L’Affaire de la DS7 Crossback « présidentielle »

Jeudi 18 mai 2017
Retour

La descente des Champs-Elysées en DS7 Crossback par notre nouveau Président de la République a semble-t-il surpris certains, et curieusement, a amené des commentaires complètement hors de propos sur Facebook, Twitter ou bien sur les sites qui partageaient l’information : « encore de l’argent public dépensé inutilement » pouvait-on lire à de nombreuses reprises, prouvant encore une fois que le commentaire est souvent plus prompt que la lecture réel de l’article relayant l’information.

Qu’en est-il vraiment de cette DS7 Crossback : « nouvelle voiture présidentielle » à la façon des SM Chapron datant de l’époque Pompidou (et qui auront été largement amortie en plus de 30 ans d’utilisation, lire aussi : la SM présidentielle) ? Ou coup de pub habile de la part de la jeune marque DS, dont les deux lettres sont fortement liées à l’Elysée depuis le Général de Gaulle ? Evidemment, c’est la deuxième réponse qui est la bonne : DS a tout simplement renouvelé ce qu’elle avait fait il y a 5 ans avec François Hollande, en lui fournissant une DS5 exclusive (lire aussi : DS5 Présidentielle).

Levons tout de suite le premier doute : non, la République Française n’a pas acheté une DS7 Crossback pour l’occasion, et non, l’argent public n’a pas été dépensé en lésant le contribuable. Premier indice, une plaque de garage en W indiquant clairement que l’Elysée n’en était pas le propriétaire : la voiture n’étant pas encore commercialisée, seul le constructeur pouvait l’immatriculer pour une circulation limitée dans le temps.

Si elle n’est pas commercialisée, d’où vient cette voiture ? En fait, il s’agit d’un véhicule de pré-série (que DS commence à construire pour ses besoins de test, d’homologation puis sans doute de présentation à la presse ou autres), ponctionné sur les chaînes de production de Mulhouse et « travaillé à la main » pour ce coup de pub : un modèle spécifique à la présidence de la République, avec un certains nombres de détails rigolos (le sigle RF, les petits drapeaux français y compris sur le logo DS, le toit en toile à la place du toit en verre, la barre de maintien pour le nouveau Président, etc).

Le Palais de l’Elysée va-t-il garder cette voiture dans son parc ? Non. Il ne s’agit pas d’un cadeau, mais d’un coup de pub, on le répète. Outre les retombées presse assez incroyables pour une voiture pas encore commercialisée, DS va capitaliser sur cette DS7 Crossback un peu particulière : elle est désormais exposé au DS World rue François 1er à Paris. Une fois son petit show médiatique terminé, elle rejoindra la DS5 Présidentielle dans les réserves de la marque.

Est-ce que DS roule pour Macron ? Non, la voiture n’a pas été réalisée en une semaine. Il s’agit d’un travail de long terme. Le travail a commencé en septembre 2016, et à cette époque, tout était encore possible. Alain Juppé semblait tenir la corde. Entre temps, Fillon a créé la surprise, Hamon aussi, dans les primaires de la Droite et de la Gauche, puis Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont eux aussi percé pour finir au deuxième tour. Reste une question importante : est-ce que DS aurait maintenu sa proposition si Marine Le Pen avait été élue ?

D’où vient cette idée de fournir une voiture « publicitaire » au nouveau locataire de l’Elysée ? En fait, on va dire que l’idée vient de… Nicolas Sarkozy. Le 23ème président de la République Française voulait une voiture plus moderne que les SM datant des 70’s, et peut-être un peu plus « bling bling », tout en restant dans un véhicule français. Peugeot avait présenté en 2000 à Genève une 607 Paladine en pleine folie des « Coupés-Cabriolets » et la présidence s’en est souvenu : d’une certaine manière, cette première fois aura donné des idées, ensuite, à DS (qui fait partie du même groupe que Peugeot, dois-je le rappeler) pour 2012, puis 2017. Si certains peuvent s’émouvoir du coût pour la marque, je leur rappellerai que c’est pourtant très rentable en terme de visibilité et de publicité, bien plus que des spots de pub pourtant bien plus chers !

Faut-il voir un sens dans tout cela ? Non. Le fait que ce soit un SUV n’est pas un message envoyé par le président de la République, ni même le fait que ce soit un diesel (un blue-HDI de 180 ch) : croyez-vous vraiment qu’Emmanuel Macron a eu le temps de réfléchir à d’autres symboles qu’une voiture moderne fabriquée en France. Il n’y a pas à creuser plus loin qu’une proposition bien ficelée par DS et acceptée par le nouveau président.

