Peugeot 508 : France is back

Vendredi 6 juillet 2018
Retour

Jusqu’à présent, le Lion, même offensif, se contentait de sortir ses griffes. Aujourd’hui avec la 508 le Lion montre ses dents, prêt à se battre sur tous les terrains, y compris celui de la berline. Et intelligemment, Peugeot vient gonfler ses muscles en prenant une position assez radicale avec la 508, dans la lignée de ses choix osés sur les SUV (3008 et 5008) : design osé, positionnement décalé, la nouvelle grande berline française séduit d’un côté, et impressionne de l’autre. La concurrence est prévenue : malgré une certaine modestie, la Peugeot 508 compte bien tailler des croupières à certaines allemandes, et devenir l’une des références du marché.

Il suffit de voir les dessins de la 508 pour comprendre le dynamisme actuel de la marque Peugeot
Comme l’Alpine, la 508 devait avoir son drapeau sur le montant de custode… dommage

Il suffit de regarder la 508 pour s’en convaincre : oubliez l’ancienne (lire aussi : Peugeot 508 I) et surtout, oubliez définitivement les VTC ! Si ce « créneau » avait permis à la précédente de maintenir ses ventes à un niveau décent, il semble évident que la nouvelle ne s’inquiète absolument pas de ce marché, et c’est la preuve d’une confiance retrouvée. Elle n’est absolument pas taillée pour le transport de personne (notamment à cause de sa ligne de faux coupé), n’a pas la prétention d’une limousine (elle est plus courte de 8 cm par rapport à la précédente 508), mais plutôt celle d’une voiture statutaire orientée plaisir de conduite, qui saura plutôt trouver une clientèle parmi les cadres d’entreprises à l’heure de choisir ou remplacer leur voiture de fonction. Un marché autrement plus lucratif et sur lequel la nouvelle 508 semble déjà bien se positionner avec une valeur résiduelle « estimée » à 3 ans équivalente à la concurrence allemande.

La 508 ? Aussi cruciale et sûrement « sucessfull » que la 405 en son temps. Une certitude : elles partagent le même dynamisme !

Peugeot est en train de faire sa révolution : sortir des produits au bon moment et parfaitement en phase avec le marché, démontrer sa confiance tout en privilégiant la rentabilité, monter en gamme et en standing au point d’offrir, avec la 508, une qualité de fabrication et d’assemblage encore rarement atteinte en France, autant de signes qui prouvent que le Lion a la baraka, et si ces « canines » sorties sont contestables stylistiquement, elles sont la preuve du dynamisme de la marque et de sa nouvelle berline.

Déjà à Genève, la 508 avait été la star du salon, ce qui est assez rare pour une berline. On se croirait revenus dans les années 80, lorsque sauvée par la 205 et dynamisée par sa version GTI, la marque sochalienne présentait la 405 ! Longtemps cantonné à un style assez massif et bourgeois avec ses 504 et 505, Peugeot en confiance s’offrait un design moderne et séduisant, une berline de conquête. La 508 est de la même veine !

Elle réussit même la quadrature du cercle en mêlant des références aux regrettées « grosses berlines propu » (notamment son chiffre 508 implanté sur le capot façon 504 et sa calandre inspirée de la 505) et lignes élancées façon 405 et 605. En arrivant à Monaco pour tester enfin cette nouveauté, impossible pour moi de ne pas voir cet essai comme un instant historique.

Sur les petites routes du Sud de la France, entre Nice et Monaco, mais aussi et surtout en moyenne montagne, la 508 a d’abord surtout eu la cote ! Oui tout le monde la regarde. Certes, ne pas être encore disponible en concession peut expliquer les regards appuyés, mais pas de doute, le look y est aussi pour beaucoup, comme si on avait oublié qu’un constructeur français pouvait dessiner une jolie berline et pourquoi pas rivaliser avec les teutonnes (du moins dans le cœur du marché, celui qu’on voit moins mais qui représente l’essentiel des volumes, celui des moteurs entre 130 et 230 chevaux, en 4 cylindres pour la plupart, essence ou diesel). N’espérez donc pas de V6 sur la 508, même à moyen terme : aujourd’hui, Peugeot se concentre sur ses qualités, les trains roulants, sur son design tranchant, et sur des moteurs parfaitement positionnés sur 90 % du marché de la berline, laissant les 10 % restant aux « gros moteurs allemands ». Une stratégie suivie par Volvo qui, sur sa S90/V90, ne propose que des 4 cylindres (lire aussi : Volvo V90 T6).

Une fois sortis des zones urbaines ou d’autoroutes, nous avons pu enfin faire « mumuse » avec la 508. Avec un peu plus de 1,4 tonne « seulement » et 225 chevaux, on est déjà dans un rapport poids/puissance intéressant. Plus courte, et donc plus légère, elle se passe d’une technologie type 4Control de sa concurrente française Talisman pour enrouler les virages comme à la parade : une fois la position de conduite idéale trouvée pour bien sentir la voiture, s’amuser avec le petit volant tout en voyant l’i-cockpit, on dirige la 508 avec deux doigts, y compris dans les virages serrés. Malgré une puissance supérieure à la limite fatidique de 200 ch qui marque encore une frontière dans l’esprit des gens, il ne s’agit pas d’une sportive à proprement parlé, mais elle se place au millimètre, sans effort, le tout avec un amortissement de haut niveau malgré les routes de montagnes dégradées. Ca, c’est l’effet des suspensions pilotées par une caméra qui scanne la route, à l’instar de la DS 7 Crossback.

Les virolos s’enchaînent et laissent rêveur : la version hybride s’annonce en deux versions, la première en Puretech 180 + moteur électrique pour une puissance cumulée (225 ch) équivalente à cette 508 GT Puretech 225, mais surtout la seconde avec 300 ch (Puretech 225 + moteur électrique) en 4 roues motrices, de quoi trouver un niveau de performance encore plus intéressant. Une berline française à 300 chevaux, ce serait une première ! En tout cas, cette version GT se laisse parfaitement mener à un rythme élevé, sans aucune fatigue et avec plaisir, malgré une EAT8 un peu trop typée « autoroute », même en mode sport.

Sous bien des aspects, cette 508 me rappelle l’Alpine A110 testée en décembre dernier (lire aussi : Alpine A110) : il ne s’agit bien évidemment pas du même concept mais toutes les deux semblent en confiance, affirmant leur origine française (la 508 avait comme l’Alpine, sur ses premiers sketchs, le drapeau français en exergue), et surtout, on les comprend toutes les deux du premier coup ! Deux réussites qui tombent sous le sens, sans hésitation possible. Une constatation moins évidente avec le DS 7 Crossback qui ne démérite pas pour autant, mais dont le style et le positionnement questionnent plus qu’ils n’affirment !

