Les Peugeot 405 et Pars à l’ombre des Pyramides

Jeudi 16 mars 2017
Retour

La Peugeot 405 est une voiture que j’affectionne particulièrement. Sans doute parce que mon père en possédait une (lire aussi : la 405 SR de mon père). Alors forcément, vous imaginez bien que les versions exotiques de ce modèle m’intéressent au plus haut point : les versions US (lire aussi : 405 USA), les versions produites en Iran en propulsion (lire aussi : 405 RD et Roa) ou en pick up (lire aussi : Iran Khodro Arisun). Et puis il y a les 405 « délocalisées ». Je vous avais déjà parlé des 405 polonaises (lire aussi : La 405 de Lublin), place maintenant à la 405 égyptienne.

Peugeot, présent dès 1976 en Egypte, y a imposé sa 504 dans les année 80

Peugeot, grâce à la solidité légendaire de ses voitures, s’était taillé une place de choix en Afrique, et pas seulement dans les anciennes colonies : on fabriquait des 504 et 505 au Nigeria (lire aussi : La 504 au Nigeria), mais aussi dans les années 60 en Afrique du Sud, tandis qu’en Egypte, Peugeot accorde à partir de 1976 à CDC Wagih Abaza, dirigée par deux frères, Hussein et Mamdhou Wagih Abaza. Tout au long des années 80, Peugeot va tenter de localiser sa production en Egypte, renonçant chaque fois devant le manque de perspective du marché automobile égyptien qui tardait à décoller, se contentant d’importer et de vendre ses inusables 504 puis 505.

C’est à partir de 1992 que Peugeot va produire en Egypte la 405 chez AAV.

Mais en 1992, la donne change. Le marché semble enfin mûr pour justifier un investissement du constructeur français. Une joint-venture appelée Peugeot Egypt, détenue à 51 % par Peugeot, à 30 % par son distributeur historique CDC Wagih Abaza, à 9,5 % par la BNP et 9,5 % par la Société Générale est créée, avec pour but la production et la distribution de la Peugeot 405 à l’ombre des pyramides. Au total, 20 millions de francs seront investis, dont 10 millions par Peugeot directement : une faible somme puisque la marque française va y aller prudemment. Plutôt que d’investir dans une usine, elle va sous-traiter la fabrication de ses 405 à Arab American Vehicles, détenue à 51 % par un organisme d’état Egyptien (l’Organisation Arabe pour l’Industrialisation) et à 49 % par Chrysler qui y assemble des Jeep.

Chez AAV, on produit pour à peu près tout le monde, mais surtout pour Jeep, actionnaire à 49 %

Les objectifs sont modestes : 1500 exemplaires pour 1993, 3500 pour 1994, et 10 000 unités annuelles à l’horizon 2017. Il faudra attendre pourtant début janvier 1994 pour voir les premières 405 sortir des chaînes de AAV, mais les débuts sont encourageants : 1300 commandes fermes en 4 jours selon Yves Barbé, DG d’Automobiles Peugeot à l’époque. Pourtant, la voiture est relativement chère, surtout si l’on considère le niveau de vie égyptien. Peu importe, on veut y croire, malgré des objectifs revus à la baisse pour l’horizon 1998, à 5000 véhicules.

La Police Cairote va avoir droit à son modèle « national »

Finalement, les ventes de la 405 n’atteindront jamais le niveau espéré, malgré des commandes de la polices cairotes. En 1999, Peugeot fera fabriquer chez AAV une poignée de 406 qui coûtait trop cher pour l’Egyptien moyen. Elle disparaîtra rapidement du catalogue. En 2004, 1200 Peugeot 405 seront produites par AAV pour Peugeot Egypt. En 2007, les dirigeants de Peugeot Egypt, conscients de la vieillesse du modèle, décident de stopper la production de la 405 pour la remplacer par un modèle plus moderne : la Pars (lire aussi : Peugeot Pars).

