue 2102, puis 2103 s’apprête à conquérir l’Amérique. Sortie depuis peu des chaînes de Togliatti (lire aussi : L’usine de Togliatti), la VAZ 2103 s’offre une appellation plus accessible : Lada 1500. Pas con !

77 chevaux, 1500 cm3, 152 km/h de vitesse de pointe, le 0 à 100 en 17 secondes, tous ces chiffres sont impressionnants. Enfin, pas assez sans doute pour l’occidental habitué à mieux. Il faut donc des nanas en maillot de bain pour attirer le chaland. On est loin des chromes américains, et de la démesure à laquelle est habitué le fameux consommateur américain, qu’on va tenter de convaincre malgré tout : gloire à l’Union Soviétique, qui fait moins bien que tout le monde et le fait savoir à coup de nanas un poil découvertes.

Chapka sur le chef, peau de bête en cape, soutien gorge affriolant, il faut bien cela pour vanter les mérite d’une voiture qui ne sera finalement jamais vendue aux USA. Lada tentera bien, quelques années plus tard, une percée au Canada (lire aussi : Lada Signet), mais jamais au grand jamais ne se risquera à vendre ses Jigouli restylées et sur-motorisées (1500 cm3 pensez donc, c’est grand luxe) au pays des grosses bagnoles. Pour conquérir les States, on laissera les cousins Yougoslaves s’y perdre eux-même (lire aussi : Des Yugo aux USA).

A Togliatti, on y a cru… un instant. On est en pleine Guerre Froide, on a besoin de devises, et on trouvera bien des gogos survivants du McCarthisme pour acheter par conviction plus que par raison une voiture aussi séduisante, au luxe capitaliste (par rapport à la 2101 d’origine, hein, comparons ce qui est comparable), et dotée tout de même de 4 phares ronds à l’avant. Ca en jette non ?

La 1500, à laquelle on ajoute un S pour faire sportif sans doute, a deux défauts : trop luxueuse à l’Est, trop cheap à l’Ouest. Pas évident de se faire un place au soleil, sans parler de sa base technique datant des années 60. Et oui, elle dérive tout droit d’une voiture lancée en 1966, la Fiat 124. Ok en 1973, ça se voit pas trop encore, mais avec le temps (la 2103/1500 sera fabriquée jusqu’en 1984, mais aura des héritières jusqu’en 2005 avec la 2106), la clientèle, malgré un gros penchant à gauche, finira par se lasser.

Robuste, certes, carrée, aussi, mais faut pas prendre trop longtemps des vessies pour des lanternes. Acheter l’Huma sur les marchés aux militants encartés, soit, mais se taper de la Jigouli jusqu’à la fin des temps, non merci. Aux States, la direction de Lada a vite compris : le potentiel n’est pas là, les sympathisants ne sont pas là, tandis que les pauvres préfèrent s’acheter d’occase une américaine qui en jette toujours plus. En Europe Occidentale, la marque soviétique compte sur un réservoir plus important (un réservoir d’acheteur, pas d’essence), mais cette 1500 qui se veut plus luxueuse (oui) et plus performante (oui oui) n’arrive pas plus à convaincre qu’en URSS. Qu’elle est difficile la montée en gamme !

Ouf, on a, du côté de Togliatti, une idée de génie : cette 2103, on va lui donner un moteur moins performant (pas con!), histoire de faire baisser le prix. Hop, on lui greffe un vieux moteur de 1300 cm3 et 69 ch. Pas suffisant cependant pour faire de la 2103 un succès. Dès 1975, la 2106 mieux pensée et plus adaptée aux goûts de l’Ouest (ouais, du faux bois en contreplaqué, c’est chic dis donc) va la côtoyer sur les chaînes d’assemblage. L’une (la 2103), se vendra en 11 ans à 1,3 millions d’exemplaires, tandis que l’autre (la 2106), s’arrachera à 4,4 millions d’ex entre 1975 et 2005 (en 30 ans donc). Aux chiffres et aux Lettres, on disait « pas mieux » !

Cette belle aventure automobile, à défaut de nous avoir fait rêver, nous laisse une jolie collection de photographies officielles où, il faut bien le dire, on use et abuse de jolies pépées heureuses de vivre à l’Est pour espérer vendre quelques automobiles. Et rien que pour cela, je dis, merci Lada !

