MG Maestro Turbo : espèce en voie de disparition !

Publié le samedi 6 février 2016.
Mis à jour le mercredi 10 juillet 2019.
Retour

Bon, quand on parle d’une voiture construite et marketée par le groupe British Leyland, c’est toujours un peu compliqué de s’y retrouver. A fortiori quand on parle d’une version très très rare, et produite à quelques centaines d’exemplaires, la MG Maestro Turbo. Pour mieux comprendre son histoire, il faut revenir aux années 70, quand le groupe British Leyland décide de lancer une paire de voiture pour remplacer l’Austin Ambassador et la Morris Ital (lire aussi : Morris Marina Ital) pour l’une, et les Austin Allegro et Maxi pour l’autre. Ce seront donc deux nouveaux modèles qui mettront une éternité à sortir (l’étude commence en 1975), l’Austin Maestro en 1983, et l’Austin Montego en 1984.

La MG Maestro 1600, avec son moteur faiblard, ne restera qu'un an au catalogue
La MG Maestro 1600, avec son moteur faiblard, ne restera qu’un an au catalogue

Comme rien n’est jamais simple au sein du groupe anglais, les Maestro et Montego prendront le nom de MG dans leurs versions sportives qui nous intéressent, tandis qu’en 1988, la marque Austin disparaît pour être remplacée définitivement par la marque Rover (voire pas de marques du tout pour la Montego. Trois marques différentes pour deux modèles, c’est suffisant pour déstabiliser des clients qui doivent en outre essayer de s’y retrouver au sein de la gamme, puisque Rover proposer de son côté une 200 qui elle est issue du partenariat avec Honda, et qui s’intercale entre la Maestro et la Montego. Un beau foutoir.

La MG Montego Turbo apparaît, contre toute logique, en 1985
La MG Montego Turbo apparaît, contre toute logique, en 1985

Bref, dès 1983, la Maestro reçoit le label MG en proposant une version « sportive », dotée d’un 1600 développant 103 chevaux ! Mais rapidement, la direction s’aperçoit des limites de cette version, qui se vendra pourtant à 15 160 exemplaires en une seule année, et décide de sortir dès 1984 une remplaçante, la MG Maestro 2.0 EFI (115 chevaux) plus à même de lutter face à la Volgswagen Golf GTI ou face au duo Peugeot 205/309 GTI. La Montego quant à elle, récupère dès sa sortie en 1984 cette mécanique en passant sous le blason MG.

La MG Maestro Turbo n'apparaît qu'en octobre 1988, et se vendra péniblement à 505 exemplaires
La MG Maestro Turbo n’apparaît qu’en octobre 1988, et se vendra péniblement à 505 exemplaires

Etrangement, en 1985, c’est la Montego qui reçoit une toute nouvelle mécanique, le 2 litres gavé par un turbo pour offrir 150 chevaux, tandis que la Maestro reste atmosphérique et plafonnée à 115 ch. Etonnant choix de la part du groupe devenu Rover entre temps (vous suivez toujours?). Cette Montego Turbo ne se distingue pas particulièrement d’une Montego 2 litres. Comme aucune logique ne semble guider les pontes du groupe anglais, il sera décidé finalement d’offrir une Maestro Turbo, mais en série limitée à 500 exemplaires (en fait, 505 exemplaires seront produits), 3 ans après la Montego Turbo.

La Maestro Turbo est la seule à recevoir un kit carrosserie signé Tickford !
La Maestro Turbo est la seule à recevoir un kit carrosserie signé Tickford !

C’est en effet en octobre 1988 seulement qu’apparaîtra la Maestro Turbo qui nous intéresse. Mais si elle nous intéresse plus que sa sœur Montego Turbo, c’est non seulement par sa rareté (comparée aux 7276 ex de Montego) mais aussi par son look enfin débridé. Car la Maestro Turbo s’offre le luxe d’un kit carrosserie spécifique agressif dessinés par Tickford (lire aussi : Tickford Capri Turbo). Les Maestro Turbo étaient fabriquées à l’usine Rover de Cowley puis envoyées chez Tickford à Bedworth pour y recevoir leur fameux kit carrosserie.

