Renault 11 Electronic : la K2000 française

Mardi 18 juillet 2017
Retour

« Les exploits d’un chevalier solitaire dans un monde dangereux. Le chevalier et sa monture ! Un héros des temps modernes, dernier recours des innocents, des sans-espoir, victimes d’un monde cruel et impitoyable. »

C’est par ces mots que débutait chaque épisode de la fameuse série K-2000 diffusée à partir de 1982 aux États-Unis (1986 chez nous) et qui raconte les aventures de Michael Knight (interprété par David Hasselhoff) accompagné de sa voiture (une Pontiac Firebird Trans de 82) prénommée KITT, dotée d’une intelligence artificielle plus tout un tas de gadgets (lire aussi : K2000)…

Mais alors, quel rapport avec notre Renault 11 nationale ?

Tout d’abord, petit rappel des faits : en septembre 1981, la Régie Renault lance son nouveau cheval de bataille, la 9, petite berline trois volumes à vocation mondiale et destinée à une clientèle assez classique. Bien que proposée d’emblée en de multiples versions et finitions, il faudra attendre le mois de février 1983 pour que soit présentée une version deux volumes d’aspect plus jeune et moderne, dénommé 11. Les finitions de ces dernières sont reprises des 9, mais on note toutefois l’ajout d’une variante dite Electronic.

Keskecé ? Eh bien c’est une version faisant appel aux dernières technologies de l’électronique. Elle reçoit un compteur à affichage à cristaux liquides adaptable, le conducteur ayant le choix d’afficher le compte-tours, la pression d’huile ou la température d’eau. La silhouette de la voiture est représentée sur fond orangé avec témoins de portes ouvertes et détecteur d’ampoule grillée.

On y trouve également une chaîne stéréo son Dolby dernier cri développée chez Philips avec tuner programmable (électronique bien sûr !), lecteur de cassettes auto-reverse ainsi que six haut-parleurs et un ampli 4x20W. Tout ça peut être commandé depuis le volant via un satellite assez encombrant, qu’on reverra sur d’autres modèles de la marque.

Mais le fin du fin, c’est le système de synthèse de parole : il diffuse des messages en cas d’avarie comme « La portière avant droite est mal fermée » ou « Alerte. Le moteur chauffe. Arrêt moteur impératif. ». La voix masculine est diffusée par une petite enceinte située sur la casquette du compteur. Cela pouvait s’avérer quelque peu déconcertant pour une partie de la clientèle peu habituée à ces gadgets, mais rassurez-vous, une cassette explicative est fournie avec !!! A noter que plusieurs langues sont disponibles.

La 11 Electronic est disponible en deux finitions : TSE et Automatic, toutes deux entraînées par le fameux « Cléon fonte » dans sa variante de 1397cm3 à carbu double corps et AEI (allumage électronique intégral) développant 72ch DIN (68 sur Automatic).

L’équipement est repris de la TSE, avec intérieur en velours, moquette épaisse, vitres teintées (électriques à l’avant), fermeture centralisée, volant gainé de cuir, lave-phares, feux antibrouillards et jantes alu. Rajoutez à cela un coffre à fermeture centralisée, des rétros électriques, des strippings noirs sur la carrosserie et des panneaux de portes spécifiques afin d’accueillir les haut-parleurs plus gros. En option, on peut disposer du limiteur de vitesses maison baptisé « Normalur ».

Pour le millésime 1984 (juillet 83), la silhouette à côté du compteur disparaît pour faire place à un ordinateur de bord à fond vert. Ce dernier peut rendre compte de l’autonomie, le carburant consommé, le carburant restant, la consommation moyenne et instantanée et la température extérieure. Il suffit d’appuyer sur une touche à droite du tableau de bord pour faire défiler ces infos. Les témoins d’ampoules grillées sont désormais supprimés et le rappel de portière est uniquement vocal.

Quelques mois plus tard une nouvelle version est disponible avec l’équipement Electronic : la TXE. Si la finition est similaire à la TSE, c’est sous le capot qu’on trouve la différence. En effet, elle adopte le tout nouveau moteur dit « F » de 1721cm3 à carbu double corps, arbre à cames en tête entraîné par courroie et AEI, ce moteur a été conçue pour remplacer le « Cléon fonte » sur les versions les plus puissantes de la gamme 9/11, hors Turbo. On pourrait regretter qu’un système d’injection n’ait pas été adopté sur ce modèle dit de technologie de pointe.

