Nissan 300ZX Z32 Convertible : originale et rare

Publié le dimanche 31 janvier 2016.
Mis à jour le mercredi 10 juillet 2019.
Retour

Aujourd’hui, c’est dimanche, et il fait un temps de chien, du moins dans le Berry. Pourtant, j’ai envie de vous parler d’un cabriolet. Sans doute parce que j’ai envie de soleil, et qu’il faut bien marabouter un peu la météo. Surtout que ce cabriolet là a essentiellement roulé en Californie, le pays où il fait toujours beau, malgré ses origines nippones ! Voici donc, pour le plaisir des yeux (et pas seulement, peut-être donnera-t-il des envies d’importation aux plus téméraires d’entre vous) la Nissan 300ZX Z32 Convertible, une petite rareté qui valait bien un article.

La proposition d'ASC pour un Z32 à toit rétractable en 1992 !
La proposition d’ASC pour un Z32 à toit rétractable en 1992 !

A l’origine, ce coupé sportif n’était pas prévu en version cabriolet. Lorsque le Z32 succède en 1989 au Z31, seule deux versions sont prévues : une stricte deux places et une 2+2 (en France comme en Europe, nous n’aurons droit qu’aux 2+2). Le Z32 succédait au Z31, mais partait d’une feuille blanche, et le projet avait été lancé en 1985, sous le nom de Mid4. C’est en 1989 qu’il faisait son apparition sur les différents marchés.

ZX 02

Le Z32 utilisait deux moteurs, l’un atmosphérique, un V6 3 litres développant 222 ch (VG30DE) et l’autre, un biturbo, de la même cylindrée mais développant 280 ch (VG30DETT), respectant en cela le gentleman agreement de la JAMA (Japan Automobile Manufacturers Association) limitant la puissance maxi des moteurs. On peut raisonnablement croire que quelques chevaux supplémentaires étaient cachés sous le capot ! Cette version biturbo disposait en outre d’un système de transmission aux 4 roues, le HICAS. Bref, une belle bête sur laquele je reviendrais plus en détail.

ZX 04

C’est donc pour l’année modèle 1990 que les premiers Z32 firent leur apparition, notamment sur ses principaux marchés, le Japon et l’Amérique du Nord. Abordable et performant, ce coupé rencontra tout de suite un vif succès pour terminer sa carrière en 2000 (au Japon, l’export d’arrêtant en 1996) à un honorable score de 164 170 exemplaires. Songez qu’à la même époque, Renault tentait de vendre son Alpine A610 de même puissance (enfin presque, 250 ch) pour atteindre en 1995 le chiffre extrême de 818 exemplaires (lire aussi : Alpine A610).

ZX 07

Mais revenons à la version cabriolet. Le principal marché du Z32 était bien les Etats-Unis, où sévissaient et sévissent encore de nombreux « transformateurs », prompts à sortir une version cabriolet « home made ». Ces transformations « after market » contribuèrent à convaincre Nissan d’en proposer une version officielle. Dès 1992, le spécialiste américain des mécanismes de capotes, ASC, avait proposé sa vision d’un Z32 convertible : ici, point de capote, mais un toit en métal rétractable, préfiguration des Coupés-Cabriolets qui déferleront plus tard avec la Mercedes SLK (lire aussi : Mercedes SLK) et la Peugeot 206 CC (lire aussi : Peugeot 206 CC). Cette proposition sera refusée par Nissan, et servira in fine à Mitsubishi qui développera avec ASC une version Spyder de la 3000GT.

ZX 08

Nissan s’orientera plutôt vers une version plus classique, avec capote en toile et arceau. Moins fluide esthétiquement, elle reste relativement réussie malgré la présence de l’arceau, mais surtout, coûte beaucoup moins cher à fabriquer que la version proposée par ASC. C’est en 1993 qu’apparaîtra le Z32 Convertible, disponible uniquement en Amérique du Nord et au Japon. Et encore, les japonais préfèreront toujours la version coupé, laissant aux américains l’essentiel de la production !

ZX 09

Le Z32 Convertible ne sera jamais proposé en version Twin Turbo. Sa philosophie correspondait plus à Sunset Boulevard qu’au drift de parking de supermarché. Il fut d’ailleurs un échec relatif, car seuls quelques milliers d’exemplaires seront produits. Les chiffres ne sont d’ailleurs pas clairs. La plupart de ceux circulant sur le web font état de 3846 exemplaires vendus en Amérique du Nord (USA + Canada) entre 1993 et 1996, donc sans doute un peu plus de 4000 ex en comptant le Japon. Pourtant, selon Yutaka Katayama, président de Nissan Motor Corporation USA, seuls 1701 exemplaires auront été fabriqués, dont 190 destinés au Japon. Je vous laisse choisir le chiffre qui vous convient le mieux, mais quel qu’il soit, il fait du Z32 Convertible une pièce rare, et donc désirable.

ZX 06

J’ai parcouru les petites annonces américaines, et on en trouve un certain nombre en vente, à des prix variables mais relativement accessibles. Aussi, si l’envie vous prend de vous lancer dans un parcours du combattant visant à acheter, importer puis régulariser votre bête en France, sachez que la voiture n’est pas introuvable, loin de là. Mais l’homologuer en France sera une autre paire de manche !

 

Articles associés

5 commentaires

Jean Christophe

Le 31/01/2016 à 16:54

Bonjour,
Article tres intetessant !
J ai eu une 300zx achetee neuve en 1991.
Elle possedait 4 roues directrices mais 2 roues motrices et non une « transmission aux 4 roues ».
Je ne conaissais pas cette version cabrio.
Merci !

Fox

Le 31/01/2016 à 22:49

L’HICAS, c’est les roues arrière directrice, c’est l’ATTESA les 4 roues motrices avec visco-coupleur façon Skyline GT-R.

Dans tout les cas, la Z32 est 2 roues motrices.

Paul

Le 31/01/2016 à 23:00

Fox et Jean Christophe, exact, je me suis emballé ahahahah… bien vu les gars. Voilà ce que j’aime ici: des lecteurs toujours aussi pointus et affutés, mais toujours bienveillants… Well done !

Greg

Le 01/02/2016 à 14:21

…en revanche la Mitubishi 3000 GT, comme sa cousine Dodge Stealth, tient enfin les promesses entrevues sur les prototypes de salon mais cette fois-ci « pour de vrai »:
V6 + 4 ACT + 2 turbos + 4 roues directrices + 4 roues motrices + amortisseurs pilotés.
Le poids est terrible, évidemment, et la 300 ZX ne tombe pas dans cet écueil.
Autre cabriolet de la même trempe, dûment importé en France, lui: la Mazda RX7 « FC3S » cabriolet, en « Turbo II » s’il vous plaît.
J’ai l’essai dan un ancien n° d’Echappement, c’est pour ça que je m’en souviens.
Car je n’en ai jamais vue dans la vraie vie…

Whealer

Le 02/02/2016 à 21:17

Dommage pour le CC (d’ailleurs bizarrement dénommé « Spyder ») de chez ASC.
Heureusement, les fous dangereux de la disqueuse se sont vengés ailleurs…

Laisser un commentaire