Lancia Zeta : le discret monospace « de luxe »

Samedi 5 août 2017
Retour

En 1994, Renault avait déjà bien installé son leadership européen sur le marché des monospaces avec l’innovante Renault Espace. Bien que disponible en version V6, l’Espace n’avait bizarrement pas tenté l’aventure Baccara, une finition disponible pourtant sur la Clio (lire aussi : Renault Clio 1 Baccara), la 19, la 21 et la Safrane. Cette année-là, PSA et Fiat, associés dans la co-entreprise Sevel Nord lançait l’offensive anti-Espace avec un quatuor de choc : Peugeot 806, Citroën Evasion, Fiat Ulysse et Lancia Zeta. C’est ce dernier modèle qui nous intéresse aujourd’hui, le plus rare des 4, le plus chic aussi, comblant le vide laissé par l’Espace.

Du quartet de monospaces Sevel, c’est évidemment le Zeta qui a toujours eu ma préférence. Son blason était un plus évident, et la marque n’était pas encore tout à fait à l’agonie, avec une gamme qui gardaient encore un certain standing : Y10 (lire aussi : Lancia Y10), Delta (lire aussi : Lancia Delta 2), Dedra, et en haut de gamme Kappa déclinée en berline, break et coupé (lire aussi : Lancia Kappa). Sans casser la baraque, ça avait encore une certaine gueule. La marque ayant délaissé le sport avec la disparition cette même année de la Delta 1 Intégrale (lire aussi : Lancia Delta HF AWD/Integrale) pour s’orienter vers une « certaine idée du luxe à l’italienne », l’arrivée d’un monospace haut de gamme était un excellent complément pour Lancia.

Extérieurement, les différences avec ses cousins sont minimes. Mais il faut bien l’avouer : il suffit d’une calandre Lancia pour rehausser le look carré et passe partout des monospaces de l’opération « Eurovan ». Le Zeta (ou plutôt Z) conserve les qualités de ses cousines, avec ses portes coulissantes, son plancher plat et justement son côté carré qui permet d’effectuer des déménagements ou de se déplacer à 7 sans problèmes. Là où tout change, c’est dans la finition.

A l’intérieur, le design est le même, mais les matériaux changent : cuir et alcantara rehausse le côté très « utilitaire » des modèles Eurovan. On retrouve toujours la même boîte de vitesse en hauteur (c’est pas désagréable d’ailleurs), le même tableau de bord, mais l’emballage change : c’est peut être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Revers de la médaille, le Zeta s’avère beaucoup plus cher (à l’époque) que ses cousins, et se retrouve pas loin de l’Espace V6 sans en avoir le moteur.

Car sous le capot, rien ne change non plus. Au départ, deux moteurs PSA sont proposés : un 2 litres Turbo de 150 chevaux en essence, et un 2.1 litres Turbo Diesel de 110 ch. Ces moteurs seront remplacés en 1999 par un 2 litres 16 soupapes de 138 ch et un 2 litres JTD (Hdi chez PSA) de 109 ch. Les Zeta seront produits jusqu’en 2002, avant d’être remplacés par le Phedra, lui aussi issu du partenariat Sevel Nord.

Le Zeta ne sera pas un accident industriel puisque issu d’un partenariat plus large permettant d’amortir, mais n’affichera jamais des ventes comparables aux 806, Evasion ou Ulysse. A titre de comparaison, seuls 22 014 Zeta seront vendus contre 168 000 Peugeot, et 122 000 Citroën (je n’ai pas pu trouver les chiffres de Fiat, mais qui doivent sans conteste être largement supérieurs à ceux de Lancia).

Mais justement, cette relative rareté en fait ne pièce de choix pour qui cherche un monospace pratique tout en conservant un certain standing. En occasion, les modèles se font rares, mais s’échangent à des prix relativement bas. Une jeune famille désireuse d’un peu d’originalité pourrait être séduite par ce Zeta attachant malgré la relative fadeur de son design.

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

11 commentaires

Eddy123

Le 05/08/2017 à 20:12

Il avait une différence par apport aux trois autres. . Le capot moteur avec renflement qu’il y avait pas sur ses cousins.

Capot repris sur la dernier lifting de la version utilitaire de ses Monospaces. ..

L abbé Taillere

Le 08/08/2017 à 10:42

Le capot nervuré …mettant en valeur la calandre ….Un détail peut être …mais qui le rendait franchement moins lisse que ces congénères….

Salva

Le 05/08/2017 à 23:13

Ils auraient pu en faire une version Alfa Romeo, Ferrari, Maserati, Abarth, et même Rolls Royce, Jaguar ou Aston Martin, et aussi Cadillac, Lexus et BMW.