Photo: Le parisien (c)

Quel était l’autre véhicule transportant le Président ce jour-là ? Une voiture française, rassurez-vous, même s’il faudrait plutôt parler de poids-lourd en l’espèce : un ACMAT VLRA fabriqué à Saint Nazaire par une filiale aujourd’hui de Renault Truck Défense (RTD), elle-même filiale (en vente) du groupe Volvo Trucks (indépendant de Volvo Cars). Un véhicule qui sévit dans les armées françaises depuis les années 60 et qui sert, comme son nom l’indique, de véhicule léger de reconnaissance et d’appui (c’est aussi le « command car » traditionnel du défilé du 14 juillet par exemple, lire aussi : ACMAT VLRA).

Clin d’œil: Bernard #Cazeneuve repartira de #Matignon en #DS. Elle vient tout juste de pénétrer dans la cour. @CitroenFrance @DS_Official pic.twitter.com/ToN7YtSG21

— Guillaume Daret (@GuillaumeDaret) May 15, 2017

Et la DS de Bernard Cazeneuve alors ? Le jour même, les réseaux sociaux n’ont pas manqué de relever l’arrivée d’une DS « old school » à Matignon pour la passation de pouvoir entre Cazeneuve et Philippe. Une DS qui finalement ne servira pas, l’ancien Premier Ministre quittant Matignon en Renault Talisman (lire aussi : Renault Talisman). Il faut dire que Cazeneuve avait avoué sa passion pour la DS (il possédait un modèle de 68 revendu avant son entrée au gouvernement) : a-t-il tenté un ultime « coup de pub » puis reculé devant les risques de récupérations ?

Pouquoi Emmanuel Macron roule finalement en Vel Satis ? Depuis le 7 mai au soir, Macron est notre nouveau Président, et nécessite une protection encore plus particulière, et notamment une voiture blindée. Aujourd’hui le parc de l’Elysée dispose de véhicules blindés, dont cette Vel Satis, aussitôt mise à sa disposition. Il est loin le temps où Chirac pouvait traverser Paris dans sa CX Prestige personnelle toutes fenêtres ouvertes. En ces temps troublés, l’heure n’est plus à la sécurité « légère ».

Reverra-t-on un jour des « commandes spéciales » de l’Elysée en matière de véhicules ? Rien n’est moins sûr. Justement, l’heure n’est plus aux dépenses somptuaires même si on peut le regretter. La dernière commande date de Pompidou (hors véhicules blindés) avec les SM : une époque d’avant la crise pétrolière, quand le président de la République était ouvertement « bagnolard » (lire aussi: Pompidou et sa Porsche 356), où Citroën disposait encore d’un vrai véhicule de prestige (la SM) et où il existait encore des artisans comme Chapron pour faire du sur-mesure (qui d’ailleurs donnera une descendance, avec la SM Opéra, lire aussi : SM Opéra). Aujourd’hui, le Président de la République doit marcher sur un fil, entre les exigeances écologiques, de limite des dépenses et de soutien à nos constructeurs nationaux : en faire un peu, donc, mais pas trop, bref savoir ménager la chèvre et le chou !

Une chose est sûre : DS aura réussi un joli coup de pub malgré les incompréhensions de certains internautes prompts à tout mélanger sans chercher à lire, à comprendre, ou tout bêtement à prendre un peu de recul.

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

34 commentaires

Choco

Le 18/05/2017 à 15:27

Formidable coup de pub que la marque DS n’hésitera pas à utiliser sur les marchés étrangers. Surtout pour une voiture pas spécialement rigolote. Pour ce qui est du départ de Cazeneuve en « vraie » DS, la symbolique était un peu trop forte non ? Nouveau président en nouvelle DS et ancien PM en vieille DS !

Tristan

Le 18/05/2017 à 15:32

Au delà de l’analyse pertinente de cet article, on ne peut que regretter que la mentalité des français « empêche » l’Elysée de commander et posséder une voiture porte-étendard à la hauteur de la France et du rôle de président. Le coût en serait certainement minime (par rapport aux dépenses globales). Alors oui d’un point de vue symbolique cela montre que l’on ne gaspille pas l’argent du contribuable, mais n’a-t-on pas besoin aussi de moyens de transports qui nous fassent rêver, voir flattent notre/nos égo(s). En Italie le président se déplace en Maserati et cela fait une vitrine du made in Italy…

Nabuchodonosor

Le 19/05/2017 à 08:41

Je partage votre avis pour quant à la représentativité qui me semble liée à la fonction et nécessaire dans un pays qui possède une industrie. Plutôt que l’Élysée gère son propre parc, et compte tenu du prestige qu’un tel véhicule suscite, on peut tout aussi bien imaginer un service VTC spécial offert à la Présidence… Une rotation régulière des véhicules permettrait aux VIP en goguette de circuler dans un ex-véhicule présidentiel. Reste à savoir si l’image d’un « Président-Sandwich » n’aurait à en souffrir mais le coût prélevé sur l’impôt serait alors nul… Avis aux professionnels !

