Peugeot 104 Sundgau : pour les amateurs avertis

Publié le mercredi 5 juillet 2017.
Mis à jour le lundi 8 octobre 2018.
Retour

Aujourd’hui, je suis débordé. Ce sera donc un article court, mais pas moins surprenant, car dans la famille Peugeot 104, j’ai trouvé la perle rare : la 104 Sundgau.

Bien sûr, je vous avais déjà parlé de versions rares de la 104, celle de Madame Peugeot réalisée par Chapron par exemple (lire aussi : la 104 ZS de Madame Peugeot), celle découvrable du petit constructeur Sovra (lire aussi : 104 LM5 Sovra), ou bien cette ZS2 dotée d’un kit Arvor (lire aussi : 104 Arvor). Mais ces versions seront bien difficile à trouver, et vous coûteront les yeux de la tête.

Dans le même temps, la cote de la petite sportive ZS et de sa sœur encore plus méchante ZS2 commence à s’envoler, et finalement, vous resterez très mainstream (lire aussi : 104 ZS et ZS2). Non, ce qu’il faut à un lecteur de Boîtier Rouge, c’est un truc de connaisseur, un truc « différent » et presque accessible. Mieux, il faut pouvoir transporter ses enfants sans encombre, et surtout, surprendre le profane tout en inspirant le respect aux connaisseurs. Pour cela, il vous faut la 104 Sungdau.

Sundgau ? Une région du sud de l’Alsace, proche de Belfort et des fiefs de Peugeot. Oui, la première fois que j’en ai entendu parlé, j’ai cru que c’était une série limitée destinée à l’Allemagne, mais non, il s’agit bien d’un modèle exclusif à la France. Et pour tout dire, il s’agit là du premier modèle Peugeot produit en « série spéciale », ou « série limitée », au choix. Jusqu’alors, la marque au Lion ne s’était jamais abaissée à cela. Il faut croire que le rachat de Citroën lui donna des idées.

Mais quelle est la particularité de la Sundgau ? Résumons : y’a les kéké, les démonstratifs, les fiers à bras, qui opteront pour les ZS ou ZS2… Et puis y’a les coquins, les camouflards, les anguilles, comme moi, qui aiment bien avoir un truc qui ne paie pas de mine, mais qui mine de rien, s’en sort pas mal. La Sundgau répond à cette deuxième catégorie. Il s’agit tout bêtement d’une 104 4 portes, une GL (lire aussi : l’histoire de la Peugot 104), dotée d’un intérieur spécifique (souvent orange) et d’une teinte grise, dans laquelle on intégra un moteur de ZS : 66 chevaux tirés du petit 1.1 litre.

Bon ok, je l’avoue, la 104S paraîtra un peu plus d’un an plus tard, avec le nouveau 1.3 de 72 chevaux, mais la Sundgau, c’est plus classe, c’est plus rare : 1200 exemplaires seulement pour la France, et rien que pour la France. Donc les gars, pour 6 ch d’écart, vaut mieux opter pour la pépite (même si la 104S, pour l’avoir connue avec mon oncle, c’était sympa aussi dans sa couleur bleue à bandes blanches!).

Vous savez maintenant ce qu’il faut chercher, bon après midi.

Merci à Fred, mon ami rédac’ chef de The Automobilist pour les photos de l’intérieur The Automobilist

Articles associés

10 commentaires

philippe

Le 05/07/2017 à 17:18

Ajoutons que cette série a été créée pour fêter les 15 ans de l’usine de Mulhouse, le Sundgau se situant à la limite sud de Mulhouse bordé au Nord Ouest par le Territoire de Belfort (issu d’une partition de l’Alsace après la guerre de 1870), la Suisse à l’Ouest et au Sud avec le Jura (le Sundgau comprend le Jura alsacien), la plaine du Rhin à l’Est autour de St Louis – autre usine Peugeot.

ami837

Le 05/07/2017 à 21:48

Bonjour perso j’ai hérité il y a qq année de la 104 Gr de mon grand père, hélas revendue depuis elle avait des sièges en vrai tweed (ça gratte l’été en short) avec rappel sur les contres portes et le tout assortis au bleu Cascade de la peinture métallisée vernis, appuis tête avant, moquette, économétre, vitres teintées électrique, chrome autour de toutes les vitres et vrai montre à quartz à aiguilles. Série spéciale qui ne dit pas son nom, options one shot ? J’ai beau éplucher les annonces impossible de retrouver ce modèle. Si vous avez des renseignements. …

Philippe

Le 05/07/2017 à 21:55

Le tweed était en série à l’époque sur les GR et ZR puis « style Z » et certaines finitions de 305.

serge blandin

Le 06/07/2017 à 10:19

souvenir d’une escapade sur les petites routes en forêt noire ( je faisais mon service militaire à Strasbourg ) avec la Sundgau neuve de ma sœur : mécanique pétillante , mais sensation de nettement moins de rigueur chassis à comparer avec le ZS ( suspensions plus souples ? ) et surtout des freins complètement dépassés ( alors qu’un ZS était parfait là aussi ! )

Amaury de Dreuille

Le 06/07/2017 à 22:14

J’ai eu une 104 ZS, c’était une sacrée voiture, ensuite une Autobianchi Abarth sympa sauf que je n’avais que la boite 4 et des soucis à 30 000 Km, je réagis sur cet article VS la Renault 5 , sympa mais pas au niveau des deux modèles cités, la seule R5 qui à mon avis était attractive la première R5 Alpine avec turbo sortie en 1980 ou 1981, j’ai un doute sur l’année de sortie

Xavier

Le 06/07/2017 à 22:30

Introuvable !! J’en cherche une depuis bien longtemps!! Je suis bien évidement du Sundgau ^^

Lelillois

Le 07/07/2017 à 11:52

La Mère de ma « Marraine » en posséda une sur Lens. Cette Auto en excellent état a terminé sa vie en PAC « Balladurette » contre une insipide 106 1.1 XN. Regrets éternels …

Guillaume A

Le 09/07/2017 à 15:40

Cette 104 fait partie de mes 1ersouvenirs automobile (avec la Lada 2102 de mon grand-père), puisque c’était la voiture de mes parents de mes 0 à 6 ans.
J’avais déjà l’oeil, car j’avais bien remarqué qu’elle n’était pas comme les autres 104 :
– Ses roues bizarres que je voyais parfois sur d’autre modèle, avec au milieu le même logo que sur les balles de tennis de mon père (!?!)
– Ses bandes latérales noires
– Les 104 qui avait le même avant n’avait pas le même arrière, et inversement
– Les sièges oranges rayés
Mes parents m’avaient dit que c’était une série spéciale, mais je n’en n’avais pas retrouvé trace avant cet article. Il s’agissait, si leur mémoire est bonne du numéro 147 (pas de photo pour confirmer malheureusement)
Elle a été remplacée par une monture beaucoup moins BR : une Renault 5 GTL.
Le garage qui la reprise l’a repeinte en gris uni (elle était attaquée par la rouille) et avait remplacé les jantes alu Dunlop par des jantes en tôle.
Si elle existe encore, elle n’est donc plus dans sa configuration d’origine.

Marc

Le 04/08/2019 à 22:07

Ceci est ma voiture, et je ne pense pas avoir donné à quiconque le droit de publier ces photos !

Paul

Le 04/08/2019 à 22:35

Bonjour Marc, cet article date un peu, et effectivement il y avait peut de photos permettant un article. Je comprends que cela vous embête et je vous propose d’en parler par mail (paul@carjager.com) afin soit de les retirer, soit d’en discuter.

Laisser un commentaire