Peugeot 304 : une arnaque si désirable

Publié le lundi 31 octobre 2016.
Mis à jour le vendredi 5 avril 2019.
Retour

Petit, vous l’avez adorée… Elle a rythmé vos vacances, vous paraissait rutilante avec sa couleur grise, et son intérieur marron, et votre père, ce héros de l’enfance, avait fière allure à son volant. Vous avez souvent joué au conducteur, à l’arrêt, bruitant un moteur bien plus puissant dans votre esprit qu’il ne l’était en réalité, et puis un jour, patatras, tout s’écroule, le mythe se fissure : vous venez de découvrir que la 304 de votre père n’était qu’une immense arnaque, une escroquerie. Celle que vous croyiez plus proche d’une 504 grâce à son regard quasi identique (lire aussi : Peugeot 504) se révèle n’être qu’une 204 rallongée (2 cm à l’avant, et 13 à l’arrière), dotée d’un nouveau tableau de bord, de moteurs plus puissants, et bien entendu un peu plus lourde (65 kg).

Votre serviteur, fier comme Artban aux côtés de sa soeur, dans la 304 familiale, une SR phase 2
Votre serviteur, fier comme Artaban aux côtés de sa soeur, dans la 304 familiale, une SL phase 2

Et oui, en 1969, lorsque Peugeot révèle sa « nouvelle » voiture s’intercalant entre la 204 et la 504, elle y va à l’économie. La 304 va donc cohabiter avec la 204 jusqu’en 1976, représentant la famille de « 7CV » et comblant le principal grief fait à la 204 : son trop petit coffre. Il est vrai que ce nouveau coffre, plus long et plus carré, permettait d’y fourrer l’ensemble des valises d’une famille de 5 personnes (la mienne en l’occurrence), ce qui n’était pas vraiment le cas sur la « petite » 204, qui sera remplacée in fine par la 104 5 portes (lire aussi : Peugeot 104). Oui je sais, c’est un peu obscur cette nomenclature chez Peugeot, puisqu’ensuite la 205 reprendra la place des « petites ».

304-05

304-06

Bref, la firme du Doubs va faire un joli coup avec cette 304 : sans investissements majeurs (l’essentiel ayant déjà été amorti avec la 204), elle va écouler 1 178 425 jusqu’en 1980. Etudiée dès 1967 sous le nom de projet D18, elle est présentée au Salon de Paris 1969, soit un an après la 504. En 1970, les 304 Coupé et Cabriolet remplaceront leurs homologues 204(lire aussi : Peugeot 204 et 304 Coupé et Cabriolet) tandis qu’une version break sera lancée en 1971 (en fait, une 204 Break avec l’avant remanié façon 304, encore une arnaque). Elle connaîtra même une courte carrière aux USA (lire aussi : Peugeot 304 USA).

304-08

304-07

En revanche, côté moteur, y’a du neuf. Tandis que la 204 conserve son 1103 cm3 (53 puis 55 ch), la 304, elle, récupère un 1.3 litre de 65 ch ! En 1972, les versions S (berline, coupé ou cabriolet) recevront une version poussée à 74 ch (grâce à deux carburateurs double corps). A la disparition de la 204, la 304 break GL recevra le petit 1.1 poussé à.. 59 ch. Cette même année, les diesels font leur apparition dans la gamme (1.4 de 45 ch puis 1.5 de 47 ch en 1980). En 1979, les berlines disparaissent pour laisser totalement la place à la 305, que mon père possédera aussi (lire aussi : Peugeot 305). Là encore, Peugeot fera des miracles en créant une nouvelle voiture sur la base de la… 304… elle-même basée sur la 204 : on ne s’embête pas chez Peugeot !

304-16-break

304-18-break

Bon, je crie à l’arnaque, mais ce n’était pas une mauvaise voiture cette 304. Et finalement, malgré l’entourloupe, elle modernisait sacrément la 204. Et après tout, n’est-ce pas le concept qui domine aujourd’hui avec les plate-formes modulaires : base identique, mais carrosserie différente ? En tout cas, il s’agissait bien d’une voiture plus grande et plus statutaire malgré la ressemblance avec sa devancière, et cela n’avait pas échappé à mon œil de gamin : je regardais avec condescendance les pauvres conducteurs de 204… Sans m’apercevoir que les conducteurs de 504 regardaient avec condescendance mon père ! N’appelait-on pas la 304 la « 504 du pauvre » ?

304-13

304-12

Magie de l’enfance, où l’on ne perçoit que ce qui nous arrange, et où l’on se satisfait de ce qu’on a en imaginant de nombreuses qualités à la voiture de son papa, et c’est bien là l’essentiel. Aujourd’hui, mes enfants sont d’ailleurs persuadés que la Saab de leur papa est la meilleure voiture du monde : la tradition familiale se respecte !

