Nevs-Saab: la messe est dite !

Publié le mardi 15 décembre 2015.
Mis à jour le jeudi 4 avril 2019.
Retour

Ite Missa est*…

Voilà ce que m’inspire le plan produit présenté par NEVS ces derniers jours. Je n’ai pas réagi tout de suite à cette annonce, laissant les sites dédiés à l’actu s’en emparer, et si vous voulez une analyse intéressante et neutre, je vous conseille de lire cet excellent article rédigé par Frédéric Euvrard sur The Automobilist (lire aussi : NEVS Saab – The Automobilist). Moi de mon côté je vais vous parlez de ce que je pense vraiment de cette affaire, de façon pas du tout objective !

Pourtant, j’avoue y avoir cru, un temps (lire aussi : A défaut d’argent, NEVS obtient du temps), et il y a un an pile, j’imaginais encore qu’une marque comme Mahindra pourrait réussir avec Saab comme Tata avec Jaguar (lire aussi : un chevalier blanc asiatique pour Saab ?). Mais aujourd’hui, j’avoue ne plus y croire vraiment. Mais pourquoi ? me direz vous.

Tout d’abord la question de la marque Saab. Saab AB, le constructeur aéronautique du Grippen, est toujours détenteur de la marque, et ne consent pas à brader l’utilisation du nom aussi facilement. Je ne peux que lui donner raison : tant que le projet de NEVS ne sera pas fiable, bordé, et intelligemment mené, pas question d’utiliser le nom. Vous noterez d’ailleurs que sur le plan produit présenté en photo de couverture, il n’est jamais question du nom Saab. Je ne serais rassuré que le jour où Saab AB donnera son accord sur l’utilisation de la marque, et ce n’est pour l’instant pas le cas.

Ensuite la question des produits. C’est génial de présenter cinq sketchs de modèles à venir d’ici 2018, avec des objectifs de production de 60 000 exemplaires à Trolhattan et 200 000 à Tianjin : outre la vieillissante 9-3, on trouve 3 SUV (pas vraiment dans l’histoire de Saab si l’on met à part le 9-4X, lire aussi : Saab 9-4X, ou l’encore plus anecdotique 9-7X, lire aussi : Saab 9-7X). Mais avouez que cela ne semble pas vraiment réaliste.

Surtout, après avoir passé 5 jours en Tesla Model S, dans sa version la plus performante, je m’aperçois qu’il faut du temps pour installer une marque sur le créneau électrique. Renault y arrive tout juste avec la Zoé, après avoir peiné avec la Fluence. PSA, pour éviter de s’emmerder, s’offre la techno Mistubishi pour ses iOn ou C-Zéro, ou pire, Bolloré pour l’e-Mehari ! BMW s’en sort un peu mieux avec sa gamme i3 et i8, mais peut-on parler de succès ? Venturi a jeter le gant, tandis que Toyota se concentre sur l’hydrogène… Pas facile d’imposer sa marque, et d’inventer un marché de masse sur l’électrique. Il va falloir qu’on m’explique comment à terme NEVS vendra 260 000 EV ? En claquant des doigts sans doute ?

Mon avis, pas du tout neutre, et dieu sait si j’aime Saab et en même temps ne suis pas fermé à la nouveauté, c’est qu’il s’agit une fois de plus de gagner du temps… et donc de l’argent : chercher encore et toujours à trouver un investisseur (même si Dongfeng y est allé de son obole. Pour tout vous avouer, je n’y crois plus vraiment, du moins pas sous ce format !

Ite Missa Est* on vous dit !

*Le Messe est dite, pour les non latinistes !

A lire aussi: Le nouveau plan produit électrique de NEVS – Saab-In

 

Articles associés

8 commentaires

Greg

Le 15/12/2015 à 14:17

Ça me rappelle la lente agonie de Rover qui a vivoté avec une gamme zombie: les 25 et 45.
Peut-on raisonnablement, sur un marché aussi concurrentiel que l’Europe, relancer une gamme avec un modèle aussi daté que la 9-3 [Mk III] quand on voit l’offre actuelle, Passat, Mondeo, Talisman et future Peugeot?
Quid de l’intégration des équipements « d’infotainment » et des aides à la conduite, certes pas indispensables mais plébiscitées par la presse?
(si tu les as pas… t’es foutu!)
Autre pensée pour Rover, cette fois-ci avec la 75 : cédée aux Chinois, ceux-ci n’ont pas pour autant obtenu les droits sur le nom Rover et la voiture est réapparue sous le nom de Roewe, à vos souhaits…
Autre précédent douloureux et qui a laissé des traces: l’ambitieux programme de relance de Lotus avec rien moins que 6 nouveaux modèles.
Et là, l’équipe menée par Danny Bahar ne s’était pas contentée de pondre des illustrations, ils avaient réalisé des maquettes grandeur nature.
« Pschittt » comme dirait l’autre.
Non, cette histoire sent le piège à gogos pour plumer des investisseurs crédules.
Dernière réflexion : hier soir j’ai pensé à Paul et Boitier Rouge en voyant passer l’une des rarissimes 9-5 II (2009-2011) en circulation 😉