En avril 1985, parallèlement aux versions de la gamme courante, une série limitée à 4500 exemplaires baptisée simplement « Renault 11 Electronic » fait son apparition. Bien que basée sur la GTL, son moteur est repris des GTS/TSE/TSE Electronic (1397cm3 ,72ch DIN). A l’intérieur, elle reprend le tableau de bord « high-tech » et le synthétiseur de paroles mais avec une finition dépouillée (plus de chaîne hifi !), avec volant type Turbo (mais avec moyeu spécifique), et une sellerie tweed.

Disponible uniquement en carrosserie cinq portes avec deux teintes proposées (gris métallisé 620 et bleu Schiste 402), elle possède des vitres teintées, un essuie-glace arrière, des enjoliveurs de roues type « manège » de GTX et une antenne radio type TSE/TXE Electronic. Aucune option n’est disponible sur ce modèle. Précisons que cette série limitée fût également diffusée en Autriche (Dialog) et en Italie (Message).

Au millésime 86 alors que la gamme subit un léger restylage, les 11 Electronic adopte un nouveau compteur à fond noir résistant mieux à la chaleur. La barre graphie n’intègre plus le compte-tours en on supprime l’alerte de survitesse. Elle adopte aussi un volant type Turbo.

A la même époque, signalons que de l’autre côté de l’Atlantique est proposée une variante Electronic de l’Encore (11 ricaine, lire aussi: Renault Alliance et Encore). Enfin une variante, plutôt un « pack-option » sur un modèle déjà existant. Elle reprend la 3ème génération de compteur de la version européenne en miles (conso en MGP). Les témoins à gauche sont toutefois différents : buzzer d’oubli des clés sur le contact et témoin de ceinture non bouclée (obligatoire aux States). Néanmoins, on ne trouve pas de chaîne hifi, ni de synthétiseur de paroles. Elle ne durera malheureusement que le temps d’un été.

C’est au millésime 1987 marqué par une refonte profonde des 9/11 que les Electronic disparaissent de la gamme… mais ses innovations seront reprises par la suite sur certaines versions des 25 et 21. De nos jours, les (trop ?) rares amateurs de Renault 11 ne voient pour la plupart que par la Turbo, l’Electronic avec ces motorisations robustes et son contenu « technologique » mérite de sortir de l’ombre… Et tout ça à prix d’ami !!!

Texte : Quentin Roux.

Lien vidéo : un film interne sur les innovations de la 11 Electronic.

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

43 commentaires

Nous75

Le 18/07/2017 à 11:02

Quand on connais la fiabilité électrique des Renault de cet époque…
On peut comprendre que les amateurs manquent de courage.
Cela dit, je garde un souvenir émerveillé de ma rencontre avec
ma première « ronze » électronique dans la boite de loc. oû bossait mon paternel.
Dans mes yeux d’ado elle était encore plus balaise de k2000 !

Emmanuel

Le 18/07/2017 à 11:28

Plus BR que cette R11, tu meurs…
Je me rappelle l’avoir découverte bien après sa sortie. J’accompagnais mon père chez le garagiste et une R11 electronic était garée là (un lieu qu’elles devaient pas mal fréquenter). Je pense qu’il ne s’agit que d’une simple GTX, je jette un oeil au tableau de bord et… je ne sais pas quelle expression servait à l’époque en guise de « wtf? » mais c’est ce qui a dû me venir à l’esprit.

Rayan

Le 18/07/2017 à 11:44

Ça c’est un collector que seul les années 80 pouvait nous offrir.
C’est la que je me dit que s’est dommage que je n’ai point connu cette époque

Frank

Le 18/07/2017 à 12:22

Merci Wikipédia et voici l’article original:

http://www.moteur-cleon-fonte.com/t219-renault-11-electronic

Paul

Le 18/07/2017 à 12:28

Heu… cet article a été écrit par un collaborateur, Quentin, qui, je vous l’assure, vous bluffera en discutant avec lui: qu’il ait lu certaines sources (moi aussi j’en lis), qu’il ait compilé, cherché, vérifié, sûrement (comme moi)… J’ai lu l’article que vous mettez en lien, et je n’en vois pas trop le copié/collé, surtout que sur BR, vous l’avez compris, il s’agit d’être accessible à tous, et pas faire de trop longs exercices comparatifs ou techniques. Bref, je ne vois pas bien ce que vous cherchez à insinuer, si ce n’est que lorsqu’on parle d’un truc, bah, forcément, ceux qui en parlent aussi parlent… des mêmes choses (on va pas réinventer la bagnole pour être sûr de ne pas être traité de pompeur de Wikipédia 😉 ). Bref, j’avoue ne pas comprendre ce lien !

