Lancia Kappa (838) Coupé : en toute discrétion

Samedi 13 octobre 2018
Retour

Un voyage de presse pour essayer la dernière version d’une légende, la Jeep Wrangler, un attaché de presse passionné par Lancia, une discussion qui tourne inévitablement autour de la bagnole, et qui finit par dériver : un grand classique qui débouche sur un article dédié à une grande oubliée, un coupé particulièrement collector malgré un physique que certains ont qualifié de pataud, la Lancia Kappa (tipo 838) Coupé.

Le Concept Kayak de Bertone, datant de 1995, proposait un style plus engagé. Lancia sera finalement beaucoup plus prudent

Le monde automobile d’aujourd’hui ne jure plus que par les carrosseries surélevées, les fameux SUV qui représentent aujourd’hui le cœur du marché. Mais on observe le retour des berlines dynamiques telles que la Peugeot 508, voire même des envies de coupé au sein de cette même marque avec l’e-Legend. Il y a un peu plus de 20 ans pourtant, les berlines dérivées en version coupé n’étaient pas aussi rare qu’aujourd’hui, et pour accompagner la remplaçante de la Thema, la Kappa, Lancia n’hésitait pas à lui offrir une telle carrosserie.

La démarché n’était pas unique, et au même moment, Peugeot était arrivé à la même conclusion : le marché était mûr pour le retour des coupés 4 places un peu bourgeois. Au Mondial de Paris 1996, la fantastique 406 Coupé dessinée par Pininfarina crevait l’écran. Chez Lancia, on resta un peu plus prudent et économe : la Kappa Coupé demeurait beaucoup plus classique. Reprenant la même face avant que la berline, elle s’offrait une ligne 3 volume là où la 406 Coupé s’offrait une ligne beaucoup plus racée ! Elle fut présentée au Salon de Turin 1996, deux ans après la berline.

Lancia voulait jouer une partition différente : puisque le sport était définitivement l’apanage d’Alfa Romeo au sein du groupe Fiat (condamnant par là même la Lancia Delta HF Intégrale), il fallait se contenter du luxe à l’italienne. Toute en discrétion, la Kappa devait donc convaincre par ses moteurs brillants (notamment ses 5 cylindres ou son V6 Busso) et par son intérieur délicieusement douillet plutôt que par son style passe-partout. Pourtant Bertone avait présenté un an avant, en 1995, un concept appelé Kayak beaucoup plus séduisant !

Pour séduire la haute bourgeoisie italienne (essentiellement), le coupé semblait être un passage obligé. Les usines de Pininfarina étant largement occupées par la 406 Coupé d’une part, mais aussi par la version SW de la Kappa, on fit appel à un autre « producteur » de petite série, Maggiora. Cette « carrozzeria » réputée construirait donc à la commande le nouveau coupé Lancia. Juste retour des choses : n’était-ce pas elle qui produisait les dernières Lancia Delta Integrale (on lui refusa même le droit d’en produire une dernière évolution) ? N’était-ce pas elle aussi qui avait « débarrassé » Lancia de son usine de Chivasso, au nord-est de Turin, en 1992 ? En récompense, et pour services rendus, Maggiora récupéra la production, à Chivasso justement, de la Fiat Barchetta et donc de la Kappa Coupé.

L’extrême prudence du Groupe Fiat fut sans doute fatale à la Kappa Coupé. Sa ligne trop proche de la berline, sans apporter ce supplément d’âme qu’on attend d’un coupé, son dessin déséquilibré pour des questions d’économie (reprendre un maximum de pièces de la berline), sa production semi-artisanale limitant mécaniquement les volumes, et renchérissant son coût de revient : autant d’éléments qui expliquent l’insuccès du modèle. Malgré un marché italien encore friand des Lancia, la Kappa peinait à l’export, et même sur le marché transalpin, le coupé ne fit pas des merveilles : au total, seuls 3263 exemplaires trouvèrent preneurs, entre avril 1997 et mars 2000.

