YOUNGTIMER

Lancia 037 Stradale : Groupe B de route

Publié le jeudi 6 juin 2019.
Retour

L’avènement du Groupe B en championnat du monde des rallyes fut une aubaine pour tous les petits garçons de l’époque : le règlement imposant une petite série de 200 exemplaires permettait de rêver, un jour, s’offrir une voiture de course homologuée pour la route. Rêve inatteignable aujourd’hui encore, sauf à avoir fait fortune entre temps, mais peu importait : le rallye était encore médiatiquement très exposé au point que de nombreux constructeurs se lancèrent dans ce fameux groupe B et l’on pouvait voir au journal télévisé les exploits de ces monstres de puissance et d’agilité. Il n’en fallait pas plus pour que ces voitures nous marquent à jamais. Parmi elles, l’extraordinaire Lancia 037 Stradale, digne successeure de la Stratos des années 70.

En 1982, la FIA réunissait les anciens groupe 4 et groupe 5 pour n’en faire plus qu’un, le groupe B, catégorie reine des rallyes. Pourquoi ce groupe B eut-il autant de succès tant auprès des constructeurs que des spectateurs ? Tout simplement parce que son règlement technique s’avérait très souple : on pouvait tester presque toutes les solutions techniques à condition de respecter quelques critères de cylindrée, poids et taille des roues, tout en produisant au moins 200 exemplaires d’une version routière. Ce règlement très léger verra naître, entre autres, les Lancia 037, les Audi Quattro, les Peugeot 205 Turbo 16, MG 6R4, Ford RS 200 et même Citroën BX 4TC.

Naissance du groupe B

Si le groupe B apparaît en 1982, il ne sera vraiment opérationnel qu’en 1983 avec l’apparition d’une véritable concurrence. En cette première année, seules deux voitures sont inscrites. La plus étonnante des deux s’appelait Citroën Visa Trophée Groupe B, dont 200 exemplaires seront fabriqués par Heuliez. Contre toute attente, la petite Citroën réussira à décrocher des podiums au classement général (une deuxième place et une troisième place) malgré une concurrence largement supérieure. L’autre s’adjugeant la victoire de la catégorie, n’était autre que la Lancia 037.

Malgré une absence en rallye depuis quelques années, Lancia crut la première à ce nouveau groupe. Avec l’expérience acquise avec la Stratos en Groupe 4 quelques années plus tôt, la marque italienne décida de remettre le couvert avec un nouveau modèle plus moderne mais là encore sans lien avec un modèle de série. La 037 reprend la cellule centrale de la Beta Montecarlo Turbo triple championne du monde d’endurance Groupe 5, catégorie moins de deux litres, et reste fidèle à l’idée du moteur central arrière et à la propulsion. En 1983, malgré l’arrivée d’une redoutable Audi Quattro A1, la 037 remportait le Groupe B grâce à sa plus grande fiabilité mais déjà, il semblait évident que la technologie “4 roues motrices” mettrait à l’amende les classiques propulsions. Dès lors, la palme reviendra à Audi, en 84, puis Peugeot en 85 et 86 avant la fin définitive du Groupe B.

Signée Pininfarina

Mais revenons à notre version route. Elle portait le nom de 037 Stradale (route en italien) et reprenait l’essentiel des caractéristiques de la version course, sa ligne si particulière signée Pininfarina, son air agressif, ses jupes larges et bien entendu son moteur central arrière placé en position longitudinale. Elle dispose en outre de jantes Speedline du plus bel effet. Dire qu’elle est aussi belle que la Stratos serait faux, mais il faut bien le dire : lors de sa présentation en 1981, elle en jetait. On s’imaginait bien l’air ahuri des passants lors du passage d’un tel monstre dans les rues.

Pourtant (et comme beaucoup de versions routières des Groupe B), la 037 Stradale n’est pas tout à fait l’équivalent d’une 037 de course. Il s’agissait du même 2 litres Lampredi mais ne développait “que” 205 chevaux malgré le passage chez Abarth et son compresseur volumétrique (le fameux Volumex), loin des 265, 280 voire 325 chevaux des versions courses. Mais avec seulement 1 170 kg sur la balance, un moteur central et un look de ce genre, peu importe la puissance.

Seulement 222 exemplaires de la 037 Stradale seront produits par Lancia, dont 2 prototypes, ce qui en fait une voiture particulièrement rare aujourd’hui, comme toutes les Groupe B de route. A l’instar de ses “consoeurs”, elle puise dans la nostalgie pour séduire plus que dans la performance. Il faudra cependant accepter de se délester de plus de 350 000 euros, ce qui fait cher la Madeleine de Proust.

 

Caractéristiques techniques

YOUNGTIMER

Lancia 037 Stradale

1982 - 1985

Motorisation

Motorisation 4 cylindres en ligne
Cylindrée 1 995 cc
Alimentation Injection
Puissance 205 ch à 7 000 trs/min
Couple 226 Nm à 5 000 trs/min

Dimensions

Longueur 3 915 mm
Largeur 1 850 mm
Hauteur 1 245 mm
Poids à vide 1 170 kg

Transmission

Roues motrices Arrière
Boite de vitesses BVM à 5 rapports

Performance

Vitesse max 225 km/h
0-100 km/h 5,9 s
Production 222 ex

Tarif

Cote 2018 (LVA) 380 000 euros

Articles associés

Soyez le premier à commenter cet article

Aucun commentaire

Laisser un commentaire