Morris Marina/Ital: la tête de turc de Clarkson !

Mardi 19 janvier 2016
Retour

Avec la diffusion du 3ème épisode de Top Gear France (lire aussi : Top Gear France saison 2) sont apparus aussitôt les sempiternels débats sur « la destruction gratuite de véhicule de collection » (mouais). Bref, pour la saison 1 le Matra Rancho, la Renault Fuego, et la BMW Série 3 E21 prenaient cher, tandis que pour la saison 2, c’est au tour de la Peugeot 204. Cela m’a alors refait penser à une autre voiture martyrisée par Top Gear (mais UK en l’espèce) : la Morris Marina, surnommée par Jérémy Clarkson la « pire voiture de tous les temps ». La dernière ou presque des Morris devint donc dans les années 2000 la vedette d’un running gag, recevant un piano sur la « tronche » à chaque épisode, à la manière d’un Kenny dans South Park (attention, référence culturelle) !

Marina 01

Ce running gag montre combien les particularités culturelles varient selon les pays, et les détracteurs chauvins d’un Top Gear France massacrant des populaires françaises des années 70 et 80 sont parfois les mêmes qui ne jurent que par Clarkson et Top Gear UK. A l’inverse, les Marina Lovers british (surnommés aussi les « Morris extremists ») descendent en flèche Top Gear UK et se contrefichent des voitures détruites dans la version françaises. A leur décharges, sur les 807 000 exemplaires de la Marina vendus en Grande Bretagne, il n’en resterait plus que… 745 selon une étude du magazine Auto Express datant de 2006. Combien en reste-t-il en 2016 ? Bonne question. Mais si la préservation du patrimoine est importante, est-il toujours nécessaire de préserver plus de 700 véhicules du type de la Marina ? That is the question !

Marina 05

Car revenons-y à la Marina, et à sa descendance Ital. Que vaut cette bagnole que s’évertuait à détruire Clarkson ? Pour moi qui aime « l’histoire automobile » avant tout, elle a tout de même l’intérêt d’être la dernière Morris produite (considérant que la Marina et l’Ital sont un même et seul modèle), et rien que pour cela, il faudrait en conserver quelques exemplaires. Lancée en 1971, la Marina, devenue Ital en 1980 à la faveur d’un gros passage sous le bistouri, tirera sa révérence en 1984 après un peu plus d’1,2 millions d’exemplaires produits : succès honorable dans son pays d’origine, échec total à l’exportation, les deux modèles doivent leur quasi-disparition aujourd’hui au fait qu’il s’agit d’une voiture… quasiment sans intérêt.

Marina 02

En effet, on peut considérer la Marina comme un cache misère. Il fallait impérativement lancer un modèle Morris au début des années 70 (la Minor réalisait des ventes… mineures), mais vues les difficultés financières du groupe BLC (British Leyland), sans compter les grèves à répétition tout au long des années 70, et la priorité donnée à d’autres marques que Morris au sein du groupe, il était clair dès le départ que la Marina ne ferait pas des miracles. Propulsion quand la majorité de ses concurrentes étaient passées ou en train de passer à la traction (sauf la Ford Cortina, qu’elle ne réussira pourtant jamais à dépasser dans les charts auto), elle recyclait à peu près tout ce qu’on pouvait trouver comme organes mécaniques dans le groupe BLC : moteurs 1,3 litre de 52 chevaux en entrée de gamme, ou 1,8 litre 72 ch et 95 ch dans la version sportive Marina GT (remplacé plus tard par un 1,7 voire un rare 2 litres sur l’Ital), boîte de vitesse venant de chez Triumph, et j’en passe. Comme elle remplaçait la Morris Minor datant de 1948, il n’était pas dur de paraître plus moderne, mais face à la concurrence, c’était plus compliqué. Cependant, elle avait le mérite de proposer 3 carrosseries : berline 4 portes, break et coupé 3 portes, pick up et fourgonnette.

Marina 07

Dessinée de façon très banale, d’architecture « basique » (et dépassée), sous motorisée, tenant mal la route (particulièrement dans sa version « sportive » GT), et surtout d’une fiabilité et d’une qualité effrayante, pas étonnant qu’après l’engouement des débuts (sans doute par chauvinisme), les ventes se soient écroulées, malgré un lifting très très léger en 1975. Le ravalement de façade de 1980 fut fait plus en profondeur, mais Morris usa d’un petit stratagème pour « dynamiser » les ventes à moindre frais : jouer sur une ambiguïté pour donner l’impression d’un modèle dessiné par Giugiaro.

