Meyers Manx : la légende du Dune Buggy

Jeudi 28 août 2014
Retour

Lorsque j’étais petit, il y avait des voitures qui m’attiraient particulièrement : les buggies. Je suis heureusement passé à des voitures plus sérieuses, mais je garde une affection particulière pour ces drôles d’insectes, le plus souvent sur base VW Cox. Peut-être était-ce parce qu’ils sentaient bon les vacances, la plages, les Beach Boys, le surf, la Californie et (surtout) parce qu’il y avait souvent une jolie pépé en bikini posant à côté du Buggy.

manx 07

Il y eut un nombre incalculable de marques qui s’attaquèrent à ce marché des Dune buggies, dont Sovra LM et Baboulin en France. Mais le vrai Buggy de légende nous vient de Californie : le Meyers Manx. On fête d’ailleurs cette année ses 50 ans (et oui, déjà!).

manx 05

On doit le Manx à une sorte de Géo Trouvetout babacool, Bruce Meyers, qui s’était mis en tête de produire en série des Buggies après avoir vu des jeunes faire des Dune Buggies avec des Jeeps désossées, sur une plage en 1963. Jusqu’à présent, Meyers oeuvrait dans l’industrie marine, maniant le polyester pour réaliser des planches de surfs, des flotteurs et des coques de bateaux. Cette expérience lui sera bien utile.

Manx 01

En 1964, son premier buggy baptisé Manx est enfin prêt, à mécanique VW, et sur un chassis raccourci. Une légère carrosserie en polyester l’habille, sur un chassis tubulaire maison, et il est doté bien entendu d’un arceau. Bruce peut alors aller faire le mariole sur la plage. Ce qui devait arriver arriva : tous les jeunes de la plage admirent le modèle de Bruce, et veulent le même, bien plus gracieux et efficace que leurs Jeeps traficotées.

Manx 02

Bruce se lance alors dans la production de 11 kits vendus tout de même près de 1000 dollars. Un peu cher ! La faute au chassis tubulaire maison. C’est pourquoi Meyers décide de la jouer autrement en utilisant le châssis raccourci de la VW Cox. Dès lors, l’aventure Manx était lancée, et son drôle de look sera copié dans le monde entier. En outre, le Manx se révèle efficace au point de gagner des courses comme celle de Pike Peaks ou la Baja 100.

manx 04

Au delà de cette réussite sportive, le Manx devient une icône de la Californie, lié au surf et à la plage, et rapidement, on voit des Manx dans de nombreux films et téléfilms. Le succès est immédiat. Entre 1964 et 1971, Bruce Meyers et sa société BF Meyers & Co produiront environ 5200 kits de la Manx, mais aussi des Manx 2 (plusieurs centaines), environ 1000 To’wds, 200 Manx SR et 75 Resorter, d’autres modèles lancés par le génial surfeur.

Bruce Meyers himself fait le mariole dans une Manx rouge.
Bruce Meyers himself fait le mariole dans une Manx rouge.

Cependant, on peut être un inventeur génial et un piètre gestionnaire. Si l’entreprise s’arrête en 1971, ce n’est pas faute de succès, mais surtout à cause d’indélicatesses avec le service des impôts américains, le fameux IRS, du renforcement de la législation et d’une concurrence de plus en plus rude. Bruce avait déjà quitté l’entreprise en 1970, suite à son divorce et à des tensions internes, et désireux d’une vie moins stressante.

Manx 03

Aujourd’hui, on peut trouver des vrais Meyers Manx aux alentours de 10 000 euros. Le prix à payer pour se démarquer des autres à la plage, et pour goûter à une petite légende du monde automobile underground. Sachez enfin que depuis 1999, Bruce a repris du service et recréer une société, Meyers Manx Inc, qui produit une série limitée du Classic Manx, et développe de nouveaux produits (dont un futur buggy électrique).

A lire aussi : La Meyers Manx de Christian

 

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

1 commentaire

Niko Laperruque

Le 22/11/2014 à 00:28

Je me rappelle un trajet d’une heure du coté de Lacanau dans une de ces bestioles. Le mec avait mis un moteur Porsche, et des pneus énormes. Ça tenait la route, ça tenait même toute la largeur de la route 😉 C’était un 5 janvier, il gelait, j’ai cru que j’allais perdre mes doigts. Mais je n’oublierai pas ce trajet en baignoire.

Laisser un commentaire