Peugeot 205 Multi et F : les raretés de l’utilitaire

Mardi 1 mai 2018
Retour

Il y a des destins contre lesquels on ne peut rien : il était écrit que la Citroën Visa végéterait sur le marché des véhicules particuliers, tandis que sa version utilitaire C15 (lire aussi : Citroën C15) s’offrirait une carrière à rallonge ; de même, il était évident que la Peugeot 205 écraserait la concurrence, alors que ses versions utilitaires, la 205 Multi puis 205 F, ne feraient que de la figuration. On ne peut pas être bon partout !

Peugeot envisagea un temps d’offrir une version Peugeot du C15, sans suite

Aujourd’hui, il est acté que Citroën comme Peugeot disposent dans leurs gammes d’un petit utilitaire : Berlingo pour les chevrons, Partner pour le Lion (qui se nomme aujourd’hui Rifter pour sa version pour particuliers), deux véhicules que nous allons essayer en juin prochain. Mais au début des années 80, l’heure est encore à la spécialisation, et c’est à Citroën que revient l’honneur d’offrir au monde des professionnels son increvable C15 à partir de 1984 après une longue genèse. Après avoir un temps étudié une version Peugeot (lire aussi : la genèse du C15), il fut décidé de laisser à Citroën l’exclusivité de ce modèle avec le succès que l’on connaît aujourd’hui.

De toute façon, Peugeot était concentré sur le lancement crucial de la Peugeot 205, arme de la dernière chance, et semblait tout à fait disposé à laisser le champs libre à sa marque sœur. La 205 n’en délaisse pas pour autant le marché des professionnels : en 1985 apparaissent les versions 3 portes de la petite berline, et accessoirement ses versions commerciales XA et XAD. Des versions qui vont devenir les donneuses d’un utilitaire 205 de plus grande capacité, la 205 Multi.

L’idée de la 205 Multi est originale : offrir une plus grande capacité de chargement que les 205 3 portes commerciales, sans concurrencer le C15 de plus grande taille, et pour un coût relativement peu élevé. Deux carrossiers vont se partager le marché, Gruau et Durisotti, mais c’est ce dernier, sur son site, qui revendique la paternité de la Multi (voir le site de Durisotti), précisant qu’il doit « malheureusement accepter de partager la fabrication de son modèle avec un autre carrossier ».

Ce qui est sûr, c’est qu’en travaillant avec des carrossiers, Peugeot savait qu’il s’agissait d’un petit marché. Je soupçonne d’ailleurs le Lion d’avoir accepté le lancement de cette carrosserie pour soutenir des entreprises travaillant pour lui de longue date. Durisotti, par exemple, s’occupait de transformer les utilitaires J5 ou C25 pour toutes sortes d’activité, et notamment les J5 de la Police Nationale.

C’est donc le 10 septembre 1985 qu’est lancée la commercialisation des Multi dans les usines Gruau d’un côté et Durisotti de l’autre. Les modifications sont simples et ingénieuses : on découpe au milieu du toit, on rajoute un peu de polyester pour augmenter le volume utile par le haut, et on lui offre un hayon vitré. Grâce à cela, on pouvait conserver les feux arrières et le pare-choc d’origine, et les transformations se limitaient à un peu de disqueuse, de soudure (notamment de l’arceau) et de travail du polyester. Les voitures étaient prélevées sur les chaînes de Peugeot puis modifier à Laval (Gruau) ou Sallaumines (Durisotti).

Si l’essentiel des Multi s’équipent soit d’un moteur essence XW7 (1124 cm3, 50 chevaux) ou Diesel XUD7 (1760 cm3, 60 chevaux), les choses vont changer en 1989 : le Multi reçoit un nouvel ensemble en polyester, redessiné pour partir du haut du pare-brise de la 205, devenant alors « Multi Evolution ». A cette occasion, il devient possible non seulement de partir de n’importe quelle base 3 portes (hormis la GTI) : mieux, on peut même demander la transformation sur la base d’une automobile d’occasion.

Produite de 1985 à 1992, la 205 Multi est plutôt rare : Gruau en assemblera 2500 exemplaires, tandis que Durisotti en revendique 6000, soit un total de 8500 exemplaires ! En 1993, devançant la politique du duo Partner/Berlingo, Peugeot va demander à Durisotti d’assembler une 205 calquée sur la Citroën C15 (dont elle reprend les portes arrières), appelée 205 F. Cette fois-ci, le travail est plus important, partant d’une base de 5 portes rallongée. La méthode appliquée est la même que celle du C15 : l’avant reste « commun » avec le modèle donneur, mais l’arrière devient spécifique avec un vrai espace de chargement. Lancée en mai 1993, après seulement 2 mois d’études, elle sera commercialisée jusqu’en mai 1996, avant d’être remplacée par le Partner fabriqué, lui, par Peugeot sur une base spécifique partagée avec le Citroën Berlingo.