Et sinon, AvtoVAZ tentera d’en faire une bête de course avec Porsche… A lire: VAZ-Porsche 2103

Articles associés

23 commentaires

DAGUET

Le 20/08/2017 à 16:03

Sur la première photo on en voit déjà un à genou sûrement pour pouvoir faire un tour en charmante compagnie !

Eddy123

Le 20/08/2017 à 17:45

Elle est très belle….. La voiture…..

zeboss

Le 20/08/2017 à 19:23

je trouve qu’avec tous ces chromes, c’est assez ostentatoire….
non?

Patrick

Le 20/08/2017 à 20:55

Elles sont belles ces Lada (et Fiat 124/125) – les ai toujours aimées.

Sinon, must il y avait la 1600 ! En Belgique nous l’avons même eue avec intérieur tissu écossais et pare brise avec bande fumée, plus volant bois (Nardi?).

L’importateur belge était très réactif – Volga, Lada, Moskvitch se sont bien vendues ici.

OLIVIER WASTERLAIN

Le 21/08/2017 à 00:08

je confirme (volga en diesel) mais on a mm eu droit aux izh, aro, dacia dérivé des R12, fso, zaz, zastava-yugo, uaz, luaz, et mm les Autocar israelienne, nasr egyptienne et anadol turc
mon pere en a eu deux de lada une 1300 et 1500 ( et aussi skoda 120 et daf un coupé et un mini break entre autre)

Philippe

Le 21/08/2017 à 07:35

L’importateur Scaldia Volga était très dynamique. Il me semble que même les Wartburg ont été importées en Belgique dans les années 70 et je me souviens d’une publicité, française il me semble, années 60 pour ‘Trabant la deuxième voiture’ sans doute pour concurrencer la Mini des beaux quartiers :).
En France aussi nous avons eu des Lada à volant Momo, le volant kitsch de bakélite noire était vraiment dépassé.

fc30

Le 20/08/2017 à 22:18

Camarades, par la barbe de Lénine, ces chromes ostentatoires sont terriblement petit bourgeois et décadents ! L’homme nouveau soviétique est frugal et n’a cure de ces ornements inutiles sur un véhicule destiné à motoriser les masses populaires. Un tel décorum est à réserver aux ZIL de la nomenklatura, signalant à tous le valeureux membre du Parti qui s’y trouve. Que dire de ces photos elles aussi peu orthodoxes et elles aussi caractéristiques des mœurs décadentes de l’occident…
Hélas ce subterfuge visant à détourner une partie du grand capital au profit du valeureux prolétariat de Togliatti n’a guère fonctionné et plus tard le grand satan Chevrolet est même allé s’accoquiner avec Lada pour tenter de remplacer notre immortel Niva !

Philippe

Le 21/08/2017 à 07:39

GM-Avtovaz aurait pu faire un tabac à l’export avec la mode des petits SUV et couper l’herbe sous le pied du Duster mais comme souvent le pachyderme s’est endormi .

Philippe

Le 20/08/2017 à 22:24

Bise aux USA mais petit succès au Canada

Dubby Tatiff

Le 21/08/2017 à 00:40

Une pensée pour la Yugo rouillée qui est moquée par Bruce Willis dans Die Hard 3 😉

Olivier S

Le 21/08/2017 à 10:16

Superbe voiture Soviétique!
.
Bien que la série des Shigulis silionne toujours les pays ex-Sovietiques par des millions (surtout en Ukraine rurale, mais aussi dans les pays Baltes), les anciennes Lada pre-facelift Nova en bon état commandent des prix collectionneurs en Allemagne ex-RDA, et bien autres pays de l’Est maintenant parti de l’UE.
.
Je n’en trouve pas en-dessous de €4000.- avec CT valide – la plupart des rares exemplaires Shiguli 2106 / 1500 avec immatriculation UE qui on survécu la destruction en masse suivant la chute du mur ont été ré-exporté vers l’Est profond (Russie, pays Caucase, Ukraine) dans les années 90. Ça s’achetait au prix de ferraille pendant quelques années de transition au capitalisme – ou on les ramassaient même gratuitement.
.
Aujoud’hui en Allemagne de l’Est, €5000 et même bien plus sont la norme pour un modèle 1500 en état préservé – bien plus qu’elle coûtait en neuf en RFA! Encore bien plus si il s’agit d’une ancienne Lada de fonction avec l’équipement qui va avec (Police, Stasi, Apparatchik SED, voiture radar).
.
C’est plus cher qu’un modèle équivalent Opel (Ascona), VW (Passat), Audi (80), Ford (Sierra) ou Français (Peugeot 305, Citroen GSA, Renault 18). La grande exception c’est la Ford Taunus, devenue véritable voiture culte des hipsters des grandes villes, surtout à Hambourg. Mais pas en ex-RDA, Tchéquie, Slovaquie – la-bas, une Shiguli 1500 version d’origine préservée (avec insignes АвтоВАЗ et Жигули en Russe) c’est le top du top!
.
Preuve quand même qu’il y a beaucoup de nostalgiques du temps du socialisme…

