Peugeot 205 Verve : Pininfarina tente le break !

Samedi 19 mars 2016
Retour

Pour bien finir ce samedi, j’ai décidé de vous faire un petit article très court mais qui j’espère vous fera découvrir une version inconnue (forcément, hein, puisqu’elle n’entrera jamais en production) d’un modèle mythique. Il faut dire que le match de l’équipe de France de Rugby a l’air déjà plié après 23 minutes, et qu’il faut bien que je m’occupe.

Verve 03

Trève de plaisanterie, parlons un peu de la Peugeot 205… Mais pas n’importe laquelle… Sa version break. Oui vous avez bien lu (mais après tout, vous avez déjà vu au moins l’image de couverture, donc vous vous y attendiez un petit peu), une 205 break qui malheureusement (ou non, le débat est ouvert) n’aura jamais foulé les départementales de ses 4 pneus.

Verve 02

Nous sommes en avril 1984, et Pininfarina, qui n’a pas dessiné la 205, mais a participé à son dessin avec les équipes de La Garenne, pense alors à son autre business : la production en petite série pour des tiers. Tout comme Heuliez à l’époque, Pininfarina se verrait bien produire un dérivé de chez PSA. N’avait-il pas produit les Peugeot 504 coupé et cabriolet (lire aussi : Peugeot 504 Coupé) jusqu’au début des années 80 ? Et puis, Heuliez s’apprêtait à produire la version break de la BX (sur proposition du constructeur picto-charentais, qui tentera le coup à nouveau avec la Peugeot 309, sans autant de succès, lire aussi : Peugeot 309 Break). Au salon de Turin, le carrossier-designer présente donc la Peugeot 205 Verve, version « estate » de la petite Peugeot qui cartonne à l’époque.

Verve 04

Physiquement, elle a un petit air de Peugeot 204 break, mais l’air du temps n’est pas encore aux petits breaks citadins (qui chez Peugeot n’arriveront qu’avec la 206 SW, plus de 15 ans après). Cette mission est encore dévolue aux 304 et 305 break, qui assurent le job sans étincelles pour l’instant. Pourquoi s’engager dans un risque financier pour un si petit marché ? Peugeot refusera donc la proposition de Pininfarina qui, pourtant, avait fait preuve de vision avec un certain talent… et une certaine verve.

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

11 commentaires

Pierre

Le 19/03/2016 à 21:52

Un concept sorti quelques années trop tôt… A une période où les gammes étaient très basiques. Autre temps, autres mœurs dit-on, et l’automobile n’échappe pas à la règle !
Elle n’est pas sans me rappeler le coupé 104, qui semblait une aberration à l’époque, bien avant les Tigra et Puma, qui elles auront un certain succès !

Était-ce de l’avant-gardisme ou une mauvaise idée sur le moment ? Vous avez deux heures !

SRDT

Le 20/03/2016 à 00:45

Les portes ar sont celles de série, beaucoup moins cher à fabriquer mais ça rend le design de la partie ar plus difficile.
Sur le proto 309 (oui ce sont les mêmes portes) Heuliez avait modifié la vitre fixe et le cadre comme souvent sur les break.
D’ailleurs sur la fameuse BX les portes ar sont de série et il y a un bon coup de noir satiné pour masquer le problème:
http://i78.servimg.com/u/f78/14/88/53/89/autowp17.jpg
http://s1.cdn.autoevolution.com/images/gallery/CITROENBXBreak-803_1.jpg

Jean Jean

Le 20/03/2016 à 00:54

Cette étude de Pininfarina n’est pas sans rappeler une autre étude d’une autre 205 Break, le « Nepala » datant de 1988 au dessin (à mon goût) plus typé sportif basé sur une 205 GT.

Il faut rappeler également que Peugeot avait également étudié la possibilité d’un petit Break sur base 104, lui aussi resté à l’état de concept (tout comme la 104 Tricorps).

Je rejoins Pierre lorsqu’il écrit « autre temps, autres moeurs » mais il est dommage que Peugeot ai été (et est toujours) aussi « frileux » pour oser se distinguer des autres constructeurs.

