Lynk & Co 03 : à la conquête de l’Europe … et du monde ?

Publié le samedi 11 août 2018.
Mis à jour le jeudi 4 juillet 2019.
Retour

Et si le pari osé de Geely et Volvo, la nouvelle marque Lynk & Co, créait la surprise en Europe en 2019, comme elle est déjà en train de le faire en Chine (où 46 252 exemplaires du Lynk & Co 01, un SUV cousin du Volvo XC40 se sont déjà vendus)? Peut-être, car la stratégie de conquête employée par Geely semble particulièrement étudiée et probablement efficace. En juillet, la nouvelle marque présentait la Lynk & Co 03, une berline partageant la plateforme du XC40 (lire aussi : Volvo XC40) et de la future S40 de chez Volvo.

Le Lynk & Co 01, fabriqué et vendu en Chine depuis décembre 2017 : déjà près de 60 000 exemplaires à son actif

Depuis 2010 et le rachat de la marque suédoise par le chinois Geely, rien ne s’est passé comme l’avait prévu les oiseaux de mauvais augure : Volvo s’est installé comme un concurrent sérieux des marques premium allemandes en réinvestissant le marché par le haut (XC90  d’abord, S90/V90 ensuite), avant de patiemment décliner son concept vers le bas, avec les XC60 et XC40, puis S60/V60 et bientôt les S40/V40. Résultat, les ventes ne cessent d’augmenter, tandis que la marque engrange les bénéfices. Mieux, la marque suédoise s’est dédoublée avec une marque haut de gamme orientée électrique du nom de Polestar. De son côté, Geely a fait ses emplettes, rachetant les taxis londoniens LTI (lire aussi : le retour du Black Cab), 49 % du constructeur malaisien Proton au nez et à la barbe de PSA, mais aussi et surtout 51 % du constructeur anglais Lotus ! Fin 2017, le chinois s’offrait 8,2 % de Volvo Trucks, et début 2018, il créait la surprise en rachetant 9,6 % du groupe Daimler-Benz.

Mais les ambitions ne s’arrêtent pas là. Si Geely est un honnête constructeur chinois, avec des ventes frôlant les 500 000 exemplaires sous sa propre marque, il a aussi décidé de conquérir le monde par la ruse, avec Volvo en parfait cheval de Troie, et une toute nouvelle marque présentée en 2016, et dont le premier véhicule est commercialisé depuis décembre 2017 : Lynk & Co. Avec cette marque, Geely et Volvo (actionnaire à 30 % de Lynk & Co, montrant ainsi l’implication suédoise dans le projet) comptent dépoussiérer l’automobile : design engagé, véhicules connectées (et bientôt hybrides ou électriques), distribution prioritairement en ligne, prix abordable « tout compris » et positionnement « access premium », technologie suédoise).

La 03 Concept est apparue en 2017. Sa déclinaison officielle viendra, elle, en 2018

Geely a bien compris qu’un pur véhicule chinois importé en Europe ne pourrait se battre que sur le terrain des prix bas. Hors de question, alors que le groupe dispose de deux joyaux européens haut de gamme (Volvo) ou sportif (Lotus). Les investissements consentis chez Volvo avec la nouvelle plate-forme CMA ont l’occasion d’être rentabilisés, tout comme les 3 ou 4 cylindres présents sur le XC40 entre autre. Ainsi, Lynk & Co ne peut se positionner en bas de gamme. En jouant sur l’image de Volvo (l’ingéniérie des modèles de la marque est réalisée à Goteborg), doté d’un châssis et de moteurs modernes et reconnus (le XC40 n’a-t-il pas été élu COTY en 2018), réalisant d’importantes économies d’échelle, le 01 et le 03 pourraient bien bouleverser la perception des produits chinois et réussir là où tous ont reculé (et notamment Qoros) en séduisant frange non négligeable du marché. Les ambitions de Lynk & Co pour 2021 sont éloquentes : 500 000 ventes mondiales avec 5 ou 6 modèles.