Olivier S

Le 21/08/2017 à 10:21

Note: Pour voire un peu les prix s’envoler, visiter le site de « Genex », qui se spécialise dans ce type de voiture:
.
https://home.mobile.de/GENEX-WELT#ses
.
€12000 pour une 1500 en superbe état…

Philippe

Le 21/08/2017 à 14:24

Ces prix sont fous. Et que dire des Citroën, Ford ou Mazda passées en RDA justifiant ainsi d’avoir quintuplé leur cote ?
Je me laisserais aller pour un 2 temps, Trabant ou Wartburg, Syrena polonaise, mais une Lada ? Les Russes sont des riches qui s’ignorent.
NB les Volga ont été dévorées par la rouille et sont devenues rares

Olivier S

Le 21/08/2017 à 15:59

D’accord – ces prix sont fous.
.
Mais il faut savoir qu’il y a un grand nombres de nostalgiques ex-RDA qui les payent! Même pour les quelques dizaines de milliers Citroen GSA, Volvo 242, Mazda 323, Fiat 131, VW Bus T3 et Golf I importés en RDA par la Genex Geschenkdienst GmbH dans le temps (société de l’est pour distribution d’un catalogue de cadeaux provenant de l’Ouest, payable en Deutschmark ou Dollar, les bénéficiers devaient avoir des gendres en RFA qui leur faisait un immense cadeau…).
.
Sur la GAZ Volga, d’accord aussi – mais je l’adore! Les GAZ 31 roulent toujours en Ukraine rurale (lors de ma visite l’année dernière). C’est mieux qu’une Lada, car solide et on y monte a six ou sept personnes sans problème, avec quelques moutons ou une dizaine de caisses de Vodka dans le coffre. Mais les Shigulis sont bien plus nombreuses, il y en a tous les coins – mais rarement le modèle 1500 a double phare, plutôt les 1200 plus simples.
.
Une famille voisine de mes parents, ex-Russes de souche de la minorité allemande d’origine du Kazakhstan possédé une Volga restauré – c’est même la vielle version GAZ 21 des années 50-60. C’est du solide, avec le charme d’une vielle Studebaker a l’extérieur, et un brin des années 40 art déco a l’intérieur!

fc30

Le 21/08/2017 à 20:27

Merci pour ce lien et ces commentaires, je me suis toujours demandé ce qui roulait en RDA (j’avais lu un article sur les GSA de là bas et sur la CX de Honecker).
Les annonces sont effectivement hallucinantes au niveau des prix, mais ce sont des petits morceaux d’Histoire… La GSA quasi neuve est assez impressionnante, difficile de s’imaginer comment une voiture si « spéciale » a pu se retrouver là bas…
Mention spécialement également aux Dacia 1310 TX (ce qu’auraient été des R 12 TX chez nous ?), et il est étonnant de voir des voitures provenant de marques de pays « ennemis » (Ford, VW), comme quoi les frontières étaient moins étanches que l’on imagine.

Philippe

Le 21/08/2017 à 20:31

Le problème n’était pas les frontières mais les devises.
Avec des dollars tout était possible.

