Peugeot Pick Up : le retour du Lion en Afrique

Publié le mercredi 21 juin 2017.
Mis à jour le dimanche 7 octobre 2018.
Retour

Chouette, une nouveauté Peugeot presque inattendue. A partir de septembre, les pays d’Afrique pourront s’offrir un superbe Pick-Up (c’est son nom, pourquoi faire compliqué) frappé du lion, avec une belle calandre à la mode 3008 ! Une preuve supplémentaire du dynamisme de Peugeot, qui désormais ne sous-estime plus aucun marché, en particulier l’Afrique sub-saharienne ouest et le Maghreb, une zone où la marque française a longtemps régné en maître avant de céder du terrain face aux 4×4 et pick-up japonais plus adaptés à la demande. Avec le Peugeot Pick-Up, le lion est à nouveau dans la course, 12 ans après l’arrêt de la fabrication de la 504 Pick-up au Nigeria (lire aussi : Peugeot 504 Pick Up au Nigeria).

La 504 Pick up (en haut) et sa version 4×4 Dangel (en bas)

A l’annonce de ce lancement, j’ai déjà vu de ci de là des commentaires acerbes sur ce Pick-Up presque daté dans son design malgré sa calandre revisitée. Mais les commentateurs de tous poils oublient une chose : il s’agit d’un produit destiné à lutter commercialement avec des produits basiques neufs ou d’occasion. Sur ces marchés, le look importe moins qu’une certaine rusticité, une efficacité en tout terrain (même si le Pick Up sera aussi disponible en 4×2 propulsion), et un tarif canon.

Ce nouveau Pick-Up n’aura coûté à Peugeot qu’un sobre restylage, puisqu’il s’agit en fait d’un Dongfeng Rich. Ce qui est intéressant dans cette affaire, c’est que l’on voit que Dongfeng n’est pas là que pour « utiliser » (certains diront « pomper ») la technologie PSA, mais aussi pour fournir à son allié français (dont il est, je vous le rappelle, un des actionnaires principaux aux côtés de la Famille Peugeot et de l’Etat Français) les produits qui lui manquent sur certains marchés.

Le Dongfeng Rich sert de base au Peugeot Pick Up

Il s’agit donc d’un Pick-Up double cabine de 5,08 m, ce qui le classe dans la catégorie « compacte ». Le lettrage Peugeot sur la ridelle arrière fait écho aux 404 et 504 pick up de la grande époque, mais pour le reste, le Rich est nettement reconnaissable. Cela dit, peu importe : désormais, Peugeot pourra lutter à armes égales sur le continent africain, sur un segment qui représente 56 000 véhicules par an. Les volumes potentiels sont donc relativement modestes, ce qui explique le choix d’une base Dongfeng éprouvée, déjà amortie, efficace et rustique.

le Pick Up 4×2 se distingue du 4×4 par l’absence d’arceau chromé au niveau de la benne

Sous le capot, on trouve un 2.5 Turbo Diesel de 115 chevaux. Il ne s’agit pas d’un moteur Peugeot, mais d’un moteur produit par Dongfeng Nissan Diesel Company. Oui vous avez bien lu Nissan. C’est d’ailleurs le joint venture Dongfeng Nissan Passenger Vehicle Co (Zengzhou Nissan) qui produit le Dongfeng Rich (dérivé du Nissan D22) et produira ce nouveau Peugeot Pick Up (qui trouve donc ses origines chez Nissan, avouez que c’est cocasse). Voilà comment à peu de frais Peugeot s’offre un come back en Afrique.

Ce Pick Up n’est en aucun cas prévu pour l’Europe, ni aucun autre marché (Amérique Latine ou Asie), et restera l’apanage de l’Afrique. En revanche, Carlos Tavares a annoncé dans le cadre du plan Push to Pass le lancement d’un autre Pick Up, qui sera vraisemblablement développé en interne (donc sans alliance avec un partenaire japonais comme cela a pu être évoqué). Ce nouveau produit sera pensé pour les marchés spécifiques de l’Amérique Latine ou la Russie, mais pourrait, comme le Renault Alaskan, être proposé sur les marchés européens dans un second temps.