Bref… La vraie révolution ne vient pas forcément avec le toucher de route de la 508, même s’il ravit, mais de son intérieur – du moins les places avant – avec une qualité perçue (et réelle) inégalée jusqu’à présent sur un modèle français. La dernière fois que j’ai eu une sensation identique (mais moins marquée) c’était avec la Safrane qui visait clairement la qualité allemande (et ça remonte au début des années 90, lire aussi : Renault Safrane). Comme la grande Renault des 90’s, la 508 a clairement « benchmarké » l’Allemagne, mais en conservant sa personnalité : comparez l’intérieur du concept-car Exalt et celui, à peine modifié, de la 508 : tout comme Volvo, Peugeot semble vouloir affirmer son style, ses idées (petit volant, i-cockpit) et se différencier clairement des allemandes si ce n’est sur la qualité (équivalente, à niveau de prix égal) mais sur l’agencement : c’est « quali », c’est bien construit, c’est « personnel » (c’est « Peugeot quoi », dans la nouvelle identité recherchée, avec ce « piano de boutons » sous l’écran), et ça fonctionne, en cuir ou en alcantara, et quoi qu’il arrive avec du bois (on regrettera le manque de clarté du mobilier, du ciel de toit, des sièges, cet intérieur mériterait la lumière que ses petites fenêtres et son profil fuyant lui enlèvent).

En fait, la séduction que cette 508 dégage me rappelle l’effet « impulse » que la Volkswagen Arteon avait eu sur Niko (lire aussi : VW Arteon) : cela tombe bien, c’est l’adversaire désignée de la 508, tout comme l’Audi A5 Sportback et c’est, avouons-le, habile de la part de Peugeot. En désignant des voitures « de niche » comme cible, on s’assure une réussite à peu de frais, du moins en France ou ces deux modèles font de la figuration, mais disposent d’une forte image de marque. Rusés comme des lions, les « Peugeot Boys » citent peu les vraies cibles : Passat, Superb, Talisman et consorts … qui seront les vraies concurrentes de la 508 !

La 508 dégage à elle seule quelque chose, une confiance, un choix assumé, revendiqué, et confirmé par la dynamique gagnante des 308, 3008 et 5008. Mais ce qui frappe le plus lors de ces 3 jours à Monaco avec Peugeot, c’est la sérénité des équipes, sûres d’avoir le bon produit. Jean-Philippe Imparato, Directeur de Peugeot, donne le la en conférence de presse, mais le reste suit : tout le monde croit sincèrement au produit, et une longue discussion avec Hugues de La Flèches, responsable des Relations presse internationales le confirme : la baraka est là, et bien là ! A vous de tester désormais et de vérifier si cette baraka se confirme dans le réseau !

Photos : Peugeot et Paul Clément-Collin

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

62 commentaires

Philippe

Le 06/07/2018 à 22:09

Bonsoir Paul quel enthousiasme ! Il est vrai qu’après la fadasse précédente 508 nous avons là une berline au style très séduisant – comme peuvent l’être les 4008 et 5008, vivement la future 208 pour nous faire oublier l’actuelle !
Cela-dit est-ce que cette voiture s’exportera ?
Louis Schweitzer aimait à rappeler que la Safrane avait été pensée trop allemande pour avoir le même succès à l’export que la DS, la CX et la R25 : quand on veut une allemande on achète allemand, une française se veut décalée. Et sur ce il dévoila la Vel Satis avec le succès que l’on saît ! Bonne chance à la 508 contre la Talisman, l’Arteon, BMW 520 GT …

PhilippeY

Le 01/08/2018 à 13:03

Je crois que je préfère la 508 restylée « fadasse » à la nouvelle de même que je préfère l’Audi A4 à l’Audi A5. Je n’aime pas les coupés et quasi coupés.

Fraberth

Le 06/07/2018 à 22:39

Mais la presse étrangère en dit quoi? Car j’ai rarement lu des critiques dans les journaux français
Bon yen a toujours deux trois à dire que les moteurs ne sont pas suffisants, en même ils seraient les premiers à descendre un éventuel gros moteur

Paul

Le 06/07/2018 à 22:42

il manque évidemment le moteur dont on rêve, en 6 voire en 8 cylindres, mais Rome ne s’étant pas faite en un jour, revenir avec une bonne voiture et des moteurs de volume, c’est déjà une bonne stratégie. On verra pour la suite plus tard je pense. D’ici là, les chiffres auront parlé, dans un sens ou dans l’autre !

Fraberth

Le 06/07/2018 à 23:23

Le V8 est un serpent de mer chez Psa: déjà sur un projet de 602(?), ensuite sur la 404 qui avait un berceau moteur suffisant pour en recevoir un
Puis les dernier V8 français, ca date: delage, Bugatti et hispano suiza, pas sûr qu’il y est encore les compétences pour en faire un france
En même temps vu le passage à l’électrique et l’hydrogène ce n’est plus très important d’avoir un gros moteur, peugeot a un coup à joué

Paul

Le 06/07/2018 à 22:42

les journalistes étrangers présents avec moi (Russe, hollandais) étaient plutôt charmés 😉

Laurent

Le 06/07/2018 à 22:52

Je ne suis pas d’accord quant à la qualité de fabrication de la 508.
Les véhicules présentés à Genève faisaient peur vus de près… Très loin de la qualité de la Giulia !
Il n’y a qu’à voir les soucis de fabrication sur les 3008 et 5008. De gros défauts de conception qui sont résolus avec des bouts de chandelle.
De plus, PSA l’a annoncé pas d’embauche en CDI malgré les cadences retrouvées. Donc des intérimaires pour fabriquer des fleurons. On connaît le résultat. Cette prétention permanente me gonfle. À chaque sortie d’une berline ou routière française, on réinvente l’eau chaude
On verra dans quelques temps avec le recul
Pendant ce temps là le reste du monde s’arrache les Allemandes

Paul

Le 06/07/2018 à 22:56

Je n’étais pas à Genève, mais lors des essais, nous avions des pré-séries qui, honnêtement, faisaient preuve d’une qualité d’assemblage assez étonnante, bien loin (dans le bon sens) d’une Jaguar XE ou d’une Giulia par exemple 😉 Après la politique des Intérimaires/CDD/CDI, je pense qu’il ne faut pas oublier que la faillite c’était y’a à peine 6 ans hein, donc qui va piano… etc 😉

Franck

Le 07/07/2018 à 09:59

Le « qui va piano va sano » m’amuse toujours quand on veut expliquer le renouveau d’une marque. Les acheteurs n’en n’ont rien à carrer que Peugeot (ou Fiat, ou Alfa…) était dans la mouise il y a 6 ans et que petit à petit ils remontent la pente. Quand tu lâches 30 ou 40000€, tu veux ce qu’il y a de mieux sur le marché. Point barre.