Olivier S

Le 22/08/2017 à 09:58

Pas tout – les ressortissant RDA pouvait seulement se faire livrer les produit du catalogue annuel Genex. Dans ce catalogue, 90% des produits était originaire du Comecon (de l’est) – mais sans attente! Donc, pas de délai de livraison et liste d’attente de 15ans pour une Lada ou Wartburg!
.
Par contre, ce catalogue a offert toute une multitude de produit de l’ennemi de classe ouvrier, l’Ouest capitaliste: Même des maison entières préfabriques, par exemple des voitures VW (Golf, T3), Fiat (131, Uno), Citroën (GSA, BX), Volvo (342, 242), Ford (Orion), Mazda (323) et même BMW (tous des modèles unifies standardisés, sans choix d’options).
.
Payable par un ressortissant de la RFA en DM, en dépôt sur des comptes d’une entreprise RDA basée a Zürich ou Copenhague.
.
Voici le catalogue de 1986 – les voitures a partir page 200:
.
http://www.kraftfuttermischwerk.de/genex/genexkatalog1986.pdf
.
Version auto restreinte avec voitures de l’Est seulement, pour ceux qui avait seulement obtenu des « devises » etrangeres en roubles (comme les travailleurs sur la pipeline « Drushba » de la Sibirie vers la RDA), 1977:
.
http://www.kraftfuttermischwerk.de/genex/genexautokatalog1977.pdf
.
Ceux en RDA qui possédait une voiture Genex produite dans l’Ouest pouvait se compter d’être membre d’une rare élite avec contact familial vers l’Ouest – même si c’était une toute simple Fiat Uno. En occase, ça valait plus qu’une dizaine de salaires moyen annuels…
.
Peut-être c’est ainsi que beaucoup d’Allemands de l’Est considèrent une simple Citroen GSA ou Lada 1500 sans attente comme un produit de super luxe, comme une Rolls-Royce chez nous…

Philippe CENTA

Le 22/08/2017 à 10:07

Merci pour ces informations que je découvre.
Le problème c’était bien les devises.
Pour les délais c’est curieux.
En Pologne dans les années 70 une Trabant ou plus tard une Polski Fiat 125p s’obtenait en quelques semaines ou mois.
Par contre déclarer de la famille à l’Ouest ne se révélait pas du tout avantageux.

Olivier S

Le 22/08/2017 à 10:24

Pas toujours – mais si il s’agissait de devises, la RDA a encouragé les dons de famille payable en Deutschmark. C’était une immense affaire, tellement il y avait une pénurie de divises.
.
En ce qui concerne les délai de livraison: Les Allemands RDA avait plein de fric (Mark RDA en Aluminium – « Chips en Alu »), mais pas de produits livrables (pénurie artificielle de produit de luxe comme les voitures).
.
Les Polonais et surtout Hongrois avait officiellement accès a bien plus de produits, aussi en provenance de l’Ouest, mais pas de fric pour les acheter! En plus, ils avait la possibilité de voyager, aussi vers l’Ouest – chosé impossible pour ressortissant Allemands RDA.
.
En 1983, mon pére avait vendu nôtre VW Passat 1.5l Diesel familial de ’78 (type B1 32A facelift) a un Polonais, chercheur en Échange avec l’université de Heidelberg, pour environ DM 5500.- si je me rappelle bien. Un type super sympa.
.
Il l’a revendu a une fortune en Pologne un an plus tard, et s’est offert une Polonez toute neuve avec plein de fric en surplus!
.
Chose qui était impossible pour les « emprisonnées » derrière le mur en RDA…

Philippe CENTA

Le 22/08/2017 à 15:07

Bizarre que la DDR se soit mis dans la dépendance de la BRD.
Sans quoi il n’était pas facile pour les Polonais d’obtenir n passeport.

Philippe CENTA

Le 22/08/2017 à 15:24

Pourquoi ‘Geschenk’ ? On offrait les Trabant en DDR comme on offre les G63 en Arabie Saoudite ?

Olivier S

Le 22/08/2017 à 17:43

Oui – un ressortissant DDR ne pouvait pas acheter ces produits du catalogue Genex. C’était toujours des cadeaux privés ou institutionnels (eglise protestante par exemple, qui offrait des produits Genex a des paroisses en DDR)!
.
Plusieurs dizaines de milliers de voitures ont ainsi été payé en devises Deutchmark dur et en suite offert et livré vers la DDR.
.
C’était même au point qu’une grande portion de la production de la Wartburg était réservé exclusivement a la distribution via Genex, donc inaccessible aux citoyen DDR normal sans famile a l’Ouest!
.
Il fallait un contact (souvent famille) qui commandait et payait ces produits en RFA (ou autre pays de l’Ouest), via les deux sociétés associes a la Genex au Denmark et la Suisse.
.
C’etait ça, le socialisme réel sauce DDR – on courait après chaque DM et Pfennig en provenance de l’Ouest capitaliste, au point de créer des fortes inégalités en ce qui concerne l’accessibilité de la population a beaucoup de bien de consommation.

Ceux avec de la famille riche en RFA était des roi et roulait en Citroen BX ou R9 GTL offerts gratuitement, le reste devait attendre une quinzaine d’années avant livraison d’une maudite Trabant puante….

AntoineM

Le 14/10/2018 à 21:27

Un article intéressant, tout en sarcasme, qui m’a bien fait rire.

Laisser un commentaire