Les Saab américaines, ou l’échec de la politique des clones

Mardi 8 avril 2014
Retour

En 2004, General Motors n’a pas encore abandonné toute idée de relancer sa filiale suédoise Saab, notamment sur le marché nord-américain, mais veut limiter les investissements. C’est dans cette optique que seront lancés deux modèles uniquement aux USA, la Saab 9-2X (2004-2006) et la Saab 9-7X (2005-2009). Comme souvent, pour réduire les coûts (et pensant que le consommateur n’y verrait que du feu, GM se sert dans ses nombreuses filiales pour sortir de son chapeau des produits soi-disant authentiques : le meilleur moyen de brouiller l’image si spécifique de Saab.

La Saab 9-2X

La première à s’y coller, c’est donc la Saab 9-2X (lire l’article plus détaillé ici : 9-2X). Si elle vous rappelle quelque chose, c’est normal, puisque cette « fausse » suédoise était fabriquée au Japon (si si!), dans les usines de Subaru (alors lié par des accords capitalistiques avec GM) : il ne s’agit ni plus ni moins que d’une Impreza rebadgée du griffon.

Le X du logo correspond donc à la transmission intégrale, présente sur la Subaru, et donc sur sa jumelle Saab. La 9-2X, qui se positionne juste sous la 9-3, reprend la plate forme de l’Impreza break, et reçoit des retouches de carrosserie à l’avant comme à l’arrière pour ressembler à une Saab (étrangement, la 9-2X perd 10cm par rapport à l’Impreza dans l’affaire). L’intérieur est lui aussi modifié pour atteindre les standards Saab, Subaru étant plutôt chiche en équipement d’habitude.

Côté moteur, tout est japonais, et on retrouve sous le capot les 4 cylindres à plat spécifiques à Subaru : un 2,5 litres de 165ch et un 2 litres turbo de 227ch pour la version « sportive » Aéro. Ni vraiment Subaru, ni vraiment Saab, inutile de vous dire que la Saab 9-2X fut un échec, avec 10 324 exemplaires, quasiment tous vendus aux Etats-Unis

La Saab 9-7X

En 2005, c’est vers le haut que GM élargit la gamme Saab aux Etats-Unis, en proposant le gros SUV 9-7X. Fabriquée à Moraine, dans l’Ohio, il s’agit d’un restylage rapide d’un Chevrolet Trailblazer (on le surnomme même « trollblazer »), seule la face avant recevant une calandre « type » Saab. Pour singer une vraie Saab, le démarreur sera placé près du frein à main, mais c’est bien le seul détail qui rappelle les modèles suédois. Pour le reste, on a affaire à un SUV américain comme il en existe tant. Pourtant, il se vendra un peu mieux que la 9-2X, avec 20417 exemplaires. Il faut dire qu’il est totalement adapté aux modes de consommation automobile américaines. Mais pourquoi choisir la copie plutôt que l’original ?

Le Saab 9-7X était disponible avec un 6 cylindres en ligne 4,2 litres de 285ch, un V8 5,3 litres de 300 ch ou un V8 6 litres de 390 ch, ce qui en fait la Saab de série la plus puissante jamais construite. Ce modèle était destiné au marché nord-américain, mais quelques exemplaires furent importés en France par le concessionnaire Espace Défense Automobile à Neuilly, à des tarifs oscillant entre 53 et 57 000 euros, et disponibles avec GPL en option. Combien furent vendues en France ? Impossible de trouver le chiffre, mais sans doute pas plus d’une dizaine.

Lire aussi: BAIC/Senova

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Articles associés

Soyez le premier à commenter cet article

Aucun commentaire

Laisser un commentaire