Lada Natacha : le cabriolet russe venait d’Outre Quiévrain !

Mardi 2 décembre 2014
Retour

Si vous lisez Boîtier Rouge depuis longtemps, alors EBS ne vous est pas inconnu. On lui doit notamment la Supercinq « Supercabrio » (lire aussi : EBS Supercabrio) et l’exemplaire unique de Renault 25 Cabriolet (lire aussi : R25 Cabriolet). D’ailleurs, on se souvient que Renault avait encouragé le petit carrossier belge à s’agrandir pour produire la Supercabrio en série, puis l’avait lâché totalement après l’assassinat de Georges Besse. Surdimensionné, EBS avait quand même produit la Supercabrio jusqu’en 1991.

A la sortie de la Renault Clio en 1990, EBS avait tenté le même coup en présentant une version cabriolet de la petite citadine. Mais Renault refusa, et cette fois-ci, EBS ne s’engagea pas seul dans l’aventure. Heureusement, le carrossier ne manquait pas d’idée. Et c’est sous l’impulsion de l’importateur belge de la marque russe Lada, Scaldia-Volga, qu’EBS se lance dans la conception et la fabrication d’un étonnant cabriolet sur la base d’une Lada Samara.

Un choix étonnant ? Pas tant que ça, car si on la regarde sans a priori, en oubliant le sigle Lada, il faut avouer qu’elle n’est pas mal réussi que cela. Sa ligne sans arceau est assez pure (surtout si on la compare aux autres tentatives de cabriolet Samara, comme celle de l’allemand Bohse dénommée Bohemia), et surtout, elle propose un prix canon : 89 400 F en 1993 en France, à comparer aux 140 500 F demandés pour une R19 Cabriolet 1,8 litres (lire aussi: Renault 19 Cabriolet).

(c) Bernard Vermeylen

En 1991 et 1992, elle n’est disponible qu’en Belgique sous le nom de Lada Cabrio, mais à partir de 1993, elle sera disponible en France et ce jusqu’en 1994 sous le nom de Natacha. En seulement deux ans de commercialisation, l’Hexagone deviendra le premier marché de la Lada Natacha, avec 164 exemplaires vendus. Les deux autres principaux marchés seront la Belgique (144 exemplaires) et l’Allemagne (106 exemplaires).

(c) Bernard Vermeylen

Au total, elle sera fabriquée à 456 exemplaires, dont 10 de pré-série. On est certes loin des 77 500 exemplaires de Peugeot 306 Cabriolet produits par Pininfarina (lire aussi: Peugeot 306 Cabriolet), mais pour le petite carrossier belge, c’était une bouée de sauvetage. Pas suffisante cependant pour échapper à la faillite en 1996. Le plus étonnant dans l’histoire, c’est que cette Lada ne sera jamais vendue en Russie.

La Bohemia, de l’Allemand Bohse, était beaucoup moins sexy !

Sachez en tout cas qu’on en trouve quelques unes en occasion, en cherchant bien sur les sites d’annonce. Elles se négocient entre pas cher et pas très cher, même si établir une côte sur ce modèle relativement rare est difficile. Disons que pour 3000 euros, il est possible d’en trouver une en bon état. Si l’envie vous prend de rouler vraiment très original cet été !

Lire aussi: La Lada Natacha de Matthieu !

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

4 commentaires

Francois Tasiaux

Le 03/04/2015 à 19:16

L’importateur belge était très actif d’un point de vue « capitaliste » et a bien aidé EBS au bon moment.
Pour l’anecdote le bureau d’importation de LADA (et autres produits commerciaux russes) était somptueux à Bruxelles.
NB pour Paul, toi qui aime les scandinaves (je parle de voitures!) Lada en suédois veut dire boîte.

Sovietauto.fr

Le 03/04/2015 à 22:29

Petite précision : la Bohemia n’est pas signée par l’Allemand Bohse. Ce prototype de Lada Samara cabriolet a été construit par l’importateur Lada en République Tchèque en 1992. Dessiné par le designer Tchèque Vaclav Kral, il est visible au Musée Technique de Brno.

Patrice Vergès

Le 21/07/2017 à 14:19

Intéressant. j’ai le souvenir de l’accastillage et du planage des tôles de profil entre les deux ailes ; on aurait dit une succession de dunes de sable !

Julien57

Le 17/01/2019 à 18:03

J’en ai eu une … trois jours. Le temps de la revendre à un ferrailleur pour quelques 250€.
Une horreur de voiture inroulable et corrodée. Pour l’anecdote, le chauffage défectueux envoyait une épaisse fumée noire dans l’habitacle… À éviter sauf si vous êtes soviétique et que vous aimez le soleil !

Laisser un commentaire