J’ai écouté le discours d’un grand ponte de PSA sur Youtube interviewé par un blogueur dont tu avait relayé la vidéo sur boitier rouge. A la question « Y aura t-il un coupé ? » Le gars répond cash « Ah non, pas pour l’heure, moi vous comprenez j’ai une boite à faire tourner, je peux pas prendre de risques financiers pour l’instant. J’ai cru rêver. En clair, on a fait de la daube pendant 15 ans, aidez nous à repartir avec nos petits moyens et après on verra.
Et pendant ce temps là les allemandes…

zeboss

Le 08/07/2018 à 13:42

c’est peut être dommage mais une boite ne s’amuse pas à dépenser des thunes pour le « plaisir » quand elle sort d’une quasi faillite…
Alfa roméo a sorti des voitures images, 4C, Giulia 510 cv … etc etc et ça se vend mieux ?
bah non, un suv de 4.55m aurait sans doute sauvé la marque.
Psa n’est pas cinglé, (manque sans doute d’audace, surtout par le passé, et parfois de persévérance, comme aux USA quitte à garder une 505 propulsion remaniée pendant un temps)…
Mais la 508 II vise 90 % du marché réel et a les atouts pour y répondre, le break arrive pour ceux qui veulent un peu de volume à l’arrière pour emmener la famille en vacances 2 fois par an… et surtout elle apporte (enfin) un style à la française qui ne singe pas les allemandes (comme les Volvo ont un style scandinave). Quand on monte dedans, on n’est pas dans une pseudo VW ou Audi…
Quand à faire de la daube pendant 15 ans, je te laisse à ton commentaire inutile, Psa n’a pas plongé faute de qualité mais faute d’orientation du marché et de la dépendance à un marché exclusif…

Franck

Le 10/07/2018 à 17:49

Je crois qu’on va finir par comprendre en te lisant que si ce n’est pas français, cela n’en vaut pas la peine.
Oser dire que Peugeot n’a pas plongé faute de qualité, faut vraiment n’avoir jamais posé son fessier dans une 307 ou une 407 (je ne parle même pas des 406) ou être resté dans le coma entre 2000 et 2017.

Je précise que je roule en Saab au quotidien et que j’ai, entre autre, une excellente Peugeot 306 1.8 essence. Et que je n’ai jamais eu d’allemande.

Matt

Le 09/07/2018 à 12:57

Je vois pas trop le rapport avec les coupés. En vrai vous en voyez encore beaucoup des coupés neuf sur la route à l’heure actuelle? Sur le marché qu’on a maintenant c’est déjà un risque de miser sur une berline…

Wood

Le 13/07/2018 à 00:19

@Frank Je vois pas ce que la 406 fait là dedans… Elle était très bien finie pour l’époque et faisait un vrai bon en avant par rapport à la 405 !!!!!!

zeboss

Le 06/07/2018 à 23:40

c’est vrai, la Giulia est une super voiture, on en voit partout….
sur d’autres sites on appellerait laurent un Troll….

Guillem

Le 07/07/2018 à 00:24

C’est vrai! Même moi qui vit à Rome depuis l’an dernier, j’en vois très peu.
Par contre le Stelvio marché mieux, parce que le marché demande des SUV.
Après il ne faut pas oublier qu’Alfa revient de très très loin

Franck

Le 10/07/2018 à 17:51

Donc si on n’en voit pas, c’est que ce n’est pas bien. Raisonnement carré et implacable.
Du grand argument, y a pas.

zeboss

Le 13/07/2018 à 20:12

A priori tu es amateur des raisonnements entonnoirs…
J’ai dis plus haut que la 508 se distinguait des pseudos allemandes à l’intérieur (dehors aussi) tout en s’inspirant d’un style perso de la marque, pas que tous les autres étaient de la merde.
Deuzio, ma seconde remarque était parfaitement ironique, Carlos Tavares disait au sujet des plaintes de la disparition du RCZ : tout le monde en veut mais qui en achète ?
C’est un peu le sens de mon post sur la Giulia, wouaaa 510 cv, super… et qui en achète ????
Donc la voiture image dans une marque moribonde c’est le moment ou jamais pour se casser la gueule…
Quant à mon post sur la qualité PSA, bah figure toi que j’ai roulé en 307 I pendant 14 ans..
386000 kms au passage…
Durant cette période entre le désign parfois tendancieux, (la grande bouche 407, le module haut 307/308) il y a eu peut être à redire, mais quid d’Opel, FORD en fiabilité ? la même chose, parfois les mêmes moteurs..
etc etc..
Ça fait 30 ans que je roule en Peugeot, (1.8millions de km environ) et ne suit revenu que deux fois sur un plateau, une fois les puits de bougie noyés par la neige fondue après avoir fait joujou dans 40 cm de poudreuse et une autre fois après avoir embrassé une haie pour éviter une nana en face de moi…
Et depuis 2013 le score d’arrêt au garage est quasi égal à 0 :
207 essence 1.4l : 53000 km et 4 ampoules
expert 163 cv : 110 000 km et 8 ampoules
508 rxhhy4 : 32000 km et … nada (ha si, une ouïe de ventilation récalcitrante…).
expert IV 180 eat6 : 28000 km.. heu…. une crevaison, ça compte ?
Alors il y a peut être de petits trucs par ci par là, mais faut arrêter de se la jouer…
Et le gros point fort de PSA c’est qu’on peut s’amuser gentiment mais fermement avec tous les véhicules, surtout depuis l’EMP2 : même l’expert devient amusant sur routes sinueuses… J’ai même réussi à glisser du train arrière dans un virage serré, mais bon l’exercice est limite quand même avec les 2.2t de la bête chargée… et les pneus camionnette…
bises à toi quand même…

Alain

Le 07/07/2018 à 00:49

Je ne sais pas si c’est toujours d’actualité, mais je me rappelle, pour avoir bossé dessus, que des exemplaires du Berlingo Multispace 1er du nom, avaient été prélevés de chaine et étaient retouchés pour exposition dans les salons… et il y avait du taffe dessus!

JOHN FLAYK

Le 06/07/2018 à 23:35

Je serai curieux de savoir de nos jours qui serai capable de mettre 30 000 € dans une berline française certe bien réussi esthétiquement , mais assez petite face a la concurrence ( allemande anglaise , italienne ) ……..Et puis ce genre de voiture décote assez vite , encore plus de nos jours ….je pense que les plus gros clients vont être les société de locations et les administrations….

Paul

Le 06/07/2018 à 23:37

comme pour les autres… et oui (comme dit dans l’article) la cible (qui correspond à 90 % des ventes de ce segment) ce sont les flottes LDD/ LOA … La valeur résiduelle estimée par les professionnels de ce marché concernant la 508 semble assez élevée pour une française, proche des allemandes. A voir si cela se vérifiera

Matt

Le 09/07/2018 à 13:16

J’attends de voir aussi comment se comportera le marché. Par contre petite, c’est plutôt l’inverse:
-plus grande de 7 cm qu’une classe C
-plus grande de 13 cm qu’une série 3
-plus grande de 11cm qu’une Giulia
-plus grnade de 8cm qu’une XE
Si on compare aux Séries 5 ou Classe E là par contre effectivement c’est plus petit.

CENTiNEX

Le 06/07/2018 à 23:36

« design osé ».
Ha.
Typiquement du vocabulaire issu de l’art contemporain pour éviter de dire « moche ».

« c’est très clivant, ma foi, osé, qu’on apprécie ou non, remarquez, il faut reconnaître qu’on ne voit guère cela tout les jours et qu’une telle oeuvre ne laisse guère indifférent. » Voilà ce que les critiques branchés ont pu dire du plug anal de la place Vendôme, ce qui s’applique parfaitement à cette…. chose. On dirait l’oeuvre d’un jacky cinglé sur base Audi, et mention spéciale pour les néons lacérant la face avant, gadgets ringards passé de mode dans le tuning depuis des lustres, et particulièrement bien intégrés ici. C’est un transfuge de « DS » qui à dessiné ça?

