Opel Signum : drôle d’allemande ?

Mardi 11 octobre 2016
Retour

Dans les années 2000, nombre de constructeurs généralistes se sont demandés comment aller taquiner les géants du premium, BMW, Mercedes et désormais Audi. Si certains ont joué la carte de la sécurité avec des voitures très sages et classiques (Peugeot par exemple, avec sa 607), d’autres ont préféré la voie de l’originalité, comme Renaut avec son duo Vel Satis / Avantime (lire aussi : Renault Vel Satis et Renault Avantime), Citroën et sa fabuleuse C6 (lire aussi : Citroën C6), Fiat et sa Croma 2, et Opel avec son étonnante Signum.

l’Opel Signum Concept de 1997 laisse présager le désastre à venir !

Dans les années 2010, force est de constater que chacun est revenu à la raison : la Renault Talisman (lire aussi : Renault Talisman) respire le classicisme, tout comme l’Insignia chez Opel (en fin de carrière)… Fiat a jetté l’éponge dans le haut de gamme, tout comme Citroën (pour l’instant), et Peugeot joue une partition très classique avec sa 508. Autant le dire tout de suite : le trio allemand a imprimé un style dans le domaine de la grande berline, empreint de conservatisme dans le dessin, mais doté de moteurs performants : celui qui tente autre chose risque de se faire « pincer les doigts très fort ».

Le concept Signum 2 de 2001 semble déjà plus aguichant (mais bon !)

C’est ce qui est arrivé à Opel avec la Signum. La vénérable marque allemande restait pourtant dans les clous depuis de longues années avec des berlines « bien comme il faut » : Rekord, Diplomat, Omega, Senator, propulsion et 6 en ligne ! Quelle mouche a donc piqué les pontes de Russelheim pour pondre une Signum en 2003 en tout point opposée à la tradition, adoptant la traction et proposant un drôle de design cantonné à une seule carrosserie : une sorte de break un peu balourd. La surprise est totale à Genève, en ce début d’année 2003 !

Au bout de 7 années de gestation, le résultat final ! Tadam !

Pourtant, l’idée de prendre le contre-pieds couvait depuis longtemps chez Opel. Dès 1997, à Genève déjà, la marque phare de GM en Europe présentait son Signum Concept posant les jalons du modèle à venir. Malgré un dessin raté (annonçant quelques nouveautés à venir), le Signum Concept donnera naissance en 2001 au Signum 2 Concept, proche de ce que deviendra la Signum de série.

Entre 1997 et 2003, 7 années se sont écoulées : 7 années pour accoucher de la Signum qui dès sa sortie laisse présager qu’elle ne sera pas la reine de sa catégorie. Pourtant, elle recèle quelques qualités, notamment son espace intérieur, et son dessin s’est policé (jusqu’à en devenir fade?) pour plaire au plus grand nombre. Moins clivante que la Vel Satis (c’était pas difficile) ou que la Croma, elle pêche justement par sa timidité : beaucoup ne verront en elle qu’une version break de la Vectra, ce qui n’est pas très valorisant.

Côté moteur, rien de très enthousiasmant : des 4 cylindres essence allant de 120 à 175 (avec un turbo), et un V6 (3.2 et 207 ch, mais par la suite, la Signum adoptera le 2.8 turbo présent aussi sur les Saab, avec 230 et 250 chevaux au rendez-vous). Pour le diesel, Opel réalise le combo : des moteurs anémiques (notamment en version 1.9 98 ch), voire très peu fiables, notamment le V6 3 litres 177 ch d’origine Isuzu, partagé par la Saab 9-5 et la Renault Vel Satis (un moteur à fuir quoi qu’il arrive!).

Vous l’aurez compris (même si c’est facile de le dire avec le recul), la Signum ne sera pas le cador de sa catégorie, loin de là. Elle restera en production 5 ans (2003-2008) avec un léger restylage en 2005, mais simplement pour faire de la figuration. Les chiffres de production ne sont pas connus, mais il reste un test imparable : en avez-vous beaucoup pendant cette période là ? En voyez-vous beaucoup aujourd’hui ? Non, zero, nada, que dalle ! Pas une Signum à l’horizon à l’époque comme maintenant. Fort heureusement, Opel corrigera le tir avec la très réussie Insignia !

Pourtant, s’il est aisé de se moquer de la Signum, elle peut être une jolie (?) alternative pour qui désirerait une berline fiable (à condition de la prendre en essence), spacieuse, passe partout et surtout pas chère ! A part un lecteur de Boîtier Rouge, qui voudrait d’une telle voiture ? Raison de plus pour se faire plaisir, surtout avec une version restylée, dotée du V6 2.8 Turbo commun aux Saab 9-3 de l’époque, et que l’on retrouvera sur la 9-5 NG (lire aussi : Saab 9-5 NG).