L’opération ne fut pas couronnée de succès à l’époque, mais c’est ce qui fait la saveur de la Lancia Kappa Coupé aujourd’hui. Sa rareté en fait un collector, et sa qualité de fabrication restait remarquable, tout comme son atmosphère intérieur. Avec le temps, sa ligne a gagné en saveur et en évocation nostalgique. Surtout, elle possède des moteurs comme on en fait plus. Pas la peine de présenter à nouveau le très plaisant V6 Busso 24 soupapes de 3 litres et 204 chevaux, mais la Kappa disposait aussi du 5 cylindres 2.4 20 soupapes de 175 ch (puis en version turbo 225 ch et 2 litres de cylindrée), ou du 4 cylindres 2 litres 16 soupapes Turbo de 205 ! Enfin, contrairement à la 406 Coupé, pas de trace de diesels sous le capot ! Aujourd’hui, la cote tourne autour de 5000 et 6000 euros (2018) pour des exemplaires équipés du V6 ou du 5 cylindres : avis aux amateurs !

 

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

18 commentaires

Francois Pallud

Le 13/10/2018 à 13:45

le concept de Bertone étais sublime

Fred

Le 05/07/2019 à 18:13

Complètement !!!

24heures

Le 13/10/2018 à 16:17

Voiture souffrant de mauvaises proportions : voies trop étroite, flancs trop hauts.
Certes elle est collector mais je me demande si je ne préfère pas quand même, pour l’esthétique, la Kappa SW qui était je pense la plus réussie de la triplette.

Daniel

Le 13/10/2018 à 18:17

J’ai trouvé le coupé sympa pour l’epoq, mais tu as raison le sw etait une vraie réussite, dommage que maintenant tout soit suv ça n’a aucun charme sauf le Jaguar F Pace

Wolfgang

Le 15/10/2018 à 01:11

J’étais au salon hier. Si tu trouves du charme aux SUV Jag,c’est que tu ne dois pas avoir l’habitude des Jag d’antan… Je suis monté là dedans,je n’ai absolument pas eu l’impression d’être dans des Jag. Les intérieurs n’ont aucun charme. L’extérieur est mieux. Ceci dit tu retires le capot et les phares, ça fait un SUV des plus quelconques.
De façon générale, l’intérieur des Jag est devenu d’une banalité affligeante. Adieu le bois, coucou le plastoc et les merdouilles tocardes diverses,le but étant de plus en plus de ressembler à une Tesla…Ceci dit chez Mercedes ça part en vrille aussi…
Sincèrement le Velar ou le Range sont bien plus classe.

philippe

Le 15/10/2018 à 10:12

C’est vrai que la gamme est bien fade. Apparemment la production est en chute libre il y a des jours chômés chez Jaguar.
La Giulia beaucoup plus typée semble ne pas trop se vendre non-plus.
Si l’on regarde ce qui se passe chez les Allemands et chez Land-Rover il semble qu’il faille trouver la martingale et refaire à l’infini le même véhicule à 2, 3 voire 4 échelles différentes …
Jaguar a raté le coup sous le règne de Ford avec de grossières caricatures XJ/X-Type/S-Type et ne s’en remet pas malgré une XF 1ere série réussie.

Philippe

Le 13/10/2018 à 19:45

Dommage que les gros coupés soient passés de mode, probablement tués par ces lignes ratées comme le Volvo 780 de Bertone, le coupé Rover 827 ou ce coupé Lancia qui n’ont pas la grâce de mon XJC adorée ni même d’une Opel Monza. Peut-être les Mercedes CLS, Audi A7, BMW 5 GT et autres « coupés 4 portes » les ont-ils remplacés.

François-Xavier

Le 12/11/2018 à 19:48

Les goûts et les couleurs… Le coupé 827 fait, à mon sens, partie des plus grandes réussites esthétiques de la décennie qui l’a vue naître ! Quant au coupé Volvo 780, son physique de parpaing ne m’a jamais laissé indifférent (comme le C70 de première génération ainsi qu’une majorité des modèles Volvo, d’ailleurs).
Pour en revenir au sujet, sans doute un coupé Kappa doté d’un empattement plus long serait-il jugé moins sévèrement. Un peu comme les prototypes de coupé et cabriolet 505 : tandis que le premier, réalisé sur une base de break*, est sublime, le second, doté de l’empattement plus court de la berline pâtit de la comparaison…

* d’où cette information me vient-elle ? Je confesse ne plus m’en souvenir… Puissent les spécialistes du modèle rectifier mes propos, le cas échéant.