En attendant, Peugeot reprend pied en Afrique, avec un produit adapté (la 301, c’est bien pour une clientèle urbaine, mais pas vraiment pour le Sahara, lire aussi : La Peugeot 301 au Nigeria), prenant la suite logique de la regretté 504. En proposant une transmission intégrale, le Pick Up reprend en outre le flambeau de la 504 Dangel et fait d’une pierre deux coups (lire aussi : Peugeot 504 Dangel). Alors réjouissons-nous : malgré le peu de sex-appeal du produit pour une clientèle européenne, le Pick Up pourrait bien créer la surprise en Afrique !

Pour info, le Pick Up sera commercialisé en septembre dans les pays suivant: Maroc, Tunisie, Libye, Nigéria, Pays CFAO hors Cote d’ivoire (Burkina Faso, Cameroun, Congo, Congo (RDC), Gabon, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad), Benin, Ghana & Togo.

Articles associés

29 commentaires

Rubinho

Le 21/06/2017 à 14:19

On ne peut que se féliciter d un tel retour avec, enfin un produit qui répond à la vraie demande marche : charge/fiabilité (enfin normalement, vue le vhl d origine)/prix.
Enfin PSA a su ne pas faire du PSA en voulant a tt prix utiliser des bases/équipements/usines… qui ne permettent pas de répondre au cahier des charges et qui font au final qqc qui est à mi chemin de ce que ça devrait être ….
Alors certes ç est pas sexy, ç est très daté en design … mais c est d un point de vue de chez nous, et comme nous ne sommes pas la cible, peu importe 🙂

Jean-Michel

Le 21/06/2017 à 14:27

Malheureusement, cela ressemble plus à l’implantation de Dongfeng en Afrique , via l’utilisation du nom de son petit associé français, Peugeot étant une marque encore mythique dans de nombreux pays africains…

Wolfgang

Le 23/06/2017 à 15:26

Bien analysé !
Mais c’est pas grave, mieux vaut vendre ça que rien…

philippe

Le 23/06/2017 à 17:48

S’il s’agit de maintenir le réseau en vie c’est une bonne affaire mais il faudra avoir des vraies Peugeot à vendre rapidement, sans quoi gageons que Dong-Feng se débarrassera vite de Peugeot. Great Wall et Brilliance ont déjà commencé de s’implanter, aucune raison que Dong-Feng soit à la traine. Ils ont fait le choix de l’utilisation d’un réseau de vente existant pour une pénétration plus rapide sans-doute.

Olivier S

Le 21/06/2017 à 14:47

Bien fait!
.
Mais c’est un peut trop tard – Peugeot a depuis longtemps perdu son statut de quasi-monopole dans le parc automobile rural des années 60 – 90 dans la plupart des pays Africains francophones, et l’Afrique anglophone comme le Nigeria, Kenya etc.
.
Il n’y avait plus de modèles propulsion a mécanique simple et donc plus convenables au conditions extrêmes. Les Japonais, puis Coréens et Chinois font les affaires dorénavant.
.
J’ai été au Mail il y a 5 ans environ. L’ultra-robuste 504 Break-Familiale et pick-up bâché faisait toujours la quasi-totalité des transports taxi-brousse dans la région rurale autour de Mopti. Les privés bien aisé, c’est plutôt Toyota Corolla, Mercedes 190 / W123 / W124 ou bien Toyota Land-Cruiser HDJ100 pour les dignitaires – Presque aucune Peugeot 504/505 restante dans ce marché-la, la 405 et ses suivantes n’a jamais fait l’affaire.
.
Par contre, cette expérience en 504 Break taxi-brousse a travers le Mali du Sud m’a poussé a en acheter une moi-même! Ici, en RFA, il en reste que quatre (4!) immatriculées dans tout le pays (le reste du parc allemand de 504 restantes roule en Afrique profonde depuis bien plus de 20 ans, il ne restent que les 504 Ti essence à injection, puis un nombre immense de Cabrios et Coupés Pininfarina…) 🙂
.
Par contre, 4×4 ou pickup, c’est à 90% du gros Toyota en versions ONU / Afrique, au moins la au j’étais.
.
Le marché du neuf est minuscule en zone CFA rurale – réduit aux quelques organismes internationales, gouvernement et quelques entreprises minières, ça doit faire quelques douzaines de voitures neuves dans des régions grandes comme la France. Quasi exclusivement du Japonais.
.
Le Maghreb, la Lybie et surtout l’Égypte c’est un toute autre chose, les chinois se sont mis a vendre des bateaux plein de pick-up neuf cloné des Toyota Hilux, Nissan D22 ou Isuzu FT/Rodeo/D-Max des années 80-90 (comme la Dongfeng Rich, en faite une bonne vielle Nissan D22 / NP300). Même en Afrique du Sud, les Chinois commencent a s’implanter en force avec du CKD pour les « bakkies » (pickups).
.
La base Nissan NP300 de la Dongfeng Rich est relativement robuste, mais très loin du niveau d’une Toyota HZJ78 à 6-cylindres 4.2l de fabrication Japonaise ou d’assemblage CKD Portugais (en place jusqu’à ce jour, mais pour l’Afrique et Organismes Internationals uniquement!).
.
Mais vu l’origine chinoise de l’engin, elle devrai coûter au minimum la moitié ou même trois fois moins chère que cette dernière, et devra avoir un prix considérablement meilleur qu’une Toyota Hilux produite en Afrique du Sud pour être viable!
.
Problème pour Peugeot-Dongfeng:
.
La Nissan NP300 est déjà assemblée en CKD au Kenia. De plus, elle est vendu officiellement par le Réseau Renault-Nissan…
.
http://www.nissankenya.com/vehicles/np300-hardbody/
.
Je me demande comment Peugeot, Dongfeng et Renault-Nissan se sont reparti les marchés très divers de l’Afrique: Est-ce qu’il se vont faire de la concurrence avec une base commune?

