Panther Solo : un félin moderne !

Lundi 9 mars 2015
Retour

Née sous l’égide de Robert Jankel, la marque anglaise Panther connut ses heures de gloires avec la Lima (lire aussi : Panther Lima) et la Kallista (lire aussi : Panther Kallista), des roadsters au look rétro qui rencontrèrent un certain succès outre-manche. En 1980, l’entreprise avait été rachetée par le roi de l’acier coréen Young Kim qui s’achetait certes une danseuse, mais n’amenait pas que du cash : il avait de grands projets pour sa marque.

La Solo 1, propulsion et moteur central, la sportive populaire !
La Solo 1, propulsion et moteur central, la sportive populaire !

C’est sous son impulsion qu’est né le projet Solo. L’objectif : proposer une voiture de sport abordable, une sorte de Ferrari populaire, légère, à moteur central et propulsion, et utilisant le maximum de pièces de grande série pour réduire les coûts. Young C. Kim a de grandes ambitions pour sa Solo. Il envisage une production de 1500 à 2000 exemplaires par an, pour un prix d’attaque de 10 000 £ (14 000 £ au maximum avec les options). Rien que cela.

La Solo 1, qui rentrait en concurrence avec la Toyota MR, se transformera alors en Solo 2
La Solo 1, qui rentrait en concurrence avec la Toyota MR, se transformera alors en Solo 2

Un premier prototype est présenté (que l’on nomme aujourd’hui Solo1), équipé d’un 1,6 litres Ford (celui de la Fiesta XR2i), mais dans le mêmte temps, Toyota présente sa MR (lire aussi : Toyota MR SW20) qui utilise les mêmes recettes : légèreté, moteur central, faible coût. Rapidement Kim s’aperçoit qu’il sera très difficile de lutter, et change son fusil d’épaule. La Solo 1 va se transformer en Solo 2, et changer totalement de philosophie.

La Solo 2 est plus puissante, plus lourde, et dispose d'une transmission intégrale !
La Solo 2 est plus puissante, plus lourde, et dispose d’une transmission intégrale !

Cette fois-ci, c’est le moteur de la Ford Sierra RS de 2 litres et 240 ch qui est choisi. Mieux, la Solo 2 récupère la transmission intégrale de la Sierra RS 4×4. D’une sportive populaire et bon marché, on passe à une vraie voiture de sport, perfectionnée et coûteuse. Elle crève les plafonds et s’offre à 40 000 £ soit 4 fois plus que prévu avec la Solo 1, et surtout plus chère qu’une Porsche 911. Le projet a englouti beaucoup d’argent et Young C. Kim finit par jeter l’éponge en 1989 et revendre l’entreprise au constructeur coréen Ssangyong !

1987 Panther Solo 2

La production sera tout de même lancée en 1989, et 25 exemplaires (au maximum) seront produits (seuls 19 sont recensés aujourd’hui) jusqu’en 1990, date à laquelle Ssangyong stoppe la production. L’échec de la Solo ruinera Panther, et Ssangyong cessera même la production de la Kallista en 1992. Après son rachat par Daewoo en 1999, elle revendra la marque à Robert Jankel : la boucle est bouclée.

Solo2 04

Si vous souhaitez une sportive originale et méconnue, la Panther Solo peut-être intéressante pour vous. On en trouve surtout en Grande Bretagne et en Corée du Sud, mais un exemplaire traîne en Espagne, et un autre aux Etats-Unis. Comme d’habitude, l’homologation risque d’être compliquée en France, mais elle est homologuée en Grande Bretagne (on trouve toujours un copain prêt à rendre service). A vous de voir !

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

2 commentaires

LaVoiture

Le 09/03/2015 à 12:07

C’est vrai qu’elle a des faux airs de MR, je la verrai bien garée à côté 🙂

Jérôme

Le 08/03/2016 à 21:07

Le profil de la Solo 1 et l’arrière de la Solo 2 font beaucoup penser à la RS200.

Laisser un commentaire