Mahindra reprend 51 % du capital de Peugeot Scooters

Publié le mercredi 8 octobre 2014.
Mis à jour le jeudi 4 avril 2019.
Retour

Peugeot Scooters m’avait charmé avec le lancement de son nouveau modèle, le Django (lire aussi : Peugeot Django). Il faut croire que je n’ai pas été le seul puisque le constructeur automobile indien Mahindra & Mahindra, qu’on dit toujours en lice pour racheter les actifs de NEVS-Saab (lire aussi : Mahindra rachètera-t-il Saab ?) vient de racheter 51 % du capital du constructeur français de scooter, jusqu’alors filiale de PSA.

Peugeot n’abandonne pas tout à fait la partie, restant actionnaire à hauteur des 49 % restant, mais cette activité devenait sans doute trop marginale pour le constructeur français en pleine réorganisation après l’entrée dans son capital du chinois Dongfeng et de l’Etat Français. Peugeot Scooter ne réalisait que 120 millions d’euros de chiffre d’affaire, pour un peu moins de 80 000 scooters vendus par an (contre près 180 000 exemplaires 15 ans plus tôt) !

Ce rachat entraînera malheureusement un restructuration, avec une réduction des effectifs, sans licenciements secs. Il faut dire que les capacités de production de Peugeot Scooters sont surdimensionnées (240 000 exemplaires). Ce qui m’étonne en revanche, ce de n’avoir entendu aucune voix s’élevant contre la grande braderie de nos entreprises aux investisseurs étrangers. Montebourg, une fois écarté du gouvernement, se garde bien de prendre la parole.

Cela dit, difficile de trop taper sur PSA et sur cette vente maintenant que l’Etat y est actionnaire (il a forcément du donner son aval). Quand à moi, je ne m’en fais pas trop. Mahindra est un industriel sérieux, et pour être passé sur le stand de sa filiale coréenne Ssangyong, moribonde lors de sa reprise, au Mondial de l’Auto, j’ai pu voir un dynamisme intéressant. Parions sur sa capacité à développer les scooters Peugeot, comme Tata a su soutenir Land Rover et Jaguar. Good Luck !

 

Articles associés

Soyez le premier à commenter cet article

Aucun commentaire

Laisser un commentaire