Opel Tigra: une occasion à saisir ?

Publié le mardi 9 juin 2015.
Mis à jour le vendredi 5 juillet 2019.
Retour

Il existe des voitures dont on ne sait pas trop quoi penser. C’est le cas pour moi de l’Opel Tigra « 1ère génération » produite entre 1994 et 2000. Aujourd’hui, son style un peu mou me laisse dubitatif, alors qu’en 1994, j’avais été assez enthousiaste. Il faut dire que c’était assez culotté et novateur de la part du constructeur allemand de sortir un dérivé « coupé » de sa petite Corsa B apparue en 1993. Il semblerait qu’à cette époque, Opel voulait clairement redorer son blason, en proposant la Calibra dès 1990 (lire aussi : Opel Calibra) ou l’Omega Lotus à la même époque (lire aussi : Opel Lotus Omega).

Roadster 02

C’est au salon de Francfort de 1993 qu’Opel présente deux concepts cars, un coupé et un roadster, sous le nom de Tigra concept. La légende raconte que c’est le succès rencontré par ces deux concepts qui entraîna la mise en production du coupé. Il semble pourtant que la production était déjà décidée puisqu’il faudra moins d’un an pour que les premiers coupés sortent des usines Opel de Saragosse en Espagne. Malheureusement, malgré un deuxième prototype produit en 1994, la version roadster ne sera jamais proposée, mais reste visible au musée Opel de Bochum. Précisons tout de même que Lotus travailla sur les suspensions issues de la Corsa pour les rendre un peu plus sportive.

Tigra 02

A l’époque, j’avais trouvé la ligne de la Tigra plutôt réussie. J’étais sans doute influencé par la tendance stylistique de ce début des années 90. Avec le recul, je trouve que ses rondeurs ont plutôt mal vieilli. Mais à l’époque, la Tigra faisait le job. A tel point que Ford répliqua trois ans après avec sa petite Puma (le nom n’est pas anodin), dérivée de la Fiesta, et presque copie conforme (lire aussi : Ford Puma ST160 Racing). Si la carrosserie est spécifique au coupé, l’intérieur lui provient directement de la Corsa, et manque clairement d’originalité. De plus, on ne retrouve sous le capot que deux moteurs, un 1,4 litres 16 soupapes de 90 ch et un 1,6 litres 16 soupapes de 106 chevaux, qui ne suffisent pas à rendre la Tigra sportive malgré sa légèreté.

Une Vauxhall Tigra destinée à l'Angleterre !
Une Vauxhall Tigra destinée à l’Angleterre !

Malgré cela, la Tigra connaîtra une carrière mondiale. Elle sortira bien sûr sous la marque Vauxhall en Grande Bretagne, mais aussi sous la marque Holden en Australie. Elle sera aussi distribuée au Mexique et au Brésil sous la marque Chevrolet (mais de façon tardive et brève, notamment au Brésil où elle ne sera distribuée que deux ans, entre 1997 et 1998). Il y aura même un projet de la produire aux Etats-Unis sous la marque Pontiac, mais qui restera au placard. Au total, 256 392 exemplaires de la Tigra seront produits, ce qui reste un score tout à fait honorable.

Tigra 03

Il manquait sans doute une version plus puissante, et peut-être un intérieur plus cossu et plus personnel pour la rendre vraiment séduisante. Elle restera sans successeur pendant près de 4 ans, avant que n’apparaisse la Tigra Twintop en 2004, produite elle en France chez Heuliez mais qui ne rencontrera pas le même succès. En 1995, Opel travaillera sur une Tigra à moteur 3 litres V6 de 210 ch, mais le projet n’aboutira pas (le proto est visible lui aussi au musée Opel). Le préparateur Irmscher présentera quant à lui une proposition de pick up sur base de Tigra qui restera un showcar de salon.