Quentin R.

Le 18/07/2017 à 13:47

Effectivement, j’avoue m’en être servi de source mais pas seulement, j’ai aussi utilisé le récent ouvrage « Les Renault 9 & 11 de mon père » de Yann Le Lay chez ETAI plus d’autres pages web pour certaines précisions…

Comme le dit Paul, BR est avant tout destiné à être accessible au plus grand nombre, donc les articles se doivent d’être synthétiques (chose sur laquelle j’ai un peu de mal, j’avoue). Je pense que c’est le cas ici d’ou un certain étonnement de ma part et apparemment de celle de Paul.
Lorsque nous nous sommes rencontrés avec Paul la première fois, il m’avait bien précisé que l’important était d’avoir un style propre, de ne pas faire de « copié/collé » donc… Si tel avait été le cas ici, Paul aurait (je pense) retirer l’article du site (ça reste lui le maître d’oeuvre).
Si moi, Paul ou les autres contributeurs doivent à chaque article se justifier des sources utilisées, la liste pourrait être longue dans certains cas…

Alex c.

Le 18/07/2017 à 12:35

Concernant la synthèse de la parole il faut préciser que la première laguna sur les finitions haut de gamme le proposait également dans une version évolué (voix féminine et moins  » robotique  »). J’avais vu une Electronic à la casse avec un ami le compteur digital était fort abîmé presque illisible …

Alex c.

Le 18/07/2017 à 13:31

Quentin j’avais pas vu que c’était toi qui avait écrit l’article je suppose que tu te souviens de cette 11 Electronic…

Quentin R.

Le 18/07/2017 à 13:50

Effectivement, je m’en souviens… il s’agissait d’un exemplaire de la série limitée de 85 sur base GTL évoquée dans l’article…

philippe

Le 18/07/2017 à 12:39

En 1985 Renault a fait réaliser un petit film de pub où l’on voit l’auto avec une définition à la limite du Duplo et la planche de bord en animation. C’était le premier film 100% images de synthèse au monde !
Et oui, il y a 32 ans un rien nous émerveillait.

Olivier S

Le 18/07/2017 à 12:48

Quand elle est sortie, j’étais jeune adolescent fana des automobiles, et ce contenu poussée futuriste dans un simple caisse de la classe Golf m’a épaté vis-a-vis des propositions classiques allemandes que je connaissais.
.
Bon, Citroën avait déjà sorti un ldesign du tableau de bord similaire avec voyants en chiffres, silhouette de voiture regroupant les voyants, et satellites de commandes dans sa GSA de 1979. Mais sans la voix digitale, sans intégration électronique et sans LCD. Par contre, j’en avait une pour 3 mois quelques années après avoir passé mon permis en ’87 – le cockpit, c’était génial, par contre le reste une catastrophe pousée au pire (la pire fiabilité de tout les bagnoles que j’ai possédé dans ma vie, donc une quarantaine!)…
.
C’était un temps ou les voitures françaises avait tous un caractère cocorico et bien a part de la concurrence – un peu farfelu, des-fois très futuriste, toujours plus confortable et souvent bien mieux équipé que le reste, tout en restant extrêmement conservateur (pour ne pas dire radicalement obsolète et radin) au niveau de la technologie des motorisations (souvent datant de la fin des années 50…).
.
En-dehors de la France (et peut-être l’Espagne?), la R11 en générale a disparue depuis au moins 15 ans déjà, personne en voulait des versions de base – et la majorité des versions Électronic en Export sont sûrement passée en casse depuis bien longtemps… En RFA, ça doit être la Mauritius bleue des Renault! Par contre, il y en avait dans le temps, même dans ma famille (mon oncle en avait une, avec ce tableau de bord genre « Nightrider ») – mais j’en ait plus vus depuis au moins 20 ans.
.
Par contre, les VW Golf II et Opel Kadett E (et un peu moins les Ford Escort Mk III) contemporaines de la R11, on en voit encore sillonner les routes de l’Europe de l’Est profonde par millions a ce jour, comme « daily driver ». C’était du solide simplifié et purement mécanique, avec un assemblage électrique simple et fiable même après 35 ans d’utilisation poussée! Ce qu’on ne peut pas toujours dire des Renaults et autres françaises contemporaines…
.
Je ma rappelle aussi que Opel avait tenté de copié l’idée sur sa Monza GSE en ’83 et plus tard sur la Kadett E GSi, eux aussi avec écran digital LCD de VDO Automotive: Absolument horrible a déchiffrer, et bien critiqué par la presse automobile, Opel a vite laisser tomber…
.
Aujourd’hui, ça fait tellement 80’s que c’est un must pour collectionneur de choses farfelus et kitsch! 🙂