D’aillers, Lynk & Co semble ne pas se considérer comme une marque chinoise, mais bel et bien comme une marque mondiale. Grâce aux usines Volvo aux Etats-Unis ou en Europe, ainsi qu’aux usines Geely et Volvo en Chine, les 01 et 03 peuvent être produite au plus près du marché, tout comme le fait Volvo aujourd’hui. Les premiers exemplaires du 01 sont d’ailleurs pour l’instant fabriqués aux côtés des XC40 destinés au marché chinois dans l’usine Volvo de Taizhou, tandis que les modèles européens seront fabriqués dans l’usine Volvo de Gand ! S’il fallait s’installer aux USA, l’usine Volvo de Charleston, en cours de construction en Caroline du Sud, permettrait elle aussi de produire localement. Pour l’Asie du Sud-Est, les usines Proton pourraient elles aussi servir de tête de pont !

La version de série semble s’affiner un peu… et son design clivant rappelle un peu Saab

Même avec d’ambitieux objectif, l’ensemble du groupe Geely atteindrait tout juste les 2 millions de véhicules vendus sur 4 grosses marques (Geely, Volvo, Lynk & Co, Proton), le cantonnant parmi les « petits » constructeurs mondiaux. Mais si la course au gigantisme est toujours de mise chez certain, les deux constructeurs allemands BMW et Mercedes ont déjà prouvé que l’important était ailleurs : la marge. PSA en grande difficulté il y a 6 ans a lui aussi préféré préserver ses marges au détriment du volume, avec le succès que l’on sait. La stratégie de Geely est la même : opter pour des marchés et des stratégies permettant d’augmenter la marge et d’être profitable même à 2 millions de véhicules. Tata, avec JLR, n’a pas fait autrement.

La nouveauté en l’espèce, c’est la stratégie. Si Volvo reste assez classique dans sa démarche et dans ses choix stylistiques (au demeurant très réussis), Lynk & Co, pour se différencier, opte pour un design résolument décalé, presque clivant. En cela, la nouvelle marque sino-suédoise rappelle un peu feu Saab. Cette berline 03 n’est pas une Saab et son style s’avère plus torturé que l’ex 9-5 NG si réussie et sobre (lire aussi : Saab 9-5 NG), mais elle rappelle un peu la rupture stylistique que pouvait représenter une 900 Classic dans les années 80 (lire aussi : Saab 900 Classic) : choisir une Lynk & Co 03 sera une démarche originale, une volonté de différenciation. D’ailleurs, le positionnement access premium choisi pour la marque coïncide assez avec l’ex Saab.

La distribution priotaire via le web (même si le réseau Volvo sera de la partie), le choix d’une unique finition, autant de moyen de rationaliser, simplifier et rentabiliser la marque tout en offrant un tarif au cordeau : voilà une autre innovation. C’est simple mais il fallait y penser.

Cela suffira-t-il pour changer les habitudes ? Une Lynk & Co 03 sera-t-elle la concurrente d’une Peugeot 508 crédible (lire aussi : Peugeot 508 2018), le 01 concurrent d’une 3008 ? L’avenir nous le dira, et même si l’on n’aime pas l’orientation prise par Lynk & Co, Geely et Volvo, il faut bien l’admettre : c’est assez enthousiasmant. Et ceux qui crient au « c’était mieux avant » méditeront peut-être ce qu’il se passe : on n’a jamais autant créé de marques automobiles qu’en ce début de 21ème siècle, malgré les disparitions d’historiques telles que Pontiac, Rover, Oldsmobile, Saab… Polestar, Lynk & Co, Tesla et consorts sont là pour les remplacer … Souhaitons leur bonne chance !

23 commentaires

Rob

Le 11/08/2018 à 16:06

Y a moyen de ne pas toujours tout ramener à Saab. Je ne vois aucune similitude entre cette voiture et une Saab… et bon Saab a produit 3 modèles sur son existence donc arrêtons d en faire une référence… une marque comme Geely vend plus de voitures que Saab n’en a jamais vendu…

Paul

Le 11/08/2018 à 16:52

l’unique paragraphe se référant à Saab, si vous le lisez bien, indique très clairement qu’il s’agit surtout d’un positionnement « design » : clivant, dérangeant, etc … Si je rajoute un peu de sauce suédoise là dessus, et que j’affirme qu’il faudra être très ouvert d’esprit pour acheter une Lynk & Co, alors, on peut se trouver avec le Saab du futur… une marque décalée quoi, ne vous emballez pas 😉