304-03
304-04

En attendant, j’avoue que si j’avais quelques euros de plus sur mon compte en banque, je m’achèterai volontiers une 304 SL phase 2 (avec les feux rectangulaires à l’arrière) grise intérieur marron, par pure nostalgie et revivre mon enfance à son volant (enfin!). Aujourd’hui, une 304 « berline » en bon état ne coûte pas grand chose (même si les beaux exemplaires se font rares, malheureusement). Je favoriserai bien entendu le modèle de mon père, mais objectivement, la plus intéressante serait une S au moteur plus puissant. Allez, on s’offrira ce petit plaisir dans quelques années, fortune faite !

Articles associés

20 commentaires

Philippe

Le 31/10/2016 à 15:34

Pour mon père qui était RENAULT c’était l’époque de la 12 TL puis de la 18 TS, toutes deux phase 1. Exactement les mêmes sensations, ce qui fait une fois de plus que ce post est sacrée une belle madeleine !

HERRES

Le 31/10/2016 à 15:44

Vos enfants ont raison… Si j’ai encouragé mon père à revendre l’audi, La volvo, la Lancia… J’ai repris la Saab. Et me ruine avec la Saab de Papa.

Sinon elle était pas mal cette 304, euh 204

Bruno

Le 04/11/2016 à 11:50

Exact la Saab est bien la meilleure voiture au monde… dixit ma fille!

Pierre

Le 31/10/2016 à 15:51

Mais du coup, ta Saab ce ne serait pas une arnaque aussi ? Car sous sa jolie robe se cache… non allez je ne spoile pas pour ceux qui ne sont pas au courant hein :p

Paul

Le 31/10/2016 à 15:54

Si si, c’est aussi une arnaque, mais ça se voit moins 😉

Nabuchodonosor

Le 31/10/2016 à 16:15

De mon service national au début des années 80 je garde le souvenir tenace de quelques exemplaires roulants encore avec un képi assis à l’arrière droit, droit comme un i… C’est con comme souvenir, je sais, mais c’est d’abord ce qu’il me revient à l’évocation de cette auto…
Gaarde à vous !
🙂

Julien

Le 31/10/2016 à 16:44

Sur l’avant dernière photo (la rouge de 3/4 avant), c’est stupéfiant:

– Un avant de 504
– Un arrière de 604 (surtout les ouïes en plastique noir au pied du montant)

philoo1394

Le 31/10/2016 à 19:21

Dans les années 80 , j’ai eu le malheur d’acheter une 304 break diesel .Ce fut la plus merdique de toutes les voitures que j’ai achetées(14) Panne répétitives 10 séjours au garage Peugeot qui ne trouvait pas de solutions;A 60.000km je m’en suis débarrassé très largement au dessous de l’argus .Cette expérience chez Peugeot m’a rendu allergique a cette marque qui malgrèt tout a fait des progrets

J2M

Le 31/10/2016 à 19:22

Bah, guère plus que la R10, plus longue et plus laide que la R8, ou encore l’ami 8, sur la base de l’ami 6, toutes deux sur un châssis de 2cv…
Sur les dites Renault, le train avant, issu de la Dauphine (et elle même…) imposait un décalage du pédalier par rapport au volant.
J’ai oublié les 604 et Tagora, à plate-forme de 504, ou encore le break 505 à pont rigide dont la filiation remonte à l’époque où Peugeot faisait encore des moulins à café de bonne facture.
Les Panhard, qui ont gardé les mêmes portières de la Dyna jusqu’au bout…
Je n’oublie pas, horrible souvenir d’enfance, la Simca 1300/1500 sur la base de l’Aronde, qui survivra jusqu’en 1975.
J’ai, garée devant ma porte, la Twingo « brume » de mon père, dont le Cléon-fonte (1961!) graillonne de plus en plus, mais offre une souplesse de conduite inégalable.
Arnaque, certes, mais manque de fond propres, au point d’avoir les plus grandes difficultés à produire des moteurs modernes (Oh, la CX…).
Donc une spécialité française, faire du neuf avec du vieux. Et nous le faire payer au prix fort…
Arnaque ou manque de compétence ?

Daniel

Le 02/11/2016 à 22:18

« Faire du neuf avec du vieux et le faire payer au prix fort » c’est exactement la definition de l’industrie automobile allemande ça, non ?!