Il faut croire que la 205 F répondait à une réelle demande de « Peugeotistes » convaincus, qui désiraient « leur » utilitaire 205, et non un C15 : en 4 ans, il s’en vendra plus que de Multi en 8 ans, avec 13 957 exemplaires. Avec un peu plus de 22 000 exemplaires Multi et F confondus, les versions « camionnettes » de Peugeot n’arrivent pas à la cheville des presque 1,2 millions de C15 fabriqués. Cela en fait de véritables collectors, surtout dans l’originale version Multi, la version F étant d’une affligeant banalité. S’offrir une rareté pour des clopinettes, ça n’a pas de prix !

En savoir plus : Les 205 du Sud

Articles associés

41 commentaires

Nom haha

Le 01/05/2018 à 11:22

Sans la 305 break fourgonnette à la même époque (un 305 break 3 portes complètement tôlé).

Cette 205 multi c’est un peu le lointain parent du nemo/bipper actuel

Nom haha

Le 01/05/2018 à 11:30

Sans oublier* désolé un mot s’est barré

L'abbé Nedictine

Le 01/05/2018 à 11:58

305 break fourgonnette tôlé mais aussi vitrée avec barre métallique de renfort sur la dernière vitre…j en croisai un exemplaire régulièrement (un p’tit papy à son bord) …repéré dernièrement aussi une 205 Xad multi….en pensant que je l avais jamais encore vu dans boîtier rouge….plus maintenant !

24heures

Le 01/05/2018 à 13:05

Seulement 2 mois d’étude pour la F? Autres temps, autres mœurs…

Le « F » a t’il été donné en nom de baptême en référence aux Simca VF? Car le concept est très proche…

Une GTI (allez, soyons fous : une Griffe) en Multi serait terriblement BR…

peu importe

Le 01/05/2018 à 15:56

Beaucoup de grosses fautes dans cet article, c’est dommage ça m’a gâché l’habituel plaisir que j’ai à vous lire…

Belingo pour les chevrons,

laisser le champs libre

le marché des professionnel :

à un peu de disqueuses,

prélevées sur les chaînes de Peugeot puis modifier

commercialisée jusqu’en mai 1996, avant d’être remplacer

les versions « camionnettes » de Peugeot n’arrive pas

la version F étant d’une affligeant banalité.

Jota

Le 01/05/2018 à 16:51

Désolé mais c’est pas forcément mieux en vous lisant.
Pas plus tard que la semaine dernière j’en ai vu une en état correct et dieu sait si cela faisait longtemps que je n’en avait pas vu.
Dans les 90’s un oncle de mon père qui avait une petite entreprise forestière ne jurait que par les Multi (dont vous m’avez rappelé le nom il y a peu) et autres XAD commerciales. Il y en avait partout sur la propriété!

peu importe

Le 01/05/2018 à 18:23

« Désolé mais c’est pas forcément mieux en vous lisant. »

J’ai repris les phrases sans corriger les fautes, je pensais que c’était évident…pas pour tout le monde apparemment…

Paul

Le 01/05/2018 à 18:52

non, votre propre faute, sur la dernière phrase de votre post 😉

peu importe

Le 01/05/2018 à 19:17

Mais…LOOOOOOL cette phrase comme les autres est dans votre article : « Cela en fait de véritables collectors, surtout dans l’originale version Multi, la version F étant d’une affligeant banalité »

Paul

Le 01/05/2018 à 19:36

ce que j’ai convenu un peu plus haut… qui est le plus lol de l’autre ? 😉

Paul

Le 01/05/2018 à 17:34

oh, bah, c’est un premier mai… merci d’en faire autant avant de corriger… non mais bon, j’ai pas un SR de 30 personnes comme ailleurs, avec des fautes qui passent quand même : tiens rien que pour vous embêter, de je vais même pas les corriger, et mettre en lien ce commentaire au prochain qui me le reprochera : les fautes de frappes, de relecture (si vous écrivez, vous savez donc qu’à force vous ne voyez même plus vos propres fautes), les fautes d’accord (parce que je jongle aussi pour écrire de l’anglais au français, du charabia ailleurs (pire que chez moi donc) jusqu’au totalement incompréhensible… En bref s’il y a quelques fautes, elles sont inévitables et corrigées dans le temps, cela reste lisible. Enfin, il y a la manière de le dire : j’ai de nombreux lecteurs qui, délicatement, me le font savoir (ce que j’essaie de corriger asap)… Il semble que vous ayez des choses à me reprocher, ce qui expliquerait sans doute vos propos 😉

