Peugeot 305 : la discrètion même !

Mercredi 11 juin 2014
Retour

Difficile d’imaginer que la Peugeot 305 a été fabriquée jusqu’en 1990 (en version break), tant elle paraît desuète par rapport à la moderne 405 qui lui a succédé dans la gamme en 1987. Sorte de 604 en miniature, la 305 cultive le sérieux, le classicisme et la sobriété. Une vraie Peugeot ! J’en garde pourtant un souvenir ému puisque mon père en possédât un exemplaire blanc cassé intérieur marron (très chic à l’époque), un modèle SR à moteur 1,4 litres carbu de 74 ch.

305 08

Si elle ressemble à la 604 esthétiquement, elle est en fait étroitement dérivée de sa devancière, la 304 (qui paraît pourtant bien plus petite). Elle en reprend les moteurs, le 1,4 de 74 ch en haut de gamme donc, mais aussi le 1,3 litres de 65 ch : des moteurs éprouvés et fiables, mais bruyants. La 305 apparaît en 1977, et recevra un moteur diesel 1,5 litres de… 49 ch ! On ne peut pas dire que la 305 joue la sportivité ! En 1980, Peugeot sort la version break, et présente enfin une variante un peu plus performante, la S, dotée d’un 1,5 litres de 89 ch.

305 10

C’est à peu près toutes les évolutions que connaîtra la phase 1 de la 305. En 1982, la phase 2 apparaît. Il s’agit d’un subtil restylage, avec une calandre et des phares légèrement inclinés vers l’avant, et plus lisses. En revanche, avec cette phase 2, la gamme s’enrichit. Un nouveau diesel un peu moins poussif (1,9 XUD de 65 ch), mais surtout une GT qui remplace la S dans la gamme : nouveau moteur (1,6 litres de 94 ch), et look plus « sportif » avec des jantes TRX du plus bel effet (en option). Mieux, peu de temps après sort la GTX, reprennant certains éléments de la 205 Gti (compteur, volant) et recevant sous le capot un 4 cylindres 1,9 litres de 105 ch (lire aussi : 305 GTX). Enfin la 305 se dévergonde un peu. Une « Automatic » apparaît aussi avec le moteur de la GT. Les modèles « classiques » GR et SR gagnent le 1,6 de 80 ch en 1986.

305 11

Mais l’arrivée de la 405 va réduire la gamme à peau de chagrin, pour ne garder que les finitions de base (GLS), diesel et break, puis uniquement les breaks jusqu’en 1990 où la 305 s’éteindra après 13 ans de bons et loyaux services.

305 13

305 14

En toute franchise, la 305 n’a rien d’extraordinaire, mise à part sa robustesse. Archétype d’un certain conservatisme à la Peugeot, elle vaut surtout pour son parfum 70’s/80’s, ou, comme pour moi, pour les souvenirs qu’elle procure. Rien qu’à voir son intérieur marron en photo, je me revois instantanément à son bord en direction des vacances ! Mais je me souviens aussi l’avoir renier sans effort lorsque mon père acheta en 1988 une 405, tellement plus sexy, et dont j’étais vraiment fier.

305 15

Aujourd’hui, je me laisserais bien tenter par ce bout de mon enfance, surtout dans ses versions les plus « sportives ». Peut-être une S puisque je préfère (question de goût) la phase 1 ? Mais j’avoue qu’une GTX pourrait être une voiture intéressante, et pourquoi pas en daily driver ? En tout cas, pour une voiture banale et classique à souhait, elle s’est discrètement mais sûrement installée sur le marché français puisqu’en tout plus de 1,6 millions de 305 auront été vendues. Pas mal non ?

Lire aussi: Peugeot 305 V6

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Articles associés

8 commentaires

patrick

Le 18/04/2016 à 22:57

Ce fut la derniere voiture de mon grand père maternel. Apres une 204, une 304, ce fut une 305 EXL. Quatre vitesses, blanche… j’aurais aimé la récupérer. Elle avait 68 000 kms en 2002, je crois que ses descendants l’ont collée à la casse : il y avait une fuite au radiateur ! Aujourd’ hui, ce charme désuet me parle…

COSSEMENT

Le 19/04/2016 à 03:33

Bonjour. Je suis collectionneur de Peugeot 305, j’en possède 15 dont 2 ou 3 en banque de pièces. Je suis un acharné de la 305 complètement séduit par la ligne et la robustesse de la 305.
Merci pour ce bel article !

http://passion305.wix.com/peugeot305

Olivier Guin

Le 07/05/2016 à 13:28

Paul, c’est dommage de ne pas parler du très beau projet de coupé issu du programme J.

Paul

Le 07/05/2016 à 13:39

Olivier, oui c’est dommage, mais cela permet ensuite de faire de nouveaux articles… c’est l’intérêt de BR: en découvrir un peu chaque jour, avec des modèles populaires comme la 305, et des projets plus « spéciaux », rares ou inconnus ensuite… il me serait impossible de faire tout paraître d’un coup 😉

Jérémie

Le 15/05/2016 à 13:36

Je possède actuellement une 305 S de 1982. Je l’ai acheté un peu par hasard, pour la sauver de la ferraille et changer un peu des mes traditionnelles 205.
Je ne l’ai utilisé que quelques mois avant de constater les dégâts du temps (et de la rouille). Depuis je m’attelle à la restaurer entièrement. Un travail fastidieux compte-tenu de la rareté des pièces et du peu d’intérêt que suscite le modèle. Mais je l’aime, avec son charme tout droit sorti des 70’s
Merci pour ce bel article.

Vincent

Le 26/08/2016 à 10:30

Merci pour cet article sur une voiture un peu oubliée, qui a pourtant été un vrai succès populaire.
Sans doute l’absent d’une vraie locomotive, les S/GT/GTX étaient séduisantes mais un peu « justes » en motorisation pour vraiment marquer leur temps.

Je voudrais attirer votre attention sur un aspect très remarquable de la 305, qui la rend assez unique. C’est une des rares voitures dont le restyling a été l’occasion d’un profond remodelage mécanique. En effet la phase 1 était proche de la 304, tandis que la phase 2 était beaucoup plus proche de la 405! Par exemple le train avant reçut une triangulation, qui fut d’ailleurs repris avec succès sur les 205 et 309 GTI.
Mon père a eu deux 305 neuves, une phase 1 GL, et une phase 2 SR (la 1,6 80ch) dont je garde un souvenir ému, gamin que j’étais, fasciné par le merveilleux intérieur tweed des Peugeot SR de l’époque, les enjoliveurs typiques et le becquet peint couleur carrosserie! Mais surtout, même si je n’étais que passager, je peux vous assurer qu’en matière de suspension et de silence de fonctionnement, c’était le jour et la nuit! Alors que la phase 1 tapait de partout et sous-virait en se vautrant en virage, la Série 2 était très équilibrée et d’une douceur impressionnante! La vista Peugeot en matière d’amortissement avait touché la Série 2!

Je découvre ce blog que je trouve excellent, bravo!

Paul

Le 27/08/2016 à 16:51

Merci pour ces précisions et surtout pour ces compliments 😉

Barbaremotus

Le 15/09/2017 à 22:18

Merci pour cet article cher compatriote (berrichon), du coup il m’a donné envie de poser une question : la 305 n’est elle pas l’oubliée (volontaire) de l’export vers les USA? Une grande partie des modèles antérieurs et postérieurs ayant traversé la manche sauf elle.

Laisser un commentaire