Franck

Le 11/08/2018 à 17:09

Je ne vois pas trop où ce situe le côté clivant du design. Je vois surtout une auto reprenant le pire des codes maintream du moment, de la 5008 en passant par la Passat avec une touche de Porsche à l’avant… et j’en passe, Audi, Hyundai… Y a de tout là dedans !
Aucune comparaison possible avec la ligne unique des Saab. 😉

Franck

Le 11/08/2018 à 17:11

De la 508, pardon, trop de zéro chez Peugeot…

Paul

Le 11/08/2018 à 17:13

je ne suis pas d’accord, mais c’est ça qui est intéressant non ? 😉

Paul

Le 11/08/2018 à 17:14

il est vrai que je pensais à cela, particulièrement, et que je n’ai pas cité dans l’article : http://boitierrouge.com/2018/05/18/saab-9-1-9-3-et-sonett-phoenix-la-gamme-suedoise-qui-ne-vint-jamais/

Franck

Le 11/08/2018 à 17:22

Là c’est pas clivant, c’est du portenawak 🙂 De la pignolade de table à dessin !
Parfois je me dis que maintenant que Saab n’est plus là, au moins on échappe au pire et on peut se satisfaire des anciennes. Ce que je fais au quotidien.

Philippe

Le 11/08/2018 à 18:04

Dans les années 70 ceux qui achetaient japonais se faisaient mal voir en France. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui pour les nippones que nous connaissons tous. Puis il y’a eu les coréennes et des débuts difficiles leurs modèles obsoletes du début. Bientôt des voitures chinoises en France ? Les propriétaires se feront également vilipender (alors que rouler en Volvo non)
Reste à voir, au delà du style pompier, ce qu’elles donneront niveau fiabilité. Pour moi c’est non à la voiture chinoise, je n’aime pas leurs façons de faire déjà. Mais il faut relativiser ce j’en dis, j’écris ce post avec un iPhone fabriqué en Chine 😉

Navigator84

Le 11/08/2018 à 18:54

La marque Geely a vendu 1.250.000 véhicules en Chine en 2017 (+61%). Et 720.000 au premier semestre 2018 (+36%). A cela s’ajoute 46.000 Lynk & Co et 51.000 Volvo (+31%) au 1er semestre 2018.
C’est 3 fois plus qu’à l’époque où la marque a racheté Volvo. Il est devenu un poids lourd sur le marché chinois.

Si le 01 est produit dans une usine Geely dans le Zhejiang, les 02 et 03 sont produits dans la première usine de la marque Lynk & Co située à Zhangjiakou dans la province du Hebei, au nord-ouest de Pékin.

Les usines chinoises de Volvo sont situées à Chengdu et Daqing (Heilongjiang).

Paul

Le 11/08/2018 à 20:21

exact, mes chiffres (qui ne voulaient pas faire démonstration) dataient un peu cela dit l’objectif global est à peu près le même (2,5 plutôt que 2 😉 )

Alexandre c.

Le 11/08/2018 à 19:22

Personnellement je trouve qu’il y a une très grosse ressemblance avec les dernières Kia comme le Niro surtout pour le crossover 01 le 03 lui à l’arrière qui semble copié sur l’A3 berline…

Karagheuz

Le 08/09/2018 à 10:52

+1, l’avant fait penser aussi à un mélange de panamer(d)a et de SUV ssangyong (dont j’ai oublié le nom, je ne suis aps friand de ces bêtes), l’arrière a Audi et à la Giulietta qui fait du (t)audi aussi.

Germain

Le 11/08/2018 à 22:27

Et bien moi les nouvelles marques sorties de nulle part c’est pas mon truc et je continue d’aimer les Oldsmobile des années 50, les Pontiac trans am des années 70, les dernières Saab 9,5 et les Rover de toutes les époques

J2M

Le 11/08/2018 à 22:46

Oups… Intéressant papier et instructives réactions !
Attention au sourire en coin sur les japonaises en 1970, sur les coréennes en 1990 et sur les chinoises en 2010.
Parce qu’en 2030, y’aura plus que ça.
Vu de Chine et de l’Asie industrielle, le marché européen est une sorte de Sydalvie automobile.
(D’ailleurs, le regretté André Costa avouait y essayer ses voitures).
Les dix prochaînes années seront décisives.