Tristan

Le 19/05/2017 à 09:19

un peu comme les véhicules mis à la disposition du pape (quoique, les marques lui offrent souvent)

Nabuchodonosor

Le 19/05/2017 à 10:03

Papa Francesco semble assez zappeur en effet en la matière, et on lis ici qu’il a fait une donation ou là une vente de charité… Il a bien intégré la communication !
🙂

gérard morel

Le 18/05/2017 à 15:37

oui, bon coup de « com »..Mais pourquoi donc DS aurait-elle fait marche arrière si Mme Le Pen avait été élue ?

Paul

Le 18/05/2017 à 15:40

Pour des raisons d’image de marque (valables ou pas, c’est une autre question), Mme Le Pen étant moins consensuelle que tout autre candidat « classique ». Mais il est vrai que la question se serait aussi posée avec Mélenchon (qui de toute façon aurait sans doute refusé un « SUV de luxe » pour des questions… d’image de marque lui aussi) 😉

Tristan

Le 18/05/2017 à 15:56

ta berline est politique camarade 😉

gérard morel

Le 18/05/2017 à 18:57

je ne comprends pas ..Est-ce à dire que le peuple français aurait eu tort d’élire quelqu’un qui n’est pas choisi par la doxa et la bien pensance ?

Paul

Le 18/05/2017 à 19:04

Les marques sont mondiales et attentives à leur image… Je ne dis pas qu’ils auraient fait machine arrière, mais c’est une possibilité… marketing 😉

gérard morel

Le 18/05/2017 à 19:23

C’est vrai….Mais ça aurait quand même permis de montrer leur dernière née…
Les « capitalistes », comme dirait J.L Mélanchon , sont pragmatiques ….Une fois la déception passée, il n’y aurait plus que le business qui compte.

M. Lucci

Le 19/05/2017 à 18:39

« Business » justement potentiellement affecté si Mme Le Pen avait été élue ; pour une part non négligeable de la clientèle des marques, une femme avec les idées de Mme Le Pen fait tache. Certaines entreprises ont de même refusé de s’afficher avec M. Trump.
Enfin tout cela reste de l’ordre de l’hypothétique, la France ayant M. Macron pour président.

Guillotin

Le 05/06/2017 à 13:04

C’est vrai qu’un président qui affirme que la culture française n’existe pas, et que l’art français il ne l’a jamais vu, c’est super bon pour l’image de marque…

Fab

Le 18/05/2017 à 16:11

Histoire de jouer le grincheux l utilisation d un w garage est interdite le dimanche.

Grégory Lopez

Le 19/05/2017 à 08:25

Et pourtant avec tous ces policiers…aucun ne l’a verbalisé! 🙂

Docteur Oliv

Le 19/05/2017 à 18:45

NON
Un garage peut l’utiliser pendant ses portes ouvertes.
Pour un constructeur c’est très large, sans abuser

quentin

Le 18/05/2017 à 16:44

DS a touché le gros lot, mais il semblerait que les ministères préfèrent tout de même les Renault Talisman et Espace, ainsi que la Peugeot 508. Mention spéciale pour la Fluence Z.E. de Hulot.

rubinho

Le 18/05/2017 à 16:52

Ton article a le mérite de bien rappeler l’état de l’art mais c’était encore un débat/polémique inutile comme il y en a tant eu ces dernières semaines/mois, un peu comme Benzema en EdF.
A ce moment là, pourquoi ne pas en faire un sur Hulot comme ministre de l’écologie… c’était quand même le plus gros pollueur du PAF avec ses émissions en Sukhoi 27… 😉 Remarque, comme pour la DS7, ca n’était pas payé par nos impôts 🙂 !

Gérald

Le 18/05/2017 à 18:41

Pour la vraie DS de Cazeneuve, il n’a peut être pas osé pour une raison très simple, si la DS n’était pas en carte grise de collection, elle n’avait tout simplement pas le droit de rouler dans Paris à cette heure-ci…Ah les joies des réglementations absurdes…

pop eye

Le 24/05/2017 à 09:00

et en carte grise de collection, il n’a pas le droit de l’utiliser pour aller au travail, même si c’est le dernier jour !

philippe

Le 24/05/2017 à 10:05

Elle ne lui appartient pas. Il en possédait une jusque 2012 mais il l’a revendue à son entrée au gouvernement.