Antoine

Le 13/10/2018 à 20:26

Non vraiment « le temps ne fait rien à l’affaire »… « la laideur a ceci de supérieur à la beauté, c’est qu’elle dure ».
J’en ai vu une aujourd’hui sur le stand du club Lancia du salon Automedon, je n’ai pas osé leur dire que cette voiture fait fuire… Quel loupé, quel ligne déséquilibrée, et cet intérieur dégoulinant de ronce de plastique bas de gamme. Et pourtant, sur le parking extérieur 2 « Flavia » 2000 me rappellaient pourquoi j’adore les Lancia. Décidément merci Fiat…

Troisetdeuxquatre

Le 14/10/2018 à 09:12

Merci Paul pour cet article sur une Lancia mal-aimée ! Malgré les défauts de lignes qu’on peut lui reprocher, elle reste élégante cette Kappa… Et une fois deux plus, voulais un grand coupé quatre places permet de montrer autre chose que le commun des mortels. Je ne referai pas une énième diatribe contre les SUV…
En toute non objectivité de ma part, si j’avais encore un peu de place dans mon garage…

Troisetdeuxquatre

Le 14/10/2018 à 09:15

Et en toute objectivité si je relisais mes commentaires… « Une fois de plus, rouler en grand coupé… » etc… Scusami…

Choco

Le 15/10/2018 à 14:44

J’avais totalement oublié le concept Kayak. Qu’est ce qu’il était beau ! Et qu’est ce que le modèle de série est raté. Dommage, même si aujourd’hui la côte basse donne envie de rouler dans un gros coupé italien bien motorisé.

Whealer

Le 15/10/2018 à 18:42

J’avais acheté une 205ch d’occasion en 2001. Le train AV était très vite dépassé par les évènements. Les places AR étaient comptées. Le bois en plastique véritable jurait avec un système audio vraiment pas terrible non plus. Mais il y avait quelques compensations : un moteur exceptionnel de puissance, des sièges électriques avec un magnifique cuir Poltrona Frau (mais fragiles). Cerise sur le gâteau, elle était bleu ciel/int cuir bordeaux. Je peux vous assurer que le concessionnaire était très content de la voir partir, le champagne avait d’ailleurs bien coulé ce jour-là…

lelillois

Le 16/10/2018 à 13:07

à ce jour, il y a 2 (deux) Lancia K (Kappa) « coupé  » en vente sur Lille. Une 2.4 /5 « essence » et une 3.0 V6 « 24 V » partez à la chasse, elles sont « pour rien » …

philippe

Le 16/10/2018 à 16:34

Une V6 3.0 en Pays de Loire sur leboncoin kilométrée tbe pas bien chère
Avec BR la cote va monter 🙂

Greg

Le 18/10/2018 à 10:18

La berline Kappa était acceptable, elle avait au moins de la prestance.
Mais au coupé, il manque l’essentiel: ni séduction, ni charme.
Fermez le ban.
Elle a sans doute bien d’autres qualités, une « beauté intérieure », et c’est peut-être le pire compliment qu’on puisse faire?

Vincent DK5

Le 19/10/2018 à 18:49

C’est vrai que si l’on compare aux coupés sortis par la firme 15-20ans avant, (beta Monte carlo, Gamma, beta HPE), la Kappa Coupé a autant gagné en qualité de construction qu’elle a perdu en inspiration… Surtout à une époque ou le voisin Alfa sortait sa 156…

Philippe

Le 19/10/2018 à 22:43

Fulivia, Flavia, Flaminia. Les bêta avaient déjà perdu en personnalité, et la Gamma passons

Laisser un commentaire