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Articles associés

27 commentaires

J2M

Le 11/10/2016 à 14:11

Une assez jolie voiture, attirante, qui me faisait penser à l’époque à la Honda Aerodeck des années 90, il est vrai bien plus réussie.
Elle donnait le sentiment de ce qu’aurait pu être une Vel Satis convenablement proportionnée.
A propos du V6 Isuzu, je me rappelle au moment de l’achat d’un Espace 4, un des tout premiers, avoir été tenté par ce moteur. La brochure, conservée, vantait la « fiabilité nouvelle » de ce moteur exotique.
Le prix me fit reculer et je finis avec le 2.2 dci, dont la fiabilité était, pour le dire avec tact, dans l’inquiétante moyenne de ce qui l’entourait.
La seule consolation fut que le naufrage coûta un peu moins cher…

Jota

Le 11/10/2016 à 15:14

Vous devez surement parler de la largeur de la Vel Satis, reconnue insuffisante même par son propore designer quelques années plus tard. C’est bien là le problème des généralistes qui ne savent pas toujours sur quel pied danser au moment de lancer un haut de gamme. Trop chère ou pas trop chère, adaptée aux fidèles de la marque/capable de séduire de nouveaux clients, motorisations performantes et/ou accessibles mais peu valorisantes, sans compter une fiabilité et un SAV qui ont souvent du mal à suivre par la suite.

Babre

Le 11/10/2016 à 14:56

J’ai eu une signum en diesel 1l9 cdti. Premiere main, acheté a mon oncle. Les 100 000 km les plus coûteux de mon histoire automobile. Compresseur de clim, collecteur d’admission, durite fendue, etc. Par contre confort et finitions top. Partenaire idéale du conducteur autoroutier si seulement la fiabilité etait au rdv. Gros bemol, cest une 4 places. La cinquième est minuscule.

Jota

Le 11/10/2016 à 15:16

Il me semble qu’en plus ils proposaient une option console centrale façon limousine avec divers aménagements et qui venait remplacer cette fameuse 1/2 place.

Babre

Le 11/10/2016 à 16:38

Oui, une console centrale, avec frigo intégré, prise de charge, porte gobelets. Les places assises en configuration 4 personnes sont royales…

AL

Le 11/11/2016 à 08:42

Yep, j’en ai trouvé une d’occasion. Les enfants adorent. Frigo, tablettes avion, petits coffres, doubles prise 12v, porte lecteur DVD… c’est le TRAVEL ASSSISTANT et c’est génial.

AL

Le 11/11/2016 à 08:40

J’ai acheté une Signum en 2010, modèle de 2007 donc invendu pendant 3 ans, avec une remise fantastique. Toutes options et surtout… ESSENCE 2.8 turbo V6. Après 9 ans à son volant et 125,000km, j’en suis toujours ravi et voudrait qu’elle dure toute ma vie. Aucune (?) berline n’offre autant de place pour les jambes des passagers. Les deux fauteuils arrières (qui condamnent une vraie troisème place) sont fantastiques ! DONC pour moi c’est ma meilleure experience automobile… avec un moteur fantastique.

AL

Le 11/11/2016 à 08:43

« Gros bémol » non non ce n’est en aucun cas un bémol, c’est un son segment ! Si vous voulez 5 places, n’achetez PAS une Signum, c’est simple ! Il s’agit d’une voiture qui propose 4 places luxueuses… pas 5 !

J2M

Le 11/10/2016 à 15:32

La Vel Satis n’était pas seulement trop large. Trop haute aussi, avec des lignes taillées à la serpe et des porte à faux mal proportionnés.
La calandre en coupe frites censée rappeler la 40CV (dont tout le monde se foutait depuis longtemps) et les phares mal dessinés parachevaient un ensemble décourageant. Je passe sur certaines nuances de peintures…
Dehors comme dedans elle était moche.
En plus elle était chère et fragile.
Comment a-t-on pu se planter à ce point ?

rubinho

Le 11/10/2016 à 16:11

C’est tout le drame des HdG français depuis …. 30 ans. Et à chaque génération, les mêmes erreurs sont refaites et depuis c’est l’abandon du segment.

Max

Le 11/10/2016 à 17:38

Je me suis toujours demandé pourquoi Opel vendait en même temps la Signum ET la Vectra Break. D’autant plus que la seconde était plus vaste et moins chère…

AL

Le 11/11/2016 à 08:47

Ce sont des voitures différentes, sur des segments différents ! L’opel VECTRA break propose 5 places et un grand coffre. La Signum propose 4 sièges de sénateurs… et un grand coffre le tout avec un empattement rallongé pour donner de la place aux jambes des passagers. DONC deux voitures différentes. Mais la communication n’a jamais été comprise et du coup, c’est excellente idée n’a jamais trouvé son public. Car le segment visé était la berline de luxe… mais les gens riches n’achètent pas un dérivé (de Vectra) et encore moins une OPEL. Donc une excellente idée mais mort-née hélas.