molodoï

Le 09/05/2018 à 14:08

Bonjour à tous,
Je lis ce blog depuis deux ans. J’ai, comme d’autres, noté un nombre important de coquilles, de fautes d’orthographe et de grammaire sur beaucoup de billets.
Pour les coquilles, (faute de frappe, il manque un mot ou une lettre, un invesrion de lettres), cela peut passer inaperçu du rédacteur. Le correcteur d’orthographe peut parfois laisser passer ce genre de choses.
Là où cela devient problématique, c’est que cela s’ajoute à nombre de fautes qui ne sont pas de l’ordre de la faute de frappe. Ne pas savoir conjuguer un participe passé, cela laisse à pensé que l’internaute se retrouve sur un skyblog tenu par un adolescent. Quand je lis tes réponses à ceux qui t’en font le reproche, j’y vois parfois de la suffisance (mais ce n’est que mon avis). L’image de sérieux en prend un coup sur la carrosserie.
Que ce texte ait été écrit un premier mai ne change rien à la chose. Paul, tu peux très bien prendre quelques heures pour relire et corriger, ou faire corriger. Les internautes ayant patienté deux semaines ne se seraient pas offusqués d’avoir attendu une journée supplémentaire pour avoir un texte irréprochable. Donc l’excuse ‘ je travaille un jour férié, donc, c’est pas grave’ n’est pas recevable, car tu n’es pas tenu par des délais d’impression pour le blog. L’image de sérieux a la carrosserie qui commence à rouiller.
Alors c’est vrai, ce blog est gratuit, et si pubs il y a, elles ne sont pas envahissantes. C’est vrai que les publications sont nombreuses et globalement régulières.
J’ai déjà proposé mes services de relecture, sans réponse. C’est ton choix, et je ne peux t’en blâmer.
Mais je ne sais pas ce qui est pire : que les lecteurs râlent, ou qu’ils s’esclaffent.
Ah si, j’ai mon idée : qu’ils fassent les deux, sur les réseaux sociaux, au point que ton image et/ou celle de BR en pâtisse.

Ed

Le 14/05/2018 à 15:24

Critiquer Paul sur ses fautes et en faire autant, je trouve ça risible !
Deux belles fautes pour le plaisir :
– « un invesrion de lettres »,
– « ne pas savoir conjuguer un participer passé laisse à pensé » : bravo

molodoï

Le 15/05/2018 à 09:52

Il ne vous est pas venu à l’esprit qu’inverser les lettres dans le mot inversion était une facétie, tout comme commettre une faute de passé composé dans une phrase portant sur le fait de faire une faute de passé composé.

Une petite pointe d’humour que ne renierait pas un gentleman driver.

Détendez-vous, et immergez-vous avec délice dans le second degré.

Paul

Le 01/05/2018 à 17:45

« d’une affligeant banalité » >>> seriez vous atteint, comme moi, du syndrome de la faute de frappe ?

Paul

Le 01/05/2018 à 17:46

sur si peu de ligne, c’est dommage 😉

Paul

Le 01/05/2018 à 18:02

en fait, je pense que vous êtes frustré : 8 fautes sur un articles de plus de 5000 signes, c’est tout de même largement supérieur à la moyenne, surtout que vous en faites une en moins de 100 signes 😉

peu importe

Le 01/05/2018 à 18:55

Et ben 5 réponses…vous voilà tout vexé !

« merci d’en faire autant avant de corriger » : j’ai beau relire ma seule phrase, je n’y trouve pas de faute…quelle est-elle ?

« il y a la manière de le dire » : j’ai pourtant pris soin de préciser mon « habituel plaisir à vous lire » avant de lister les fautes, vous êtes bien susceptible…comment font vos lecteurs pour le faire plus « délicatement » ?

« Il semble que vous ayez des choses à me reprocher, ce qui expliquerait sans doute vos propos » : ??? mes propos ? Quels propos ? Vous signaler des fautes en précisant que j’ai plaisir à vous lire vous laisse penser que j’ai des choses à vous reprocher ? Ce n’est plus de la susceptibilité, c’est de la paranoïa !