La Pars (en haut) remplacera en 2007 la 405, avant de se faire détrôner par la 301 (en bas)

Avec la Pars, Peugeot Egypt se dote à bon compte d’une voiture qui a fait ses preuves en Iran auprès d’une clientèle assez similaire, sans pour autant brusquer sa clientèle traditionnelle… Ce modèle plus iranien que français sera produit en Egypte jusqu’en 2013, pour finalement disparaître. En effet, en 2011, Peugeot reprend la main sur sa distribution et sa production. Toujours associée à CDC Wagih Abaza au sein d’une nouvelle structure, Peugeot CDCM, la marque décide de moderniser son offre. La 405/Pars va être remplacée par la 408 pendant un temps, puis pas la 301. Du coté des importations, l’offre est désormais très moderne, avec la 208, la 2008, la 3008, la 301, la 308, la 508 et même le RCZ jusqu’à sa fin de commercialisation (lire aussi : Peugeot RCZ). Une offre proche de celle que nous connaissons en France, bien qu’adaptée aux besoins locaux. Et la preuve qu’aujourd’hui, on ne traite plus ces marchés « à l’ancienne » avec de vieux modèles surannés mais avec la gamme la plus moderne qui soit. Ce qui est bien pour l’Egyptien l’est moins pour le lecteur de Boîtier Rouge : les productions exotiques vont se faire de plus en plus rares !

En savoir plus: http://www.peugeot-eg.com/

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

13 commentaires

Quentin R.

Le 16/03/2017 à 22:36

Y’a un livre sur la 405 qui est apparue récemment dans la collection « De mon père » dont l’auteur a déjà écrit un ouvrage sur la 309 dans cette même collection (ouvrage qui je l’avoue m’a quelque peu déçu…).

Au sujet de Peugeot en Egypte, je me souviens que du temps où j’étais magasinier pièces autos, sur l’emballage d’une pièce d’allumage, parmi les correspondances il y avait celle-ci: «Peugeot 305 2.0 Mot. XN1 (Egypte)».
Le XN1 est le moteur 1971cm3 de la 504!!! Alors si quelqu’un en sait plus pour un futur article…

De la même façon, j’ai appris qu’il exista des 604 destinés à l’administration équipés de ce même moteur…

denis

Le 18/03/2017 à 17:06

heu, un bloc fonte longitudinal sur une 305 à moteur transversal ? ou bien n’était ce pas plutôt des « 405 » pars, qui elles avaient un moteur longitudinal, avec une propulsion ? Dans ce cas ce serait cohérent..;

Matthieu

Le 11/04/2018 à 09:34

Un moteur n’est pas transversal ou longitudinal, seule son implantation l’est. Nombreux sont les blocs à avoir été montés dans un sens ou dans l’autre suivant le modèle (y compris des moteurs en V).

Matthieu

Le 11/04/2018 à 09:55

D’ailleurs quand j’y pense, je ne possède en ce moment que des voitures équipées de moteurs qui sont dans ce cas là:
-Ma Ford Escort XR3i Mk3 (traction et transversal) équipée d’un 1.6 CVH injection dont la version 1.8 carbu était montée sur les Sierra (propulsion et longitudinal)
-Ma Sierra équipée du 2.0 DOHC dont les différentes version ont surtout peuplé les Sierra et Scorpio (toutes deux propulsions avec moteur longitudinal) a également équipée les Escort RS2000 Mk5 et les Galaxy 2.3 (les deux en traction transversal)
-Les différentes Volvo de la maison, toutes équipées de moteurs « whiteblock » 4 ou 5 cylindres, qui est originellement un 6 cylindres ayant été monté dans les 960 (propulsion et longitudinal) puis dans les S80 (traction et transversal).
Dans les voitures que je ne possède pas on note même des cas comme le cléon fonte qui entre les R8, R4, A110, R5 turbo, super 5 et j’en passe a été disposé de quasiment toutes les façon imaginables.

Paul

Le 18/03/2017 à 17:08

Ce qui est sûr, c’est que la Pars est une traction (en fait une 405 modernisée) contrairement aux 405 RD puis Roa, des propulsions sur base Paykan avec juste la carrosserie et l’intérieure venue de la Peugeot.

denis

Le 18/03/2017 à 17:20

Il a existé des Talbot Tagora dotées d’un 2l essence, ‘à l’origine Chrysler il me semble) lancées en catastrophe pour palier à la non vente des V6 à la mécanique improbable, 3 carbus simple corps, parfaitement inréglables et à la conso flirtant avec les 40l au 100 à 180… Un AR Nice Cannes par l’A8 vidant les 3/4 du réservoir….
La cylindrée était proche de 1971, le bloc était peut être un ex 504/505 de la même époque ou un ex chrysler d’après la fusion. Il est donc possible d’introduire ce petit essence sur une 604, le tour de passe passe fonctionnant aussi avec le turbo diesel en re-motorisation des v6.

fc30

Le 20/03/2017 à 18:46

Je n’ai jamais entendu parler d’un 2 litres sur la Tagora, par contre oui la
604 a existé avec un tel moteur (XN1 aussi monté sur les 504 et 505) dans une finition SR réservé aux administrations.