Il fallait au moins ça pour vendre une Marina (image: AROnline)
Il fallait au moins ça pour vendre une Marina (image: AROnline)

Car la nouvelle Marina Ital (parfois nommée Ital tout cours), fut dessiné par Harris Mann et non par le designer italien. Italdesign fut simplement chargé par British Leyland d’en étudier l’industrialisation., mais en renommant la voiture Ital, en jouant sur les silences, les on-dits, et les demi-vérités (ou demi-mensonges, c’est au choix), tout laissait croire à une ligne italienne… Cela ne changea malheureusement (ou heureusement?) pas grand chose à l’affaire : l’Ital ne se vendit pas beaucoup plus, et après seulement 4 ans, elle disparaissait (et avec elle la marque Morris), laissant place à l’Austin Montego. L’outillage sera revendu à une filiale de FAW en Chine, Chengdu automobile, qui produira quelques exemplaires du break, du pick up et de la fourgonnette à la fin des années 90 avant de faire faillite. A noter aussi le production de l’Ital à Setubal, au Portugal, avant d’être remplacée définitivement par la Mini Moke (lire aussi: Mini Moke).

Ital 01

Vous l’aurez compris, il sera difficile de rouler avec une Morris Marina : rapidement dépassée, elle est vite devenue une occasion de seconde zone, à la rouille galopante, aux problèmes incessants de fiabilité, pour finir bien souvent à la casse bien avant que Top Gear ne se charge de son cas. Mais aujourd’hui qu’elle devient si rare, il est à mon sens salutaire que quelques fous furieux continuent à la défendre. D’ailleurs, Clarkson avait fini par arrêter de casser de la Marina… Bref, si vous aussi vous voulez vous offrir une anglaise banale comme on adopterait un bébé phoque, rendez-vous sur le site Marina Register (http://www.morrismarina.org.uk/) ou vous trouverez toutes les infos possible pour acheter une Marina.

Ital 02

Si seule l’histoire vous intéresse, et que vous désirez en apprendre un peu plus sur ce drôle de modèle, je ne peux que vous conseiller le toujours excellent site AROline qui explique en détail la genèse du modèle et les raisons de son échec : http://www.aronline.co.uk/blogs/cars/morris/marina-ital/the-cars-morris-marinaital-development-history/

 

Articles associés

10 commentaires

Gds

Le 19/01/2016 à 20:26

La voiture familliale anglaise de l’époque par excellence! 😀

Max

Le 20/01/2016 à 10:29

Il me semble qu’elle a également été produite à Malte, qui est sans doute aujourd’hui l’endroit au monde où il en reste le plus en circulation.

wolfgang

Le 20/01/2016 à 11:13

Le pb c’est qu’en détruisant une bagnole ancienne, on ne peut pas se limiter à dire ouais c’est juste une bagnole. En fait on détruit une banque de pièces pour les autres, donc ça porte préjudice au maintien en état de beaucoup d’autres autos.
En détruisant un Rancho, on détruit aussi des phares avant de Simca 1100 et de 1000, un moteur qui va sur Horizon 1510, 1307, Solara, etc …
Et tout ça ne se fait plus et pourrait servir à quelqu’un. Quel est le but ???
Les primes à la casse ont déjà fait assez de dégât, c’est pas la peine d’en ajouter.
On peut faire des tests amusants sans forcément détruire et gaspiller.

Fanfan 16

Le 20/01/2016 à 11:42

Tout à fait d’accord avec Wolfgang. Cette attitude qui consiste à détruire ce qui peut encore être utile à d’autres est totalement infantile. Si vous n’aimez pas les Marina ou les 204, libre à vous, mais n’en dégoûtez pas les autres. Pour info, une Marina et une Ital sont disponibles sur le Bon coin en ce moment et n’attendent que les courageux qui voudront se lancer dans leur restauration. Pour ma part, je viens d’acheter une Austin Maxi, autre icône britannique des années 70 décriée par Top Gear, et j’en suis dingue.