Paul

Le 21/06/2017 à 14:50

Comme indiqué en fin d’article, le Pick Up Peugeot ne sera vendu que dans certains pays africains, et donc pas au Kenya.

Navigator84

Le 21/06/2017 à 15:25

Si je dis dis pas de bêtises, Zhengzhou Nissan et Dongfeng Dongfeng Nissan sont deux entités bien différentes. Possédant chacune de ses structures de production et de vente.

Zhengzhou Nissan a d’ailleurs été créé bien avant l’autre, dans les années 1990.

La JV a produit ou produit les pick-ups D21, D22/NP300 (et versions SUVisées) et D23, le 4×4 Paladin (Xterra) et sa version Dongfeng (Oting) et 2-3 vans.

philippe

Le 21/06/2017 à 22:16

Très juste. Dong-Feng Nissan (DFL) ne produit que des véhicules passagers et SUV, pas d’utilitaires.

Heathcliff

Le 22/06/2017 à 13:15

Il semble que Zhengzhou Nissan soit en effet une Joint-Venture distincte de Dongfeng-Nissan. Mais Zhengzhou-Nissan est quand même une joint-venture de Dongfeng Motors et Nissan. En d’autre termes, Dongfeng et Nissan ont 2 joint-ventures : pour les voitures et pour les utilitaires.

Fils de Pub

Le 21/06/2017 à 20:02

« Le retour du Lion en Afrique ».
Votre titre est ambigu et il questionne.
Le Lion étant avant tout l’emblème de l’Afrique. En cinquante ans la population des lions d’Afrique a été divisée par trois quand dans le même temps celle des hommes a été augmentée du même multiplicateur… Les savanes se sont transformées en terres agricoles et l’habitat naturel du lion a reculé. Je vous passe les épidémies, la chasse, le braconnage et quelques autres joyeusetés… Qu’un industriel venu du continent du dessus, précisément de France, de ce pays enrichi grassement au cours des siècles passés des richesses naturels du continent noir (qui a dit pillage…), de ce berceau de l’humanité, et qui porte au pinacle de sa maison le symbole de l’animal emblématique de la force et du courage, vienne jusque en terres africaines le brandir sans humilité sur les calandres et les ridelles de ses productions mécanisées est en soit déjà un véritable affront pour ces peuples endémiques. Mais qu’il annonce son retour aujourd’hui fort d’un vent d’Est Mandarin en arborant toujours et encore ce même écusson cherchant à se rappeler aux bons souvenirs des populations autochtones, est une erreur stratégique de communication sans nom. Comme vous le dites, « sur ces marchés, le look importe moins qu’une certaine rusticité », le produit doit être efficace. Le français est arrogant, le chinois est humble, Dongfeng aurait suffi.