Tigra 04

Aujourd’hui, la Tigra reste dénichable comme une vulgaire occasion sur le Bon Coin national à des tarifs variables, mais souvent bas (on en trouve à partir de 1000 euros). Etrangement, elle n’est pas encore devenue une vraie youngtimer, et sa côte d’amour ne grimpe pas. A croire que les coupés dérivés de berline des années 80 et 90 souffrent tous du syndrome « Fuego ». C’est peut-être pour cela qu’il faut acheter une Tigra maintenant : les tarifs sont au plus bas, elle est représentative d’un certain style des années 90, est assez fun malgré tout, et pourrait bien voir sa côte remonter à l’instar de la Fuego justement, qu’on croyait définitivement ringardisée et qui finit par séduire les nostalgies des eighties !

 

Articles associés

6 commentaires

Benjamin Defay

Le 10/06/2015 à 22:12

Ma prof de violon en avait une avec laquelle j’ai fait pas mal de trajet quand on faisait des stages en Bretagne, et j’adorais cette voiture ! C’est d’ailleurs une des premières voitures que j’ai conduite sur des chemins de terre … C’était vraiment une très bonne voiture, elle m’a marqué surtout son design et sa vitre arrière géante qui nous faisait bien rire quand nous la passions au rouleau de lavage 🙂 Malheureusement elle a rendu l’âme l’année dernière. Pour ceux qui hésitent encore, foncez, elle devient rare !

P.S : j’aime beaucoup votre blog, j’en ai moi même un : http://www.actuautofrance.fr
Il est un peu moins spécialisé mais nous sommes 5 jeunes passionnés de 14 à 19 ans qui souhaitent pour la plupart devenir Journaliste Auto.
Une petite visite et un avis ne coûtent rien 😉
Benjamin

J2M

Le 10/06/2015 à 22:31

C’est générationnel. Il y aurait une étude à faire, voire une thèse : il faut entre 25 et 30 ans pour qu’une voiture (re)commence à intéresser :
– Il faut qu’elle ait totalement disparu,
– que le style de l’époque revienne à la mode,
– qu’elle l’incarne convenablement,
– que ceux qui étaient trop jeunes ou pas assez pourvus puissent enfin accéder à leur fantasme,
– et que le modèle ait eu une certaine notoriété (positive ou négative, peu importe).
– et et et qu’elle ne soit pas une daube à conduire (Aronde, Opel Ascona ou Ford Escort, essayez, vous comprendrez).

Donc la petite Opel, au demeurant adorable, devra donc encore attendre, comme toutes ses contemporaines, qui appartiennent pour le moment à la catégorie  » moins de 1000€ et plus de 100 000 bornes » sur le Coin-Coin.

Viendra le jour, entre 2025 et 2030, où la (fort belle) Safrane deviendra un must, où une Twingo « Orage » (violet métal) sera le fin du fin dans le 16ème, et où les Xantia et XM (déjà très intéressantes) seront inabordable, car toutes parties en Hollande (Les Bataves sont de fins Citroënistes).

Pour une M5 ou une E500, c’est déjà cuit. Pour une X-type ou une C6, c’est le moment. En essence svp.

Donc longue vie à Boîtier Rouge, sur qui je compte, à ce moment là, pour « déterrer » ce poste prémonitoire. Je vérifierai !

damston

Le 04/09/2015 à 15:46

« la Tigra faisait le job. » C’est un bel anglicisme, mais c’est vraiment pas très joli. Je suggère « remplit sa fonction » à la place, ou carrément une périphrase, puisqu’à l’arrivée, on ne sait pas ce que c’est « le job » donc ça n’apporte pas grand chose au récit en l’état.

Paul

Le 04/09/2015 à 15:51

ou alors, il s’agit de retranscrire un langage « parlé », moderne, et avec un certain style (le mien) qui ne peut pas plaire à tout le monde… Donc cette remarque n’apporte pas grand chose au schmilblick en l’état (du moins le pense-je 😉 )

Paul

Le 04/09/2015 à 15:56

Sans comparaison, ne seriez-vous pas du genre à reprocher à Baudelaire de parler de « Spleen » ? 😉

Fred

Le 17/06/2017 à 10:51

C’est une voiture sans aucune saveur autre que le look. Interieur de Corsa sans ame, train avant pitoyable et tenue de route generale sans aucun interet ne delivrant aucun plaisir.
La Ford Puma est infiniment meilleure dans tous ces domaines. Chaque virage vous donnera le sourire. Avec la Tigra cela sera plutot la dépression assuree.

Laisser un commentaire