Matra-Simca Bagheera Courrèges : parfaite adéquation

Mercredi 30 août 2017
Retour

En recevant le mail de Citroën m’annonçant le lancement d’une série spéciale de l’e-Méhari en association avec Courrèges, j’ai d’abord pensé que la marque aux chevrons faisait passer à la série son concept siglé du même couturier présenté l’année dernière, respectant ses codes d’un blanc immaculé. Hélas, trois fois hélas, alors que l’e-Méhari (lire aussi : Citroën e-Méhari) n’est qu’un ersatz de la Mehari orignelle (lire aussi : Citroën Méhari), sa déclinaison Courrèges n’a rien à voir avec l’idée que l’on aurait pu s’en faire. Las, je me suis replongé dans mes archives pour respirer un vrai bon coup de seventies grâce à la Matra-Simca Courrèges !

André Courrèges, mort en janvier 2016, doit se retourner dans sa tombe en voyant cette e-Mehari toute de noir vêtu, lui qui aimait tant le blanc ! Un blanc omniprésent dans toutes ses créations, un blanc immaculé allié, parfois, avec des couleurs pop… Un blanc que l’on retrouve inévitablement sur la Matra-Simca Bagheera qui porta son nom dans les années 70.

Courrèges était un couturier « moderniste » (on le surnommait « Le Corbusier de la couture ») représentant parfaitement l’envie de nouveauté, d’élégance et de liberté des femmes des années 60 et 70. La Bagheera, qui en 1973 remplaçait avantageusement la Matra 530 (lire aussi : Matra 530) était en adéquation avec le style Courrèges. Le blanc lui allait si bien, ses 3 places de front cassaient les codes tout comme André le faisait dans la mode, et elle représentait l’avenir futuriste (bien que sous motorisé) de l’automobile française. La marque Matra était jeune, la Bagheera racée, l’association avec la maison de couture semblait une évidence.

Si la Bagheera est lancée en 1973, ce n’est qu’en septembre 1974 qu’apparaît la série spéciale Courrèges. Inévitablement, la carrosserie prend la teinte blanche fétiche du couturier, et récupère les initiales et le logo du créateur. A l’intérieur, les sièges sont en skaï, évidemment blancs, tandis que le volant, le tableau de bord et les contre-portes se teintent d’un marron clair (certains disent « couleur or »). Petite délicatesse, des vide-poches amovibles sont fixés sur les portes.

La première série récupérait le 4 cylindres 1294 cm3 de la Simca 1100 Ti, pour une puissance de 84 ch. Elle sera produite à 216 exemplaires. La 2ème série, produite en 1976, s’offrait (comme toutes les Bagheera) le 1442 cm3 de 90 ch, pour un poil plus de peps. Elle sera produite, pour sa part, à 163 exemplaires. Autant dire que les « Courrèges » sont rares (379 exemplaires sur les 47 796 Bagheera produites).

Je ne suis pas toujours fan des séries spéciales de couturier, dont la cible féminine paraît trop évident sans amener de plus-value réelle ! Mais dans le cas de cette Bagheera, je trouve l’adéquation parfaite entre le traitement minimaliste mais efficace d’André Courrèges et la ligne simple et personnelle de la voiture. Elle en devient plus féminine, certes, mais un homme de goût ne serait pas ridicule à son volant, au contraire. Loin de la voiture de garçon coiffeur, on parlerait plutôt d’une voiture féministe (et l’on peut être homme et féministe hein) !

Vous vous en doutez, il va falloir vous accrocher pour en trouver une, abordable, et dont le propriétaire accepte de se défaire, mais le jeu en vaut la chandelle, surtout si elle est dans un état impeccable. Et puis c’est tellement mieux qu’une e-Mehari, même (ou surtout) siglée du même couturier.

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

19 commentaires

Nabuchodonosor

Le 30/08/2017 à 13:04

Dans le sillon d’un ancien présentateur du J.T amateur de bons mots, je me lance sans retenues : Qui étais-je ? Dans quel état errais-je ? Où Courrèges ?
🙂

Quentin R.

Le 30/08/2017 à 13:18

Il a aussi existé un Rancho Courrèges en un unique exemplaire et, me semble t’il, une série de Santana habillée par le couturier.
Sinon, à quand un article sur la Bagheera U8 Paul? 😉

J2M

Le 30/08/2017 à 13:53

Une rareté absolue, au point que sa présence au jour d’aujourd’hui doit être celle d’un ectoplasme par grand soleil.
J’en ai vu une seule en tout et pour tout, dans la rue (!) au moment de sa sortie. La mode n’était pas au « ton sur ton » mais au plastiques noirs et aux couleurs flashy.
Bref cette Matra décolorée était assez incongrue dans le contexte visuel aggressif de l’époque… Alors qu’elle met en valeur la finesse du dessin de l’excellent petit coupé. André Courrèges avait eu raison trop tôt.

Robinson

Le 30/08/2017 à 15:27

Je crois me souvenir qu’elles étaient blanc mat ou satiné.

Choco

Le 30/08/2017 à 15:56

Pour une fois, j’ai eu le plaisir de l’avoir déjà vu en vrai cette Courrège, lors d’un rassemblement d’anciennes en IDF. Délicieusement seventies, l’exemplaire que j’ai eu sous les yeux semblait réellement sain alors que beaucoup de ces modèles ont été dévoré par la rouille. Je vais chercher dans mes archives !
En revanche j’ai toujours cru que l’intérieur était en cuir.