Paul

Le 20/01/2016 à 12:04

Pour répondre à Wolfgang comme à Fanfan, je ne dis pas qu’il faut détruire, que ce soit une Marina, un Rancho ou une 204, mais qu’il ne faut pas s’enflammer sur leur destruction, surtout lorsqu’il s’agit d’un divertissement comme Top Gear. En ce qui concerne les pièces, il me semble dommage justement que pour les Youngtimers ne développent pas plus les mêmes structures associatives que pour les anciennes, collectant les pièces (ou les refabriquant).. Juste gueuler sur internet en criant au scandale ne fait jamais avancer le schmilblick, et donne une image peu constructive de l’amateur de bagnole. Proposer des solutions, s’organiser, voilà des choses plus intéressantes. C’est un peu comme la « proposition » d’Hidalgo d’interdire la circulation aux anciennes et young: gueuler c’est bien, ca donne bonne conscience, mais ca te fais passer pour un vieux con. De l’action ? Des propositions ? Un structuration d’un mouvement ? C’est mieux. Ne me sentant pas l’âme d’un Robin des bois, je laisse cela aux autres, mais pleurer la disparition d’un Rancho ou des pièces détachées, très peu pour moi: cela reste une affaire d’investissement personnel, et un propriétaire de Rancho saura sûrement se prémunir du manque de pièce en rachetant à la casse des Rancho prêts à la destruction. En bref, ne mélangeons pas tout: des films, émissions ou autres ou l’on casse des bagnoles, ca existe, et cela participe aussi à la notoriété du modèle et à sa valeur in fine… On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre !

Eddy123

Le 20/01/2016 à 19:14

Je ne comprends même pas cette polémique. … si comme moi vous trouvez stupide de le gaspillage de voitures de collection par des gars grassement payé pour le faire’ faite comme moi zapez, lisez, travaillez sur vos propre autos…. Pour moi TopGear et l’equivallent de « les anges de la télé réalité « pour automobile… je regarde pas point.
Comme le dit Paul, des vielles autos, il y en a d’autre… c’est c… de les casser de cette façon, mais le monde tourne ainsi et c’est l’audimat qui sera seul juge….

Il y a un Lada Niva 5portes qui pourri pres de chez moi, j’ai supplier le proprio de me le vendre, il n’a qu’un cardant de cassé. .. il veux pas, tant pis..Il y en a d’autres….

wolfgang

Le 21/01/2016 à 12:09

Ouais sauf que la Niva c’est loin d’être devenu rare. On en voit partout. C’était construit il y a encore peu de temps en Russie. Une Rancho on n’en voit plus.
Qu’ils cassent une Niva, une auto récente ou neuve (sauf si c’est une auto très rare), j’y trouverais pas grand chose à redire.
J’ai des souvenir de Clarkson testant un tricycle Morgan et autre très intéressant. S’il l’avait détruit j’aurais trouvé ça nul. Et détruire des bagnoles pour « rigoler » je ne pense pas que ça donne une meilleure image dans l’opinion publique que « gueuler comme un vieux con » contre la destruction d’aune auto ancienne. D’ailleurs les collectionneurs suscitent beaucoup plus de sympathie dans l’opinion publique que les gugus qui pratiquent le drift ou le rodeo sur les parking de supermarché… Détruire une auto, je pense que la majorité des gens trouvent ça stupide et que c’est un gaspillage indécent surtout en pleine période de crise. Moi je collectionne des Simca, c’est dure de financer, les pièces de la Rancho je les veux bien.

eddy123

Le 21/01/2016 à 14:16

Enfin, en 5 portes…. dans nos régions…..

peux importe, comme toi je trouve stupide de cassé gratuitement, mais notre seul pouvoir contre cela était de zapé.

Greg

Le 21/01/2016 à 14:28

Aaah, la Morris Marina!
Là, on est en plein dans la catégorie « vilain petit canard »!
Affligée d’un dessin ingrat, sous motorisée, dotée d’une tenue de route impossible et d’un freinage insuffisant, elle ne tarda pas à démontrer à l’usage une fiabilité douteuse et une coupable propension à la rouille.
Mauvaise voiture elle était, mauvaise voiture elle restera.
Aucun espoir de voir le vilain petit canard devenir avec le temps un cygne majestueux.
Des amateurs?
L’une des raisons qui explique la rareté voire l’extrême rareté de certaines anciennes, c’est qu’elles n’étaient pas de bonnes voitures, neuves, et qu’elles se sont juste très mal vendues, au profit de concurrentes qui les surclassaient nettement.
La clientèle visée par la Marina semble lui avoir largement préféré l’Escort, par exemple?
N’y a-t-il pas une certaine forme de nihilisme, voire de masochisme, à s’enticher d’un « os » comme une Marina?
Et pourtant coté vilain petit canard j’ai quelques travers à peine avoubles…

Superphenix

Le 29/02/2016 à 16:06

Il faut dire ce qui est, la Marina n’a jamais eu la moindre qualité ce qui, en un sens, est une véritable exploit, les horreurs fabriqués en URSS ayant au moins eu la décence de se vendre à prix cassés.

Laisser un commentaire