Molodoï

Le 21/06/2017 à 21:55

Quelle arrogance !
Le lion Peugeot est celui de Belfort.
Quant à l’animal, il était encore présent en Europe un peu avant le début de l’ère chrétienne.
Le français est arrogant. En effet.

philippe

Le 21/06/2017 à 22:10

Le lion de Peugeot est antérieur à celui de Belfort.
Il s’agit en fait du blason de la Franche-Comté, tandis que celui de Belfort (alors alsacienne) a été réalisé par Bartholdi entre 1875 et 1880 en raison de la résistance de la ville en 1870 contre les Prussiens sous le commandement de Denfert-Rochereau.

Fils de Pub

Le 22/06/2017 à 10:51

L’article me questionnait sur la pertinence du choix de la marque destinée à porter ce projet de (re)conquête et non sur l’héraldique de la Franche-Comté. Mais il est sans doutes plus efficace à court-terme de communiquer sur une marque déjà implantée sur le territoire et dans les esprits. La question de la crédibilité viendra ensuite lorsqu’il s’agira de lutter contre l’importation massive de pièces détachées en provenance directe de l’Empire du milieu…

Jacques Sénégal

Le 22/06/2017 à 13:58

Vous auriez pu tout aussi bien vous questionner sur la justification de toutes ces mains courantes, optionnelles probablement, mais dont on peut supposer sans trop se tromper à quel type de transport malheureusement elles s’adressent… En première main, si je puis dire, pour les organisations humanitaires et une fois le véhicule rincé, en seconde pour des taxis brousse surchargés… On ne refera pas le monde mais la sécurité de ces populations questionne tout autant…

Wolfgang

Le 23/06/2017 à 15:47

Vous avez une vision un peu réductrice de la colonisation… Vous ne voyez que pillage et exploitation … vous pourriez aussi regarder ce que l’Europe a apporté : la médecine, l’école, les capitaux pour développer les industries. Le bilan n’est pas si négatif que ça… Sans nous leur situation actuelle serait bien pire.
Et si tant de gens veulent venir en europe, c’est qu’ils voient que leurs dirigeants actuels sont incapables de gérer efficacement leurs pays et qu’ils regrettent notre départ.
Parler du lion Peugeot et dériver vers la colonisation, c’est quand même alambiqué comme processus intellectuel… L’Afrique n’a pas le monopole des lions…

philippe

Le 23/06/2017 à 17:55

Ce n’est certes pas le lieu d’entamer un débat sur la colonisation mais l’opinion inverse se défend. En imposant son ordre, elle a totalement bloqué le développement de l’Afrique. Si l’on veut prendre un exemple qui n’implique pas la France, les anciennes colonies portugaises devaient se cantonner à la culture du coton et crevaient littéralement de faim faute de pouvoir établir des cultures vivrières.
Les ex colons ont laissés derrière eux des frontières ineptes au mépris des ethnies, mis en place des régimes corrompus, le tout générant des conflits poussant à l’émigration économique.

fouad el meherzi

Le 24/06/2017 à 02:10

bonsoir,
Monsieur, il serait plus judicieux de développer autour du sujet -l’article- de base et ne pas s’enliser dans des débats ou suggestions qui dépassent de tout bord.l’histoire concerne ceux qui l’ont vécu nous on en garde juste sur quoi capitaliser pour en vivre une autre plus équitable, c’est comme ça que le monde pourra aller de l’avant.

Fils de Pub

Le 24/06/2017 à 10:49

Le temps effaçant les traces, nous avons sans doutes tous une vision réductrice de la colonisation qu’il convient parfois de rafraîchir. Je vous renvoie pour cela au discours de Jules Ferry tenu devant les députés le 28 juillet 1885. Cela ne fait jamais que 132 ans…

