Patrick Peter : itinéraire d’un passionné d’anciennes

Publié le lundi 1 juillet 2019.
Retour

Le concours Art & Elégance de Chantilly arrive à sa fin. Patrick Peter, grand manitou de l’organisation s’apprête à livrer ses derniers mots au public, aux côtés de Denis Brogniart. Contrairement aux apparences, la star n’est pas celle qu’on imagine. Malgré l’exposition télévisuelle du monsieur Loyal de cet élégant événement automobile, la vraie vedette c’est bien Patrick Peter que j’attends patiemment pour un entretien. A peine son discours terminé, il est assailli d’amateurs d’automobiles désireux d’une photo, d’un petit mot, ou simplement pour féliciter l’organisateur. Il nous faudra quelques minutes pour rejoindre le havre de paix VIP et enfin pouvoir discuter sérieusement.

(c) Alexis Goure

C’est un peu par hasard que Patrick Peter et sa femme Sylviane, alors à la tête de leur agence de communication, s’orientent vers l’organisation d’événements dédiés à la voiture ancienne en reprenant l’organisation des Coupes de l’Age d’Or qui deviendront par la suite le Grand Prix de l’Age d’Or encore en vigueur aujourd’hui. Lorsque j’évoque avec lui son flair, il rigole : “tout n’a pas toujours été simple, il a fallu beaucoup de persévérance, rencontrer les bonnes personnes au bon moment”. Il poursuit alors : “depuis quelques années se développe une certaine nostalgie en général et de l’automobile en particulier, mais il a fallu aussi ne pas se décourager”.

(c) Mathieu Bonnevie

Modestement, il rappelle qu’il n’est pas le seul à avoir participé à ce mouvement : “si Marc Nicolosi et François Melcion n’avaient pas créé Rétromobile, si Hervé Poulain n’avait pas instauré les ventes aux enchères de véhicules de collection en France, les choses auraient été plus dures pour moi, ils ont eux aussi contribué à créer cet engouement”. Je lui rappelle pourtant qu’il fut souvent là au bon moment, comme en 1994 où il créait le championnat BPR (Jürgen Barth, Patrick Peter et Stéphane Ratel) sur la base du Gentleman Trophy organisé pour Venturi, mais il persiste : “là encore, il s’agit d’une question de personnes, rencontrées au bon moment, et compétentes chacune dans leur domaine”.

“si Marc Nicolosi et François Melcion n’avaient pas créé Rétromobile, si Hervé Poulain n’avait pas instauré les ventes aux enchères de véhicules de collection en France, les choses auraient été plus dures pour moi, ils ont eux aussi contribué à créer cet engouement”

(c) Alexis Goure

Aujourd’hui, Peter Auto est une grosse machine, organisant 9 événements par an de réputation internationale, notamment Le Mans Classic ou le Tour Auto Optic 2000. Patrick me précise : “Je suis quelqu’un d’exigeant et je le montre. Mes équipes le sont aussi et c’est cette exigence qui fait la réputation de nos événements”. Une réputation qui a permis à Peter Auto d’accueillir deux nouveaux actionnaires, et non des moindres : ASO (Amaury Sport Organisation, qui organise notamment le Tour de France) et l’ACO (l’Automobile Club de l’Ouest). Une manière aussi de prendre un peu de recul pour Patrick Peter.

(c) Alexis Goure

Interrogé sur sa passion pour l’automobile, il reste là encore modeste : “j’avais la passion de l’automobile comme tous les petits garçons de ma génération, et la voiture représentait pour nous la liberté. A 17 ans, je comptais les jours qu’il me restait avant d’obtenir mon papier rose tandis qu’en attendant je massacrais des Vélosolex pour comprendre la mécanique. Et puis, on avait la passion de la course. Ce n’est qu’au fur et à mesure que j’ai acquis une culture automobile, bien après”.

« A 17 ans, je comptais les jours qu’il me restait avant d’obtenir mon papier rose tandis qu’en attendant je massacrais des Vélosolex pour comprendre la mécanique ».

Notre conversation dérive vers l’automobile d’aujourd’hui. A Chantilly, 9 constructeurs ont fait confiance à Patrick Peter en participant à l’événement mélangeant gammes actuelles, concept-cars et véhicules anciens. Il est d’abord un peu vindicatif : “le véhicule électrique n’est pas la solution unique et on a tort de plonger uniquement dans cette direction. Les politiques nous imposent des trucs sans avoir le recul nécessaire, et les constructeurs commencent à s’en rendre compte, les médias aussi qui se rendent peu à peu compte que l’électricité n’est pas la panacée mais l’une des solutions parmi d’autres”.

(c) Alexis Goure

Je l’interroge alors sur sa vision de l’automobile ancienne. Sa réponse est pleine de bon sens : “je suis très confiant car la voiture telle qu’on la connaît aujourd’hui ne servira plus à rien, et c’est ce qui la préservera. Regardez, cela fait longtemps que les bateaux à voiles ont été remplacés par des immenses cargos. Pourtant, le marché du nautisme de loisir est un énorme marché, notamment pour les voiliers. Pareil pour le cheval qui n’a plus d’utilité agricole ni de transport alors que l’équitation ne s’est jamais aussi bien portée”.

« Je suis très confiant car la voiture telle qu’on la connaît aujourd’hui ne servira plus à rien, et c’est ce qui la préservera ».

La démonstration est intéressante, mais Patrick Peter est malin comme un singe. Pour appuyer son propos, il me cite un dernier exemple lui permettant de placer habilement son principal sponsor du jour : “Regardez Richard Mille : une montre aujourd’hui, cela ne sert à rien. Pour avoir l’heure, se chronométrer, on a tous notre portable. Malgré cela, le marché de l’horlogerie ne s’est jamais aussi bien porté et certains sont prêts à débourser des fortunes pour une belle mécanique, une montre de précision ou un collector”.

(c) Mathieu Bonnevie

Il est temps de quitter Patrick qui le dit lui-même : il dormira bien ce soir. “Désolé, j’ai mal aux pieds, j’enlève mes chaussures”. Nous finissons nos coupes de champagne et je m’éclipse, tandis que Patrick se fait alpaguer par un nouveau fan. Sa journée n’est finalement pas terminée.

Crédit photo : Mathieu Bonnevie, Alexis Goure

Articles associés

Soyez le premier à commenter cet article

Aucun commentaire

Laisser un commentaire