Nissan Prairie (M10) : un temps d’avance

Dimanche 29 avril 2018
Retour

On peut toujours débattre sur l’idée du monospace, du Chrysler Voyager ou du Renault Espace (qui, tous les deux, sont liés, oui oui, lire aussi : les origines anglo-saxonnes du Renault Espace), de l’oeuf ou de la poule, mais je remarque une chose : parmi mes Majorettes de années 80 (lire aussi : Majorette), le seul « truc » du même genre vendu sur les étalages se paraissait d’un vert bouteille étonnant, et n’avait rien d’américain ou d’européen. Le Nissan Prairie n’était pas un monospace à proprement parlé, parce qu’il gardait un museau très conventionnel, mais son aménagement intérieur, sa « hauteur de plafond » et sa modularité le plaçait d’emblée dans la catégorie.

Au début des années 80, en France, une large frange des acheteurs de voitures regardait encore les japonaises de haut. Alors ne parlons pas des japonaises originales, comme la Prairie, au nom fleurant pourtant bon la France, et dont les publicités (japonaises) n’hésitaient pas à la mettre en scène devant le très germanopratin café des Deux Magots. Lancée en août 1982, soit deux ans avant le Chrysler Voyager et 3 avant l’Espace de Matra et Renault, la Prairie détonnait dans le paysage pourtant défriché un peu par la Matra Rancho (lire aussi : Matra Rancho).

Rendez-vous compte, un van qui n’en est pas un, à trois rangées de fauteuils, modulable, moderne, à plancher plat, carré comme un utilitaire, mais au look encore proche du break surélevé, disponible aussi avec garde au sol rehaussée, et transmission intégrale ? Vous avez là la recette du SUV d’aujourd’hui, en mieux (si l’on excepte le look).

Fallait oser sortir ce Prairie (connu aussi sous le nom de Multi, ou Stanza Wagon, selon les pays), mais au Japon, on savait proposer des trucs novateurs avant tout le monde (Sony et le Walkman, ça vous rappelle rien?). Honda sortait au même moment le Shuttle, sans doute avec moins d’audace, mais le mouvement était lancé dans l’Archipel, n’en déplaise aux chauvins persuadés que l’idée du « monospace » venait de Romorantin.

Le Graal : une version 4WD Nordica

Bon, on vous l’accorde, le style est fortement inspiré d’un dessin de Giugiaro destinée à Lancia, le Megagamma. Mais la Prairie, tout en en conservant l’esprit général, pousse le concept de modularité plus loin, ce concept qu’on retrouvera dans l’Espace : des sièges qu’on enlève et qu’on retire sur un plancher plat, pour dessiner l’espace à sa façon, et surtout des portes coulissantes à l’arrière, ce que le 806 n’apportera qu’en 1994.

Avec son 4 cylindres essence de 1500 cm3 développant 70 chevaux (une puissance tout à fait respectable pour l’époque), un poids réduit à 1020 kg et une multitude de configuration, dont la fameuse version 4WD précédemment citée, la Prairie avait tout pour plaire, et s’imposa suffisamment pour que la vénérable maison Majorette en offre une version à ses petits clients ! Mieux, elle s’offrira ensuite un 1800 cm3 de 102 chevaux, une flèche à l’époque ! Avant 1985, en Europe, la Prairie était par ailleurs badgée Datsun, avant de récupérer son nom nippon. Le tout distribué par les Etablissements Richard !

La Prairie M10 connaîtra une descendance à partir de 1988, sous le même nom mais au code différent (M11) : un vrai monospace dans sa ligne, mais rentré dans le rang par rapport à la concurrence, et qui sera produit pendant 10 ans. En 1998, place au M12, qui lui durera jusqu’en 2004 avant d’éteindre la lignée, l’heure n’étant plus aux monospaces.

On pourra toujours rire sur les japonaises des années 80, les décréter Merguez comme sur certains groupes Facebook, il faut bien l’admettre : elles innovaient, en donnaient beaucoup pour le même prix, et se firent surtout discrètes dans nos contrées à cause des quotas en vigueur à l’époque. Soyez sûr que sans ces limitations de volumes, Nissan, Honda, Toyota, Suzuki et consorts auraient envahi nos marchés comme ils le firent aux USA à la même époque.

Si vous désirez une vraie Youngtimer, originale mais aussi pratique (car c’est cela une youngtimer : une voiture qui roule, qui sert et dont on préserve l’espèce en attendant la collection), dotée d’un grand espace de chargement, de beaucoup de fauteuils, et valant de clopinettes, alors la Prairie est faite pour vous !