Bref. Ou est le Peugeot bourgeois, sporty, dynamique, mais classe à la fois? 🙁

Paul

Le 06/07/2018 à 23:39

hum, pour avoir conduit (et donc fréquenté quelques jours) DS7 et 508, le style de la première se cherche quand la deuxième l’a trouvé. Après, on ne peut pas dire que la 508 ressemble à l’Arteon qui paraît certes belle mais très classique par rapport à la française… Il y a quelques tics stylistiques qui lui donnent une personnalité même si on adhère pas forcément (je n’aime pas les « dents de morse »)… Mais de là à regretter le style des Peugeot d’antan (504 ? 505 ?) que j’aime malgré tout : n’exagérons rien 😉

zeboss

Le 06/07/2018 à 23:51

a force de lire ce genre de commentaires, il apparait qu’il existe une sorte de snobisme franco français à démolir avec toujours les mêmes arguments montés en boucle…
Je serais curieux de découvrir vos vrais gouts, votre coté super-rebel sans doute pour vous pâmer devant une Audi ou trouver une Stinger « œuvre d’art » ».. (Cette dernière m’horripile pour la simple raison qu’aucun trait n’est équilibré, tout comme la Bm série 7 dernière génération).. mais comme elle embarque un moteur que personne n’achètera (comme les Corvette ou les Mustang 5.0) en france, ça fait hype de se br****** dessus…

Olivier

Le 10/07/2018 à 10:19

Non mais soyons sérieux un instant. Quand la DS5 est sortie elle tranchait réellement avec la production du moment. Elle était inovante, l’intérieur devenait enfin haut de gamme etc…idem pour la DS3 qui a dépoussiéré la gamme des citadine !
Même la 508 à sa sortie a fait plaisir, alors qu’on sortait d’une 407 à gueule de requin nourrice, mais la il est ou l’intérêt ? Il est où le coup d’éclat ?
Même les « dents » de les a l’avant n’est rien qu’une mise à jour des barres de leds de la ds3 (et je trouvais déjà ça ideux à l’époque)

Non c’est pataux, lourd et bling bling.

Emmanuel

Le 07/07/2018 à 10:10

J’attends de la voir en vrai mais cela me fait penser à la 407 à sa sortie : on lui trouve de l’allure au début avant de se dire que l’on affaire à des artifices esthétiques outrés pour « donner de la gueule » à une ligne généralement disgracieuse et mal équilibrée.

Je trouve que cela ne fonctionne pas. Mais encore une fois j’attends de la voir.

Olivier

Le 07/07/2018 à 10:32

Il serait important aussi de rappeler que PSA a tuer la concurrence en interne et de donnant pas de successeurs à la C6 et en interrompant l’évolution de la C5 en Europe (alors que le restylage a eu lieu en Chine, ou replatrage pour etre plus exacte).
Bref on bien bien ici la stratégie du groupe et le repositionnement des marques. En même temps comme le dit l’adage l’histoire est écrite par les vainqueurs…

zeboss

Le 07/07/2018 à 10:48

la C5 ne se vendait plus beaucoup et la plateforme démodée…
pas sur que la version China soit plus moderne.. A la limite une importation temporaire pour faire durer.. Mais quel intérêt ?

GILLES44

Le 07/07/2018 à 11:19

Au vu des photos elle est bien dans l air du temps…disgracieuse et boursouflee comme les allemandes (voir l horrible classe C).
L actuel cahier des charges du design mondial semble être fait de plis et replis de tôles avec des mufles inutilement agressifs…pour plaire au mauvais goût des pays émergents ?
En plus ici avec des moteurs en mousse…

Franck

Le 07/07/2018 à 11:45

C’est très méchant… Mais tellement vrai 🙁

Pierre

Le 07/07/2018 à 12:52

Je trouvais cette 508 trs belle est très légère en photos et reportages jusqu’à cet article.

L’avoir mise à côté de la 405, dans la même couleur et du même angle, montre le fossé qu’il y a entre la légèreté (gracilité?) de la 405 et la lourdeur de le nouvelle 508 (au même titre que les allemandes équivalentes).

Bon, personnellement, je trouve le dessin de la 505 plus élancé que bourgeois 😉

Quand à l’intérieur, pas encore pratiqué mais qui me semble également très (trop?) germanique, avec cette tendance à grossir les consoles centrales au lieu de les alléger, alors qu’il y aurait de qui, avec une boite auto et une traction avant, il n’y a même pas l’excuse du tunnel de transmission). A vérifier à l’occasion, mais j’ai peur de m’y sentir au moins aussi engoncé que dans une Audi A4.

Reste les touches piano, superbes, le principal argument de son intérieur pou moi 🙂

Corail77

Le 01/08/2018 à 13:02

Merci d’avoir écrit ce que je pensais, je n’en changerais pas un mot ! La 405 que je trouvais jusqu’alors trop banale passe pour un canon de beauté. Quant à la 505… c’est mon rêve !

J’ai du mal à apprécier le design des automobiles sorties depuis le milieu des années 90, trop féminin à mes yeux avec toutes ces courbes. Où sont passées les lignes tendues des modèles des années 80 dynamiques et évoquant tout de suite le plaisir de conduire ! A croire que les constructeurs se complaisent aujourd’hui à pondre du déplaçoir inesthétique…

Pour l’intérieur, j’ai également du mal avec les épais ponts centraux. Pour l’avoir essayé en salon, je me suis senti plus à l’étroit dans le 3008 que dans ma 309 pourtant lilliputienne à côté du SUV !

Jota

Le 07/07/2018 à 15:39

J’en ai vu une hier à Leclerc La Teste elle est sortie déjà?
Immatriculée 25 donc j’en ai déduit que c’était un gars de chez Peugeot, collaborateur ou autre.
Je n’ai pas trop pu l’approcher car il y avait madame et les enfants à l’interieur.
Impression positive mais sans plus je me suis pas pris une claque non plus. Effectivement elle fait beaucoup penser à l’Arteon, avec cette ligne de coupé-berline.

Paul

Le 07/07/2018 à 16:56

Pour l’instant effectivement, ce ne sont que des pré-séries donc voiture probablement conduite par un collaborateur (présentation au réseau ?)

Jota

Le 07/07/2018 à 22:49

C’est ce que je pensais, et plus étonnant (quoique) on voyait qu’elle avait déjà «des bornes», avec par exemple des jantes qui avaient un peu vécu. Je voulais demander au proprio mais il a mis du temps à revenir et sa famille était dedans.

zeboss

Le 08/07/2018 à 13:48

on en croise déjà pas mal sur l’A36/A6 qui font la navette sans doute entre la franche comté et vélizy…
Forcement des préséries, voir des protos, maintenant que tout le monde l’a vu en salon, pas un problème qu’elle roule aux yeux du public…