Quentin R.

Le 16/03/2017 à 22:44

Affectations, pas correspondances… dsl 😉

denis

Le 18/03/2017 à 17:27

bon avant décrire des fois faut vérifier, la mémoire étant défaillante parfois… le chrysler étant de 2.1l, les carbus 2 triples corps, toujours aussi impossible à synchroniser.. (les simples corps en batterie c’est alfa le spécialiste…) .

Quentin R.

Le 18/03/2017 à 19:45

Je tâcherai de vérifier… Quant à la Tagora, le 2.1L dérivé du bloc des Chrysler 180/2L était prévu dès le départ, avant même que Peugeot ne rachète Chrysler Europe… A savoir que pour le haut de gamme, le V6 PRV été déjà envisagée avant le rachat… Peugeot avait refusée de fournir le moteur pour une sérieuse concurrente de la 604… Avant cela, il y aurait eu d’envisager un six-en-ligne d’origine Mitsubishi!!! Marque dont Chrysler était à l’époque actionnaire…

Wolfgang

Le 18/03/2017 à 20:13

En essence la Tagora a été produite avec le 2.2 Chrysler et le V6 PRV.
Régler 2 carbu, je ne vois pas où est la difficulté…
Sur les motos on en règle 4…
Suffit de savoir synchroniser.
Je ne sais pas pourquoi mais dès qu’on parle de Tagora V6, ça devient négatif alors que si on parle Alpine qui a reçu le même moteur, tout devient très bien…

Quant à la 405, sa grande qualité selon moi c’est la résistance à la rouille de la carrosserie, la légèreté, la BV et le volume du coffre. Pour le reste, ça casse rien. Je connais 2 personnes qui en ont toujours une.
Une GLD qui est un veau total sous équipé mais qui encaisse bien les très gros km
Une GR avec 1.6 XU qui a commencé a bouffer de l’huile dès 110 000 km. Les segments de pistons sont désormais en matériaux composites et sont vendus à prix d’or chez PSA. La pompe à essence en plastoc. Les moteurs de fermetures de porte de mauvaise qualité tout comme la commande de chauffage et le radiateur de chauffage. Le pommeau de levier de vitesse part en morceaux. Les enjoliveurs ne tiennent pas. L’embrayage est très dur. La direction assistée aussi.

Un truc à savoir aussi : quand on s’appuie fort sur le dossier du siège conducteur, on sent une barre en métal vous appuyer sur les vertèbres du haut derrière la mousse… en cas d’accident, voilà de quoi passer au fauteuil roulant…

Il faut mieux prendre la série 2, beaucoup mieux finie et plus solide. Déjà il n’y a plus de grincements de tableau de bord et les sièges sont mieux fichus.

Wolfgang

Le 18/03/2017 à 20:16

J’ai oublié en défaut aussi le pb de masse des feux rouges très fréquent sur les séries 1 : ça fait que si on allume les phares, les cligno et les stop tout se met à clignoter en étant à peine visible. Là encore mieux vaut la série 2.

denis

Le 18/03/2017 à 20:54

hello, le pb n’est pas de régler 2 4 ou 6 carbus (quoique demander aux alfistes à 6 simples corps) mais la configuration des carbus sur les cylindres…. La Tagora, qui aurait pu être un réel succès, mis à part sa finition style horizon… et ses portes arrières qui ne s’ouvraient qu’à 60°… était dotée d’un carbu par ligne de cylindres, le cycle du PRV étant bâtardisé par son allumage de V8 amputé tournait déjà comme une patate dans la config 136 cv (1 simple corps et un double, chaque corps alimentant un paire de cylindre en vis à vis), la synchro était à faire sur deux cycles de rotations… Si vous trouviez un mécano qui aimait le faire fallait le choyer…
Sinon le PRV en injection électronique) était un excellent moteur, qui équipa les 604/505 Volvo R30 Alpine Venturi DeLorean et pas mal d’autres y compris des hélicoptères légers et plein de buggy de compétition, surtout que gavé par un turbo il donnait enfin de la puissance et l’injection électronique régulait très facilement le cycle atypique de ce moulin qui avait une particularité : on le reconnaissait à sa signature sonore…
Sinon pour la 405, elle était la signature de jacques Calvet, qui tirant à outrance sur les fournisseurs, avait réussi à donner une piètre réputation à ses voitures pour des pannes d’accessoires… récurrents…

Laisser un commentaire