Lancia Gamma: la gamme que nous aurions voulu avoir !

Publié le lundi 4 mai 2015.
Mis à jour le vendredi 5 juillet 2019.
Retour

La Gamma, nouvelle grande berline du constructeur italien Lancia est lancée en 1975. Dessinée par Pininfarina, et suivant la mode initiée par Renault avec sa R16, elle se trouve dotée d’un hayon étonnant pour un modèle haut de gamme d’un constructeur italien renommé comme Lancia. Mais sans doute soucieuse de se développer sur ce créneau en se démarquant des marques allemandes de plus en plus installées comme les références du marché, la marque joue alors la carte de l’originalité qui ne s’avérera pas payante : seules 15 197 exemplaires de cette étrange berline seront vendus entre 1975 et 1984 : avouez que cela fait peu. Il faut dire que la berline n’avait que des 4 cylindres à proposer.

La Lancia Gamma, avec son hayon, ne séduira jamais les foules !
La Lancia Gamma, avec son hayon, ne séduira jamais les foules !

Heureusement, Pininfarina avait aussi réalisé une étude de style qui donna naissance en 1976 au fabuleux coupé Gamma (lire aussi : Lancia Gamma Coupé) et qui gonfla un peu les chiffres de vente, sans pour autant faire des miracles. Sentant tout de même Lancia réceptive à ses propositions (la mise sur le marché du coupé en était la preuve), Pininfarina va alors régulièrement « décliner » la Gamma en espérant séduire son commanditaire. Cela donnera une série de 3 prototypes séduisants qui, quand on les regarde à posteriori, laissent rêveurs (et donnent quelques regrets).

Le Spider utilise la recette de la Beta Spyder: un toit T-roof !
Le Spider utilise la recette de la Beta Spyder: un toit T-roof !

Au salon de Genève 1978, et s’inspirant de la Lancia Beta Spyder (avec un Y), Pininfarina présenta sa variation sur le même thème de la Gamma, se dénommant tout bêtement Spider (mais avec un I). Le concept est exactement le même : sur la base du superbe coupé Gamma, le carrossier-designer italien propose un toit amovible en 2 parties façon Targa, très en vogue dans les années 70, permettant de compenser le manque de rigidité d’un cabriolet. Malheureusement, Lancia ne donnera pas suite à ce projet qui servira pourtant à transporter Jean Paul II au début des années 80 lors d’une de ses tournées dans le Nord de l’Italie.

Sedan 02
La Scala aurait pu changer la carrière de la Gamma !

Malgré ce refus de la part de Lancia, l’ami Pinin ne désespère pas, et va sérieusement réfléchir à la Gamma, qu’il avait pourtant lui-même dessinée, en corrigeant son principal défaut : le hayon. Dans son étude Scala, c’est une berline 3 volumes directement inspirée du coupé qu’il présente au Salon de Paris 1980. Sans être un Lanciste forcené, je dois vous dire que cette Scala est sublime.

Sedan 01

Malheureusement, le projet Tipo 4 en collaboration avec Fiat et Saab (lire aussi : Lancia-Saab A112 et Saab 9000) était déjà initié. Ce projet n’est autre que celui de la remplaçante de la Gamma, la Thema. Elle aussi 3 volumes, mais dotée de V6 (et même d’un V8 Ferrari, lire : Lancia Thema 8.32), elle condamnait toute possibilité d’évolution de la Gamma malgré l’intérêt de la Scala.

La sublime Olgiata
La sublime Olgiata

Pourtant, en 1982, Pininfarina y croit encore, et présente là encore au Salon de Paris ce qui est un bijou de design sobre, chic et classe : l’Olgiata. Peut-être se disait-il que si la Gamma berline était condamnée, le coupé et des éventuels dérivés pouvaient survivre à l’arrivée de la Thema. Avec l’Olgiata, c’est un break de chasse sur la base du coupé Gamma que propose le designer italien, dans la tradition de la Beta HPE.

Olgiata 06

Ce chef d’oeuvre (mais ce n’est que mon avis) réussit là où beaucoup échoue : faire du beau avec du simple. En regardant ce break de chasse tiré à la règle (et à quatre épingles), cela semble facile de dessiner quelque chose d’aussi beau. Pourtant, c’est sans doute ce qu’il y a de plus dur à faire : la sobriété n’est pas à la portée de tout le monde. Malgré cela, Lancia ne retiendra pas le projet, préférant se concentrer sur sa Thema naissante, et sur la Delta qui redessine le profil de la marque vers plus de sport (lire aussi : Lancia Delta HF). A cette époque Alfa Romeo n’a pas encore intégré le groupe Fiat et le positionnement est disponible !

Olgiata 03

Avec le recul, il est facile de dire qu’il aurait fallu se lancer, et produire ces 3 dérivés du coupé Gamma. Mais avec des « si  on mettrait Paris en bouteille », et malgré ma passion pour l’uchronie, je ne me permettrai pas de juger les décisions prises par Fiat et Lancia à cette époque. Malgré tout, en revoyant les clichés de ces 3 prototypes, j’ai un pincement au cœur ! Quelles belles voitures !

 

Articles associés

9 commentaires

Yb69

Le 05/05/2015 à 10:05

Pininfarina oblige, c’est amusant au niveau design, si vous faite abstraction du capot et de la malle sur la Scala, vous avez le profil d’une peugoet 305 !

Denis Pechon

Le 06/03/2016 à 12:31

amusant… en effet

Schiacciaghiaccio

Le 10/01/2019 à 17:55

Où d’une 604.

Freditane

Le 10/06/2015 à 16:36

Question, est-ce qu’ils n’avaient pas vendus la Lancia Trevi comme étant une gamma trois volumes ? Où est-ce que c’était plutôt une Beta trois volumes ?

Noé

Le 16/03/2018 à 23:34

Une beta 3 volumes 🙂

Philippe Corgié

Le 22/12/2017 à 19:23

La Gamma n’avait pas de de hayon, mais un couvercle de coffre en partie vitré pour permettre de voir de l’intérieur de l’auto vers l’arrière, au travers d’une meurtrière située entre la plage arrière et la vitre arrière. Cette dernière était fixe. La Gamma est une berline deux-volumes, sans hayon. Quant au système de rétroversion, il ne fut jamais copié !

On peut voir le système sur la photo au centre de cette page.

http://www.lov2xlr8.no/brochures/others1/78ga/78ga.html

georges

Le 03/02/2018 à 01:24

C’est trop dur, qu’est ce que j’aimais ado des Lancia !!!
J’allais au lycée sur Lille et je rêvais devant la concession Lancia en allant à la gare routière ou SNCF.

Jota

Le 03/02/2018 à 02:48

La Gamma berline, ou la caisse de Delon dans 3 hommes à abattre pour ceux qui se rappellent.
J’ai longtemps cru que les persiennes de la malle abritaient un moteur en position arrière!

Alan Tcha

Le 14/10/2018 à 10:24

Toutes les propositions pour élargir la gamme sont dérivées du coupé: ça se justifie pour la ligne générale mais la face avant de la berline a tant d’élégance et de personnalité que je trouve dommage de ne pas la retrouver ailleurs…
Ou alors en cherchant vraiment plus loin, et un peu plus tard, comme sur certaines Maserati ou l’XJ40 11 ans après !

Quand on pense à tous ces magnifiques projets de break 3 portes et si peu qui ont été produits en série… Ça mériterait un article si ce n’est pas déjà fait !

Laisser un commentaire