Lagonda Série 1 : une Aston Martin V8 à quatre portes !

Publié le samedi 5 décembre 2015.
Mis à jour le lundi 8 juillet 2019.
Retour

Si la Panamera chez Porsche (malgré quelques tentatives avortées, lire aussi, par exemple : Porsche 989) était la première tentative du constructeur allemand dans le domaine des berlines 4 portes, justifiant l’ire des plus puristes, chez Aston Martin, par l’intermédiaire de sa marque « dédiée » Lagonda, on a toujours peu ou proue décliné des versions 4 portes, souvent à des rythmes artisanaux, de sorte qu’à la sortie de la nouvelle Rapide, personne n’y trouva rien à redire.

La Lagonda Rapide de 1961
La Lagonda Rapide de 1961

Pourtant, entre 1961, date de sortie de la Lagonda Rapide et 2010, date de sortie de l’Aston Martin Rapide (le label Lagonda ne reviendra qu’avec la Taraf présentée en 2015), seule la Lagonda Série 2 réussit à se faire une place au soleil grâce à son look incroyable et sa modernité (lire aussi : Lagonda Serie 2), et malgré une fiabilité aléatoire. Pourtant, il y eut toujours des tentatives de faire revivre le label, de façon confidentielle et destiné à des happy few discrets dans les années 90 (lire aussi : Aston Martin Shooting Brake et dérivés Saloon), soit de façon tout à fait officielle, mais malheureusement sans succès avec la Lagonda Série 1 dont il est question ici.

La Lagonda de David Brown, sur la base d'une DBS (image Classic Driver)
La Lagonda de David Brown, de 1969, sur la base d’une DBS (image Classic Driver)

Revenons dans les années 60. A cette époque, David Brown avait donc tenté de relancer le label Lagonda avec la Rapide, lancée en 1961. Dérivée de la DB4, elle ne réussit pourtant à séduire que 55 acheteurs jusqu’en 1964. Le nom s’éteignait alors pour un temps. En 1969 pourtant, David Brown qui affectionnait les berlines ne résista pas à s’offrir un dérivé 4 postes (Saloon) de la DBS, dessinée par William Towns et dénommée Lagonda. La voiture n’était pas destinée à être commercialisée, mais juste à satisfaire les lubies du patron.

La Lagonda Serie 1, présentée en 1974
La Lagonda Serie 1, présentée en 1974

Lubie, lubie ? Si Aston Martin va mal au début des années 70, obligeant David Brown à revendre l’entreprise à des investisseurs en 1972, les nouveaux propriétaires eux voient d’un œil intéressé la relance d’une berline 4 portes, persuadés qu’il existe un marché pour ce type de véhicule. Ils ordonnèrent donc l’étude d’une version dérivée de l’Aston Martin V8, le dernier modèle lancé en 1969.

Cette exemplaire (n° 12003), est doté d'un V8 de 7 litres et 420 ch
Cet exemplaire (n° 12003), est doté d’un V8 de 7 litres et 480 ch

C’est en octobre 1974, au London Motor Show, qu’est présentée la nouvelle Lagonda Serie 1 ! Il suffit de regarder la date pour s’apercevoir qu’entre la décision (1972) et la commercialisation (fin 1974), il s’était passé un événement dramatique pour l’automobile de luxe et fortement cylindrée : la crise pétrolière. Autant dire que la bonne idée se révéla plus difficile que prévue. Chère (14 140 £, soit 25 % de plus qu’une V8 Coupé), goulue, avec son 5,3 litres développant 320 ch DIN, elle ne se vendit qu’à 7 exemplaires (n° de châssis 12001 à 12007 entre fin 1974 et 1976, date du clap de fin (un 8ème exemplaire sera réalisé plus tard, sur commande spéciale, n°12008), sachant que le premier exemplaire fut réservé à William Wilson, le PDG d’Aston Martin.

Notez le capot moteur différent sur ce modèle !
Notez le capot moteur différent sur ce modèle !

Sur ces 7 premiers exemplaires, 5 furent dotés d’une boîte automatique et 2 reçurent une boîte manuelle 5 vitesses ZF. Voici pour les différences (ainsi que des capots moteurs pas tous identiques)… Enfin il en manque une : l’exemplaire 12003 aura droit à un passage chez RS Williams, spécialiste des Aston Martin, pour voir sa cylindrée bondir à 7 litres et sa puissance à 480 ch !!!

Lagonda V8 04

Cet exemplaire sera vendu par Bonhmans en 2010, sans que le prix ne soit dévoilé : autant dire que vue sa rareté (et la puissance de son moteur), elle a du coûter bonbon à son nouvel acquéreur. Cela vous laisse 7 autres cibles potentielles si votre portefeuille vous le permet. Et sinon, pourquoi pas rêver juste un peu en admirant la ligne relativement équilibrée de cette voiture et la puissance qui s’en dégage tout en remarquant quel virage radical sera pris par Lagonda pour sa série 2 en 1976 (le jour et la nuit).

RS Williams : http://www.rswilliams.co.uk/

L’exemplaire vendu par Bonhams : https://www.bonhams.com/auctions/18211/lot/332/

Articles associés

5 commentaires

Benjamin

Le 06/12/2015 à 11:38

Complément d’information :
Une Lagonda série 1 de 1974 et une Lagonda de 1963 sont proposées aujourd’hui même chez Bonhams :
http://newsdanciennes.com/2015/11/23/vente-bonhams-bond-street-2/

J2M

Le 07/12/2015 à 14:20

C’est la voiture de Philippe Noiret dans « Max et Jérémie ».
Il campe un tueur à gages en fin de carrière, riche, raffiné et visiblement pas assez discret dans son train de vie.

Nicolas

Le 10/12/2015 à 19:07

Voilà ça c’est de la caisse !! C’a nous fait rêver et sortir du marasme boboantiauto. paul a sans doute été inspiré par la Sortie de Spectre 😉 Comme disait Blier c’est du Brutal ! En la regardant on a envie de la la toucher et ce sera difficile pour beaucoup car avec 7 exemplaires ce n’est pas gagné.

FranckLillois

Le 12/12/2015 à 12:35

Deux Mots : Classe et Raffinement …

Eric

Le 12/12/2015 à 22:33

Comme quoi Mercedes n’a absolument rien inventé avec la CLS

Laisser un commentaire