Jaguar XE : l’offensive du félin britannique !

Samedi 11 octobre 2014
Retour

Après vous en avoir décrit la soirée de lancement à Londres (lire aussi: Le lancement de la Jaguar XE), il est temps de vous parler de la nouvelle Jaguar XE, la « petite » berline dont la mission est d’aller marcher sur les plates bandes des allemandes, BMW Série 3, Audi A4 ou Mercedes Classe C dans le viseur. Si j’avais été un peu décontenancé par le nouveau design Jag’ inauguré par la XF et la XJ. J’ai fini par m’y habituer, et même à l’aimer. D’ailleurs, en voyant cette XE de mes propres yeux, je trouve que c’est la plus aboutie des 3 modèles dessinés par Ian Callum.

Jaguar s’était déjà intéressé à ce segment entre 2001 et 2009, sous la houlette de Ford, avec la X-Type. Malgré un look s’inspirant des XJ de l’époque, et la présence d’un break dans la gamme, la mayonnaise n’avait pas pris. La faute sans doute à ses origines roturières, avec son chassis de Mondeo. Cette fois-ci, Jaguar nous a pondu une berline 100 % britannique, du châssis aux moteurs. Puisque le marché européen est encore (malheureusement) très « dieselisé », la marque de Coventry propose un inédit 2 litres diesel disponible en deux niveaux de puissances, 163 et 180 ch, permettant (pour le 163ch) de passer sous les 99g de CO2 fatidiques et de consommer (selon le constructeur) 3,8 litres au 100 km.

En essence, le 4 cylindres 2 litres propose deux niveau de puissance, 200 ou 240 ch, mais le moteur le plus intéressant est bien le V6 3 litres issus de la F-Type développant 340 ch. De quoi aller titiller des vitesses inavouables sur autoroutes allemandes « bien zur ». Voilà en tout cas une offre moteur suffisamment alléchante pour convaincre les clients friands d’anglaises, et peut-être même d’en conquérir de nouveaux qui s’étaient jusqu’alors refusés au félin.

Mais si sa ligne est superbe, et si ses moteurs semblent intéressants, la XE perd un peu de son âme. Pour être monté dedans, je n’y ai pas retrouvé l’avantage concurrentiel de Jaguar : un intérieur douillet. Au contraire, la marque qui nous séduisait avec moult boiseries et cuirs à profusion, ces intérieurs automobiles britanniques au charme indéfinissable, semble se banaliser. Oh tout est de qualité, mais c’est tellement banal ! Dommage.

Cela dit, n’oublions pas qu’il s’agit d’une entrée de gamme, et qu’il est difficile de faire du grand luxe avec un tarif commençant à 35 000 euros. En revanche, son look extérieur la démarque vraiment des concurrentes, avec une vraie personnalité tout en gardant cet air de famille des Jaguar de l’ère Tata. Souhaitons bonne chance à cette nouvelle berline !

 

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

1 commentaire

olivier84

Le 26/11/2016 à 16:38

Pour moi la plus aboutie des 3 est de loin la xj. La xe est une pâle copie de bmw et mercedes.

Laisser un commentaire