 

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

12 commentaires

Pierre

Le 29/04/2018 à 16:43

Mon père en rêvait pour succéder à la Skoda familiale puis la BX. Il s’est rabattu sur une Toledo mk1. Ouais on a souvent eu la BR du village…

Paul

Le 29/04/2018 à 17:12

j’adore, un commentaire so BR justement 😉

Germain

Le 29/04/2018 à 16:44

J’en ai jamais croisé une seule, elle me fait penser à la Toyota tercel

Philippe T.

Le 02/05/2018 à 06:35

Ça me rassure de ne pas avoir été le seul à les confondre à l’époque…

Olivier S

Le 29/04/2018 à 19:00

J’en ai vu souvent a l’époque, habitant juste a coté de la concession Datsun / Nissan locale comme jeune adolescent – avant qu’il y avait les Renault / Matra Espace.
.
Cette Prairie fut un vrai OVNI Familial par rapport a la concurrence (bon, elle n’en avait presque pas, les grandes Breaks Familiales comme la 504/505, CX et Volvo 245 étant bien plus encombrant et chers, et le VW Bus T3 bien trop lent et assoiffé…).
.
Par contre, une de mes premieres « vrai » voitures (après une multitudes de 2CVs) était und Datsun Cherry Coupé de 81, avec une intérieur tout en couleur bien 80’s et equipment complet similaire a la Prairie.
.
Dans le temps, les Japonais se vendaient bien mieux an Allemagne, Scandinavie, Suisse et autres pays sans stupide quota d’importation protectionniste contre les Japonais en vigueur en France, Espagne ou l’Italie. On croisait régulièrement des Datsun / Nissan Prairies, Sunny, Bluebird ou Stanza hayon au quotidien.
.
La qualité d’assemblage des Nissan était superbe par rapport aux voitures françaises de l’époque, mais la rouille perforante très frequente a plus de 8 ans d’age… En rétrospectif, la carrosserie d’une Golf II tenait bien plus longtemps.
.
Je possède encore le dépliant pub Prairie de Nissan Allemagne de l’époque! 🙂
.
Le design extérieur me rappele surtout les Taxis Londonien Metrocab (surtout la MkII facelift), sorti qu’en 1987. Ca sent un peu la copie…

Docteur_Oliv

Le 01/05/2018 à 16:26

Les stupides Quota ?? ça se discute surtout avec 40 Ans de recul…

Eddy123

Le 29/04/2018 à 23:02

J’en avait croisé une, il y a longtemps dans une casse Bordeiaise…
J’avais ete conquis par l’absence du pieds centrale. ..

Dernierement j’ai pu observé de près un Voyager 2 que j’ai acheté pour transférer son moteur sur ma LeBaron. ..
Il est configuré plus comme un utilitaires (minivan) que monospace. .. Dailleur il etait et est encore vendu en configuartion tôlé.

24heures

Le 30/04/2018 à 09:29

Je n’ose imaginer l’état du véhicule après un choc latéral…
Sinon ça fait bien longtemps que je n’en ai pas croisé une!

Nicolas

Le 30/04/2018 à 14:45

Une petit japonaise adorable ! bon nombre de personne crachait à l’époque sur les japonaises, et aujourd’hui encore (manque d’âme etc). Les productions japonaises m’attirent moins maintenant (inconditionnel des honda année 80-90′) mais comme le dit si bien paul, si les quota n’avait pas été là, le marché français aurait été submergés. Je ne pense pas que ça aurait été bien pour l’emploi.
En tout cas le jour ou j’en vois une en version 4WD, je prends direct, bien plus rare que la Honda shuttle en 4×4.

Rodrigo

Le 01/05/2018 à 10:25

Nissan Prairie par Majorette? Il y avait une par Matchbox, mais Majo pas du tout…

Docteur_Oliv

Le 01/05/2018 à 16:28

Une voisine en avait acheté une Verte (le vert à la mode ces dernières années) ça toujours été moche !
Avant elle avait un vieux Break VOLVO

François

Le 04/05/2018 à 12:09

Comme d’habitude, quand je cherche des infos sur un modèle rare et décalé, je le trouve sur Boîtier rouge. J’adore la Nissan Prairie, la mère d’une amie en avait une à la fin des années 80, et je trouvais cette voiture incroyablement chic avec ses portes coulissantes et ses finitions luxueuses pour l’époque. L’espace intérieur était énorme, sensation renforcée par l’absence de pied milieu qui dégageait une large ouverture, et pourtant elle ne mesurait que 4 mètres. Sa hauteur était inhabituelle, mais moi qui mesure 1.88, je la trouvais tout à fait à ma mesure. Bref, vive la Prairie. Merci pour cette réhabilitation.

Laisser un commentaire