Docteur Oliv

Le 19/07/2017 à 10:00

C’est Knight pas Night
Chevalier PAS Nuit

Richard

Le 18/07/2017 à 13:00

Sauf erreur de ma part, la 25 electronic n a pas pris la suite mais , elle a coexisté avec la 11. De 1985 à fin 1987 sur les phases 1.
Puis abandonné pour des soucis de fiabilité.

Repris plus tard chez Renault avec un système bien simplifié.

Greg

Le 18/07/2017 à 13:16

Encore une sympathique « madeleine de Proust », la R11 Electronic!
Je bavais littéralement devant les TXE Electronic, vues le plus souvent de couleur bleu électrique!
Je me souviens aussi de ce moyen métrage promotionnel qui passait au cinéma avant certains films (pour ados) branchés cyber-réalité!
Si les Ferrari et Lamborghini de l’époque avaient valeur de fantasme absolu pour les enfants et ados, (et Samantha Fox, aussi…) la R11 Electronic avait valeur de fantasme ACCESSIBLE et on se demandait bien pourquoi diable nos parents n’en avaient pas acheté une!!!

Charly

Le 18/07/2017 à 14:24

Un cauchemar pour les clients et pour les garagistes qui ont tres vite refusé de mettre les mains dedans.
En revanche l’AEI Renix (Allumage Electronique Intégral) était tres fiable et fonctionne toujours tres bien 30 ans apres (il n’etait pas monté que sur les Electronic). Comme quoi l’electronique embarquée, meme dans les années 80, ça pouvait etre fiable.

Docteur Oliv

Le 19/07/2017 à 10:08

L’AEI était tellement puissant que sur la R9 Automatic de ma mère j’ai trouvé une Tête d’Allumeur complètement ruinée !
Elle trouvait que tout allait bien…puisqu’elle démmarrait tous les jours (avant elle avait eu une R5 et 3 4L )

24heures

Le 18/07/2017 à 14:41

Je pense que historiquement, la 1ère voiture de (toute petite) « série » avec instrumentation digitale a dû être l’Aston Lagonda (celle de 76) qui pour le coup était terriblement K2000 (avec les 2 premières générations de planche de bord).
Je garde un souvenir ému du test d’endurance 50 000 km de la R25 GTX dans l’Auto-Journal (par André Costa je crois) et la narration au vitriol de la Bérézina électronique de la voiture en plein milieu du Grand Nord…
2 autres autos dans le même esprit à signaler : la 505 Turbo (sans instrumentation digitale mais qui avait la synthèse de la parole) et la BX Digit, déjà collector (au demeurant, on peut se poser la question de la rentabilité de développer une instrumentation spécifique sur une série spéciale à si peu d’exemplaires…)

Quentin R.

Le 18/07/2017 à 20:17

La BX Digit… J’essaierai d’y revenir un de ces quatre… 😉

Eddy123

Le 18/07/2017 à 14:51

Mon père à eu la 25 gtx avec la vois de synthèse. … Et les beug… En même temps on peut jeter la pierre sur Renault, mais ils étaient plutôt précurseur dans le domaine. .
De mémoire ils ont sortie le Plip dans la même période. ..
Normal donc qu’ils aient essuies les problèmes de fiabilité sur. ..

J’ai eu un LeBaron de 86 avec le tableau de bord électronique. .. pas de synthèse de parole mais comme dit plus haut, aux USA les alarmes de clé, phares sont de série. ..

