Lancia Medusa : quand Giugiaro rêvait d’une berline à moteur central arrière

Dimanche 25 juin 2017
Retour

De nos jours, une berline se doit d’être consensuelle, et surtout allemande. Les italiennes n’ont plus vraiment de place sur le segment malgré la tentative récente de l’Alfa Romeo Giulia, j’y reviendrai prochainement (lire aussi : Alfa Romeo Giulia). Pourtant, au début des années 80, rien n’était joué, et particulièrement pour Lancia. Certes, ses Beta et Trevi ne caracolaient pas en tête des ventes européennes, mais on pouvait encore espérer de l’originalité sur ce segment. Originalité dans les lignes, mais aussi dans l’architecture : c’est dans cet esprit que Giugiaro et Italdesign présentèrent en 1980 au Salon de Turin la Lancia Medusa.

La réflexion de Giugiaro était simple : pourquoi ne pas offrir de la sportivité « naturelle » aux berlines en adoptant une architecture réservée jusqu’à présent aux coupés sportifs. De cette idée simple va naître la Medusa, une grande berline au look futuriste (pour l’époque), dotée d’un moteur central arrière !

En positionnant le moteur à l’arrière (enfin, on se comprends), il devient alors possible d’obtenir une ligne très fuyante à l’avant…. Et un porte à faux arrière très court. Giugiaro va donc se servir d’une base de Lancia Montecarlo rallongée (lire aussi : Lancia Scorpion, la Monte Carlo ricaine) pour proposer une drôle de berline, typée sportive, capable d’emporter 4 passagers, dotée d’un comportement joueur malgré l’empattement rallongé, et offrant de larges vitrages malgré la faible hauteur de la voiture.

Derrière les sièges arrières, on trouve le 4 cylindres de la Monte Carlo, un 2 litres de 120 ch. Avec un Cx de 0,25, et un poids contenu, c’était largement suffisant à l’époque. Surtout, elle offrait une faible hauteur, tout en dégageant un espace intérieur digne d’un salon Poltronesofa… Les sièges sont enveloppant, tendus d’Alcantara, et donnent envie d’enfiler les virages et de dérouler le ruban noir.

Cette proposition n’était pas qu’un concept car, mais aussi un appel du pieds… Lancia devait renouveler les Beta et Trevi, et Italdesign se serait bien vu désigné pour celle qui les remplacerait. Bingo, ce fut bien l’entreprise de Giugiaro qui remporta l’affaire, mais pour donner naissance à l’exact inverse : une traction bien carrée dénommée Thema (lire aussi : Lancia Thema 8.32).

La Medusa restera donc lettre morte, sans descendance en série malgré la faisabilité : sa base de Beta Monte Carlo était déjà largement amortie. Malgré ces arguments (design innovant, architecture originale, amortissement), le projet Tipo 4, qui donnera naissance, outre la Thema, à la Fiat Croma (lire aussi : Fiat Croma), à la Saab 9000 (lire aussi : Saab 9000), et plus tard à l’Alfa 164 (lire aussi : Alfa Romeo 164), était a priori bien plus rentable (et classique) pour le groupe Fiat et son partenaire suédois.

Dommage car à l’intérieur, Giugiaro poursuivait, dans la lignée de la Trevi, sa tendance high tech, avec un volant digne de K2000 (lire aussi : K2000). Il suffit de le regarder pour avoir envie de conduire cette Medusa médusante! Un projet sans suite, mais qui fit beaucoup dans l’étude de l’aéro d’une voiture.

On retrouvera un peu de la Medusa dans une voiture de série : l’Isuzu Piazza dessinée par Giugiaro et les équipes d’Italdesign en reprend quelques gimmicks (lire aussi : Isuzu Piazza) ! Comme il vous sera impossible de vous offrir cette Medusa, pourquoi ne pas opter pour la japonaise ?

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

12 commentaires

GeoffGarit

Le 25/06/2017 à 16:46

N’aurait-elle pas inspirée le projet de la DeLorean DMC-24 ? En tout cas, la ligne en est proche (Giugaro oblige) et il me semble que la DeLorean devait avoir un moteur central

Guilhem

Le 26/06/2017 à 21:52

Elle servit en effet de base à l’élaboration du proto de la Delorean. Ce projet (et l’entreprise DMC) capotant, le prototype fut à nouveau recyclé en Lamborghini Marco Polo que Ferrucio refusa. J’ignore la suite s’il y en a une.

gérard morel

Le 25/06/2017 à 18:50

quelle laideur !!!
Je parie que ceux et celles qui la regardent trop longtemps vont être transformés en statue !!

Lord Jim

Le 25/06/2017 à 19:26

Bien vu ☺

gregocox

Le 25/06/2017 à 20:02

Perso hormis le volant (ergonomie ), je trouve cette voiture vraiment belle.

Fabrice

Le 26/06/2017 à 06:42

toute Les berlines ne sont pas forcément consensuelles : je trouve que la jaguar xj n’est ni consensuelle ni allemande

Malo

Le 26/06/2017 à 15:07

oui mais elle ne remporte pa grand succès comparé aux classe s, série 7 et consorts…

Malo

Le 26/06/2017 à 15:07

* pas

Eddy123

Le 27/06/2017 à 08:55

Le plus curieux est pour moi les petites vitres mobiles…
Sur une berline ou même la clim était rare à l’époque. ..
Bonjour le four. … thermostat 8…

François-Xavier

Le 27/06/2017 à 10:07

Sans doute les quatre places ont elle également joué en la défaveur d’une mise sur le marché, à une époque où les berlines avaient, davantage qu’aujourd’hui, une vocation familiale. Depuis que les familles plus ou moins nombreuses disposent d’une offre pléthorique de monospaces et SUV familiaux, nombre de grandes berlines ne compte plus que deux places à l’arrière !

Guillaume D.

Le 27/06/2017 à 19:10

Les fauteuils donnent clairement envie de se lover dedans, tout le contraire du volant qui me donne… des boutons!

quentin

Le 02/08/2017 à 16:26

Très intéressant, je ne connaissais pas et j’adore! Quelques concepts japonais ont repris l’idée une dizaine d’années plus tard mais n’ont pas franchis le pas de la série. A ce jour, je ne lui voit qu’une seule descendante: la tesla S (et bientôt la 3). Il faut dire qu’un moteur électrique est bien plus compact!

Laisser un commentaire