J2M

Le 11/10/2016 à 17:54

Quand je vois certains hauts de gamme japonais ou coréens circuler dans Paris, je me dis que c’est bel et bien foutu pour le hdg français.
Le baratin sur les grands carrossiers ou la haute couture n’a intéressé que ceux qui en avaient eu l’idée.
Je tremble à l’idée de ce que Citroën va nous proposer…

Jota

Le 11/10/2016 à 18:10

Un énième crossover évoquant la CX en créant une nouvelle marque CX (intercalée entre Citroën et DS). Je plaisante bien sur mais on doit pas être loin de ça…

J2M

Le 11/10/2016 à 19:32

Je suis monté dans ma première CX en mars 75 (une rare 2200 club), celle de mon père. J’avais 10 ans et ça m’empêcha de dormir plusieurs nuits d’affilée !
Quel petit garçon de 10 ans pourrait être aussi fasciné que je le fus et aussi ému que je le demeure en voyant « ça » ?
Vous imaginez un remake de la « 11 » en 74 ?
Pendant ce temps, Tesla ou Lexus (personne ne croyait en eux) nous proposent de vraies solutions innovantes.
Le plaisir solitaire de nos constructeurs sur leur (certes glorieux) passé est pathétique !

Guilhem

Le 11/10/2016 à 19:37

Simultanément, GM proposait en Amérique du Nord la Chevrolet Malibu parageant sa plateforme avec la Vectra mais d’un dessin fort différent, doublée d’une Malibu Maxx qui était à la Malibu ce que la Signum était à la Vectra. La même mais différente en sorte, avec en commun ce dessin bizarrement équilibré.

Louis

Le 19/08/2018 à 08:52

La malibu maxx est vraiment pas jolie! Mais merci pour cette découverte.

Denis pechon

Le 11/10/2016 à 20:39

Pour ce qui est du plantage en hdg, il n’y a donc pas que les constructeurs français. Le destin croisé brièvement de PSA et de Opel doit rappeler que la nationalité n’à plus rien à voir avec la présence sur le marché. ..
HYundai à fait de piètres voitures, clones de GM sous le nom de DAEWOO, mais personne ne leur reproche maintenant. On continue de reprocher la mauvaise qualité des françaises !

Paul

Le 11/10/2016 à 20:42

Oh…. je vaide… bien vu… 😉

Claude

Le 11/10/2016 à 21:04

Daewoo/Chevrolet ratissait le bas du panier quand Opel voulait bousculer BMW

Quentin

Le 11/10/2016 à 21:51

En réalité, si on fait abstraction de ses proportions anti-dynamiques de la VelSatis et de son petit côté monstrueux dû à des phares avants verticaux, que l’on avait plus vu depuis les américaines des 60’s et une lunette arrière à faire pâlir une Ami 6 de la grande époque (la 407 SW n’intègre pas les custodes dans le hayon et devient de fait très jolie ), elle respirait le luxe plus qu’aucune voiture française contemporaine, avec une bonne qualité perçue (le fameux plastique moussé « deutsche kalität »), de nombreuses astuces, le losange servait de poignée de coffre électrique, les dossiers des sièges avant avec trois parties réglables, et la planche de bord était superbe, sans parler d’un équipement pléthorique jamais vu outre-Rhin. Elle pêche surtout par son positionnement : Renault a voulu créer une routière ultra confortable à partir du style d’un concept-car de coupé 2+2 de luxe. Ils auraient plutôt s’inspirer du concept Koleos de 1999 et lui donner un air de crossover, genre crée avec le Lexus RX (2000) et le Nissan Murano (2004), et qui allait connaître le succès que l’on sait. Son comportement pataud, son poids et sa hauteur lui auraient été pardonnés, elle n’aurait rien perdu de son confort qui était sa qualité première, n’aurait pas fait doublon avec l’Avantime et aurait partagé beaucoup d’éléments avec le Nissan, de toute façon bâti sur une plate-forme très proche, au « risque » d’améliorer sa fiabilité. Elle se serait bien mieux mieux vendue (+ de 62000 exemplaires en 7 ans en tout cas), sans coûter plus cher à concevoir, et avec de meilleures marges, tout en évitant à Renault un retard de 10 ans sur le secteur le plus porteur du marché. Mais bien sûr je fait de l’uchronie, hélas…