« d’une affligeant banalité » >>> seriez vous atteint, comme moi, du syndrome de la faute de frappe ? : euh…encore, j’ai listé vos fautes sans les corriger…une banalité affligeantE…

« en fait, je pense que vous êtes frustré » : mais quel rapport ? frustré par quoi ?!?

« surtout que vous en faites une en moins de 100 signes » : encore : j’ai beau relire ma seule phrase, je n’y trouve pas de faute…quelle est-elle ?

Paul

Le 01/05/2018 à 18:56

votre dernière phrase oublie un e, ce qui en si peu de lignes (dont mes fautes à moi) prouve que cela peut arriver… 😉 CQFD

Paul

Le 01/05/2018 à 18:59

au temps pour moi c’était une de mes fautes, cela dit je réitère la question : pourquoi prendre autant de temps pour corriger 5 à 8 fautes visiblement de frappe et/ou d’inattention (qui sont corrigées généralement par la suite) à moins de vouloir chercher la petite bête ? D’où ma question : vous vous embêtez ?
Amitiés 😉

peu importe

Le 01/05/2018 à 19:56

Je ne m’embête pas au contraire, merci. 2 mn pour faire des copier/coller et envoyer un message, pour moi c’est peu de temps.

Je vous répond volontiers : selon moi, c’est la moindre des choses, la base, de limiter les fautes quand on est rédacteur/journaliste. La forme comme le fond est importante parce qu’avant la passion automobile, le Français nous unit tous, nous permet d’échanger et de nous comprendre. Publier sans faute, c’est faire preuve de crédibilité et de compétence, c’est faire preuve de respect envers vos lecteurs et c’est gagner le leur.

Sebring

Le 01/05/2018 à 17:49

Bravo et merci Paul!
Boitier Rouge et sans aucun doute le meilleur blog auto. Qui d’autre peut vous parler pratiquement simultanément de la 205 Multi, de la Spyker Peking to Paris et de vous proposer un comparatif entre une Fiesta XR2 et sa version moderne? Personne. Et personne ne le fait avec autant de passion communicative.
Un bémol cependant: certains lecteurs se focalisent sur quelques fautes d’orthographe et font des reproches à un type qui bosse dur pour nous émerveiller et nous faire découvrir des pépites de notre passion commune. Et bien moi ils m’emmerdent grave! Ces enculeurs de mouche ne sont absolument pas obligés de lire, de commenter et de dévaloriser le travail passionné de l’équipe de Boitier Rouge. Merci de vous abstenir et de laisser de l’espace aux réactions qui sont au niveau des articles de Boitier Rouge.

Paul

Le 01/05/2018 à 17:55

surtout que bon, si j’en juge par les reproches fait ci dessus, il semblerait qu’on rentre dans l’anecdotique, la faute de frappe, la relecture imparfaite, l’enthousiasme de publier, plus qu’autre chose. Nos fautes sont visibles, sont corrigées au fur et à mesure puisque sans SR, il est difficile de tenir un rythme quotidien (qui repousserait chaque article aux calendes grecques). Bref, on trouvera toujours à redire sur BR, ou moi en particulier, ce qui vaut mieux que ne rien en dire, avouons le… En attendant, c’est lisible, j’espère amusant, parfois inégal, c’est vrai, on est pas toujours en forme. Et il arrive aussi que des fautes se glissent (notamment un premier mai, hein, faut croire que certains font véritablement le pont, pas moi). J’ai pris deux semaines de vacances, pour la première fois depuis 4 ans, sans connexion, sans internet, sans me soucier de ce qu’on en disait : je vous le conseille à tous ahaha… en attendant, Fuck 😉 (je dis pas ça pour toi Sebring, au contraire, tu sembles le comprendre) 😉

Docteur_Oliv

Le 01/05/2018 à 18:23

Paul, je suis rassuré !!
Explication : Depuis 2 semaines la Messagerie de La Poste a un fonctionnement erratique (Attention aux fautes…) et donc beaucoup de Messages NON Reçus et probablement perdus ! En conclusion tes vacances me rassurent J’AI RIEN LOUPé !

Paul

Le 01/05/2018 à 18:53

non, tout était normal, deux semaines de vacances (en France hein, La Baule) dans une maison sans connexion et mon Dieu que cela fait du bien 😉

24heures

Le 01/05/2018 à 19:42

Félicitations pour ta « prolixité » du retour… Il ne s’est rien passé pendant 2 semaines mais au retour quel feu d’artifice!