Schubert44@hotmail.com

Le 07/07/2018 à 21:06

Dans un reportage Boîtier Rouge précédent, elle m’avait emballé. C’est un peu moins le cas aujourd’hui, je lui ferais le reproche suivant:,dessin trop LOURD…. à l’intérieur comme à l’extérieur…. Je crois que la photo de comparaison avec la Mi16, m’a révélé la lourdeur du design, ainsi que la photo du capot avant et ses deux nervures sur le côté.
L’arrière est quant à lui très réussi, il en impose, l’avant également avec les petits phares est sympa et positivement agressif. Ce qui me dérange c’est ce petit volant , très réussi sur une 208, certes….. mais sur une 508 ? Ça fait tout de même bizarre…

fc30

Le 07/07/2018 à 23:37

Effectivement, la 405 (qui vient de fêter ses 31 ans) est toujours aussi belle.
Décidément je n’aime pas les deux « crocs » lumineux de la 508 (que je n’ai pas encore vue en vrai), mais je crains que sans eux la face avant aurait un aspect un peu trop grimaçant. L’arrière reste cependant très réussi, et les moteurs plus que suffisants y compris pour rouler sur autobahn…
Je pense aussi que Peugeot aurait intérêt à lancer en Europe dans quelques années la version 4 portes qui a été développée pour la Chine : je ne suis pas sûr que la présence d’un hayon, malgré une ligne sportive, soit forcément cohérente avec un positionnement de berline statutaire. Les ventes d’Arteon ou A5 restent bien inférieures à celles de Passat ou d’A4, et l’effet « coup de coeur » risque de ne plus bien marcher dans quelques années… Quant au marché des VTC, qui a effectivement absorbé beaucoup de 508 I et C5 II surtout à la fin de leur carrière (sans quoi ces modèles auraient probablement vu leur production écourtée), je pense qu’il ne faut pas le dénigrer : cela permet de faire connaître la voiture (bonne visibilité dans les rues + certainement des impressions très favorables auprès des clients de ces VTC), et cela permettra de faire du volume qui restera nécessaire quand le soufflet de l’effet nouveauté sera retombé.

J2M

Le 08/07/2018 à 11:50

On a du voir la même à La Teste. Bon, pas mal, mais pas de quoi rêver.
En me replongeant, rituel d’été, dans le spécial salon de l’AJ, je fais le point sur les grandes berlines/break essence pas trop chères (moins de 35 k €). Et bien il n’en reste que trois : la Renault, la Peugeot et la Mazda.
Les deux premières, pas vilaines (mais si…) traînent un réputation qui n’est malheureusement pas imméritée et des moteurs « downsizés » à l’extrême, qui leur font perdre le peu d’âme qui aurait poussé à signer pour un leasing (pas prise en propriété sur un truc impossible à revendre).
La japonaise affiche elle aussi une « gueule » et surtout deux vrais moteurs atmos à grosses gamelles.
Le marché français, vu sous la lorgnette très focalisée de l’AJ, (qui n’est désormais qu’une compil de l’offre en franco-français), ne permet plus de s’offrir un six cylindres pour moins de 50 k€ et ne propose plus qu’une seule berline (ou break) avec un moteur qui titre 160 cv de ses seules bielles.
Amateurs de berlines confortables, bien motorisées et pas trop chères, il ne vous reste que le marché de l’occasion ou l’importation solitaire. Bien triste tout ça.

zeboss

Le 08/07/2018 à 13:57

deux vrais moteurs en atmo à grosse gamelle, on a quand même l’impression de relire sans cesse des arguments surfaits… un peu comme sur les boites automatiques par le passé…
un moteur ça reste une puissance et un couple… et des disponibilités respectives…
donc sans faire d’essais ça me semble plutôt présomptueux de liquider un type de moteurs simplement par sa fiche technique, de plus plus Ford met un 1.1 l dans sa Mondéo….

CENTiNEX

Le 08/07/2018 à 15:06

Nan. IL n’y a pas de secrets, les petites cylindrés vont chercher leurs specs très haut dans les tours. En usage normal, on peut diviser par 2 la puissance des trucs « downsizé ». Exemple Volvo T6, c’est du vécu, la boite garde le régime moteur bas pour limiter la conso officielle, alors que les supposés 300ch sont a 5700 tours. En pratique un XC90 T6 tout neuf, c’est un veau qui broute à la première cote….
L’adjonction d’un moteur électrique, c’est la seule solution pour sauver ces blocs minables. Mais même, l’usage en transmission direct du moteur thermique est idiot, autant y aller franco et que ces moulins de motos servent de groupes électrogènes découplés de la route en tournant tout le temps a leur régime idéal de rendement maximal, et basta.
C’est triste a mourir, ca consomme pas grand chose de moins, mais ça rentrera dans les normes euro42 qui plaisent tant à Hidalgo.

Paul

Le 08/07/2018 à 16:57

Heu, pour avoir tester la 508 GT 225 donc, mais aussi la V90 T6 (320 ch), je ne suis pas d’accord / ces 4 pattes font parfaitement le jobs, tant en conduite autoroutière qu’en conduite dynamique (j’ai mis le lien de la T6 dans l’article)… Il y a un moment ou il faut arrêter : aujourd’hui, 90 % des ventes se font avec des 3 et 4 cylindres, y compris chez les « spécialistes »… La baraka de Peugeot (sans déconner j’écume les conf de presse et les voyages de presse, j’ai rarement vus des gens aussi confiants que ceux de chez Peugeot depuis 4 ans), elle est là. Je me souviens de Jean-Philippe Imparato et Maxime Picat me disant : tu vas voir Paul, on va cartonner avec la prochaine… cette prochaine, c’était la 3008 : même un anti-Peugeot convaincu sera obligé de dire qu’il s’agit d’une réussite commerciale, mais aussi produit (et j’aime pas les SUV)… En vrai et à mon grand regret, les V6 V8 et V12 deviendront des trucs de riches, d’amateurs éclairés, voire disparaîtront… Je ne le souhaite pas, mais bon, faut être miro pour ne pas voir l’électrique pointer son bout de nez, ou du moins l’hybride. L’adjonction d’un moteur électrique à un petit 4 cylindres se fait déjà chez les meilleurs outre-Rhin non ? (l’i8 par exemple ?) … Bref, ressasser le passé que j’adore par ailleurs, et toujours dire que l’herbe est plus verte ailleurs devient assez saoulant, limite troll 😉

CENTiNEX

Le 10/07/2018 à 16:04

Mais non mais non.
XC90 T6, 40m.kg de couple a 2200 tours, ok.
Sauf que la boite maintient le bouzin a 1500 gentiment, pour être Euro46 écolo, et ce même en côte, même en montagne, et derrière l’habitacle feutré du jouet de 2.5 tonnes, on sent quand même le bidule vibrer comme une 2CV qui à mal a ses segments et ça fait mal au dent au point qu’on ai envie de l’aider, d’appuyer un peu plus sur la pédale…. et la boite capte ça comme un kickdown, rétrograde, et le tank bondi comme un pachyderme sous acide.
Bref, tellement peu convaincu que j’avais plaisir a reprendre mon « vieux » D5.

