Mercedes E 500 : la première berline de Porsche

Dimanche 6 avril 2014
Retour

En 1988, Mercedes se décide enfin à occuper le terrain des berlines à hautes performances et à se mesurer à son rival de Munich et sa BMW M5, mais aussi à Lancia et sa Thema 8.32 à moteur Ferrari (lire aussi: Lancia Thema 8.32). D’autant que le préparateur AMG propose déjà depuis quelques temps une version vitaminée de la W124, surnommée Hammer (lire aussi: AMG Hammer). Pour réaliser sa bête, la 500 E, dotée du V8 de 5 litres et de 326 ch du roadster SL 500, Mercedes va faire appel à Porsche.

Le développement dure deux ans et permet à la 500E d’entrer en production en 1990 dans l’usine Porsche, sur la ligne de production de la 959. Cette solution est choisie car, à cette époque, les usines Mercedes sont saturées. En outre les 500 E requièrent de nombreuses opérations manuelles incompatibles avec la grande série façon Mercedes-Benz. Bref, développement commun et fabrication Porsche font de cette Mercedes une vraie Porsche à 4 portes, bien avant la Panamera.

La 500 E fait dans la discrétion, et rien ne laisse présager les 326 ch et le V8, si ce n’est les ailes légèrement élargies, les jantes de 16 pouces, et quelques menus détails. Pourtant, la W124 qui prête sa base, est revue en profondeur : châssis étudié par Porsche, modifications dues au V8, freins et suspensions revues. Outre son moteur, beaucoup d’éléments seront repris du roadster SL 500. Toutes ces améliorations feront de la 500 E une bête de course, malgré sa discrétion et ses 1,7 tonnes sur la balance.

En tout, 10 359 exemplaires sortiront des usines Porsches entre 1990 et 1994, auxquels il faut ajouter 120 exemplaires fabriqués en 1995 sur commande spéciale et qui partagèrent leur ligne de production avec l’Audi RS2 (lire aussi: Audi RS2). Enfin, 12 modèles furent envoyés à AMG qui réalisa sa vision encore plus performante, l’E60 AMG, au V8 poussé à 376 ch. La 500 E était vendue 575 000 F en 1995, contre 500 000 F pour sa rivale M5.

Aujourd’hui, les 500 E sont encore très abordables, même si leur cote a tendance à monter chaque année. Attention aussi aux désargentés qui n’auraient pas prévu un budget entretien conséquent: ce genre de bébé nécessite des soins et de l’attention. Mais en contrepartie, voilà une bestiole qui vous rendra tout l’amour que vous lui donnez au centuple.

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

2 commentaires

ben guiza zakaria

Le 04/11/2015 à 22:42

en visite à Paris pendant l’été 1993, j’étais chez Mercedes Benz (atelier voitures de collection) rue long champs, après une discussion d’environ 30 mn avec le responsable technique, il m’offrait qq documents précieux dont le catalogue de la 500 E, que je garde tjs. Ma bibliothèque n’a pas cessé de grandir depuis.

vincent

Le 22/03/2017 à 22:14

Pour en avoir essayé une c est une brute dans un écrin de velours

Laisser un commentaire