Jota

Le 11/10/2016 à 22:48

Effectivement je me souviens très bien qu’au lancement l’aspect qualitatif était visible surtout dans les matériaux (marqueterie etc…) mais hélas comme vous dites, que ce soit le concept Koleos ou plus tard l’Egeus les stratégies n’ont pas été les plus judicieuses. Une constante dans ces concepts haut de gamme Renault (Initiale, Vel Satis, Talisman, Nepta) fut, on le sait tous, la frilosité à les produire pour diverses raisons. Les rares exceptions furent le coupé Laguna et l’Avantime.

wolfgang

Le 12/10/2016 à 13:24

Soyez sympa, Renault se met à faire des bagnoles originales et plutôt jolies depuis quelques mois. Faut le signaler !

Opel c’est moche et ça a toujours été moche. A part éventuellement la Tigra, mais les joints de culasse tenaient pas… la fiabilité opel n’a jamais été géniale d’ailleurs. Les Corsa des années 80-90 avaient des moteurs pourris. Et les nouvelles sont épouvantables à conduire.
Jamais je mettrais un centime pour acheter une Opel.

Quant à la fiabilité des diesels en général, ça fait largement 10 ans qu’il faut mieux rouler à l’essence ou mieux au GPL. En raison des normes anti pollution à respecter, les moteurs sont devenus trop compliqués, avec trop de gadgets anti pollutions, ça coute un bras à réparer à la moindre panne rien qu’en pièces détachées. Entre les FAP, les injecteurs à 500 € pièce et autres bricoles, ça coute bien plus cher que rouler à l’essence dès que les réparations arrivent. Les diesels modernes faut les bazarder avant la fin de garantie, sinon c’est la ruine.

EmmanuelS

Le 13/10/2016 à 21:56

Une petite réponse à Wolfgang qui est très dur pour Opel. Toutes moches les Opel ? C’est oublier la Calibra, la Tigra, la GT… et plus récemment l’Insigna ou la petite Adam pour ne citer que celle-là…
En dehors des diesels, dire que la fiabilité opel n’a jamais été géniale, c’est absolment pas connaître l’histoire de la marque car justement la fiabilité faisait partie des premières qualités de la marque. Exemple avec le moteur 2.0i (1998cm3) était d’un grand agrément et très fiable (bien connu pour cela).
Epouvantable à conduire les Opel ? Essayer la nouvelle Astra et vous changerez d’avis…

Pour revenir au sujet de cet article bien documenté sur l’Opel Signum, la comparaison avec la Renault Vel Satis assez pertinente, montre que les constructeurs sont parfois éblouis par des études marketing mal analysées et manquant de bon sens.

AL

Le 11/11/2016 à 08:53

Ne soyez pas si manichéen. Les goûts et les odeurs… dire comme ça que OPEL c’est moche est stupide. C’est domme dire le chocolat c’est dégueu. Quand j’étais petit on m’a appris à dire « je ne trouve pas ça joli » et non pas « c’est moche »… De plus pour ceux qui roulent en mazout, en effet, les années 2000 ont été catastrophiques et Renault en tête. Je ne roule q’en essence et là… fiabilité totale. Mon OPEL Signum a 120,000km sans aucune souci et j’espère me menerea au delà des 250,000km. C’est en tout cas mon objectif.

Utopiboy

Le 15/10/2016 à 23:00

Comment quatre constructeurs ont pu se jeter dans la bataille de la berline haut de gamme avec les mêmes solutions stylistiques complètement à côté de la plaque ?
Oui oui, quatre ! Renault a lancé la « mode » en 2002 avec Vel Satis, Opel l’année suivante commercialisa cette fameuse Signum, puis Seat, on ne sait trop pourquoi, voulut croire également en ce concept de berline rehaussée, avec la Toledo troisième du nom (vous en avez déjà croisé une ? ou bien n’avez-vous pas confondu avec l’Altea…), et Fiat enfin avec la Croma 2. Quatre voitures similaires dans les proportions et dans les traits, quatre bides retentissants !
Au final, s’il fallait en choisir une sur les quatre, ça serait la française, pour la qualité de sa présentation intérieure, son confort, et son V6 Nissan tout à fait crédible. Mais dans le garage elle dormirait sous bâche, pour protéger la carrosserie… de ma vue !

olivier84

Le 17/10/2016 à 22:00

Vel satis, Avantime, opel signum, c6,DS5 représentent autant d’échecs et d’argent jeté par les fenêtres. Je souhaite bon courage pour citroen avec sa future berline haut de gamme qui reprendra les lignes de la CXpérience.
Tous les constructeurs généralistes ont abandonné la berline au style clivant à l’excetion de citroen qui insiste toujours. Peut-on vraiment parler de suicide ?

Laisser un commentaire