Peugeot 505 4×4 Dangel : la familiale tout-terrain

Publié le mardi 23 juin 2015.
Mis à jour le vendredi 5 juillet 2019.
Retour

Si pour beaucoup d’amateurs d’automobiles, le 4×4 ultime français, c’est la Peugeot 504 Dangel en version pick up ou break, pour moi, c’est une autre production du constructeur alsacien qui me paraît le must have du tout-terrain : la 505 4×4 Dangel Break.

Même si j’ai roulé étant petit dans de nombreuses 504 (en simple propulsion), la 505 (dans laquelle j’ai aussi beaucoup roulé pour rejoindre les pistes de ski de Montgenèvre ou Serre Chevalier) avait tout de même mes faveurs (et les a conservé depuis) tant je trouvais sa ligne autrement plus moderne et dans le coup. C’était l’époque ou Peugeot faisait évoluer ses modèles pas petites touches, comme BMW, passant de la 204 à la 304, ou de la 504 à la 505, avec justesse et tradition.

505 03

Comme j’ai eu l’occasion de tester en début d’année la Peugeot 508 RXH (4 roues motrices donc), je ne pouvais pas oublier la 505 Dangel 4×4 dans le bestiaire insolite de Boîtier Rouge. Car inévitablement, avec sa nouvelle calandre, la 508 me fait penser aux 504 et 505, en plus moderne et plus fine. Alors en break et 4×4, c’est obligatoirement à Dangel que l’on pense.

Henri Dangel est l’inventeur d’un système de transmission, dans les années 70, transformant les Peugeot propulsion à moteur avant en tout-terrain à transmission intégrale permanente (mais avec vitesses longues ou courtes). La firme de Sochaux est très intéressée par ces travaux, car elle n’est pas vraiment en pointe sur la transmission intégrale, c’est le moins qu’on puisse dire. A tel point qu’elle devra s’associer à Mercedes et Steyr Puch pour proposer un 4×4 « français » à l’armée de Terre (lire aussi : Peugeot P4).

505 04

La proposition de Dangel tombe donc bien, et Peugeot l’encourage à créer Dangel Automobiles en 1980. Il s’attaque alors à transformer les 504 Pick up (de 1981 à 1983) et 504 Break (de 1981 à 1985). A l’époque, le marché n’est pas encore ce qu’il est aujourd’hui. Les acheteurs de 4×4 sont soit des baroudeurs, soit des entreprises, administrations, artisans ou agriculteurs en zones difficilement accessibles. Les chiffres de production sont donc modestes (3168 pick up et 1142 breaks, autant dire pas grand chose). Rien n’incite Peugeot à changer une méthode qui gagne, et les concessions de la marque propose la version Dangel comme une lionne officielle.

505 01

La DDE, EDF ou la Gendarmerie seront des grands clients de Dangel. L’arrêt de la 504 en 1985 laisse la place à la 505, qui ne sera, elle, proposée qu’en version break. Comme sa sœurs 504, la 505 se pare d’un look « américain » avec sa garde au sol rehaussée qui lui donne un look de Monster Truck. Disponible quasiment en toutes les versions de finition ou de motorisation, elle sera cependant essentiellement diffusée en version 2 litres essence (entre 96 et 110 chevaux selon les versions) ou 2,3 et 2,5 litres diesel (entre 70 et 110 ch). On parle pourtant d’un exemplaire livré avec un moteur de GTI et la finition éponyme.

505 05

La 505, avec sa contenance (en break) allant jusqu’à 7 places, et ses capacités de franchissement, est une alternative, dans sa version Dangel, aux 4×4 japonais ou anglais commençant à déferler sur le territoire. Elle pâtit cependant de ce qui fait son charme aujourd’hui : son look franchouillard et d’être dérivée d’une break classique. Pourtant, comme la 504, elle a une bonne gueule de franchisseuse, qui la rend particulièrement sexy aujourd’hui. Et je ne suis pas un pro du tout terrain, mais il semblerait que la 505 se démerdait plutôt pas mal dans les chemins boueux, et soutenait largement la comparaison avec des 4×4 purs et durs. Sans doute est-ce parce que Dangel était un bon cache-misère que Peugeot n’a jamais pris le temps de se pencher sur la question, devant alors se tourner vers un partenaire japonais (Mitsubishi) à l’heure de proposer un SUV 4×4 dans sa gamme !

505 02

Elle sera produite de 1986 à 1994, date de la fin de production des versions break de la 505 par Peugeot. Je n’ai pas les chiffres exacts, mais on parle d’environ 5000 exemplaires en tout et pour tout (dont seulement deux en conduite à droite, aujourd’hui en France pour l’un, rouge, et au Portugal pour l’autre, gris). On en trouve sur le bon coin à des tarifs tout à fait acceptable (entre 3 et 7 000 euros en fonction de l’état), mais tous avec plus de 200 000 km au compteur. Mais rassurez-vous, les bestioles sont robustes et dans la grande tradition africaine de Peugeot. Alors pourquoi ne pas se laisser tenter par un véhicule vraiment original et attachant en même temps !

 

Articles associés

4 commentaires

J2M

Le 23/06/2015 à 16:23

Voiture sympa et sans équivalent. Dangel travaillait bien et utilisait effectivement des bases sérieuses.
Dommage qu’aucun bricoleur de génie n’ait essayé de greffer un moteur de 505 V6, juste pour le fun…
J’ai le souvenir, dans le même genre, d’un Renault Express en turbo essence (toute la cellule avant, glaces électriques comprises, s’il vous plait) et surtout d’un C15 avec la mécanique d’une Visa GTI.
Non, je n’ai (encore) rien bu ni fumé. J’avais demandé au propriétaire du C15 de régulariser sa situation aux mines pour pouvoir entrer sur le site où nous travaillions. Car évidemment, ce détail avait été oublié.
J’aimais bien ces démarches totalement inutiles, menées par des orfèvres anonymes.
Autre temps…

Dabe

Le 24/06/2015 à 00:54

Compliqué le moteur de la V6 (ou même de la Turbo Injection) dans une Dangel car il faut faire le swap complet du faisceau et personne ne s’y est aventuré a priori (en tout cas, pas de model connu chez le club 505 il me semble).

Il y aurait en effet, une GTI et quelques GTD Turbo.

bruno-w

Le 27/06/2015 à 17:34

Bonjour,
LA GTI est à vendre sur un site d’annonce bien connu en France… votre article me donne envie mais non, d’abord finir les travaux de la maison..
Bruno

lorenzo

Le 28/03/2016 à 13:12

lolll

Laisser un commentaire