fc30

Le 31/10/2016 à 21:11

La 304 fut effectivement un curieux replâtrage, a noter que le coupé et cabriolet furent directement repris de la 204 avec une nouvelle face avant, mais furent arrêtés dès 1975.
Je trouve le résultat moyen, à l’époque je serais plutôt parti sur une Simca 1100, plus pratique avec son hayon, ou sur une GS (quoique sa fiabilité et décote en ont fait déchanter beaucoup).
La notion de plateforme existait déjà à l’époque chez la plupart des constructeurs et n’a rien de choquant en elle-même (encore maintenant on a des bases durant parfois 15-20 ans), c’est plutôt le fait de reprendre tel quel la partie centrale qui dérange, avec des proportions « faussées » (le pire dans le genre étant la R10).
Vu le choc pour une maison conservatrice comme Peugeot qu’a dû représenter la 204, avec sa traction avant et son moteur transversal, il a dû falloir plusieurs décennies pour s’en remettre…
Autant Peugeot avait une légitimité pour les « grosses » voitures un peu archaïques mais indestructibles (lignée qui s’éteint avec la 505), pour les modèles plus petits je suis moins convaincu, peut être il aurait fallu laisser ce créneau à Citroën ou Simca après rachat par le groupe PSA.
Enfin, on reste quand même bien loin du pire cas de replâtrage mensonger, qui est celui de la 206+ alias « 207 Brazil ».

Eddy123

Le 02/11/2016 à 13:05

Je me suis toujours dit que le r10 avaient été prévu pour les crash test us qui a l’époque se durcissaient. ..
Pis qu’elle remplacé la 8 aux usa..
Sa marche aussi pour la Peugeot qui avec l’encouragente 504, élargir la gamme à pas cher… Sa vaux le coups..
J’ai des photos de 304 US…

pipo

Le 01/11/2016 à 12:20

Mon papa ne s’est pas fait arnaqué car lui avait choisit de remplacer la Citroën Ami 6 break par une magnifique Peugeot 204 break toute neuve . Il l’a gardé longtemps mais n’a pas poursuivi chez Peugeot, la remplaçant par une magnifique Renault 9 GTS. 😉

serge blandin

Le 02/11/2016 à 09:55

souvenir de l’émotion provoquée à la simple vue du nouveau look de l’arrière des phase 2 avec ces feux rectangulaires ( arrivée des premières livraisons , juchées sur un transporteur à la concession Peugeot dirigée par mon père ! ) , lui donnant un air tellement plus sexy genre Alfa Roméo , une marque que je trouvais évidemment beaucoup plus  » fun  » que la très austère Peugeot ! Lorsque ma mère s’est vue attribuée une 304 S gris métal intérieur fauve cuir ( ? ) ( ou simili de bonne facture ? ) et ….le compte-tours ( !! ) j’étais fou de joie ! ( même la sonorité de la mécanique faisait très  » italienne  » , du délire chez Peugeot ! )

wolfgang

Le 03/11/2016 à 12:34

Au tout début des années 80 mon père en a eu une noir version berline essence avec les feux rouges verticaux. Je me rappelle que je bouffais le dossier des sièges en cuir ! ça faisait du bien aux dents !
Elle a fini démolie par un mec qui avait grillé un feu.

Bien après j’ai conduit parfois une breack diesel ex pompiers.
80 dans les montées, 110 en descente en puant le brulé. Levier au volant avec toutes les vitesses qui grognaient. Fallait démonter la moitié du moteur pour accéder à la batterie si ma mémoire est bonne. Bref une sacrée merdouille.

La 504 était beaucoup mieux.

Quentin R.

Le 04/11/2016 à 11:51

Bien que citroëniste convaincu, j’ai failli en acheter une il y a quelques années, une berline blanche recouverte de petits points de rouille qui faisait tout son charme avec le levier de vitesses au volant et un intérieur bleu comme neuf… de toute beauté.
Je m’souviens avoir était étonné de la grandeur du coffre!!!
Malheureusement, elle m’est passé sous le nez (c’est pas la seule…).

La 304 reste malgré tout sur la liste des Peugeot que je voudrais possédé un jour.

skodetta

Le 28/11/2017 à 18:36

Et personne ne parle de l’arnaque de la R6 qui voulait se faire passer pour une petite R16, alors qu’elle n’était qu’un replatrage de R4 !

Gino

Le 01/06/2019 à 13:38

Centre article raconte ma situation actuelle. Dans les années 90 mon père avait fait l’acquisition d’une 304sl.
Depuis quelques semaine je suis à la recherche de cette voiture et je suis tombé sur la voiture même de mon père.
j’attends juste le bon moment pour contacter le propriétaire actuel.

Jean-Yves

Le 21/09/2019 à 22:04

Bonjour,
Très bel hommage à la 304 (je partage le vécu d’enfance avec une berline de 71)
Je relève une petit erreur dans l’article car la S (ou la SLS) n’a jamais eu 2 carburateurs mais un seul (certes à double corps)
Je vous invite à consulter le site ma204.free.fr ou le forum boletus-satanas.org pour partager la passion des 204 et des 304.
Bien à vous

Dominique

Le 10/10/2019 à 01:37

bonjour à tous
quelle souvenir j’ai dans la 304 SP berline de mon père je me souviens que cette voiture à cette époque était pour moi le plus rapide dans mon enfance .. mais j’avoue que j’avais préféré la R16 TX après quelque années et ensuite le R30 . et ma 1er voiture à été un R4 TL.

Laisser un commentaire