Les 10 réflexes à avoir quand on roule en ancienne

Mercredi 27 mars 2019
Retour

Parce qu’on n’a jamais la même élégance quand on ne sent pas complètement safe, voici quelques points essentiels à connaître pour rouler en ancienne.

Le moteur chauffe, se met à fumer, bébé est à côté sur son siège bien homologué, mais voilà : vous n’avez pas prévu d’extincteur dans le coffre. Le constat est clair, vous êtes dans une situation dangereuse, que pourtant vous auriez pu anticiper.

Cet exemple illustre bien les dangers d’une sortie en ancienne : rouler ne présente pas plus de risques qu’en voiture récente ; ils sont simplement différents. Le tout est donc d’acquérir les bons réflexes, que ce soit au volant de votre bijou ou pour un autre aspect crucial qui met en jeu votre sécurité : son entretien.

1. Embarquez un extincteur dans le coffre

Pour pallier la situation susmentionnée… Et plus largement, tout risque lié à un moteur brûlant.

Il existe des extincteurs pour automobile dont la taille permet de ne pas encombrer l’habitacle mais dont la contenance suffit largement pour éteindre un début d’incendie.

Le mieux est de le stocker à l’avant, en dessous du siège passager.

Certains pays membres de l’EU oblige tout conducteur à être équipé d’un extincteur. En France, on privilégie le gilet jaune.

2. Roulez (plus ou moins) tranquille

Les anciennes ont des moteurs plus sensibles qui donnent une mélodie toute particulière à la conduite. Il faut redoubler de vigilance quant à la chauffe de la mécanique. Avant de dépasser les 2 500 trs/mn, il s’agit d’attendre que l’eau (si refroidissement par eau !) atteigne les 80/85°C puis attendre au moins 10/15 mn que l’huile arrive à température suffisante pour grimper dans les tours. Qui veut aller loin ménage sa monture !

3. Evitez les bouchons

Le saviez-vous ? Il y avait bien moins de bouchons dans les 50’s qu’aujourd’hui. Une voiture ancienne n’est donc pas conçue pour vivre les désagréments de la ville moderne.  Démarrages et redémarrages permanents sont le meilleur moyen de faire chauffer son moteur plus que de raison. Un bon cadeau à faire à votre monture et à votre sécurité ? Leur épargner tant que possible l’environnement délétère d’un bouchon. Ce qui n’est pas une mauvaise chose non plus pour votre équilibre personnel.

4. Ne changez rien au dernier moment

Bien que vos talents de mécano soient au-delà de tout soupçon, n’intervenez pas sur votre voiture – y compris pour une modification mineure – juste avant une sortie ou un long trajet. Établissez une règle : après chaque intervention, faites le test et vérifiez que tout va bien en roulant prudemment quelques kilomètres.

5. Ne vous glissez jamais sous un simple cric

Cela vous prendra un peu plus de temps mais, pour travailler une voiture ancienne, il est vivement conseillé de la mettre en chandelle. La soulever avec un simple cric vous expose à un vrai danger. Effondrement du véhicule… vous imaginez le reste. Autant prendre le temps et travailler l’esprit zen.

6. Ne roulez pas à vide

Rouler avec un réservoir presque vide est le meilleur moyen de voir un ensemble de particules venir boucher la pompe à essence. Certes, il ne s’agit pas là d’un danger direct sur votre personne, plutôt sur votre moteur. Mais une sale panne peut toujours survenir au mauvais moment. Vous pouvez également ajouter un filtre à essence pour remédier à ce genre de problème.

De plus, lorsque vous stockez votre auto pour plusieurs semaines ou mois, veiller à faire le plein au maximum, cela évitera au réservoir de s’oxyder.

7. Nettoyez un peu, mais souvent

Puisque nous parlons saletés, allons-y franchement. Un principe simple à retenir est qu’il vaut mieux nettoyer souvent les éléments d’une voiture ancienne, plutôt que d’opérer de gros nettoyages trop espacés.

L’une des différences entre anciennes et modernes est le circuit de refroidissement. Il est clairement moins performant sur les anciennes. Cela dit, vous pouvez l’aider, en nettoyant régulièrement l’extérieur du radiateur pour le libérer de toute saleté.

Autre point important : ne faites pas d’économie sur la qualité des lubrifiants que vous utilisez. Typiquement le genre d’économie que vous paierez plus cher un jour. De même que pour le nettoyage, privilégiez des lubrifications légères mais fréquentes.

8. Roulez régulièrement

La meilleure solution pour entretenir son auto est de la faire rouler. Et attention, pas 2 km par là, 3 km par ci.

Votre auto a besoin de rouler au moins 30km toutes les 6 semaines, elle doit « transpirer » c’est à dire que tous les fluides doivent monter à la bonne température, les freins, suspension etc doivent être sollicités plusieurs fois pour être entraîner.

9. Révision régulière

Si les anciennes en « carte grise collection » ont des aménagements d’échéance de contrôle, il est important, même si vous ne roulez pas beaucoup, d’offrir une séance chez le médecin à votre belle, aka le mécano.

Il pourra déceler des points pas forcément grave mais qui pourrait se révéler dangereux (par exemple une durite de frein qui est fatiguée, un silent bloc trop sec qui pourrait casser….).

10. Garder vos distances

Entre le parc auto contemporain et une auto des année 60, les sécurités passive et active n’ont rien à voir. Prenez-en bonne note ! Gardez vos distance, ralentissez sur sol mouillé, anticipez les réactions des autres usagers comme votre voiture est moins réactive.

 

Et vous, quelle habitudes de sécurité avez-vous pour rouler sereinement avec votre ancienne ?

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

1 commentaire

Charles Meyer

Le 28/03/2019 à 11:51

Très bons conseils

Laisser un commentaire