Porsche 928 « 942 », S4 Sedan et H50 : les 3 tentatives de break

Mercredi 29 mars 2017
Retour

J’avais en tête depuis longtemps de vous parler d’une version « break de chasse » (ou Shooting Brake) de la Porsche 928. J’avais d’ailleurs accumulé quelques photos et des informations, pour l’occasion où je me lancerai. Cette idée me revint évidemment en passant sur le stand Porsche de Rétromobile, où un superbe exemplaire était présenté. Mais en le regardant de plus près, je m’aperçus que quelque chose clochait : j’avais dans mes souvenirs l’impression qu’il lui manquait deux petites portes arrières façon Mazda RX8 (lire aussi : Mazda RX8). Et en creusant un peu plus, je me suis aperçu qu’en fait d’un seul et unique break 928, il y en avait trois : l’un de 1984, dénommé 928-4 et présenté en 1984, à deux portes (nom de code 942), un autre de 1986 dénommée 928 S4 Berline réalisé en collaboration avec AMG, et le dernier datant de 1987, la 928 S4 « projet H50 », avec ses 4 portes. Trois modèles différents mais à l’histoire liée.

La 942 lors de sa présentation à Ferdinand Porsche, le jour de ses 75 ans

Revenons donc en 1984. Les 75 ans de Ferdinand Porsche approchent. En janvier, de cette année, le bureau d’étude de la marque se voit confier la réalisation d’une 928 spéciale, cadeau d’anniversaire tout désigné pour « le Docteur ». Comme rien n’est tout à fait gratuit, ce sera aussi l’occasion de développer quelques idées de style, de voir la faisabilité d’un éventuel nouveau modèle. Les ingénieurs et designers, Anatole Lapine, le père de la 928 en tête (lire aussi : Porsche 928), vont donc étudier une version « break de chasse », à l’empattement rallongé de 25 cm, sur la base de la toute nouvelle 928S.

quelques détails anticipent les restyling futurs de la 928

Elle dispose donc d’un moteur V8 placé à l’avant, de 5 litres de cylindrée, et développant 310 ch. Plusieurs éléments nouveaux apparaissent sur ce prototype, classé 942 : de nouveaux pare-chocs avant et arrière font leur apparition, qu’on retrouvera par la suite sur la 928 S4 ; des phares fixes lenticulaires qui eux resteront une tentative sans suite dans la gamme ; de nouvelles portes avant plus grande. Ce modèle est équipé d’une boîte automatique à 4 vitesses, et son poids gagne 75 kg, pour atteindre les 1625 kg.

Elle reçoit une peinture « vert olive » qu’affectionne particulièrement Ferdinand Porsche. Après 9 mois de travail, le 15 septembre 1984, la voiture est livrée au boss devant le garage de sa maison, là où tout avait commencé, et en grande pompe avec tout l’état major de l’entreprise au grand complet. « Happy Birthday Mister President » ! Ferry Porsche utilisera quelques temps la voiture, avant qu’elle ne soit remisée dans les réserves de la marque. C’est elle que nous avons pu apercevoir à Rétromobile en février dernier.

Et le deuxième break alors ? Dans ce cadeau d’anniversaire, rien n’était vraiment gratuit. Non seulement c’était une étude de style (on l’a vu, les nouveaux pare-chocs seront repris sur la S4), mais aussi une étude de marché. En 1984, la 942 avait été particulièrement soignée, et toute une documentation technique rédigée pour le cas où une production en série verrait le jour. Un deuxième châssis rallongé sera construit, qui aboutira en 1986. Les ingénieurs de Porsche n’ont pas dévinitivement tiré un trait sur une 928 allongée et disposant de 4 vraies places et d’un coffre.

La version 928 S4 Sedan en collaboration avec AMG ne séduira pas par son design, mais inaugure les portes arrières « suicide ». Notez le décrochage à l’arrière.

Ils vont cependant travailler sur une autre option, moins traditionnelle : adieu Break de chasse, et bienvenue au break 4 portes. Enfin, 4 portes, oui, mais de façon originale : deux portes classiques à l’avant, et deux petites portes à ouverture suicide à l’arrière, pour faciliter l’accessibilité. Une solution que reprendra donc Mazda à son compte pour la RX8. Pour cette première version, le bureau d’étude Porsche va s’allier avec AMG et donner naissance à la 928 S4 Sedan. Mais le design ne plaira pas vraiment, et un exemplaire sera offert au patron d’ASC (on dit que d’autres on été fabriqué), entreprise américaine qui développera avec Porsche les versions cabriolet de la 944. Cette 928 S4 Sedan AMG reprenait des feux avant classiques, et avait un décrochage entre la vitre arrière et les feux arrières.

La 928 H50 a déjà un arrière plus plaisant, sans toutefois convaincre les pontes de chez Porsche !

Mais les petits gars de chez Porsche n’abandonne pas pour autant la partie. Ils vont travailler sur une nouvelle version à 4 portes, le projet H50. Reprenant la base de la version AMG (le concept ainsi que le V8 5 litres de 330 ch), ils vont en retravailler l’arrière pour le rendre plus élégant. En effet, ils ont toujours dans l’idée de développer la gamme 928 pour aller chercher une clientèle plus large, plus bourgeoise, et moins attirée par le côté sportif de la 911.

Malgré une ligne plus équilibrée que la 928 S4 Sedan, la 928 H50 ne décidera pas les dirigeants de Porsche à la lancer en série. Il est vrai que la 928 commence à accuser le coup des années en cette année 1987, que l’entreprise est tournée vers l’avenir, et le concept de « semi-4 portes » sur base 928 paraît un peu bâtard, ou tu du moins pas vraiment susceptible de s’ouvrir un large marché. Le projet H50 sera donc refusé, remisé, et on l’oubliera jusqu’à ce qu’il refasse son apparition en 2012 à Pebble Beach.

La H50, tout comme la S4 Sedan, récupère à l’avant ses phares rétractables

Pourtant, l’idée d’une berline Porsche trotte toujours dans la tête des dirigeants. Pour sortir de la monoculture de la 911, il va falloir absolument élargir la gamme, proposer de nouveaux modèles, et devenir un vrai constucteur premium, et pas juste un petit producteur de sportives. Une intuition qui se réalisera dans les années 2000. Mais en 1988, on y croit déjà, et se servant du châssis des 928 « rallongées » (942, S4 Sedan et H50 ont toutes le même châssis), Porsche va alors lancer le projet 989 : une vraie berline 4 portes cette fois-ci, à moteur à l’avant comme la 928, mais avec un style résolument moderne qui annonce la future Porsche 993 (lire aussi : Porsche 989). Là encore, le projet sera retoqué bien qu’annonçant déjà au monde entier les ambitions de Porsche. Entre la 911 Troutman-Barnes de 1967 (lire aussi : Porsche 911 S Troutman-Barnes) et la Panamera de 2009, il aura donc fallu 42 ans à Porsche pour se décider à lancer une 4 portes !

Images: Porsche, DR

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

3 commentaires

John

Le 29/03/2017 à 22:13

J’aime bien la 928, et la 1ère version a vraiment de la gueule! bien plus les deux autres en tout cas!

Salva

Le 29/03/2017 à 23:39

Avant la Panamera ils ont sorti une bétaillère mazout.

Laisser un commentaire