Matt

Le 09/07/2018 à 14:24

Euh, un cours de physique? Puissance = couple x vitesse de rotation. La force des moteurs turbo c’est de pouvoir sortir leur couple max très tôt, mais aussi de le conserver. Dans ces conditions, le résultat c’est tout simplement que la courbe de couple est plate et on tracte direct en bas, mais mécaniquement la valeur de couple étant à peu près fixe la puissance max se situe… Au régime max. Et ca c’est justement parce qu’on a un véhicule très coupleux. Avec un atmo de puissance identique, on va avoir la puissance peut-être 500 voir 1000 tours plus bas, mais on va avoir une courbe de couple totalement vide à bas régime. Résultat: à puissance équivalente le turbo va tirer en bas ET en haut, quand l’atmo ne fera qu’un seul des deux.
———
Donc oui la puissance est en haut. Mais le couple lui, il est partout. Sur un atmo et puissance est en haut, et le couple aussi. D’où le fait qu’à moins qu’on cherche à faire des chronos on roule bas dans les tours quand on a du couple, au passage on consomme moins.
———
Aussi, allez vérifier des données de conso réelle de moteur downsizés par rapport aux atmos qu’ils ont remplacés, sur des sites comme spritmonitor par exemple (site où les utilisateurs renseignent les kilométrages qu’ils parcours et les quantités de carburant qu’ils consomment). Le résultat est sans appel. Quand j’ai comparé sur des catégorie à 90-110ch, la conso moyenne baissait de 1 à 2L…
———
Je suis un grand fan des multicylindres (j’ai 3 voitures à la maison, un seul 4 cylindres et je suis en train d’acheter un V8), mais il faut arrêter de fustiger le downsizing sur des voiture qui n’ont jamais eu vocation à être « plaisir »: ces moteurs sont bien meilleurs que beaucoup d’atmo qu’on a pu avoir avant en « déplaçoir ».

Wolfgang

Le 18/07/2018 à 22:28

J’ai une jag 4l avec un 6 en ligne. Elle tourne au ralenti si je roule aux limitations. Elle consomme pas plus que mon VM Diesel 2,5.
Faut arrêter avec le downsizing. Pour la fiabilité et la conso, mieux vaut un gros moteur qu’un turbo. Rien de plus glouton que les turbos en condition réelle.
Pour réduire la conso, commençons par arrêter de construire des ronds points et toute une panoplie de débilités qui cassent l’elan des autos. A chaque fois qu’on relance une bagnole elle consomme beaucoup. Si vous avez un ordi de bord avec la conso instantanée, regardez le. Idem avec le régulateur de vitesse: perte de l’elan dans les descentes et forçage dans les montées : environ 1 l de plus au cent. Merci les radars.

Matt

Le 24/07/2018 à 15:41

Et moi j’ai un 4 cylindres 1.6 atmo (XR3i 1984) deux 5 cylindres 2.5 turbo (Volvo C70 et V70 1999), le V8 que je suis en train d’acheter est une XJR x308, j’ai aussi eu un GMC Sierra 4.8, une Ford Sierra 2.0 carbu, une R11 GTX, le 5 cylindres volvo 2.5 en atmo, etc… Et je maintiens, si en roulant à vitesse stables au limitations on ne consomme pas trop avec un gros atmo, et bien c’est tout simplement encore plus flagrant en turbo. Et derrière en roulant tranquille le turbo permet justement de pas avoir à appuyer fort pour relancer et donc baisser la conso. Je faisait des consos plus élevées avec ma 850 atmo qu’avec ma V70 turbo. Alors oui c’est sûr que quand on appuie comme un bourrin la conso s’envole en turbo, mais en roulant normal c’est l’inverse… Et je maintiens que sur tous les gros moteurs que j’ai eu, c’est les turbos qui consommaient le moins en conduite normale, même si c’est aussi ceux qui consommaient le plus en conduite bourrin.
—-
Je maintiens qu’il suffit d’aller sur des sites types spritmonitor pour voir des consommations RELLES et non pas des consos annoncées sur des cycles simulés (puisque ce sont des gens qui rentrent les distances qu’ils parcourent et les quantités consommées) pour voir que le passage sur les « déplaçoirs » de l’atmo au turbo a réellement fait baisser les consos.

Matt02

Le 08/07/2018 à 18:50

Je vais faire mon rabat-joie 🙂
Je suis allé en formation près de Belfort il y a 3 semaines et j’ai vu la 508 2 sur l’autoroute. Elle rend plutôt bien.
Maintenant comme Pierre, je trouve la 405 beaucoup fluide, légère et équilibrée en photos. Le dessin est plus simple.
Une autre question, à quoi bon acheter ce genre de voiture ? Et pour qui ? Pour rouler à 80 euros les routes ? Dont la qualité ne cesse de se dégrader ?
Pour rouler sur l’autoroute ? Et se faire assassiner par le prix du péage ?
Je veux bien comprendre l’engouement créé par la sortie de ce modèle mais vu la direction prise par le pays, ça me parait disproportionné.
France is back, mais peut-on être fier d’un pays comptant 7 millions de personnes au RSA et 3 millions de chômeurs (officiels) ?
Un autre problème se profile, dans ce pays de fou, que va-t-il se passer avec les nouvelles normes d’homologation des consommations et qui va faire que le malus va maintenant se compter en milliers d’euros ?
Quand à l’hybride ou l’électrique, c’est une catastrophe écologique si l’on prend la chaine de production/dépollution dans sa globalité.
Bref je pense que les belles années de l’automobile sont derrières nous. L’engouement pour les youngtimers le prouve. Même si une partie est dû à la spéculation.
Bref une pensée pour les « pigeons » qui continuent d’acheter des voitures neuves en LOA ou LDD en pensant préserver leur pouvoir d’achat et permettent au système de tourner (pour combien de temps encore ?)…

Greg

Le 09/07/2018 à 10:45

Je plussoie…
Pour l’instant je fais encore partie des imbéciles heureux qui font tourner le commerce en rachetant une voiture neuve tous les 3 ans (et les 2 dernières sont des Peugeot made in Mulhouse…) mais je ne suis pas sûr de pouvoir suivre encore pendant des années pour les raisons présentées ci-dessus!
La nouvelle 508 a un effet « Waouh » indéniable, mais j’attends encore le tarif des modèles « normaux »: disons que 130 chevaux me paraissent largement raisonnables et réalistes pour trimbaler ma petite famille dans la future SW…

Olivier

Le 10/07/2018 à 10:05

« La 508 ? Aussi cruciale et sûrement « sucessfull » que la 405 en son temps »

Carrément ??? Tu n’as pas le sentiment d’en faire un chouïa too much ???

Comparer une berline familiale populaire spacieuse, sobre et efficace avec cette limace (c’est le premier truc qui me vient en voyant le profil) réservée à du cadre qui préférera aller taper chez bm au même prix où chez les suv ?
Mais quelle mouche les a piqué ?? Pourquoi faire un choix si mitigé ?? Aucun intérêt familial, aucun intérêt dans une gamme luxueuse, c’est du bling bling, et en plus ça n’a aucune originalité (bon en même temps Peugeot et originalité n’a pas souvent été de pair). Il n’y a qu’à voir le cul pompé sur une challenger…

Non franchement je ne partage pas ton enthousiasme. Oui j’imagine qu’elle est plus séduisante que sa devancière, oui elle est tape à l’oeil, mais c’est tout.

Décidemment je ne pige pas les choix des constructeurs français ces dernières années…

zeboss

Le 14/07/2018 à 12:23

cul pompé sur une challenger ?
des fois on s’étrangle (ouf de rire)…
comme si les designers de Vélizy avaient ce genre de perspectives…
Les 3008 / 5008 ont inauguré le bandeau avec les feu en griffe oblique, la 508II y ajoute un lien historique avec les feux de feu 504 coupé série I.
Du coup ça peut inspirer un rapprochement avec effectivement la challenger, pas de quoi en faire un fromage de tête, c’est toujours mieux que de ressembler à une kia, non ?