En ce moment je roule en Chevrolet Citation de 37 ans qui a pas besoin de la parole pour me crier dessus pour les clés lumières ou ceintures. …

Docteur Oliv

Le 19/07/2017 à 10:04

Pour la 25 GTX, je serais moins sévère (250 000 kms) et comme innovation, la chaine HiFi qui coutait 6 000 FRF !
Le Plip c’était bien mais ça marchait mieux quand on était au niveau du Coffre

Eddy123

Le 19/07/2017 à 20:14

Elle avait du km la 25 à mon papa c’était une série 1 avec l’abs et donc les trains roulant de la v6… Elle collait à la route…

Philippe

Le 19/07/2017 à 21:31

Le Plip inventé en 1978 par Mr Lipschutz (Plip étant un jeu de mot à partir de « Paul Lipschutz ») directeur technique de la société Neiman – que j’ai eu l’occasion de rencontrer – a été commercialisé pour la première fois en 1982 sur Fuego donc largement avant la R11 Electronic.
Renault = 1ers LV électriques en grande série en France sur 16TS n 1967, 1ere fermeture centralisée avec la 16TX en 1974. 1ere commande autoradio sous volant, 1eres (et problématiques) cartes mains libres en série avec Laguna II (en même temps que Mercedes classe S qui présentait les mêmes avatars) etc …

Docteur Oliv

Le 20/07/2017 à 08:06

Juste une question (précision). De ton écriture, on comprends que les commandes au volant datent de la Laguna 2 mais j’en avait sur la R25 de 86 et sur la NEVADA de 90 !!
Pourrais-tu clarifier ? Merci

philippe

Le 20/07/2017 à 11:37

Oui désolé, la commande de radio au volant date des années 80, déjà présente sur R25.

Docteur Oliv

Le 20/07/2017 à 08:11

Dans les « nouveautés » en grande série, je rajouterais le niveau d’huile à troid inclus dans le cadran Pression. FIABLE sur les voitures déjà citées + Espace 1 (2000 TSE ) + SAFRANE 2000 BVA

cyrille

Le 18/07/2017 à 18:36

une vidéo présentant la Encore Electronic
(présentation gamme 1986)

Germain

Le 18/07/2017 à 18:38

Les synthétiseurs vocaux j’ai connu ça avec la MG maestro 1.6 EFI de ma grand mère, une caisse rare en France et plutôt cool. D’ailleurs si Paul veut faire un article sur la maestro un de ces jours je suis preneur, elle est 100% boitier rouge

Docteur Oliv

Le 18/07/2017 à 20:18

Le voisin d’en face en avait une couleur Bleu électrique genre 309 GTi 16, il n’est pas parti tous les jours au boulot….Bon après il a acheté une XM V6 3 litres….même résultat.
Il a longtemps regretté sa R18 GTL, mais ça ne frimait pas comme la 11 Electronic

J2M

Le 18/07/2017 à 22:33

Ma première voiture neuve, une Renault 5 GTX en 1988. Exactement la même base technique ultra légère dans sa conception et dans sa réalisation.
Revendue illico au bout de huit mois après avoir pris un moment pour jeter sur le papier les problèmes que présentait cette voiture. Deux pages.
Echangée contre une R19 de démonstration. Pourquoi ? Seule recette, au prix d’un essai rigoureux, pour avoir une bagnole qui roule un peu moins de travers.
La tranquillité, toute relative, est arrivée avec la Laguna puis avec la Safrane au début des années 90. Et ça n’a pas duré, quand est arrivé l’ineffable trio Laguna-Vel Satis- Espace 4. Rebelotte !
Avec le recul, si la conception un peu hâtive a toujours été à incriminer, c’est surtout le manque de soin au montage et la priorité exigée au prix sur la qualité des produits de sous-traitance qui tuait (tue ?) les Renault.
Ayant à mon grand soulagement tiré un trait définitif sur la marque il y a onze ans, sauf pour une des toutes premières Twingo, je ne peux dire ce qu’il en est aujourd’hui.
Mais la dite Twingo paternelle, conservée comme troisième voiture, m’étonne toujours par l’épaisseur de la pile de factures qu’elle entretient avec assiduité. Et par la pas colossale finesse de ses plastiques qui se délitent tout seuls, bouffés par… les UV !
Je peux aussi témoigner de la qualité japonaise (auto et moto), sur plus de dix ans, factures également à l’appui.
Je comprends la lucidité et les efforts de Jacques Calvet pour imposer en ces temps anciens un quota de 3% aux japonaises…

Philippe

Le 18/07/2017 à 23:04

Est-on bien dans le sujet ?
Il suffit d’ailleurs de regarder les stats de l’ADAC pour se faire une idée de la relativité des clichés à propos de la fiabilité des voitures.
Pour conclure avec le hors sujet : la fiabilité est malheureusement inversement proportionnelle à l’innovation et vous comprendrez pourquoi les Japonaises ont longtemps eu cette réputation.