24heures

Le 06/08/2017 à 00:24

Un jalon de la décadence de Lancia… Car portant le blason tout en assumant la qualité déplorable de ces véhicules (les 4 marques confondues). Une erreur de casting totale… OK, une rareté BR mais qui n’aurait jamais du exister.
Ceci dit, le 150 ch « couple bas » (je ne me souviens plus de son vrai nom commercial) était un moteur agréable qui donnait un résultat très homogène et agréable sur le break Xantia que j’avais pu essayer à l’époque.

Julien

Le 06/08/2017 à 08:56

Qualité deporable ? J’ai un evasion 2.0i de 1997 avec plus de 280 000 km au compteur, et a part sa gourmandise en carburant (10L/100) et ses 123ch un peu juste je n’ai rien a lui reprocher.
Niveau qualité, les seules pannes qu’il a connu sont le compresseur de clim qui fuit, le ciel de toit qui s’est décollé et ce maudit clavier antivol qui n’a plus voulu marcher…
En 20 ans, c’est pas la mort.

fc30

Le 06/08/2017 à 20:26

Tiens, c’est marrant ce sujet, la semaine dernière un collègue me parlait de son Zeta de 1997 qu’il va bientôt remplacer. Bien mieux présenté (sièges alcantara) et équipé d’un 806 ou Evasion équivalent, mais acheté en occasion récente beaucoup moins cher, la faute à une image de marque « italienne » pas au bon sens du terme (qui doit être encore pire sur le Fiat Ulysse, qui en plus n’est pas très beau et positionné plus bas en gamme)…
La conception est pourtant 100% PSA, mais ce « restyling » est très sympa. Il s’agit d’un 2.1 turbodiesel, qui souffre du défaut de pompe à injection s’emballant de temps en temps. Ajouté à un début de joint de culasse et un frein à main (à gauche du conducteur) qui ne serre plus, cela fait trop, le bestiau va finir bientôt en reprise contre l’achat d’un Kangoo.
La version avec le 2.0 Turbo CT (essence) doit être rarissime, déjà à l’époque le marché des monospaces avait basculé vers le Diesel, ajouté à une forte conso et une mauvaise image de marque donnant lieu à une forte décote, et aux tuneurs qui en achètent pour récupérer le moteur dans une 205 (ces swaps ont causé la disparition de nombre de Xantia, XM, 806, 406, 605 équipés de ce moteur…), il ne doit vraiment pas en rester beaucoup.

Michel

Le 07/08/2017 à 22:47

Je risque un »connerie » mais il me semble que le ZETA était proposé en 6 places (avec 2 fauteuils en 2ème rangée)

L abbé Taillere

Le 08/08/2017 à 10:40

Effectivement il était disponible contre supplément en version 6 places (au lieu de 7) avec des sièges plus larges type « captain seat » disposé en 3 rangées de 2 sièges et recouvert de cuir…

Jota

Le 09/08/2017 à 15:49

Les fameux sièges captain chair avec des accoudoirs individuels, il me semble aussi qu’il y avait comme sur d’autres modèles de la gammes une option full Alcantara, que je trouvais à l’époque magnifique, surtout en bleu.

Docteur Oliv

Le 14/08/2017 à 19:34

Pas forcément Cuir mais 2 accoudoirs

Docteur Oliv

Le 14/08/2017 à 19:34

Véhicule très agréable a utiliser, le seul où tu as le temps de ranger les bagages sans que les 3 gosses (assis dedans) ne se battent !
1ère expérience de déverminage chez PSA et moi j’ai eu un Evasion Turbo CT (Constant Torque) avec le quel la Plus grosse conso en pleine accélération fut 23 l/100 !
Seul Pb, car tout le monde le voulait, une vis qui fixe la tige sur laquelle coulisse les fourchettes s’est desserrée et le gars a perdu la 5ème puis la 4ème et est rentré à Vélizy en 3 ème.
Un malin avait supprimé la goutte de Loctite qui la freinait !
En tenue de route, par exemple en descendant vers le Pont de Sèvres, il ne s’affaissait pas trop en comparaison de mon ancien ESPACE 2000 TSE. et pourtant le moyeu venait de la FIAT…Tipo ! on a vu le résultat 4 ans après au CT. L’évasion était en Captain Chair mais on avait remplacé la 2ème rangée en Sièges classiques. sur cette version les Rétros étaient rabattables mais quand on les ouvrait il arrivait que la butée casse. La Tête de la fille en charge de cette pièce lorsque M. CALVET lui a dit que la 1ère fois qu’il utilisa la fonction…la butée cassa !
En résumé, bon souvenir des U60 et U 64 (Utilitaires) J’ai retrouvé le même moteur sur la XM (Y4) quand les Evasion ont été cafutés.
PS : je pense que l’après vente s’est faite bénir dans les Concessions car les vis étaient positionnées comme chez FIAT.
Paul je t’envoies une photo du presse papier

Laisser un commentaire