Greg

Le 10/07/2018 à 11:53

Difficile de prédire à la 508 II le même succès que la 405!
C’est pas la même époque!
Avant l’avènement de la Renault Mégane Scénic et consorts, il est vrai que pour une famille, le choix d’une voiture familiale s’imposait comme une évidence: 405, BX, R21, Passat, Sierra, etc.
Puis les monospaces compacts ont fait tomber la berline traditionnelle en désuétude.
Jusqu’à ce que les SUV les détrônent dans le cœur des familles.
Le contrepoint, c’est que ça pourrait ne pas durer longtemps:
les consommations homologuées par le nouveau cycle WLTP étant en totale opposition avec la « trajectoire » CO2 imposée par Bruxelles, les constructeurs constatent avec effroi une remontée de leurs émissions… largement imputable au succès commercial:
1- des SUV
2- des motorisations essence
Peugeot étant l’un des premiers concernés en raison du succès du nouveau 3008!
Les berlines surbaissées et avec un profil fast-back pourraient s’imposer comme une évidence pour maîtriser les consommations et les rejets de gaz à effet de serre…
Le diktat de 95g de CO2/km sur la moyenne de l’ensemble des véhicules neufs semble hors d’atteinte avec un mix de vente constitué majoritairement de SUV!
Et l’échéance, c’est pour le 1er janvier 2021, autant dire « demain » à l’échelle industrielle!
Alors, peut-être qu’avec des motorisations plus sobres et des tarifs plus accessibles…
Comme une certaine Peugeot 405 en son temps: les Mi16 et Turbo 16 ne constituaient certes pas l’essentiel des ventes!

lesautosdephil

Le 10/07/2018 à 14:24

Eh bé, cette 508 2 fait déjà couler beaucoup d’encre entre pros et contras ! Personnellement je rejoins totalement l’avis de Paul qu’il faille se réjouir du renouveau de Peugeot, ne boudons pas notre plaisir de voir un constructeur français sortant des produits rafraichissants et qui essaie de (re)-trouver sa place sur le dur marché automobile. Cela me rappelle les 80 années avec les 205 et 405.
D’ailleurs, en voyant courir Carlos Tavarès au Mans Classic le week-end dernier, je me suis fait la réflexion que PSA avait de la chance d’avoir un patron passionné par le produit dont il s’occupe. Il y a un précèdent en la personne de Ferdinand Piech qui a « monté » la gamme Audi en face de BMW et Mercedes avec le succès que l’on sait !
A mon sens, la 508 2 s’inscrit dans les gênes des berlines Peugeot d’autrefois : élégance, distinction et subtile agressivité au même titre que les 504, 505 et 405 par exemple. J’aime la voiture ancienne et je ne renie pas pour autant les évolutions inéluctables actuelles. Pour preuve, j’ai illustré certaines des autos dont nous parlons sur mon propre blog http://www.lesautosdephil.com. Si vous êtes comme moi, n’hésitez pas à y faire un tour !

zeboss

Le 13/07/2018 à 20:29

yes..
J’aime bien ta 505 Alpina..
En fait elle a un peu existé mais version française, c’est à dire plutôt course que hautes perf prestige, sous l’égide de Danielson, mais sur une base Turbo et pas V6.
De petits malins ont tentés de glisser le V6 des Venturi dedans mais en édition (très) limitée…
et c’est a peu près tout.
Espérons que la 508II offre les mêmes sensations…

zeboss

Le 13/07/2018 à 20:31

oops
le v6 mais à carbu a bien existé : (ma mémoire flanche) :
http://www.zeperfs.com/fiche2626-peugeot-505-v6-danielson.htm

Lesautosdephil

Le 14/07/2018 à 12:53

Merci pour le compliment ! J’avais oublié cette préparation Danielson, mais assez confidentielle et comme tu dis, plus orientée perfs que grand tourisme. Si je me souviens bien ce préparateur offficiait pas mal en championnat de tourisme, d’ou sans doute l’orientation donnée à la version civile.

zeboss

Le 20/07/2018 à 21:32

la 505 v6 injection a aussi existé, non plus en prv mais en Es9… Danielson a en effet produit beaucoup de moteur de course pour la 505, et de voitures complètes.
Dommage que le v6 sur la 505 n’ait pas été poursuivi, en lui greffant la version 300 atlantique de la venturi..
le manque de persévérance traditionnel des français…

Wolfgang

Le 18/07/2018 à 22:13

Moi je lui trouve des airs d’americaine.
Mais de l’americaine Japonisante. Pas une challenger ou une charger.
Et puis beaucoup plus cher qu’une vraie américaine.
Je ne suis pas conquis.
C’est pas classe. J’ai du mal à l’avouer mais Renault fait plus classe à présent.

zeboss

Le 20/07/2018 à 21:33

Y aura t’il quelqu’un de BR ce week end à Magny cours ?

zeboss

Le 22/07/2018 à 21:39

Et bien un petit dimanche à la campagne, ou plutôt à Magny cours et un tour au volant des 508 (et d’un Rifter) offert par la maison du Lion.. Pour confirmer quelques impressions by Paul.
Dégagons de suite une impression qui en rebutera plus d’un, non pas qu’il n’y ait pas de place dedans, y compris à l’arrière mais c’est vrai que le sentiment d’enfermement est un peu présent, surtout que pour une raison indéterminée malgré des sièges en cuir rouge, on a droit à un ciel de toit noir, des garnitures de portes rouges et noires. Donc du coup ça fait un peu resserré y compris avec la console centrale plutôt large voir très large en comparaison de l’actuelle 508.
D’un autre côté, un sentiment de sécurité s’en dégage aussi, cocon serré autour de vous… la place en longueur est présent et on trouve très vite sa place, à condition la aussi de baisser le siège conducteur au maximum. Du coup avec le petit volant en main on a franchement l’impression de prendre en main une voiture de course…
De course justement la précision du train avant, la réponse du moteur, pour jouer il est impossible de savoir si c’est un essence ou un diesel qui vous emmène, aucun bruit, silence total et tapis volant pour tout le monde (GT line inside).
Principal problème de l’essai, c’était en formation, donc style pépère, on laisse les copains s’éloigner et on appuie un peu sur l’accélérateur… puis bah on reprend le 80 (?).
Pour jouer faudra revenir, mais la légèreté et la précision sont là, franchement par rapport à la précédente, le gabarit semble nettement plus petit.
La conduite semi autonome est fonctionnelle et c’est amusant. clairement PSA la gère bien, et si ce n’était la réglementation je pense qu’il est possible de passer les mains sur les genoux, (là faut tenir le volant avec au moins une main sinon bip bip)…
Pour le reste, les autos n’avaient que 1500 km au compteur donc sorties fraichement d’usine et avaient l’air plutôt très bien finies, mêmes les plastiques de tour de porte sont qualitatifs et bien jointés.
Pas non plus eu le temps de jouer à Sherlock Homes non plus…
Sinon un petit tour dans le Rifter pour le retour et en dehors d’une position de conduite haute et un volume de cabine nettement plus aéré on se retrouve comme dans une 508.. (heu, bon j’exagère un poil mais l’EMP2 est sans doute LA plateforme, berline mini VU ou VU, les qualités restent).
Confort et précision.. le petit volant est amusant mais là avec un moteur de 100cv ça ne le fait que très moyennement…