Romain

Le 11/08/2018 à 23:03

Je travaille en Chine pour l’industrie automobile, et je pense sincèrement que dans 10 ans les Français achèteront des voitures chinoises exactement de la même façon qu’ils achètent des Kia/Hyundai aujourd’hui. La plupart des marques ont de gros efforts à faire en terme de qualité perçue et qualité tout court, mais c’est en bonne voie.
Je vois régulièrement ces Lynk&Co sur la route, et on pourra en dire ce que l’on veut, en restant objectif ce sont des produits plutôt bien dessinés (dans le sens « avec rigueur, dans les proportions et dans les détails »). Les styles de ces véhicules sont pour la plupart signés par des Européens (souvent Allemands) ou des Coréens.

Salva

Le 12/08/2018 à 00:54

Entre le délabrement des routes, les limitations de plus en plus sévères et la multiplication des taxes et des tracas en tout genre, on roulera en charrette dans 10 ans

Jérôme Bohame

Le 12/08/2018 à 09:24

L’automobiliste restant quand même un peu vieux jeu, je ne suis pas sûr que baser toute la commercialisation uniquement via internet soit judicieux. Les clients aiment quand même bien essayer avant d’acheter, surtout dans ces tarifs. Il n’y a guère que les modèles destinés à rester des objets de collection qui se vendent bien comme ça.

GILLES44

Le 12/08/2018 à 11:23

Vous avez raison Paul, c est le type de marque vouée à un grand succès commes les coréennes venues de nul part ou les deplacoirs roumains sur un autres positionnement.
Des autos banales, interchangeables acquises par des autophobes representant les trois quart des clients qui n achètent non pas un véhicule mais un rapport prix/prestation, comme un réfrigérateur.
Je comprends la logique commerciale, tant que nos youngtmers ont le droit de circuler…

Bretonnet

Le 12/08/2018 à 13:06

Ont entend de tout et de rient, et je suppose que ces le but, pour ma par n’en déplaisent a tout a tout les râleurs qui critiques ceci cela une ressemblance ou autre…. ,je dît qu’il n’y a que le résultats finale qui importe. Et quant je regarde le modèle 3 ,elle me plaine beaucoup je la trouve très belle et pour peut qu’il est celle qui me convient ,prix et motorisation, hésiterait pas a en ‘achète une.

batman

Le 15/08/2018 à 08:56

Tu a reson Beronay. Ces mieu queue si s été moin pirre. Si tu trouve la vouature jaulie tu eusse taurd que tu tant private, et visse et versa

Oussama Guellouz

Le 07/09/2018 à 13:04

Il y a trois ans en Tunisie, on voyait débarquer trois marques chinoises BAIC, GreatWall/Haval et MG (sous sa nouvelle forme), et même si les modèles d’entrée de gamme étaient assez mal finis et assez quelconque côté design, ces marques ont très vite trouvé leurs marques, et ont constitué une alternative aux européennes et coréennes qui dominaient le marché, leur positionnement prix est imbattable, et pour les modèles haut de gamme (MG GS, Haval H2, H6, H8 et H9), l’offre peut se placer en frontale (en finition, en agrément comme en équipement) avec les modèles déjà bien ancrés commercialement.

Yris

Le 08/09/2018 à 11:57

Il faudrait me payer très très cher pour rouler dans ce genre d’horreur. C’est moche, mal proportionné. La Fiat Multipla passerait presque pour un modèle d’élégance à coté de ces choses. Avec un look aussi dégueulasse, les chinois ne sont pas prêts de séduire qui que ce soit ici. D’autant que nous serons de plus en plus nombreux à vouloir défendre le monde ouvrier français contre les délires mondialistes des firmes multinationales.

erwin

Le 06/12/2018 à 21:21

je trouve que l’arrière à un arrière gout de 9-5 et le capot des faux airs de panamera.

Laisser un commentaire