Philippe CENTA

Le 18/05/2017 à 21:47

Je ne sais pas si le téléspectateur moyen aura vu là une Citroën. Prenant le train en marche j’héistais entre Lexus et Audi…
Ce machin ne restera pas dans les annales.
Sans parler des 2 fameuses SM, la DS5 était plus décalée.

Engrenure

Le 19/05/2017 à 01:47

En effet, c’est une voiture horrible.

Corail74

Le 22/05/2017 à 09:11

Bon bah au moins je ne suis pas seul à l’avoir pensé ! Pour ma part, j’aurais rêvé qu’il ressorte les SM !
Mais je pense que Macron et moi somme aussi éloignés sur le plan auto que politique !

Jota

Le 18/05/2017 à 23:09

Les gens se plaignent que l’on perd des pans entiers de notre industrie avec les conséquences que l’on connait mais poussent des hauts cris en voyant cette DS7 qui véhicule leur président (qu’on l’aime ou pas c’est autre chose, je parle de la voiture). J’imagine la réaction de vindicte si l’on refaisait le coup de la DS Présidentielle ou des sublimes SM, alors que ce serait un sacré démonstrateur du savoir faire de nos constructeurs.

Choco

Le 19/05/2017 à 13:02

Le président en DS7, c’est minable. Le président en SM cabriolet c’est ringard, le président dans une nouvelle voiture (type SM cabriolet) spécialement conçue pour, nombreux seraient ceux à crier au scandale ou à la gabegie. Equation difficile à tenir à résoudre. Et je ne parle même pas des questions de sécurité.
Et puis aujourd’hui, concevoir une voiture française « présidentielle », on part sur quelle base ?

Wolfgang

Le 29/05/2017 à 17:27

Un véhicule militaire c’est très bien.
ça fait couillu.
Les gens connaissent pas.
On en a en stock.

philippe

Le 19/05/2017 à 14:25

Cela ne se pratique plus dans aucun autre pays. Les monarques ressortent leurs vieux landaulets (ou carrément les carrosses à chevaux). La DS7 était une bonne idée mais elle est trop banale pour avoir marqué les esprits. La DS5 était bien plus audacieuse il y a 5 ans. Ce qui ne l’a pas empêché de faire un bide mais pas pour cette raison ! Pour les parades militaires il y a les véhicules militaires, pour les déplacement il y a l’Espace bleu foncée blindée au Kevlar livrée à l’automne (la légende dit que c’est une peinture VW parce-que les couleurs Renault ne plaisaient pas). Alors pourquoi ne pas ressortir une des deux SM tous les 5 ans ?

gérard morel

Le 19/05/2017 à 14:46

je suppose que c’est à cause de la sécurité…en France, on n’a pas la même tranquillité que dans certains pays étrangers..Une SM « présidentielle » n’offre aucune sécurité

philippe

Le 19/05/2017 à 14:59

Dans ce cas il reste l’Espace blindée.
Il n’y a guère de pays à l’abri, il y a toujours eu des attentats ou tentatives. comme l’assassinat sur la Canebière d’Alexandre de Yougoslavie reçu à Marseille par Louis Barthou et le Général Georges en 1934, comme plus tard Kennedy à Dallas, comme plus tard Reagan ou Jean-Paul II ou l’apprenti-facho qui a essayé de viser Chirac avec une 22 long-rifle un 14 juillet …
Depuis Dallas aucun président US ne s’est plus baladé en limousine découverte.
Dans les autres pays le cérémonial est plus réduit, ou alors il s’agit de couronnements comme celui de Felipe VI d’Espagne en … Mercedes 300 Adenauer découvrable.

Girling

Le 20/05/2017 à 07:59

la DS de Cazeneuve est un modèle post 73 mais l’immatriculation QA75 correspond à 1963. Cherchez l’erreur.

Docteur Oliv

Le 20/05/2017 à 08:17

En 1973 on était vers YV 75

Wolfgang

Le 29/05/2017 à 17:25

On a un beau condensé d’horreur automobile.

– Un président qui a mis dans son programme qu’il interdira la vente de voitures neuves avec moteurs à explosion d’ici 20 ans.
– un déplaçoire diesel tuning (alors que la chasse au diesel est ouverte, allez comprendre…)
– une pseudo marque haut de gamme
– une ligne qui rivalise de mocheté avec une Velsatis ou la nouvelle Espace…

Pauvre France.

Boulky

Le 18/06/2017 à 11:13

Merci pour ces éclaircissements

Laisser un commentaire