Peugeot 205 Roland Garros : l’accord parfait !

Mercredi 13 mai 2015
Retour

Il est rare qu’une série spéciale en association avec une marque devienne collector. Mais il y a parfois des exceptions, comme le confirme le partenariat entre Peugeot et les Internationaux de France de Roland Garros. Pour une fois, les marketeurs avaient eu du flair, en associant la dynamique 205, qui avait sauvé Peugeot, au nom mythique de Roland Garros, créant ainsi le modèle « luxueux » de la gamme en attendant la 205 Gentry (lire aussi : Peugeot 205 Gentry). Avec la Roland Garros, Peugeot apportait une réponse originale à la Supercinq Baccara lancée par Renault en 1988.

La 205 Lacoste, première incursion de Peugeot dans le monde du tennis !
La 205 Lacoste, première incursion de Peugeot dans le monde du tennis, mais aussi du Golf !

C’est en 1983 que Yannick Noah remporte Roland Garros, créant un vrai engouement autour de l’événement auprès du public français qui, chaque année, espère alors que le miracle se répétera. Conscient du potentiel du tournoi, Peugeot devient l’un des sponsors officiels en 1984. L’image du tennis est idéale et colle parfaitement à Peugeot : ni trop populaire (comme le foot), ni trop haut de gamme (comme le golf), le tennis a une image bourgeoise assez proche de celle de Peugeot. Bien que sauvée par un modèle populaire (la 205), la marque ne voulait sans doute pas trop dépendre de marchés à faible marge, et entamait sa remontée en gamme (les Gti, la 405 puis la 605). Une première série spéciale tentera de flirter avec l’image du tennis sous le nom de 205 Lacoste entre 1984 et 1986, en partenariat avec le célèbre chemisier (24 000 exemplaires au total).

RG 07

Mais Peugeot veut plus encore : non seulement bénéficier de l’image positive du tennis, mais aussi de celle de Roland Garros, encore plus glamour, très parisienne et tellement française ! En outre, la marque sochalienne a bien vu la pertinence d’un petit véhicule urbain haut de gamme notamment chez son concurrent Renault avec la gamme Baccara. Principal sponsor, c’est tout naturellement qu’un accord va se nouer entre le constructeur et le tournoi. Pas d’échange de cash dans l’accord, mais juste un échange d’image, avec le droit pour Peugeot d’utiliser le nom, et l’intérêt pour Roland Garros de profiter de la force de frappe publicitaire d’un grand constructeur automobile.

RG 04

C’est en mai 1989 que paraît la 1ère série de 205 siglée du tournoi parisien qui débute peu après. Ce sont 3550 exemplaires d’une berline 3 portes, dérivée de la XS, avec son moteur 1,4 litres de 85 chevaux, sa sellerie cuir/tissus spécifique, ainsi que ses décorations extérieures et sa peinture verte, qui seront mis à la vente. Le succès est immédiat ! L’année suivante, on lance donc une deuxième série de 6000 exemplaires à partir de mars 90 ! Mais la grande nouveauté, c’est que 1000 exemplaires seront des cabriolets.

RG 02

Dès lors, même s’il sera moins produit que les berlines, c’est le cabriolet 205 Roland Garros qui reste dans les mémoires, notamment grâce à sa capote électrique blanche du plus bel effet (lire aussi : 205 Cabriolet) ! Pourquoi alors s’arrêter en si bon chemin. En 1991, ce sont 4000 exemplaires (dont 1500 cabriolets) qui sont proposés aux clients. Cette même année, Peugeot présente aussi une version Roland Garros de la 405 Break, devenue ultra rare aujourd’hui. A partir de 1992 et jusqu’en 1993, on ne connaît plus les chiffres de production, la « Roland Garros » devenant une finition plus qu’une série spéciale. En 1992, la berline 5 portes fait une courte apparition, puisqu’en 1993 ne sera plus proposé que le cabriolet. On peut donc imaginer qu’elle est très rare aujourd’hui. La 205 est en fin de carrière, et c’est la 106 qui prend le relais cette année là pour proposer une citadine berline chic et mode.

RG 05

A partir de là, Peugeot ne va cesser de faire perdurer la griffe « Roland Garros » sur un maximum de modèle, preuve s’il en était de la pertinence de ce partenariat : 106, 206, 306, 406, 806, puis les modèles 7 et enfin 8 aujourd’hui. Rarement une association entre une marque automobile et une marque « de sport » aura été aussi longue, fructueuse et valorisante. Sans doute était-ce du à l’alchimie d’une excellente voiture, la 205, et d’une marque finalement peu commerciale (il ne s’agit pas d’une chemise ou d’une planche à voile), porteuse de valeur positive tout en restant haut de gamme ? Car Roland Garros c’est cela : le sport, le luxe, Paris, la France, tout en restant accessible et populaire, le genre de quadrature du cercle difficile à atteindre d’ordinaire. Bravo à Peugeot d’avoir été visionnaire et aux Internationaux de France d’avoir été fidèles.

A voir, cela vous rappellera des souvenirs:

 

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

4 commentaires

tom

Le 14/05/2015 à 20:41

Bonjour. La 205 Lacoste première incursion dans le monde du tennis ? Plutôt du ‘golf’ non ? 🙂 vu les 3 personnes derrière . amicalement

tom

Le 14/05/2015 à 20:47

Ou peut être juste dans le monde du sport en fait

Alan Each

Le 15/05/2015 à 12:28

Sur certains marché à l’export, la RG était baptisée « French Open ».
A partir de 1993 et l’obligation de « dépolluer » les moteurs essence, elle a été équipée d’un moteur XU 1,6l injection de 90ch, nécessitant un capot à bosse mais aussi sur certains marchés d’un TU 1,4l i 75ch, plus placide… (Les jantes, empruntées à la 106 XT, et le tissus de sellerie de ces derniers modèles sont différents)

Sam

Le 10/03/2016 à 21:54

Je trouve d’ailleurs que la version après 1993 est plus élégante (jantes, tissus aux motifs verticaux ou encore la face arrière couleur carrosserie…)

Laisser un commentaire