Paul

Le 01/05/2018 à 19:44

avec, apparemment, beaucoup de fautes d’orthographe ahahaha… Le feu d’artifice n’est pas terminé 😉

peu importe

Le 01/05/2018 à 19:09

Je ne me « focalise » pas sur quelques fautes d’orthographe, je ne fait que les signaler en prenant soin, encore, de dire mon « habituel plaisir à vous lire ».

Je ne dévalorise en rien le travail de BR, je ne suis pas obligé de lire et commenter mais j’ai le droit de le faire, et je m’abstiens si je veux. Merci de ne pas décider ce qui est du niveau de BR ou pas, moi aussi je vous emmerde et c’est vous plutôt que des mouches que j’enc… et avec du gravier 😀

Paul

Le 01/05/2018 à 19:12

hum… admettons que « rien ne vous obligeant de me lire », rien ne m’oblige à accepter ce que vous ne signaleriez pas au Monde ou au Figaro, considérant leur gros Secrétariat de Rédaction. Donc, pour poursuivre mon raisonnement, s’il s’agit juste de compter mes fautes d’orthographes, qui encule les mouches (avec ou sans gravier ?) 😉

peu importe

Le 01/05/2018 à 20:14

Justement, je signale les fautes autant sur les publications de grands médias que sur les blogs de passionnés, et je suis loin d’être le seul. Il y a de nombreux médias qui en comprennent l’importance, qui proposent des rubriques ou des liens pour signaler une faute et qui corrigent et vous remercient quand vous le faites.
Je n’ai pas compté vos fautes, je vous les ai signalées. Vous n’êtes obligés de rien, mais vous avez tout à gagner à prendre en compte les retours de vos lecteurs plutôt que d’essayer de leur démontrer que vous vous foutez d’eux.

Paul

Le 01/05/2018 à 20:24

Ah ? libre à vous après tout… moi je n’ai pas le temps… et si vous lisiez à rebours, vous verriez que je corrige après coup, car je maintiens que 8 fautes (j’en ai vu plus, mais je le cache ahhah) sur 7000 signes, sans SR, hein… j’attends vos textes avec impatience 😉

Guilhem

Le 01/05/2018 à 20:45

Au fait, il paraîtrait selon vous que le Français nous unit. La question que je pose est la suivante, de qui s’agit-il ? Ah ! Vous vouliez dire le français (la langue, avec f minuscule) ! Pardon, en ce premier mai, vous ne vous êtes pas relu et avez laissé passer cette faute…

Jota

Le 01/05/2018 à 21:12

C’est exactement cela qu’il faut retenir. Et pourtant je fais la chasse aux fautes de français tous les jours (avec mes gosses 🙂 ).
On a déjà la chance de bénéficier d’un blog entièrement gratuit à la publication riche et éclectique, faisons fi des remontrances des profs de français je pense que nous les avons assez vécues par le passé.

Philippe T.

Le 02/05/2018 à 06:33

J’avais complètement oublié le Multi et ses fausses ouïes d’extraction d’air façon GTI à l’arrière Merci Paul ! Quand au F j’en croisé un une fois et j’ai cru au premier coup d’oeil que c’était l’oeuvre plus ou moins bricolée d’un adepte du C15 (on sait tous que le C15 est une secte) 😉

Tofes

Le 02/05/2018 à 21:39

Cé vrai kil peu y avoire des fôtes de Français, mets peut importe, l’essenciel ces que l’appassion automobobile nous zunisse.
Longue vie à BR!

Whealer

Le 04/05/2018 à 02:26

Ne t’emmerde pas Paul, le quidam soulignant des défauts de forme, met en exergue un vide intersidéral sur le fond…
Bref, la 205 Multi doit sa création en effet à Durisotti : Fort du succès commercial de cette version notamment grâce à sa force de vente performante, Durisotti a été contraint et forcé de partager le gâteau avec Gruau. En cas de refus, certains marchés à la Défense ou encore à l’Intérieur pourront lui être fermés. Durisotti accepte bon gré mal gré le partage, frôlant même le dépôt de bilan dans les quelques années qui suivent, alors que cette innovation avait pour but de remettre l’entreprise à flot…
Pour trouver des explications factuelles, faudrait-il creuser du côté de Gruau et les connexions des dirigeants de l’époque ? Rien n’est moins sûr…

Richard

Le 06/05/2018 à 09:46

Les secrétaires dactylo et les profs de français, ont aussi le droit d apprécier boitier rouge. Ok ils ne peuvent pas s empêcher de ramener leur science, mais c’est avec l esprit de faire avancer le schmilblick et de redorer le blason du français, qui en a bien besoin sa race wesh gros tu le sais.

Laisser un commentaire