Turbo 03

Comme toutes les MG Maestro et Montego, les Turbo furent produites jusqu’en 1991. Récapitulons un peu la production : 15 160 exemplaires de la MG Maestro 1600, 32 249 exemplaires de la MG Maestro 2.0 EFI, 34 376 ex de la MG Montego 2.0, 7276 ex de la Montego Turbo et donc 505 ex de la Maestro Turbo (215 rouges, 149 vertes, 92 blanches et 49 noires).

Turbo 05

Combien en reste-t-il aujourd’hui ? Sûrement pas beaucoup. Et il sera sans doute beaucoup plus intelligent de s’offrir une Peugeot 309 GTI-16, plus puissante, sûre, et tenant mieux la route (lire aussi : Peugeot 309 GTI-16). Mais comme l’automobile n’est souvent pas une affaire de raison, il peut être malin de préserver l’espèce et de s’offrir cette rare MG Maestro Turbo, symbole des errances du groupe Rover dans les années 80. Et puis après tout, elle porte le blason MG, et a été touchée par Tickford, bref tous les ingrédients pour en faire un collector. A condition de ne pas avoir peur des railleries de ceux qui ne sauront pas reconnaître quelle rareté vous conduisez ! A vous de voir !

 

Articles associés

12 commentaires

Jean

Le 06/02/2016 à 17:00

Salut Paul,

niveau rareté là tu as fait fort! Car en effet, une 309 GTI fait presque banale à côté… Croiser une Maestro de base relevant déjà de l’exploit de nos jours, ce missile -de surcroit sans doute pas importée en France, je me trompe?- fait carrément figure d’OVNI!
En tout cas je trouve le kit carrosserie plutôt réussi, pour le coup, il donne un certain cachet à une Maestro que je n’avais jamais trouvé très bandante dans les versions que l’on voyait le plus ici.
J’ai beau préférer les lignes graciles de sa grande soeur la SD1, je pense que cette Maestro est un collector intéressant rien que par son historique.

Paul

Le 06/02/2016 à 17:22

Effectivement, jamais importée en France (elle a déjà eu du mal à trouver preneur en UK). Et comme toi, je trouve le kit carresserie Tickford presque jolie, ou en tout cas rendant la banale Maestro presque sexy 😉

Denis Pechon

Le 06/02/2016 à 18:21

les stratèges marketing (?) du groupe BMC, MG, LEYLAND, ROVER avaient trouvé le moyen de semer la concurrence sur le terrain commercial… Proposer 15 voitures différentes sous une même robe. Personne en face pour répliquer a une telle charge sur le front commercial.
Na !

Paul

Le 06/02/2016 à 18:30

Tu sais quoi ? Malgré le match de Rugby passionnant Ecosse/Angleterre, j’ai rigolé tout seul en lisant ton commentaire… Oui fallait le faire, et les british l’ont fait 😉

wolfgang

Le 06/02/2016 à 18:51

La Montégo était plutôt belle. J’ai un copain qui en avait une en 1.6 l je crois. C’était nerveux, avec AAC en tête.

Mais peu résistant à la rouille. Au bout de 10 ans il y avait des trous partout…

Patrick Coyote Auto

Le 06/02/2016 à 23:35

De bons souvenirs en Montego…

fc30

Le 08/02/2016 à 08:19

Pour répondre à la question : combien en restent ?
https://www.howmanyleft.co.uk/?utf8=%E2%9C%93&q=mg+maestro+turbo
22 « MG Maestro turbo » et 16 « Rover Maestro MG Turbo »

Côté 309 GTI c’est un peu mieux :
https://www.howmanyleft.co.uk/?utf8=%E2%9C%93&q=309+gti
68 GTI
2 GTI automatiques (!)
45 GTI Goodwood
Il ne semble par contre pas avoir eu de 309 GTI 16 soupapes outre manche.