Rayan

Le 30/08/2017 à 17:07

Depuis tout petit chaque fois que je vais à Carcassonne je vois une Bagheera trés particuliére

https://www.google.fr/maps/@43.2157076,2.3200675,3a,75y,89.38h,92.49t/data=!3m6!1e1!3m4!1sCxzAl7D2KchQ1C0GgB0T1w!2e0!7i13312!8i6656?hl=fr

Nabuchodonosor

Le 30/08/2017 à 18:41

Et bien en voilà une au moins qui ne se fera pas épingler par la patrouille !
(Bagheera bien qui bagheera le dernier…)
🙂

Georges

Le 30/08/2017 à 19:00

Près de chez moi à Lomme ou Lambersart (près de Lille) il y avait garage avec station service avec une même voiture sur le toit de l’auvent protégeant les pompes.
Dans années 80 ou 90 j’ai du y rentrer pour un problème mécanique.
Hélas ça n’existe plus.

Georges

Le 30/08/2017 à 18:56

Juste pour dire, pas trop voiture de fille en mini jupe blanche (Courrèges bien sur), le skaï…… n’offre pas un contact des plus agréable avec une peau nue !

Nabuchodonosor

Le 30/08/2017 à 19:15

Que nenni Georges, que nenni…

A l’époque de sa sortie je n’étais qu’un ado boutonneux comme une planche de bord, encore un peu gauche de mes guiboles et de mes mains, mais ce petit coupé sportif à trois places frontales m’avait, je dois bien le dire, tapé dans l’œil. « Parfaite adéquation » Et bien Paul, vous ne pensez pas si bien dire… et pour m’étendre un peu sur le sujet avec votre permission, il me revient parfaitement le souvenir d’une copine à peine peu plus âgée que moi, et qui m’avait tapé dans l’œil elle aussi, pas que dans l’œil d’ailleurs, attendez la suite, un peu de patience s’il vous plait, qui donc, sous prétexte de m’initier à la conduite avant l’âge requis dans la Bagheera de son père, m’enlevait régulièrement à la surveillance de mes parents pour m’initier en fait à des pratiques que la morale me demande de taire et que Chantal Perrichon réprouverait sur le champ… Il faut dire que depuis feu les autos de papa à larges banquettes, la mode était aux consoles centrales hypertrophiées freins à mains et autres joyeusetées proéminentes et qu’en fin de compte il n’y avait que bien peu de modèles qui permettaient une certaine liberté de mouvement des corps intra cockpit, à l’arrêt s’entend… La Bagheera était de celles-là…

Et surtout ne Mowglie pas
🙂

georges

Le 30/08/2017 à 20:09

Ma remarque sur le contact désagréable du skaï avec une peau nue, ne concerne que l’utilisation standard de la Bagheera.

Et le permis de conduite, du premier coup ?

Nabuchodonosor

Le 30/08/2017 à 22:47

Pensez-donc, courir après un papier rose ne fut que pure formalité pour moi, du premier coup sans même aucuns préliminaires…

georges

Le 31/08/2017 à 16:16

Comme quoi les leçons de conduite alternatives peuvent être les plus efficaces.

Nabuchodonosor

Le 04/09/2017 à 13:45

Je confirme, ça rentre mieux comme ça…
🙂

SRDT

Le 30/08/2017 à 20:59

J’ai plusieurs fois croisé une Bagheera toute de blanc vêtue, mais je n’ai pas eu le temps de regarder les sièges.

Wolfgang

Le 30/08/2017 à 22:58

Ces séries 1 sont superbes en n’importe quelle couleur.
J’ai un souvenir ému d’une jaune à Rétromobile.
Manque de peps… c’est quand même un beau rendement pour un 1300… on disait pas que la Rallye 2 manquait de peps…
Le 1442 des série 2 a plus de couple, mais c’est un course longue. Il s’usait plus vite que le 1300 qui était super carré (comme le 1600 de la Murena).

Greg

Le 31/08/2017 à 09:19

Pas puissant, pas puissant… un conducteur adroit tirera parti de l’architecture à moteur central « si tu freines t’es un lâche », comme dans la VW-Porsche 914 contemporaine…
Et pour boucler sur Citroën et Courrèges: que penser une effet d’une e-Mehari Courrèges noire quand on trouve au catalogue une C4-Cactus W intégralement blanche?…

Rodrigo

Le 31/08/2017 à 10:05

On dit qu’un nouveau film OSS117, à l’ambiance seventies (ça parlerait de l’affaire des diamants de Bokassa) est en train d’être tourné. Je pense que la Bagheera, et surtout cette Bagheera, irait comme un gant à Hubert Bonisseur de la Bath, ou au moins à l’une de ses Bath-girls…j’aurais hâte de voir le potentiel comique des trois sièges…

L'abbé Taillere

Le 02/09/2017 à 14:05

« André Courreges doit se retourner dans sa tombe en voyant cette E Méhari noire… » Je pense que le ou les auteurs de la Méhari …1ere du nom ont passé de salles moments en voyant la pseudo héritière de leur création….tellement on en est loin de l esprit hors le fait d une voiture ouverte…

Laisser un commentaire