Lotus M200 Concept : une version radicale de l’Elan M100

Jeudi 4 janvier 2018
Retour

Pour beaucoup, la Lotus Elan « M100 » n’est pas une vraie Lotus. D’une part parce qu’elle inaugurait (et finira par clôturer) le passage à la traction, mais d’autre part parce qu’elle s’offrait un moteur Isuzu sous le capot avant, par le truchement des liens capitalistiques parfois complexe de la General Motors, propriétaire de Lotus et actionnaire d’Isuzu. Avec 130 ou 165 chevaux selon qu’elle soit atmo ou turbo, la Lotus Elan n’avait pourtant pas à rougir (lire aussi : Lotus Elan M100) mais à la même époque sortait un diable de petit cabriolet propulsion, la Mazda MX5, beaucoup plus proche de la tradition britannique. En 1991, pour dynamiser les ventes de la M100, pour faire le show aussi, et pour explorer de nouvelles voies, la firme britannique présenta en urgence un dérivé roadster appelé M200 Concept.

Ok, on l’a compris, la M100 c’était pas vraiment « l’esprit Lotus », peut-être un peu trop pépère aux yeux des puristes, en plus de porter la tare d’une puissance transmise aux roues avant. Puisqu’il fallait absolument un « show car » pour le salon de Francfort 1991, la petite firme britannique a donc sommé son designer Julian Thompson de pondre quelque chose d’un peu enthousiasmant sur la base de l’Elan, dessinée à l’origine par Peter Stevens. Cela tombe bien car l’homme travaillait déjà à quelque chose de plus radical que l’Elan. C’est d’ailleurs à lui qu’on devra la bien née Lotus Elise (lire aussi : Lotus Elise S1).

Thompson va donc créer, sur la base d’une Elan M100 classique, un roadster 2 places carrément plus sportif que ne le laisse présager la donneuse, du moins dans le look. Adieu pare-brise, adieu capote, place à deux sautes-vent, à des ébauches de vitres latérales, et à une sorte d’aileron juste à l’arrière des places assises (séparées par un montant central). La M200 recevra aussi de plus grosses roues, explorant ainsi de possibles évolutions. Sous le capot en revanche, rien de nouveau, avec le 4 cylindres Isuzu en version Turbo. Les phares escamotables laissent aussi place à des verres, au design affiné.

Commandée dans la précipitation par la direction de l’époque, la M200 a une histoire assez cocasse : au lieu de prendre une Elan fabriquée par l’usine directement, c’est une voiture renvoyée par un client qui servit de base au projet: je vous laisse imaginer les sueurs froides lorsqu’on s’aperçut que le show-car n’était pas véritablement la propriété de Lotus, qui finira tout de même par trouver un arrangement avec le propriétaire de l’Elan initiale. Malgré cela, la M200 connut son petit succès, préfigurant un autre roadster du même genre, le Renault Spider (lire aussi : Renault Sport Spider), de l’autre côté de la Manche.

La voiture sera ensuite prêtée à l’Automobile Association (AA), une sorte de mutuelle d’assurance britannique dédiée à l’automobile, qui s’en servit pour sa promotion, sans véritablement en prendre soin, au point de voir la M200 se détériorer de jour en jour. Lotus, toujours propriétaire de la voiture, finira par la vendre aux enchères. C’est Paul Matty, un concessionnaire de la marque, qui en fit alors l’acquisition, avant d’être convaincu par le collectionneur Olav Glassius de la lui vendre. Le magnat du textile hollandais fit alors restaurer entièrement sa M200, lui donnant l’aspect qu’elle a sur les photos de l’article.

Pourtant, en 2012, Glassius finira par mettre en vente les 25 Lotus de sa collection par l’intermédiaire de Bonhams, dont la fameuse M200, mais aussi la Lotus Etna V8 de 1984, ou la M250. La M200, parfaitement fonctionnelle et homologuée en Grande Bretagne, était alors évaluée entre 80 et 120 000 £, sans pour autant trouver preneur. Il est donc possible, sans doute, si vous êtes passionnés de la marque, ou à la recherche d’une voiture originale, de tenter de l’acheter.

Images: Bonhams

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

5 commentaires

Wolfgang

Le 05/01/2018 à 00:14

Toutes les bagnoles devraient être obligatoirement sans pare brise.
Il y aurait moins d’accident car les gens rouleraient moins vite, surtout quand il fait mauvais. Ou bien ne rouleraient même pas du tout ce qui diminuerait le trafic et la pollution.
Les gens mettraient des casques donc moins de blessés.
Et puis on n’aurait plus les pubs insupportables de carglass.
Et tout ça ferait baisser les tarifs d’assurance.
Suffit de changer les normes de construction.

Germain

Le 05/01/2018 à 00:32

Eh ben, ils se sont pas foulés, on voit que c’était juste histoire de pas venir les mains vides à Francfort

Erwan

Le 05/01/2018 à 11:46

IL EN EST OU LE MAGASINE ?? MERCI DE TENIR INFORME !! MAI, JUILLET… NOEL, MAIS LEQUEL ? 2018, 2019… RAS LE BOL !

Wolfgang

Le 05/01/2018 à 20:19

T’as qu’à filer un coup de mains, ça ira plus vite.

Rosa

Le 08/05/2019 à 12:28

La Lotus Élan M100 tout comme l’Esprit Sport 300 des années 90 sont des merveilles quasi inconnues en France : tenues de route et performances (sur circuits). D’ailleurs c’est en fait sans importance en 2019. L’époque a changé .Ingénierie , effet de sol, châssis , sont devenus obsolètes dans un monde où prime dorénavant l’esthétique. Ces Lotus deviennent des œuvres d’Art de l’âge d’Or de l’automobile.

Laisser un commentaire