Olivier S

Le 23/07/2018 à 17:30

Je l’ai croisée sur l’autoroute fin juin en revenant d’un tour en moto en Corse et Italie du sud – esthétiquement, la nouvelle 508 est absolument SUPERBE, au moins vu de l’extérieur! De la présence, une ligne élégante avec un reste d’agressivité, sans tomber trop dans le design Manga Japonais ou le sérieux teuton…
.
Enfin une berline PSA qui n’a pas l’air d’un veau, bordant au petit-bourgeois anonyme (508I…) et qui ne sui pas la mode des « Panzer maquillé » du type SUV-Crossover (comme toutes les « DS »).
.
Bien vu de l’auteur: Elle est « fresh » – comme la 405 dans son temps!
.
Par contre, le choix réduit des moteurs et des carrosseries – bof, et re-bof…
.
Voici les concurrentes:
.
VW Passat/ Arteon / Audi A4/A5 / Skoda Superb, BMW 3 et Mercedes-Benz C ou CLA, voir même Ford Mondeo, Opel Insignia, Hyundai i40, Kia Optima, Mazda 6, Toyota Avensis, Renault Latitude, Alfa Giulia,
.
Dans certains marché comme la France, ils sont aussi obligés a faire du downsizing avec suralimentation extrémiste.

Mais au moins les Allemands donnent toujours le choix immense d’une douzaine de motorisations et souvent le choix entre divers carrosseries classiques comme des berlines 4 portes, Break, 5-portes hayon GT haut, 5 portes hayon coupé sport, Coupé 5 portes et Cabriolet.
.
Cette concurrence peut offrir un peu tout dans ce créneau, adaptable pour tous le marchés du monde, USA, Moyen Orient, Europe, Russie, Amérique du Sud, AustralAsie et Afrique inclus – il faut simplement voire la Série 3 de BMW ou les classes C / CLA.
.
Avec un choix réduit a une seule petite cylindrée de 1.6 turbo en essence (en plus, un moteur d’une histoire très problématique sur les Mini…), plus que deux Diesels relativement petit, la 508 restera un produit de toute petite niche surtout avec la France et l’Espagne prenant le gros de la production, plus une cible de quelques individualistes dans des pays voisin avec forte pénalisation CO².
.
Bon, peut-être la Chine s’y mettra a la 508 en masse (mais sans version longue de prestige? Je n’y crois pas vraiment…), mais le reste du monde, Allemagne et Suisse inclus? Ca ne marchera pas avec ce choix réduit!
.
En comparison directe, voici le choix que vous donne BMW sur la base de la série 3 déjà un peu vieillissante (je ne compte donc pas les SUV / Cross-Over sur cette même base…):

– 7 carrosseries (oui, SEPT!): berline 4 portes, berline 4 portes longue chauffeur (Chine), Break Touring, Grand Turismo GT 5 portes haut, Coupé 2 portes série 4, Cabriolet série 4
– Moteurs de toutes sortes en 3, 4 ou 6 cylindres en ligne essence: 316i / 318i / 320i EDE 1.5l 3 cyl. de merde pour les radins, 320i / 328i / 330i 2.0l 4-cylindres, 335i / 340i / M3 3.0l 6-cylindres en ligne, dans une douzaines de déclinaisons allant de 116CV (316d) à 460CV (M3 CS)
– Une multitude de Diesels, 6-cylindres en ligne a plus de 300CV inclus
– Disponible en propulsion, mais aussi comme Hybride 330e, ou en mode 4×4 XDrive Intégrale disponible dès la version 320i (ca se vend très bien en Suisse / Autriche, dans les pays du nord, et surtout en USA et Russie!).
– Tout ca moins cher qu’une 508 en leasing de fonction (surtout dans les pays ou le leasing compte 80% du marché dans ce créneau: RFA, UK, USA)
.
Le choix que Peugeot nous donne avec la 508 II berline-coupé comme milieux de gamme classique me parait donc un peu Soviétique:
.
« Voila la nouvelle Lada Shiguli 508 essence 1.6, il y en aura aussi une en Diesel HDi, et 2 ans plus tard un break avec option attelage de remorque pour les kolkhozes collectives. T’as la libre sélection de ta couleur (tant que c’est du noir, du gris ou du rouge…). »
.
Bon, j’exagère, mais c’est peu de choix par rapport a l’immense variabilité de concurrence qui se vend très bien en toute déclinaisons a peine 10km de l’usine PSA de Mulhouse…
.
Par contre, la 508II me parait plus désirable que l’Opel / Vauxhall Insignia / Holden Commodore NG / Buick Regal (Chine) qui vient juste de sortir, une autre berline PSA qui sera en concurrence directe avec la 508.
.
Au moins l’Insignia est disponible en 4×4, comme certaines motorisations (biturbo 260CV et Diesel 210CV) et marchés (Suisse / Autriche / Scandinavie et régions de montagnes) le demandent!
.
Avec Peugeot, Citroen, DS, et Opel / Vauxhall, on aurait bien pu se mettre ensemble sur un choix plus grand en motorisations, et disponibilité d’un train 4×4 sportif? C’est possible sans que ca rappelle British Leyland des 70’s, comme: Rover SD1 2600 vs. Triumph 2500 vs. Morris 2200 vs. BL « Austin / Morris » 18-22 Princess… 😉
.
Mais c’est un très bon début pour redémarrer les ventes Peugeot dans ce segment très contesté!
.
J’espère d’en voir beaucoup de mon coté est du Rhin, même si n’y croit pas vraiment…

zeboss

Le 23/07/2018 à 18:49

belle démonstration de savoir sur la Bm, mais combien se vendent par catégorie ?
D’autant que Bm justement a décidé de farcir toutes les niches, c’est vrai, mais le gros de la vente se fait sur combien et combien à chaque fois ?
Suffit de comparer avec VW Passat, et là les versions fondent au soleil (pour celles qui font du volume) et au passage quelle image a ce modèle pourtant le plus vendu en Europe ? (break de Police en Allemagne, Autriche Scandinavie – et encore en forte concurrence de l’Octavia) ?
C’est déjà bien de comparer la 508 à une bm mais commercialement la Mondéo ou la Passat sont plus en ligne de mire même si Artéon et A5 sont citées !

ArnoBarth

Le 07/08/2018 à 10:28

Cette teinte bleue métallisée… Sur certains détails cette 508 II me rappelle la 504 qui avait d’abord appartenu à mon grand père puis mon père (avant de laisser sa place à une 405 SRi).
Le gros plan sur la calandre, avec ce numéro et ce lion en dessous… J’en ai des frissons de nostalgie.
Vous avez fait une belle analyse de la stratégie de Peugeot, tan sur le design (casser l’image « Taxi low cost ») que sur la communication (attirer l’acheteur de la sage Passat qui aura un peu l’impression d’acheter la concurrente du modèle au dessus).
Merci pour la qualité de vos articles ! Je les lit depuis un moment, mais c’est la première fois que je poste.

Laisser un commentaire