Pour la MG Montego turbo c’est par contre encore pire :
https://www.howmanyleft.co.uk/?utf8=%E2%9C%93&q=mg+montego+turbo
11 sous la marque MG, 2 sous la marque Rover

Pas mieux pour les 406 Mi 16 :
https://www.howmanyleft.co.uk/?utf8=%E2%9C%93&q=405+mi+16
13 + 3 Mi16x4

D’une manière générale, en regardant ces chiffres, on s’aperçoit qu’au Royaume Uni certains modèles encore relativement courants chez nous ont déjà quasiment disparu, les voitures semblent y avoir une durée de vie bien plus courte qu’ici.

Greg

Le 08/02/2016 à 11:20

Golf et 205 GTI, concurrentes de cette… chose?
Quand elle était neuve et donc encore visible, je voyais la Montego comme les Ritmo Abarth et Kadett GTE: des outsiders.
Question de standing tout d’abord: rien ne pouvait détourner de son but un client qui VOULAIT une Golf GTI… à part une 205 GTI.
Question de gabarit ensuite: Maestro et Montego, c’est R11 et R9.
Préférez-vous être vu au volant d’une R9 Turbo ou d’une Montego Turbo?…
Non, ce ne sont pas des choix faciles à assumer…

Jean

Le 08/02/2016 à 14:57

Désolé Greg mais là je ne te suis pas (Ne le prends pas mal s’il te plait)… Et laissons les Golf et 205 là où elles brillent aujourd’hui, au mains des spéculateurs surtout… (Parce qu’à 10000€ le ticket d’entrée…)

Quant à la dernière question: je n’ai pas d’à priori et surtout je me moque pas mal de ce que les autres pensent ou pourraient penser de ma voiture. On roule pour soi et pas pour les autres…. Je dirais Montego car je n’en ai jamais croisé à part des essences bas de gamme ou des diesels, tandis que les R9 Turbo, j’ai bien connu et ça reste relativement répandu.

Bref, il en faut pour tout les goûts et comparer la Maestro à la Golf ou à la 205, c’est un peu s’égarer sur des détails insignifiants aujourd’hui… Oui on sait Rover a disparu, oui ce n’est pas aussi populaire, oui, ca tient moins bien la route etc etc etc…. Et alors, on s’en tape, ça n’enlève pas le fait que cette Maestro est plutôt jolie dans cette robe!

Greg

Le 08/02/2016 à 15:38

No problemo 😉
Je veux dire par là que dans les années 80, la Golf GTI était déjà la star indétrônable des petites bombinettes…
Si je me souviens bien, le marché français était le principal débouché à l’export de la Golf GTI, qui pesait (de mémoire, encore) 20% des ventes de Golf!
Donc la MG Maestro n’était absolument pas dans la course, c’était une proposition totalement marginale.
Et, question format, la Maestro était plus volumineuse que la Golf, ce qui amenait automatiquement un supplément de poids et le poids, c’est l’ennemi!
Mais, hier comme aujourd’hui, libre à chacun de ne pas succomber à la pensée unique et de rouler « décalé » 😉
Pour ma part, je suis un fan inconditionnel de la BX Sport, alors…

Fanfan 16

Le 16/02/2016 à 10:36

Moi j’aime bien la Maestro en général, je trouve sa face avant très réussie, et sa surface vitrée est quasiment inégalée. Mais j’ai sans doute des goûts bizarres…

La dame assise sur le capot est l’actrice britannique qui a prêté sa voix à l’ordinateur de bord, l’un des premiers à vous rappeler d’une voix suave qu’il faut boucler votre ceinture. Vite abandonné par la suite.

Maxime

Le 17/02/2016 à 00:27

Un peu par hasard en regardant quelques essais de Fifth Gear, je suis tombé sur un essai d’une « nouvelle MG », en fait plus une réédition qu’une nouvelle voiture, avec quelques emprunts a une sportive asiatique, je me disais que ça valait le coup d’oeil, je laisse le lien, en anglais seulement.

http://www.frontlinedevelopments.com/vehicle/mg-le50/

Laisser un commentaire