McLaren Automotive double sa production et engrange les bénéfices

Vendredi 30 juin 2017
Retour

Je ne sais pas pour vous, mais moi j’ai toujours été intéressé par les résultats financiers des constructeurs automobiles, l’aspect économique du secteur, et encore plus lorsqu’il s’agit de « petits constructeurs ». Aussi c’est avec intérêt que j’ai lu le communiqué de presse reçu de McLaren, car dans le secteur des « supercars », une telle transparence est rare : production, chiffre d’affaires, effectifs, tout y est et il faut croire qu’aujourd’hui, produire des voitures de sport est une activité rentable.

McLaren, en tant que producteur, est une entreprise assez récente. Si au début des années 70, puis au début des années 80, elle avait tenté l’aventure des voitures particulières avec la M6 GT (lire aussi : McLaren M6 GT) ou bien la M81 (lire aussi : McLaren M81), ce n’est qu’en 1992 que McLaren va vraiment se faire un nom sur le marché des supercars avec la fabuleuse F1 (lire aussi : McLaren F1). L’entreprise McLaren Automotive avait quand à elle été créée en 1989 pour en assurer la production.

Entre 1998, lorsque la dernière F1 tombe des chaînes, c’est avec Mercedes que McLaren va s’associer pour concevoir la SLR : une voiture qui rentrera en prodution en 2003. Prévue pour être produite à 3500 exemplaires jusqu’en 2010, il ne s’en vendra finalement que 1789 exemplaires. A partir de cette date, McLaren Automotive va produire seule ses propres voitures, en lançant la MP4-12C.

Sept ans plus tard, c’est l’heure de faire les comptes. La MP4-12C a déjà pris sa retraite, et depuis 2014, McLaren nous abreuve de nouveauté : 650S (2014), 675 LT (2015), 570 et 540C (2015), et enfin 720S (2017). En 2015, McLaren Automotive vendait 1654 voitures, pour un chiffre d’affaires de 450 millions de £ et un résultat net avant impôt de 5,4 millions de £. En 2016, ce sont 3286 exemplaires qui ont été produits (soit un joli +99 %) pour un CA de 650 millions de £ (+44 %) et un résultat net avant impôt de 9,2 millions de £ (+70 %). Pas mal non ?

Côté effectifs, l’entreprise est passée de 1492 salariés en 2015 à 1606 en 2016. Le McLaren Production Centre (MPC) a par ailleurs augmenté sa capacité annuelle de production (5000 véhicules), et l’entreprise prévoit d’atteindre les 4500 ventes annuelles en 2022 (dont 50 % en motorisation hybride). L’entreprise dépense désormais 20 % de son chiffre d’affaires (soit 129 millions de £ en 2016) en Recherche et Développement.

Le département McLaren Special Operation (MSO), qui s’occupe de la « customisation » des McLaren, enregistre quand à lui une hausse de 147 % de son chiffre d’affaires, ce qui confirme la tendance actuelle à la personnalisation.

Voilà, vous savez désormais l’essentiel sur McLaren ! Rendez-vous l’année prochaine pour des résultats financiers sans doute aussi spectaculaires. Sachez que McLaren Automotive entend lancer 13 nouveaux modèles ou versions dans les 5 prochaines années. En attendant, elle présente ces jours-ci à Goodwood son nouveau modèle, la 570S Spider !

Images: McLaren Automotive

Articles associés

6 commentaires

Choco

Le 30/06/2017 à 11:24

Il est drôle de faire le parallèle entre la réussite des voitures de route et la déconfiture subie par l’écurie de F1 depuis plusieurs saisons maintenant.
J’aime beaucoup les voitures McLaren, techniquement parfaites, mais j’ai toujours cette sensation désagréable qu’il manque un truc. De l’âme peut-être ? Mais bon, pour un roadtrip en 540GT, je suis dispo immédiatement ! 🙂

Paul

Le 30/06/2017 à 11:29

je suis assez d’accord avec toi: il manque sans doute quelque chose aux McLaren. Peut-être sont elles justement trop parfaites, trop « cliniques », trop lisses. Il manque sûrement un peu d’excentricité, mais comme toi, j’attend avec impatience un futur essai (probable) pour changer d’avis qui sait ?

Choco

Le 30/06/2017 à 14:59

Un essai de McLaren dans BR, je suis impatient !

Paul

Le 30/06/2017 à 15:01

c’est a priori prévu 😉

Nabuchodonosor

Le 30/06/2017 à 12:28

Une autre performance de McLaren, que je relève dans votre article est celle de produire le double d’autos en 2016 (versus N-1) avec un effectif augmenté de seulement 7%… Cela laisse augurer de confortables marges à l’avenir…

Paul

Le 30/06/2017 à 13:21

Un peu plus de 250 embauches sont prévues en 2017 pour la production

Laisser un commentaire