J2M

Le 20/03/2016 à 12:31

Je n’ai jamais compris (et admis) comment on pouvait pousser la radinerie au point de dessiner des breaks qui reprennent les portes arrière des berlines pour faire des économies, et donc aussi moches.
Bon, je sais ce que représente le prix d’une presse à emboutir.
Mais quand même : quand on voit les deux horreurs esthétiques que sont le break BX et le break Laguna 1 (un sommet !), je me dis à un moment que le marketing a une logique qui ne correspond pas à … la simple logique.
En vrac, la 309, avec ses portières de 205, la R10, Renault 8 rallongée pour « faire croire qu’elle a tout d’un grande » avant la lettre, la 604, simple 504 rhabillée vaille que vaille pour ressembler à une Béhème ,toutes traduisent ce mal français de l’économie et de la peur de l’investissement, qui aura été quelque part fatal à nos constructeurs.
Un autre exemple en « cross-over » d’un autre sujet ; la Clio Baccara. En BVM, elle avait l’excellent 1721 essence à carbu. Mais en « automatic », un « succès damné » du… Cléon-fonte. Pourtant, la 19 automatic existait avec ce moteur. Et pour avoir conduit les deux, je ne peux qu’exprimer des regrets.
Question : nos constructeurs préférés étaient-ils fauchés à ce point, ou frileux au point de mériter de faire un autre boulot ?

Paul

Le 20/03/2016 à 13:29

Je suis assez d’accord avec toi: pour moi, les constructeurs français ont pêché par manque d’audace, d’investissement, et de … stratégie à long terme… Il aurait fallu persévérer là où on a abandonné bêtement… Il aurait fallu développer autre chose que le PRV dès le début des 80’s au lieu de sans cesse tenter de l’améliorer… il aurait fallu sans doute rester sur la propu pour les hauts de gammes (comme l’était encore la 505)… mais avec des Si hein…. 😉

Matthieu

Le 26/03/2018 à 10:36

Dans l’autre sens les 850 break (et V70 I) ont les mêmes portes arrières que les 850 berlines (et S70), et pourtant ça ne choque pas du tout. Pour moi utiliser les mêmes portes arrières n’est pas gênant, il faut juste que ça soit prévu correctement dès le début. Sur les Volvo par exemple ce sont plutôt les berlines qui ont des portes arrières avec très peu d’angle dans la découpe, comme sur un break.

Wolfgang

Le 20/03/2016 à 18:35

Ils l’ont fait sur la 206…
Très appréciée des épiciers du coin de la rue.

SRDT

Le 20/03/2016 à 19:51

L’audace ne fait pas tout, si la BX break a eu du succès c’est aussi à cause de son prix adapté au marché.
La Clio Baccara 1.7 automatique aurait probablement couté trop cher pour se vendre correctement face à la 205 Gentry automatique.

Pour causer technique une porte de type Visa possède un encadrement de vitre rapporté, c’est plus cher à fabriquer qu’une porte de 205 mais ça peut se modifier plus facilement comme Heuliez l’a fait sur la découvrable.

Greg

Le 21/03/2016 à 11:17

Et l’on en revient encore une fois à… la Honda Civic Shuttle, le break dérivé d’une petite citadine, 3 portes de surcroît.
Si la Civic Shuttle est une rareté chez nous, elle a quand même été produite sur 2 générations, Civic 3G et 4G, « offrant » même le choix d’une transmission 4×4!
Donc il y avait bien un marché???
Pour revenir à cette 205 break, sa lointaine héritière Peugeot 2008, comporterait sans en avoir l’air 2/3 de pièces communes avec la 208!
Mais surtout, pas les portes arrière, la leçon semble avoir été retenue 🙂

kris

Le 22/03/2016 à 13:48

Jamais entendu parler de ce modèle !
Une découverte.
Merci…

naffreu

Le 06/09/2016 à 20:40

Pour la 205 je trouve plus jolie la version du carrossier belge Benoît contreau avec sa 205 nepala ..au désign très 80’s

Laisser un commentaire