Paul

Le 15/12/2015 à 14:19

Je suis totalement d’accord avec ton analyse, et pour tout te dire, si j’avais les moyens, je m’offrirai une 9-5 mk2 !!!!

Francois Tasiaux

Le 15/12/2015 à 16:09

Je te rejoins dans tes commentaires surtout sur le « non nom » SAAB par NEVS et le côté contre nature sino suédois… Et oui, dommage.

rubinho

Le 15/12/2015 à 16:50

On est tout a fait d’accord, Saab ne revivra pas avec ce projet car NEVS ne sera, a mon avis, jamais assez solide, sérieux… pour que les détenteurs du nom daignent se poser la question d’une cession des droits…. 5 modèles d’un coup, comme le disait Greg, ca rappelle l’épisode Lotus de M. B…. qui s’est soldé par une quasi-faillite et avec zero projet concret dans les valises.

Au mieux, l’avenir de NEVS c’est un truc du genre Borgward : une nouvelle marque en Chine qui vivotera selon les sous et la durée de la strategie que décidera Dongfeng (mais qui je pense a deja assez de danseuses pour en avoir une de plus), et en Europe point de salut avec le nom NEVS donc point de salut tout court…. Une nouvelle marque sans reseau de distribution dans un marché mature, aucune chance.

Et puis l’exemple Tesla est aujourd’hui un peu courte pour se prononcer, mais ca n’est que mon avis : cette marque réalise certes des choses formidables que ce soit en performance, technol… mais à quel prix. Je crois qu’ils perdent quasi 20000USD par voiture. Tant que les actionnaires sont prêts a suivre, très bien…. mais un ralentissement économique de plus, un problème aux US avec les conséquences juridiques et donc financieres que cela impliquent… et pas sûr que ca continue comme ca.
Alors NEVS qui n’a ni les moyens, ni la techno de Tesla… honnêtement, j’y crois pas 2 secondes

Quel dommage pour Saab on est d’accord, enfin pour les Saab des vraies années Saab, car pour les générations GM, perso (je vais m’attirer les foudres de Paul), elles ne me manquent pas vraiment.

Paul

Le 15/12/2015 à 17:04

Oula rassure toi, je ne suis pas un grand fan des Saab « GM » ! Disons que la 9-5 correspondait à un cahier des charges ! Idéalement une 900 classique hein ! Quoi qu’il en soit, GM, puis Spyker, puis NEVS, la marque se meurt depuis trop longtemps, mais bon, avant GM, c’était déjà du bricolage… bricolage que j’adore !

rubinho

Le 15/12/2015 à 17:46

en parlant de bricolage, il parait (je sais plus ou j’ai lu ca) que SAAB pendant la période GM n’a absolument pas joué le jeu des pieces communes en adaptant dans leur coin a peu pres tout longueur de chassis, moteur, ….. , ce qui a précipité leur chute
d’un cote, GM n’avait qu’a etre plus regardant et surtout je pense qu’il n’avait aucune idée de quoi faire de cette marque, un peu comme Ford avec leur pole premium (aston, volvo…)

wolfgang

Le 16/12/2015 à 17:58

Moi je ne peux pas comprendre comment on peut aimer les bagnoles et considérer comme une vraie automobile un déplaçoir électrique si performant soit-il.
Une vraie bagnole c’est d’abord un moteur avec le bruit qui va avec, le caractère plus ou moins pointu, les vibrations etc.
Pour moi sans tout ça, pas de vie, et pas de bagnole, juste un déplaçoir sans âme.
Que ceux qui veulent ça prenne le train.
Venturi a essayé, on voit ce que ça a donné et c’est tant mieux.
Si on veut s’éloigner du pétrole, mettons à la place de l’hydrogène, mais dans un moteur à explosion, pas pour faire de l’électrique.

rubinho

Le 18/12/2015 à 17:12

on a peut etre été mauvaises langues sur NEVS : http://www.ccfa.fr/NEVS-a-annonce-avoir-remporte-un-155720
mais ca ne change rien sur l’avenir de Saab

Laisser un commentaire