Monteverdi Tiara : la dernière limousine helvète !

Publié le samedi 9 août 2014.
Mis à jour le mercredi 3 avril 2019.
Retour

Je ne vous raconterais pas ici toute l’histoire de la marque Suisse Monteverdi (ne vous inquiétez pas ça arrive), mais cela m’amusait de vous présenter la dernière création de cette petite marque avant sa faillite en 1984. Cette ultime limousine helvète porte un nom qui vous dit forcément quelque chose si vous lisez Boîtier Rouge régulièrement : la Monteverdi Tiara.

En malais, Tiara veut dire diadème, et ce fut aussi le nom d’une voiture moins luxueuse, la Proton Tiara dérivée de la Citroën AX (Proton Tiara). En l’espèce, la Monteverdi Tiara dérive elle de la Mercedes 500 SEL (W126). Présentée en 1981, cette limousine était la dernière chance de sortir la marque créée en 1967 par Peter Monteverdi de l’ornière, après s’être fourvoyée dans la production de 4×4 de luxe dérivés eux de l’International Harvester Scout, les Safari et Sahara (lire aussi : International Harvester Scout).

Autant vous dire tout de suite que si l’exécution intérieure est ultra luxueuse, le résultat extérieur n’est pas extraordinaire : l’originale étant infiniment plus belle que la Tiara. Vous remarquerez d’ailleurs que les phares arrières de la 500 SEL, si typiquement Mercedes, disparaissent sur cette version suisse pour être remplacés par des feux arrières de Peugeot 505.

Seuls l’avant et l’arrière sont véritablement modifiés (en moins bien), tandis qu’on reconnaît aisément la cellule centrale de la W126 sur les photos. Entre 1981, date de sa présentation, et 1984, date de la faillite de Monteverdi, seuls 4 exemplaires seront fabriqués, avec un V8 d’origine Mercedes (forcément) de 3,8 litres (204 chevaux) ou 5 litres (231 chevaux).

Les Tiara ne sont intéressantes aujourd’hui que par leur rareté. Un exemplaire était en vente il y a quelques années pour la modique somme de 78 000 $. Un peu cher pour une Mercedes W126. L’ancien atelier de la marque est désormais convertie en musée :

http://www.monteverdi.ch

Articles associés

Soyez le premier à commenter cet article

Aucun commentaire

Laisser un commentaire