Jean Yves

Le 21/06/2017 à 21:03

Un retour de Peugeot sur ce segment, même sur base chino_Nissan, ne peut être que bénéfique. J’ai vécu à Abidjan/Ouagadougou/Bamako il y à 20 ans, j’y retourne épisodiquement, la marque est morte depuis bien longtemps, le passage à la traction avant et au moteur transversal ayant été le début du déclin, car incompatible avec la poussière de latérite et le nid de poule… survive les 504/505, les quelques taxi 205/ZX finissant inévitablement remotorisé avec des moteurs… Nissan, car « c’est moins ser patron, et c’est trop-trop solide », donc japonouille de tout type et merco : Alors oui, retour de la marque pour proposer autre chose que des 508 ou des Partner et tenter de conquérir une autre clientèle que les ambassades et consulats Français. Anectotique, la marque Peugeot était aussi très présente avec la P50 (le Peugeot 103, et la Ninja, le 103 SP) assemblé localement (usine au Burkina), indestructible, réparable à l’infini mais devenu deux fois plus chère (+/- 650 €) que des petites moto chinoise en plastique débarquée il y à une dizaine d’année, au dernières nouvelles l’homme de la rue réfléchi bien car le cour de l’occasion de la « mob » c’est très bien maintenu.

Philippe

Le 21/06/2017 à 21:12

Le cross-badge est un mal désespérant. On pensait que ça se calmerait chez PSA après la rupture Mitsubishi. Et ça reprend avec un ancien Nissan Frontier fabriqué en Tunisie.
Dong-Feng étant une holding on imagine que Carlos 1er a donné son aval pour que Carlos 2 puisse monter une Nissan sous badge Peugeot.

bruno

Le 22/06/2017 à 00:48

quand il s’agit de piquer des parts de marché a ses petits copains, tous les coups, et toutes les alliances sont permises
Dongfeng a permis de faire le lien sur cette opération gagnant-gagnant car Nissan n’est pas implanté dans les pays cités par Paul (a part le Maroc, le Ghana et le Nigéria), et ça constitue un début de gamme avec la 301 pour pas cher
ça sent le partage de l’Afrique pour les pick-up (« est » pour Nissan, « ouest » pour Peugeot)
http://www.nissanafrica.com/vehicles/np300-hardbody/

http://www.nissan-global.com/EN/NISSAN/
Nissan Afrique : Algeria, Angola, Egypt, Ghana, Kenya, Madagascar, Mauritius, Morocco, Mozambique, Nigeria, South Africa, Sudan, Uganda, Yemen
Peugeot pick-up : Maroc, Tunisie, Libye, Nigéria, Pays CFAO hors Cote d’ivoire (Burkina Faso, Cameroun, Congo, Congo (RDC), Gabon, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad), Benin, Ghana & Togo

bruno

Le 22/06/2017 à 00:53

oups !! j’ai oublié d’effacer le Yemen de la liste (qui est en asie comme chacun sait)

gérard morel

Le 22/06/2017 à 07:14

bravo..Excellente nouvelle !!!
Les constructeurs français relèvent la tête et referont le chemin perdu dans divers segments et marchés..Pourvou qué ça doure…

Heathcliff

Le 22/06/2017 à 12:48

Ce Pick-Up est partout en Nouvelle-Calédonie où il est appelé ZNA Rich.

Jacques Sénégal

Le 22/06/2017 à 15:24

ZNA pour le J.V Zhengzhou Nissan Automobile liant Dongfeng à Nissan.
http://www.znaawr.com/znauae-en/about-zna.html

Maître Acapella

Le 22/06/2017 à 18:30

Dans la jungle, terrible jungle, le lion est de retour ce soir…

(en choeur) A-wimboé, a-wimboé, a-wimboé, a-wimboé…

🙂

Lagonda

Le 27/06/2017 à 14:03

Bonne nouvelle !
Cependant j’avais entendu parler d’une 406 spéciale Afrique. Développée sur la 406 européenne mais renforcée pour le contient africain.

http://www.afriqueexpansion.com/economie-2/3170-psa-peugeot

Jo

Le 29/06/2017 à 07:05

Je pense que le retour de la marque en Afrique plaira à plus d’un, surtout si elle propose un produit durable à prix correct. Personnellement, je trouve que ce projet n’est pas mal !

gerard

Le 16/07/2017 à 12:40

Pour quand en France il en faux un puis ce que il m’a plus de 504 le pick-up de Peugeot il a de la gueule .Moi il sore chez nous sur le continent je l’acheté pas que j’aime la 504 puis ce que il y a 15 ans j’avais remonte une et j’adore mon pick-up.

Laisser un commentaire