Eddy123

Le 19/07/2017 à 08:01

+++1

J2M

Le 19/07/2017 à 09:27

On est dans le sujet. C’est précisément ce problème qui a tué ces voitures et a obligé Renault à corriger le tir en 88-89, au risque de disparaître.

Docteur Oliv

Le 19/07/2017 à 12:36

Le Normalur est un Régulateur de vitesse pas un limiteur.
Sur la 25 GTX il était à dépression….est souvent démonté !

Eddy123

Le 19/07/2017 à 20:11

Les régulateur à dépression. ..
Ma Lebaron et Citation en sont équipées. .. Sa marche bien..

Docteur Oliv

Le 19/07/2017 à 12:40

L’entité de Phillips qui développait les  » Chaines Hi Fi » était la Radiotechnique à Rambouillet.
On voit les batiments depuis la Rocade de contournement après REHAU

Jota

Le 20/07/2017 à 22:25

Pour moi c’est l’Arlesienne cette Électronic, je crois que je n’en ai jamais vu rouler (en plus de ça les 11 se font très très rares!). Il y eut aussi des Golf II avec une instru digitale mais je ne sais pas si une voix accompagnait cette «innovation».

Philippe

Le 20/07/2017 à 23:12

Il y a eu des R21 TXE et une floppée de voitures américaines équipées de la sorte. ll y a encore peu les Scenic étaient équipés d’écrans TFT entièrement configurables, puis on revient aux écrans mais ronds avec des aiguilles virtuelles, bien-sûr encore configurables avec moults skins.
Le plus délirant est – je viens de lire la doc du Scenic que j’ai palpé la semaine passée – une application package pleine de gadgets dont un effet sonore qui permet entre autres de rouler avec le son d’un 6 cylindres (sic) !

Jota

Le 20/07/2017 à 23:58

Pour le dernier Scenic? Je sais pas s’il s’agit de ça mais il y a le R sound effect complètement délirant où on peut configurer jusqu’au son de navette spatiale du concept Reinastella…

gregocox

Le 21/07/2017 à 20:19

A cette époque le papa d’un copain venait nous chercher pour l’école (en alternance avec mon père), mon père avait une BMW série 5 et cependant c’était la voiture du papa du copain qui me faisait rêver tellement chouette avec son tableau de bord futuriste.

Choco

Le 28/07/2017 à 10:39

C’est un souvenir de môme cette 11 Electronic : des amis des parents en avaient une et pour moi c’était classe. Eux avaient des problème avec et ne l’ont pas finalement gardée très longtemps. J’ai le souvenir de la Fiat Tipo aussi avec son tableau de bord tout digital !

Starluc

Le 04/08/2017 à 15:12

Un de mes très bons amis en possédait une. En 1984, on est allé faire un tour autour de Poitiers avec sa belle R 11 electronic…Au bout d’1/2 d’heure d’appels robotiques divers, je lui ai dit : comment peux-tu supporter cela?

Aziz

Le 27/12/2017 à 17:23

La référence à K 2000 aurait pu être encore plus poussée par la bulle de hayon arrière, comme sur la Firebird. Or le plus ironique est que cette comparaison entre K 2000 et l’R 11 Electronic n’avait pas pu avoir lieu à l’époque de la sortie de la voiture : elle est sortie en 1983 alors que K 2000, diffusé du 26 septembre 1982 au 4 juin 1986 aux USA, n’a débarqué sur La Cinq que l’11 juin 1986, autrement dit, les ingénieurs de la Régie ont fait du K 2000 sans le savoir.

denis the pest

Le 24/07/2018 à 15:59

je serais curieux de savoir combien de ces contempteurs de la r11 electronic en ont possédé une, conduite et combien de temps il l’ont gardée.
tout ça sent le bon « il parait », « j’ai entendu dire », « le cousin de la byciclette à Jules m’a dit »…..
personnellement j’en ai possédé une moteur 1700 pendant près de dix ans, je suis parti au travail tous les matins sans problèmes, quant au « tonnes de factures », si vous gardez un véhicule dix ans en le faisant entretenir régulièrement, c’est un fait que vous aurez une tonne de factures à l’arrivée…
c’est pour ça que je ne consulte plus BR avec sa tonne d’érudit du bruit de couloir, ah oui! c’est vrai! j’oubliais que vous roulez tous en BM avec petit moteur car vous n’avez pas les moyens.

Laisser un commentaire